mardi 5 février 2013

Pétrole : le déclin des « majors » se confirme en 2012

Pétrole : le déclin des « majors » se confirme en 2012
Le Monde/Oil Man, Matthieu Auzanneau, 05/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Quatre des principales compagnies pétrolières internationales ont à nouveau enregistré d'importants déclins de leurs productions de pétrole en 2012, selon les rapports trimestriels présentés ces derniers jours. Ces déclins semblent d'autant plus significatifs qu'ils se sont produits en dépit des investissements records consentis par Exxon, Chevron, BP et Shell. (On attend avec curiosité la publication la semaine prochaine des résultats du groupe français Total).

   Exxon :
La production pétrolière du géant américain Exxon a poursuivi son recul en 2012, chutant de pas moins de 5,5 % par rapport à l'année précédente, de 2,31 à 2,18 millions de barils par jour (Mb/j), peut-on lire dans le dernier rapport trimestriel.

La fille aînée de la Standard Oil a vu également baisser sa production totale de gaz naturel (- 6,4 %), y compris aux États-Unis (- 2,4 %) et ce malgré le "boom" des gaz de schiste.

   Chevron :
Chevron, l'autre firme pétrolière majeure aux États-Unis, fait état d'un recul de 4,6 % de ses extractions de brut, de 1,85 Mb/j en 2011 à 1,76 Mb/j en 2012.

   BP
BP encaisse une dégringolade 8,2 %

   Shell
Shell a enregistré un recul de 2 % de sa production d'or noir, de 1,66 à 1,63 Mb/j.

Et ce malgré des dépenses d'investissement et d'exploration qui explosent :
Les dépenses de capital et d'exploration d'Exxon ont augmenté de 8,2 %, pour atteindre 39,8 milliards de dollars en 2012. Celles de Chevron ont crû de 17,5 %, à 34,2 milliards de dollars en 2012. Les dépenses de capital de Shell ont atteint 32,5 milliards en 2012 (+ 23,5 %). BP : 23 milliards de dollars en 2012 (+ 29,3 % par rapport à 2011).

  

2 commentaires:

  1. C'est "chaud"...

    Je crains le moment où le peak oil deviendra "trop" public, trop voyant...

    On y est presque je pense...

    Cette collection de -5 % pour toutes ces boîtes, avec les dépenses qui explosent... c'est en effet marqué en gros : "peak prod oil".

    Et c'est bien pour cela... que la guerre au MO est inévitable.

    Même si on peut rire des conspirations, et penser que nos "maîtres" ne contrôlent pas vraiment les choses (au niveau micro, oui)... je reste persuadé que sur ces affaires de pétrole, de peak et de MO... on a bien affaire à un plan qui se déroule depuis des années.

    RépondreSupprimer
  2. mouais, il faudrait connaitre la cause de ce déclin, ne pourrait-il pas s'agir d'une diminution dûe à la baisse de la demande (récession) et le choix de maintenir un prix assez haut ?

    --neuneu

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.