vendredi 8 février 2013

Ponzi éducatif : même des étudiants de Yale ne trouvent pas à rembourser leurs "études"

Student Loan Bubble Forces Yale, Penn To Sue Their Own Students
Bloomberg via ZeroHedge, 05/02/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
The vicious circle, though, has begun as the ponzi of using these revolving loan funds to 'fund' the next round of students is collapsing thanks to the rise in delinquencies. Schools such as Yale, Penn, and George Washington are becoming very aggressive at going after delinquent student borrowers. While financially hard-up graduates complain of no jobs, the schools are not impressed: "You could take a job at Subway or wherever to pay the bills ... It seems like basic responsibility to me," but perhaps that is the point - avoiding responsibility is seemingly rewarded in the new normal.

Bloomberg : Yale Suing Former Students Shows Crisis in Loans to Poor

Needy U.S. borrowers are defaulting on almost $1 billion in federal student loans earmarked for the poor, leaving schools such as Yale University and the University of Pennsylvania with little choice except to sue their graduates.

The record defaults on federal Perkins loans may jeopardize the prospects of current students since they are part of a revolving fund that colleges give to students who show extraordinary financial hardship.

Yale, Penn and George Washington University have all sued former students over nonpayment, court records show. While no one tracks the number of lawsuits, students defaulted on $964 million in Perkins loans in the year ended June 2011, 20 percent more than five years earlier, government data show. Unlike most student loans -- distributed and collected by the federal government -- Perkins loans are administered by colleges, which use repayment money to lend to other poor students.

“If you borrow to go to school, it may not be just the government that ends up coming after you if you can’t pay,” said Deanne Loonin, an attorney with the National Consumer Law Center, a nonprofit advocacy group in Boston. “We offer credit very easily.” If the student doesn’t benefit financially from the education, “the government or the school comes after them very aggressively.”



Et au sujet du ponzi éducatif, on m'a postée cette vidéo d'un spectacle de Franck Lepage. Résolument à gauche, mais très drôle, avec une conclusion très intéressante sur le ponzi éducatif...
Inculture(s) 2 : L'éducation - Franck Lepage - Scop Le Pave - Conférence gesticulée
Franck Lepage, 2009 (en Français texte en français )

9 commentaires:

  1. Le politiquement correct à l'oeuvre.

    Hier soir, une femme de 28 ans est arrêtée au Musée Louvres-Lens. Elle a fait une "inscription" sur le tableau "Liberté guidant le peuple ..." de Delacroix.

    Allez-y fouillez... AUCUNE MENTION du contenu de l'"inscription". Etrange, non ? C'est quoi ? Un mot ? Une signature ? Le dessin d'une bite ?

    C'est pourtant pas compliqué bon sang !

    Certains sites parlent de "tag".

    Et puis, on tombe sur une perle :

    "D'après le site de France 3 Nord-Pas-de-Calais, "elle aurait tagué des inscriptions ayant trait à des revendications dont on ignore pour l'instant l'objet".

    http://tinyurl.com/bzjdep7

    C'est sûr que dit comme ça... ;-)

    Ce pays est vraiment cinglé.

    RépondreSupprimer
  2. j'ai tout regardé (presque 3 heures, tout de même), et comme dans tout spectacle de cette durée on ne peut pas tout aimer, mais dans l'ensemble je me suis bien amusé et pas seulement : on se pose des questions surtout que je suis enseignant (dans quelle catégorie m'aurait-il placé ? à mon avis la une,ceux qui instruisent... bof, de toute façon j'aime pas les catégories)

    Mais je relève une contradiction. Quand il est arrivé le moment dans sa vie où il a fallu choisir entre le foot avec les copains ou le travail, Mr Lepage aurait-il pu faire un tel spectacle ? aurait-il possédé une telle culture (il me semble assez cultivé)? si sa mère au lieu de choisir pour lui, l'avait laisser faire ce choix.

    Le système est certes critiquable, on peut toujours l'améliorer, mais il n'est pas si mauvais, Mr Lepage en est une parfaite illustration, n'est-ce pas ? n'est-il pas un parfait produit du système ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M. Lepage a eu son bac en 1973 (avec mention). Les bétises des Soixante-huitards n'avaient pas encore eu le temps de tout bousiller.

      yp

      Supprimer
  3. J'ai passé un bon moment de divertissement à regarder cette vidéo,
    surtout que sa comparaison constante avec le parapente est très bien choisie.
    Je trouve cela impressionnant sa capacité à parler d'un sujet aussi sérieux avec autant d'humour. Sacré travail !

    C'est ce même artiste qui avait fait cette vidéo sur les retraites, dont vous mettiez en doute sa compétence économique sur sa vision de la répartition...

    Lewu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoir raison sur un point ne veut pas dire avoir raison partout. La retraite version française est une hérésie - et elle est d'ailleurs vouée à l'effondrement.

      Pour en revenir à son show - il est très bon. Son analyse sur les raisons de l'echec de l'école à gommer les inégalités est pertinente. Mais il est symptomatique qu'il doive conclure sur cette évidence : "je voudrais tellement que vous compreniez qu'il n'y a pas de rapport entre l'école et l'emploi..."

      Franchement, qui croit que c'est l'école qui va résoudre le chômage (a part notre présiflan et ses emplois d'avenir - et encore) ? Seul la convergence de moyens financiers et d'envie d'entreprendre (*) peut générer de la croissance qui peut résoudre le chômage - ou au moins conserver les emplois sur place...

      Si vous identifiez un marché, vous pourrez presque toujours trouver des compétences (à condition de payer), mais vous ferez *rien* si vous n'avez pas le capital et vous n'entreprendrez que si le rapport rétribution / (emmerdes + risque) vous semble favorable. Et quand une entreprise n'avance pas, c'est qu'elle est déjà entrain de reculer.

      yp

      (*) Entreprendre : une entreprise existante investit dans un nouveau marché, un nouveau produit - ou un entrepreneur monte sa boite...

      Supprimer
  4. Car pour faire une critique intelligente du système éducatif il faut en avoir profité et avoir réussi dans ce système.
    savoir s'exprimer, trouver les arguments, avoir une approche construite et logique, citer quelques bonnes phrases de tel ou tel anciens, savoir compter, avoir quelques connaissances scientifiques, etc... tout cela s'apprend, et pas toujours par goût, heureusement que quelque fois il y a quelqu'un pour vous dire : "ça ne te plait pas ? et alors, fais le quand même"
    question (genre : quel est le premier l’œuf ou la poule ?): qui vient en premier, l'intérêt pour une discipline ou la réussite ?
    est-ce par goût que l'on s’intéresse à un domaine (math, français, art, sport) puis qu'on réussit ? ou est-ce parce que l'on réussit que l'on s'intéresse ?

    RépondreSupprimer
  5. Je viens de découvrir Franck Lepage grâce au Nain - merci le Nain - enfin un spectacle "comique" dont le propos n'est pas au ras des pâquerettes, mieux : Lepage est un érudit doublé d1 libre-penseur en cela qu'il a la capacité à 1 transversalité tout à fait rare dans les discours ambients. Ce spectacle est beau, léger, poignant et intelligent. Je suis "fan" et vais me docimenter sur le bonhomme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regarde ses autres vidéos je les trouve excellentes

      Signé : Celui qui a transmis le lien au Nain

      Supprimer
  6. Piste pour rechercher d'autres vidéos de Lepage :
    http://www.scoplepave.org/

    @ yp :
    "La retraite version française est une hérésie - et elle est d'ailleurs vouée à l'effondrement."
    => Ceci est un avis personnel, vous ne devriez pas être aussi affirmatif et dogmatique à son propos. Personnellement, quand je vois toutes les dérives des fonds de pension et les gens ruinés par la retraite par capitalisation, je préfère de loin une retraite par répartition (c'est mon côté utopiste qui croit encore aux termes "égalité-fraternité"). Même si on est d'accord sur le fait que le système actuel en France est plein d'imperfections.

    "Mais il est symptomatique qu'il doive conclure sur cette évidence : "je voudrais tellement que vous compreniez qu'il n'y a pas de rapport entre l'école et l'emploi...""
    => Parce que c'est ce que croit la majorité des gens. Et c'est cela que le tenancier qualifie de "ponzi éducatif". De plus en plus de masters qui bossent dans les fast-food...

    Lewu

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.