mercredi 13 février 2013

Pourquoi l'écologie ne peut pas être de gôche

Allez je continue...

Réfléchissons deux secondes, sur ce que j'explique sur la religion du progrès.

On le constate tous les jours, la religion du progrès s'acharne à détruire la tradition, l'ordre ancien, enraciné. C'est constitutif. Elle veut extraire l'Homme de l'ordre naturel. Au forceps.

Or cette tradition est ni plus ni moins que l'organisation des sociétés, issue de millénaires d'évolution, en harmonie avec la nature.

La tradition est profondément et authentiquement écologique, par construction.

Il ne saurait en être autrement.

Parce qu'avant la religion du progrès, la loi d'airain véritable était celle de la nature (avec toute sa dureté et son injustice), et que toutes les organisations humaines ne pouvaient durablement survivre sans l'intégrer profondément.

Toute société qui se serait écartée de ces lois, n'aurait pas survécu.

Un des grands succès de la gauche, a été de réussir à faire récupérer l'écologie par une bande de trotskystes en mal d'idéologie de remplacement, dans le même temps qu'elle détruisait la tradition.

Et c'est ainsi qu'on se retrouve avec cette aberration ultime où se disent écologistes des partisans du déracinement industriel.

Non pas qu'il faille revenir à l'obscurantisme de la tradition, et surtout à son fatalisme devant la dureté de la nature. Sans oublier que la tradition portait en elle son lot de conneries, comme le "croissez, multipliez vous"... Mais je ne crois pas qu'il y aie d'écologie véritable possible hors de l'enracinement.

Et je vois bien plus d'écologie chez un paysan bourru chasseur de droite, que dans un citadin festiviste nourri au biocoop...

17 commentaires:

  1. oui mais.........

    la bonne tradition est confisquée par la réaction bourgeoise décadente et religieuse..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon humble avis, non.
      Je souscris pleinement à l'affirmation suivante, à condition que l'on entende par tradition ce que le terme veut dire:
      "La tradition est profondément et authentiquement écologique, par construction"
      J'entends par tradition " doctrine ou manière habituelle d'agir ou de penser dans une aire donnée, transmise de génération en génération."

      Et donc personne ne peut la confisquer. S'en réclamer, certes, la confisquer impossible, sinon ce n'est pas une tradition, nécessairement transcendante des clivages sociaux, politiques, etc.

      Si certains se déclarent tenants de la tradition, encore faut-il vérifier qu'ils emploient le mot avec pertinence. Si c'est le cas, alors ils sont tout simplement d'authentiques partisans d'un monde durable. Point.
      L'alcoolique de mon quartier s'habille quand il fait froid. Et ce n'est pas pour ça que je vais me promener tout nu. De même, si n'importe qui fait preuve de bon sens, je ne l'accuserai pas de le confisquer à son profit, je lui reconnaîtrai un peu de lucidité.

      Supprimer
  2. "Et je vois bien plus d'écologie chez un paysan bourru chasseur de droite, que dans un citadin festiviste nourri au biocoop..."
    Ouais, mais si tu serais un lapin de 6 semaines tu ne dirais pas ca .
    ...peste ou choléra le choix est difficile!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écologie, c'est pas du sentimentalisme rempli de pathos.

      L'écologie, c'est l'insertion de l'homme dans la chaine alimentaire, dans l'écosystème.

      Typiquement, que les écologistes militent contre la corrida, qui est une des dernières survivances du temps où l'homme vivait de la nature, la respectait et l'honorait en conséquence, me paraît absurde.

      Supprimer
  3. Typiquement, que les écologistes militent contre la corrida, qui est une des dernières survivances du temps où l'homme vivait de la nature, la respectait et l'honorait en conséquence, me paraît absurde.

    Je te le fait pas dire.
    http://aquafiestas.hautetfort.com/archive/2007/09/08/la-corrida.html

    RépondreSupprimer
  4. Tout faux. Si tant est que ce concept ait du sens, l'écologie est forcément de gauche, parce qu'elle implique une approche globale et surtout collective des problèmes.

    Le trou de la couche d'ozone, c'est un problème posé par une somme de comportements individuels désordonnés et partiellement résolu par un coordination collective proposant une approche globale et légèrement coercitive.

    Tu fais du wishfull thinking parce que "t'aime pas" la "gauche".

    RépondreSupprimer
  5. "La tradition est profondément et authentiquement écologique, par construction" : faux.

    La tactique de la terre brûlée existe depuis aussi longtemps que l'humanité.
    Exemple des traces d'extinction de représentants de la mégafaune du fait de la chasse trop intensive de nos lointains ancètres (bien avant que la civilisation n'existe).


    "Toute société qui se serait écartée de ces lois, n'aurait pas survécu" : faux.

    Relire Jared Diamond. Si la catastrophe environnementale était presque systématiquement présente, de nombreuses sociétés ont disparu en appliquant les même recettes que d'autres qui ont survécu.
    Exemple du japon qui a évité la disparition par une gestion globale extrèmement stricte des forêts, du temps des shoguns (en France, l'ancêtre de l'office des eaux et forêts a... 1000 ans!)
    C'est l'adaptation à l'environnement qui permet la survie, pas de suivre d'hypothétiques lois naturelles, ce qui suppose justement parfois de rompre avec la tradition (comme l'ont fait les shoguns en leur temps).


    "Faire récupérer l'écologie par une bande de trotskystes en mal d'idéologie de remplacement..." : probablement proche de la vérité de nombre de militants mais la réalité historique est que l'écologie politique trouve ses racines dans les mouvements de type libertaires qui remontent au canuts, ainsi qu'au catholicisme social radical.


    "Et je vois bien plus d'écologie chez un paysan bourru chasseur de droite" : bourru ou pas, le malheureux est bien obligé d'arroser son champ de tout un tas de produits chimiques qui détruisent progressivement les terres et passent dans la chaîne alimentaire.
    Sans compter qu'il est obligé d'utiliser sa voiture à pétrole pour tous ses déplacements.
    Historiquement (comprendre depuis le néolithique), l'agriculture a été gobalement dévastatrice pour l'environnement.


    Faut-il alors vraiment passer du survivalisme à l'anarcho-primitivisme pour autant?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'entends bien toutes ces critiques à mes propres mots. Et je les partage plutôt. Surtout le dernier, sur l'agriculteur industriel...

      Mais à l'opposé, je suis convaincu qu'entasser des humains aculturés, multi culturalisés, lobotomisés, hors sol, dans des mégapoles de 20 millions d'habitants en béton plastique où ils font 3h de transport quotidien, qu'on nourrit avec de la daube industrielle, c'est pas du progrès, c'est de la merde.

      Supprimer
  6. L'écologiste débile et le socialiste débile ont un point commun : ils ne veulent pas entendre parler de frontière. Alors que c'est le seul moyen d'empêcher qu'un produit émette des tonnes de CO2 en étant produit à l'autre bout du monde (ce qui devrait faire plaisir au vrai écologiste) ; et d'empêcher qu'il soit fabriquer par des esclaves surexploités (ce qui devrait faire plaisir au vrai socialiste).
    Ce qu'il y a de bien avec la mondialisation, c'est qu'on sera bientôt tous des esclaves et on vivra tous sur une planète foutue. Tous dans la mouise mais égaux.

    RépondreSupprimer
  7. "Or cette tradition est ni plus ni moins que l'organisation des sociétés, issue de millénaires d'évolution, en harmonie avec la nature. "

    L'erreur de logique est ici : "en harmonie avec la nature".
    Ceci est une affirmation gratuite, et il n'y a rien pour l'étayer...
    Il faut se renseigner sur les pollutions engendrées dans les régions de métallurgie, dans l'antiquité ou au moyen-âge, avant d'affirmer de telles choses.

    "La tradition est profondément et authentiquement écologique, par construction. "

    Donc non, absolument pas. Seul le bon sens pourrait être qualifié d'écologique, et on peut en trouver autant chez des traditionalistes que chez des modernistes.

    Sinon, pour la corrida, il faut quand même réfléchir au fait que c'est une tradition qui n'a AUCUNE utilité écologique. C'est seulement une forme de spectacle de la violence (remplacée par la télévision depuis), qui n'a aucun rapport avec la réalité de la nature : tu t'es renseigné sur le traitement que l'on fait subir aux taureaux pour qu'ils assurent un minimum de spectacle ?
    Personnellement, j'aurais tendance à comparer les corridas aux shows à l'américaine de monster truck. On y fait appel à ce qu'il y a de pire dans la nature humaine pour intéresser les spectateurs.
    Ou pour faire une comparaison plus geek, dans la série "walking dead", l'arène où se déroule une simulation de combat avec des mort-vivants autour. Tous ces spectacles ont pour seul but d'abrutir les foules pour mieux les manipuler. En aucun cas on ne cherche à faire réfléchir les gens pour qu'ils progressent, surtout pas !

    Lewu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "On y fait appel à ce qu'il y a de pire dans la nature humaine pour intéresser les spectateurs."

      Peut-être parce qu'on a perdu la nature profonde de ce rite.

      Supprimer
    2. Il s'agissait peut etre pour les corridas de prouver sa force a vaincre les forces de la nature.. et donc de montrer son aptitude a nourrir sa famille, a les proteger.. etc
      Et peut etre qu'on avait simplement trop de taureaux ? Apres tout un seul, le meilleur, suffit a feconder les vaches.

      Supprimer
    3. Et quel serait, à votre avis, la nature profonde de ce rite ?

      Parce que prouver sa force, j'ai comme un gros doute : on est dans un spectacle, donc dans le jeu d'acteur, et on ne fait que "montrer" quelque chose, dissimuler la réalité, en fait.

      Et le concept de société d'abondance, il faut bien se rendre compte que ça n'existait pas auparavant, en tout cas pour la majorité des populations. Les veaux mâles en excès étaient mangés, tout simplement. Et il fallait donc se priver pour en garder en plus pour les corridas....
      Personnellement, je penche pour un divertissement de nobles, de privilégies, qui a lentement été absorbé par la coutume populaire. En effet, faire comme les riches a toujours été un moteur dans la tradition. C'est ce que l'on constate sur les danses, par exemple. Les danses traditionnelles actuelles sont les danses de cours d'il y a plusieurs siècles.

      Lewu

      Supprimer
  8. Rappel :

    80 % de la forêt de la planète appartient à l'Etat.
    Les 20% restants appartiennent à des personnes privées.

    De plus la surface du privé augmente.

    Conclusion : la forêt privée va bien.

    100% des problèmes de déforestation sont le fait de l'Etat.

    La solution : Privatiser la forêt.

    Dès que quelque chose appartient à tout le monde, personne n'est là pour protéger cette chose. Voyons les ressources maritimes qui n'appartiennent à personne et que donc personne ne protège.


    SJA

    RépondreSupprimer
  9. La religion du progrès c'est pas bien. Soit.
    Mais la religion du "c'était mieux avant" n'est pas mieux.
    Comme toute religion...

    Les mayas, pourtant remplis de tradition semble t-il, ont sur-exploité leur milieu jusqu'au point de disparaitre.

    Si nos ancêtres n'ont pas créé de gros désastre écologique c'est juste parce qu'ils n'étaient pas assez nombreux et n'avaient pas les moyens techniques pour le faire. Sinon ils auraient fait pareil que nous.

    Il en est de même pour les animaux qui n'ont pourtant pas de religion du progrès. Lorsqu'un prédateur devient trop nombreux il finit par faire disparaitre sa réserve de proies et fini donc par mettre son espèce en danger. Pourtant je ne crois pas que les animaux soient particulièrement de gôche.

    Il faut arrêter avec ces idées toutes faites: la gôche c'est la mal, la droite c'est trop caca, c'est la faute aux fonctionnaires/banquiers/traders/politiques/chômeurs/étrangers/... (rayez les mentions inutiles).

    Cessons de chercher des boucs émissaires ou des coupables tout désignés. Cherchons plutôt des solutions pour sortir du fossé ou on est.

    RépondreSupprimer
  10. Tonio je ne sais pas si tu connais Bernard Charbonneau mais si ce n'est pas le cas je pense que tu aimerais beaucoup le lire.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.