mardi 12 février 2013

Service informatique propre : « Clean IT Project », la fuite montre des plans pour une surveillance antidémocratique à grande échelle de toutes les communications...

Service informatique propre : « Clean IT Project », la fuite montre des plans pour une surveillance antidémocratique à grande échelle de toutes les communications...
crash debug, 26/09/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Cet article est également disponible dans :


Allemand : Clean IT - CleanIT – Pläne zur Überwachung des Internets im großen Stil

Une fuite d’un document des expositions du « Clean IT Project », montré juste pour des discussions internes ont dérivé à partir de ses objectifs publiquement indiqués, aussi bien que les règles juridiques les plus fondamentales qui soutiennent la démocratie européenne et l'État de droit.

Le projet, financé par la commission européenne qui a fondé Clean IT, réclame qu'il veut combattre le terrorisme par des mesures autorégulatrices volontaires qui défendent l'État de droit.

Les réunions initiales, avec leurs discussions sans direction et mal renseignées au sujet de faire « quelque chose » pour résoudre des problèmes en ligne non identifiés de « terrorisme ,» ont été principalement suivies par des sociétés de filtrages, qui ont vu une opportunité commerciale intéressante. Leur travail en outre a payé, avec de nombreuses propositions de filtrage par des sociétés et des gouvernements, des propositions pour la responsabilité (légale) au cas où le filtrage suffisamment intrusif ne soit pas employé, et réclame le placement accru par des gouvernements de nouvelles technologies de filtrage.

Le document qui a fuit contredit une lettre envoyée en avril de cette année du coordonnateur de Clean IT But Klaasen au néerlandais NGO Bits of freedom, qui a expliqué que le projet identifierait la première fois les problèmes avant de faire des propositions politiques. La promesse de défendre l'État de droit a été abandonnée. Il ne semble pas qu’il y ait jamais eu de plan pour identifier un problème spécifique et le résoudre - au lieu de cela l'initiative est devenue rien de moins qu’une raquette de protection (utilisation des filtres ou en étant jugé responsable d’offenses de terrorisme) pour le marché de l’industrie de la sécurité en ligne.

La proposition invite les sociétés d'Internet à interdire les activités fâcheuses par leurs termes de service, mais conseillent celle-ci qu’elles « ne devraient pas être très détaillées ». Cette approche déjà répandue a, par exemple, comme conséquence que Microsoft (comme exemple complètement typique de pratique en vigueur de l'industrie) a des termes de service qui interdiraient des images du canard Donald (toujours sans pantalon) en tant que pornographie potentielle (« qui dépeint la nudité de n'importe quelle sorte… sous les formes non-humaines telles que des bandes dessinées »). Le papier fuité contredit également l'affirmation dans la lettre que le projet « ne vise pas à limiter le comportement qui n'est pas interdit par force de loi » - le point entier d'interdire le contenu en termes de service qui est théoriquement interdit par loi, est de permettre le vigilantisme extrajudiciaire par les entreprises privées anonymes, autrement la loi démocratiquement justifiée serait suffisante. Plus mauvais, la seule manière pour qu'une société soit sûre d'interdire tout ce qui est interdit par la loi, est d'employer les termes qui sont plus larges, moins bien définis et moins prévisibles que la vraie loi.

Entrant encore plus dans le royaume de l'absurde, le document fuité propose l'utilisation de termes de service pour enlever les contenus « qui sont entièrement légaux »… bien que ce soit la priorité « morale ou d'affaires » des sociétés en question de choisir ce qu'elles enlèvent. En d'autres termes, si le canard de Donald contrarie la police, elle trouverait souhaitable, mais n'exigerait pas explicitement, que les ISPs (fournisseurs de service internet) interdisent son attitude dans leurs termes de service. Les ISPs coopératifs seraient alors récompensées en leur donnant la priorité dans des appels d'offres d'État.

Clean IT Project (terrorisme), financé par les affaires intérieures de DG de la Commission européenne reproduit une grande partie du travail de la coalition de Président (protection de l'enfance), qui est financée par les réseaux de transmissions de DG de la Commission européenne. Chacun des deux sont, indépendamment et sans coordination, développant des politiques sur des questions telles que des boutons de reportage et dénoncer le matériel probablement illégal. Clean IT et la coalition de Président reproduisent le travail de chacun en créant des règles « volontaires » pour l'avis et le retrait du contenu probablement illégal et reproduisent conjointement le travail basé sur des preuves de politique fait par la DG du "Marché intérieur" de la Commission européenne, qui récemment a accompli une consultation à ce sujet. Chacun des deux avaient également discuté le filtrage de la mise à disposition (upload), pour surveiller tout ce qui est mis en ligne par les citoyens européens.

Clean IT Project veut des engagements obligatoires des sociétés d'Internet pour effectuer la surveillance, et pour bloquer et filtrer (quoique seulement au niveau « utilisateur » - signifiant au niveau réseau local). Il veut un réseau d’informateurs en ligne de confiance (Ndlr: ça ne vous rappelle rien ?) et, contrairement à tout ce qu'ils ont jamais indiqué, ils veulent également une nouvelle législation plus stricte des États membres.

Bien entendu, au cours des discussions de l'EDRi entre les organismes chargés de faire appliquer la loi et l'industrie au sujet de Clean IT, le mot qui apparaît le plus fréquemment est « incompétence ».

Le document lié ci-dessous est distribué aux participants sur un « besoin de connaître » la base - nous partageons le document parce que les citoyens doivent savoir ce qui est proposé.

Mesures principales étant proposées :

Retrait de toute législation empêchant le filtrage/surveillance des connexions internet des employés.

Les autorités de maintien de l'ordre devraient pouvoir avoir les contenus enlevés « sans suivre des procédures à plus forte intensité de main d'œuvre et plus formelles pour « l'avis et l'action ».

« Sciemment » la fourniture des liens au « contenu terroriste » (l'ébauche ne se rapporte pas au contenu qui a été ordonné pour être illégal par une cour, mais au « contenu terroriste » indéfini en général) sera une offense « juste comme » le terrorisme.

Le soutien juridique du « nom réel » fait loi pour empêcher l'utilisation anonyme des services en ligne.

ISPs sera jugé responsable de ne pas faire d’efforts « raisonnables » d'employer la surveillance technologique pour identifier et (éliminer) les utilisations (indéfinie) « terroriste » de l'Internet.

Les sociétés fournissant les systèmes de filtrage d'utilisateur et de leurs clients devraient être responsables de ne pas rapporter les activités « illégales » identifiées par leur filtre.

Des clients devraient également être jugés responsables « sciemment » d'envoyer un rapport du contenu qui n'est pas illégal.

Les gouvernements devraient prendre en compte la serviabilité des ISPs comme critère pour attribuer les marchés publics.

La proposition de bloquer des listes se contredisent, d'une part fournissant les détails complets pour chaque morceau de contenu illégal et de références juridiques, mais d'autre part disant que le propriétaire peut faire appel (alors que s'il y avait déjà un acte juridique, le processus juridique aurait déjà été une extrémité) et qu’un tel filtrage serait basé le « rendement » du corps réglementaire, « la base consultative européenne ».

Des systèmes de blocage ou d’« avertissement » devraient être mis en application par les plates-formes sociales de médias - d'une certaine manière, il sera illégal de fournir des « services Internet » (indéfini) aux « personnes terroristes » et légalement de permettre d'accéder sciemment au contenu illégal, alors « avertissant » l'utilisateur qu'ils accèdent à un contenu illégal.

L'anonymat des personnes rapportant (probablement) le contenu illégal doit être préservé… pourtant leurs adresses IP doivent être notées, pour leur permettre d'être poursuivi si on le suspecte qu'elles rapportent le contenu juridique délibérément, et pour permettre aux rapports des informateurs dignes de confiance d'être traités plus rapidement.

Les sociétés devraient mettre en application des filtres de téléchargement pour surveiller le contenu téléchargé pour s'assurer que le contenu qui est enlevé - ou le contenu qui est semblable à ce qui est enlevé - n'est pas remis à disposition (upload).

Il propose que le contenu ne devrait pas être enlevé dans tous les cas mais « bloqué » (c.-à-d. rendu inaccessible par l’hébergeur - « non bloqué » dans le sens de fournisseur Internet) et, dans d'autres cas, laissé accessible en ligne mais le nom de domaine étant coupé.

Document fuité : http://www.edri.org/files/cleanIT_sept2012.pdf

4 commentaires:

  1. Et pendant ce temps, les gochos bobos idiots utiles continuent de pérorer sur le "fâchisme", l'"ultra libéralisme", le mariage gay...

    Ce sont les idiots utiles, les nervis du Système.

    Ils libèrent la voie au Système pour le renforcement du contrôle social, et la perte des vraies libertés.

    Un cas d'école. Un truc parfait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eh oui les socialistes sont partout!toctoc!c'est la police socialiste qui frappe a ta porte!l'oppression est terrible,j'espère que le blog de tonio est crypté sinon on va tous etre repérés!

      Supprimer
  2. don't worry : http://www.numerama.com/magazine/24929-clean-it-le-projet-europeen-de-nettoyage-du-net-accouche-d-une-souris.html

    RépondreSupprimer
  3. On ferait mieux de faire comme les Américains avec Echelon : on laisse les services secrets fliquer tout le monde en marge totale de la légalité. C'est simple et efficace, et je crois savoir que c'est déjà mis en pratique en France depuis belle lurette.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.