samedi 23 février 2013

Sur la gamelle de l'or

Plusieurs avis sur la question...

Bon il y a bien le fait que les gamelles arrivent sur une base journalière à horaire régulier... Ce qui déjà me titille bien fort... On dirait presque l'acte d'un fonctionnaire US qui agirait par routine après le café du matin...
Gold And Silver Are 'Not' Selling Off (Yet)
ZeroHedge, 22/02/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


Il y a aussi les news régulières dans la revue de presse du GATA montrant que le gouvernement indien fait tout ce qui est dans ses moyens pour détourner les indiens de l'or et pousser l'épargnant vers la machine à les spolier, à savoir leur monnaie torche cul.

A noter aussi Viamat, le plus gros stockeur d'or à l'étranger, qui refuse désormais les clients américains pour des raisons fiscales.


Maintenant, je commence par cet article de Gave qui voit dans la chute de l'or un effondrement de la liquidité (du V dans MV = PQ) :
L’Or ou le Canari dans la mine
Institut des Libertés, Charles Gave, 18/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La plupart des gens se souviennent des mineurs de charbon qui gardaient au fond de la mine dans une cage posée à même le sol un petit oiseau, souvent un canari. Si la pauvre bête venait à mourir subitement cela voulait dire que du méthane était en train de se répandre et qu’un coup de grisou était probable. La mine était alors évacuée précipitamment. Comme les lecteurs le savent, je n’ai jamais été un grand partisan de l’or en tant qu’investissement pour toute une série de raisons que j’ai longuement expliqué dans plusieurs articles par le passé. Par contre, j’ai TOUJOURS fait très attention aux variations des cours de l’or qui peuvent donner des indications précieuses sur les mouvements de ce qu’il est convenu d’appeler la « Liquidité« .

Pour essayer de faire comprendre ce qu’est la Liquidité, je vais utiliser une vieille plaisanterie boursière. En bourse me dirent des « anciens » dés mon arrivée dans ce métier, » l’essentiel est de savoir s’il y a plus d’argent que de titres ou de titres que d’argent ».Ce que ces chers anciens exprimaient au travers d’une formule imagée décrit en fait un phénomène mis en lumière bien auparavant par Irving Fisher, le grand économiste Américain sous la forme d’une tautologie mathématique qu’il exprimait comme suit :

MV = PQ

ou

M est la masse monétaire à un moment donné

P le niveau général des prix

Q la production nationale en volume

PQ étant ainsi le PIB nominal

V, la vélocité de la monnaie, le facteur qui permet aux deux parties de l’équation d’être égales à tout moment (ouf !).

V est ainsi par construction et par définition un simple résultat qui permet à une tautologie d’exister et V est toujours calculée ‘ex post », c’est a dire après coup, une fois que l’on a eu les résultats comptables pour M, P et Q et V est donc toujours égal à PQ/M.L’idée simpliste qu’utilise les banques centrales à l’heure actuelle est que si l’on fait l’hypothèse que V va rester stable et que l’on fasse « marcher la planche à billets » = augmentation de M alors activité et/ou croissance ne peuvent que MONTER, soit parce que les quantités produites vont augmenter soit parce que l’inflation va ré accélérer, soit les deux à la fois.

En attendant que PQ ne se mette à monter et à condition que beaucoup de monnaie ait été créée depuis peu, une partie de cette liquidité excédentaire à court terme ira sans doute s’investir dans des actions, des obligations ou de l’or et il y aura « plus de monnaie que de titres« . Cette hausse de la valeur des actifs facilitera le redémarrage de l’économie (effet richesse).

L’ennui est que V est incroyablement volatil car ce n’est que l’expression monétaire des craintes, des peurs, des emballements et de la cupidité de chacun d’entre nous. Si les gens ont confiance, la monnaie va tourner à toute allure et la vélocité de la monnaie sera très élevée. Si les gens prennent peur, tout le monde se met à entasser des billets dans son matelas et la vélocité s’écroule … et avec elle l’activité.

Depuis 2008 et Lehmann Brothers, nous avons eu droit un véritable effondrement de la vélocité de la monnaie un peu partout dans le monde, que les banques centrales ont essayé de « contrer » ce qui était leur devoir. En effet, si V s’écroule et que M ne bouge pas , MV va s’écrouler et PQ va suivre…Or PQ n’est rien d’autre que le PIB nominal et nous aurons alors une dépression… C’est ce qui s’est passé dans les années trente…et c’est ce que Milton Friedman reprochait vivement à la politique monétaire conduite aux USA pendant cette période.

En cas de baisse avérée de V, Il faut donc que M (la masse monétaire) augmente fortement pour compenser un déclin de V que personne ne sait appréhender « ex ante », le but étant de stabiliser le PIB nominal. Bref, un numéro d’équilibriste « sans filet » tout à fait remarquable puisqu’il s’agit de tenir compte de la variation à venir d’une valeur dont personne ne sait prévoir l’évolution. Si quelqu’un pouvait prévoir les paniques, celles ci n’auraient pas lieu…

Depuis un grand moment, les partisans de l’Or comme investissement (qui ne sont pas toujours les mêmes que ceux qui sont partisans de l’Or comme monnaie, mais les deux sous-ensembles ont tendance à se recouper) soutiennent que cette création de M est d’ores et déjà tout à fait excessive et qu’elle va nous amener à une hyperinflation le jour où la vitesse de circulation de l’argent repartira à la hausse, ce qui d’après eux ne saurait tarder.

Remarquons d’abord qu’ils font de fait une prévision sur l’évolution de la vitesse de circulation de la monnaie, ce que personne n’a jamais réussi à faire. S’ils ont raison, il est tout à fait évident que l’inflation va repartir et que les prix de l’or vont s’envoler. Voila qui est logique, mais qu’est qui leur permet de croire que leurs prévisions sur V sont meilleures que celles des banques centrales?

Imaginons -horresco referens- que les prix de l’or, à la place de monter comme tout un chacun semble l’attendre, se mettent à baisser.

Quelle serait la signification d’une telle baisse?

Comme M est en forte hausse, la première explication pourrait être que le métal jaune est trop cher par rapport à d’autres actifs « réels » (du style immobilier aux USA qui semble redémarrer) et qu’il s’agit d’un repli technique. Je n’aime pas ce mot » repli technique » tant toutes les premières dégringolades dans les grands marchés baissiers sont toujours caractérisés ainsi…De toutes façons, nous saurons assez vite de quoi il retourne, les replis techniques étant brefs par nature.

Mais il existe une deuxième explication beaucoup plus inquiétante.

Si l’or baisse, c’est peut être tout simplement que il n’y a pas autant de « liquidités » dans le système économique que l’on veut bien me le dire et que MV est entrain de se ratatiner malgré la hausse de la quantité de monnaie tout simplement parce que V continuerait à baisser, les banques centrales n’ayant pas du tout réussi à rétablir la confiance.

En quelque sorte, nous aurions une espèce de « trou noir » dans notre système monétaire qui avalerait la liquidité produite par les banques centrales plus vite que celles ci ne peuvent en créer. Si un tel trou noir existait, l’or à la place de monter se mettrait à baisser… (mon canari dans la mine)

Qu’est que je verrai d’autre dans les marchés, si tel était le cas ?

Dans la zone monétaire où le trou noir se trouverait , je verrai le taux de change de la monnaie dominante dans cette zone se mettre à monter fortement (hausse déflationniste du taux de change), chacun qui le peut essayant d’emprunter à l’extérieur pour couvrir ses dettes en monnaie locale. Imaginons que ce trou noir soit dans la zone euro. Tous ceux qui le peuvent vont essayer d’emprunter des dollars ou des yen pour nourrir le trou noir qui cependant n’accepte que des euro. Les Dollars et yen empruntés doivent donc être convertis en Euro. Hausse de l’Euro, baisse du dollar et du yen s’ensuivent. Avec l’or baissant et l’Euro montant, les marchés des actions Européens vont se rendre compte à un moment ou à un autre qu’il y a quelque chose qui cloche et vont piquez du nez également, tandis que les écarts de taux entre bons et mauvais emprunteurs recommenceront à se creuser à nouveau, malgré monsieur Draghi qui n’en pourra mais…

Bref, de façon générale, s’il est vrai que je n’aime pas l’or, j’aime encore moins le voir baisser tant cela veut -peut être- dire qu’un coup de grisou est à la veille de se déclencher.

En tout cas, si je commence à voir l’Euro monter à nouveau, l’or baisser et les actions européennes avoir une sale allure je me demande si je ne vais pas paniquer un petit coup. Après tout, tant qu’à faire de paniquer, autant être le premier à prendre l’ascenseur vers la surface… Il y a encore des places…



Et celui-ci de Charles Sannat, qui fait grosso modo le même constat, mais voit un coup plus loin :
L'or baisse, et alors ?
Contrepoints, Charles Sannat, 23/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Tout le monde me pose ces derniers jours la même question. Cette fameuse question c'est est-ce que les cours de l'or vont encore baisser ?

Tout le monde me pose ces derniers jours la même question. Enfin, ils me la posent par mail car, n'ayant pas pris l'option « international » sur mon téléphone portable, je suis injoignable pour le plus grand bonheur de ma femme. Heureusement il y a le wifi et internet. Cette fameuse question c'est est-ce que les cours de l'or vont encore baisser, combien de temps et est-ce grave docteur ?

Je voulais vous parler de plein d'autres choses passionnantes qui se passent ici à Londres mais l'actualité fait, qu'effectivement, cette baisse sur l'or, est une excellente nouvelle, mais alors vraiment excellente ! Et, en réalité, tout ce qui se passe est très rassurant pour l'avenir et vous allez très vite comprendre pourquoi.

Tout commence aujourd'hui par la dernière intervention de Mario Draghi, notre grand argentier devant la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen, à Bruxelles (pas d'ironie, c'est le surnom donné aux gouverneurs des banques centrales à travers la planète), qui a provoqué une belle baisse sur le métal jaune, qui se situe en plus sur des seuils graphiques très importants.

La BCE ne devrait pas aider l'économie à repartir à nouveau

Mario Draghi, le Gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE), a parlé. Ce qu'il a dit est mauvais. Très mauvais pour l'or. L'essentiel de son message se résume avec l'idée suivante, que la monnaie doit être forte, que les politiques monétaires ne peuvent pas utiliser ni la planche à billets ni les taux bas pendant de grandes périodes impunément et sans que cela ait de conséquences. Je suis parfaitement d'accord avec lui et c'est pour cela justement que je suis un acheteur invétéré d'or (en plus ça brille et c'est beau).

Alors voici les petits moments choisis de l'intervention de Mario. Chacun des termes est très, très important pour comprendre la suite...

« La BCE est consciente des défis que soulève une longue période d'une politique de taux bas et d'une abondance de liquidités ».

« Les faibles taux d'intérêt risquent d'affecter la capacité des épargnants et des investisseurs à générer des rendements, notamment pour les compagnies d'assurance et les fonds de pension ».

« Des taux d'intérêt bas pendant une longue période, couplés à une abondance de liquidités en circulation, facilitent des prêts de refinancement à coûts très faibles, ce qui peut conduire les banques à être moins prudentes dans la gestion du crédit, et peut encourager la formation de bulles spéculatives, en particulier dans l'immobilier ».

« En assurant la stabilité des prix, la politique monétaire a contribué à des conditions financières plus stables. C'est essentiel pour les épargnants et les investisseurs. La politique de la BCE reste accommodante ».

« Soyons clairs : des changements de politique de taux d'intérêt ne sont pas normalement le meilleur instrument pour répondre à des déséquilibres financiers. Si ces déséquilibres ne menacent pas directement la stabilité des prix au niveau de l'ensemble de la zone euro, c'est aux États d'y faire face ».

Enfin Mario Draghi a indiqué qu'il « était très exagéré de parler de guerre des devises ».

« J'invite tout le monde à adopter une stricte discipline verbale (sur les taux de change). Moins on en parle, mieux ce sera », a conclu Mario Draghi sur ce sujet.

La politique monétaire actuelle est bien la chronique d'une catastrophe inflationniste annoncée

Premier enseignement : nous sommes pour une fois tous d'accord. Effectivement des taux bas, l'injection massive de liquidités, et la création monétaire ne sont pas des politiques normales ni sans risque. Oui, cela conduit à la création de bulles spéculatives dévastatrices comme la bulle immobilière dont il parle (mais, rassurez-vous, il n'y a pas de bulle immobilière en France, nous c'est différent), ou encore celle des marchés actions qui sont gonflées à l'hélium et à l'hydrogène qui va finir par nous exploser à la figure.

Deuxième enseignement : nos grands « zamis » allemands, qui n'y sont sans doute pas pour rien, me semblent avoir sifflé la fin de partie monétaire. Fini la facilité. Message implicite adressé à la France qui ne veut plus faire des 3%, une limite intangible devra se débrouiller seule.

C'est cela le message diplomatique subliminal délivré lorsque Mario dit que « Si ces déséquilibres ne menacent pas directement la stabilité des prix au niveau de l'ensemble de la zone euro, c'est aux États d'y faire face ».

On va devoir se débrouiller sans l'aide de la BCE.

Troisième enseignement : l'euro fort n'est pas un problème pour l'Allemagne, qui a parfaitement conscience du fait que ce n'est pas l'euro qui est trop fort mais bien toutes les autres devises qui commencent à ne plus valoir tripette... Et c'est ce qui arrive lorsque l'on imprime trop la même quantité de billets. Tout le monde a déjà joué cette partie de Monopoly où, à la fin, la banque n'a plus d'argent, alors les gamins comme les grands commencent à tenir des ardoises vis-à-vis de la banque... seule façon que la partie continue encore et encore sinon le jeu s'arrête.

Retenez donc que l'économie est aussi simple qu'une partie de Monopoly, surtout en ce qui concerne les aspects monétaires.

Il n'y a pas de guerre des monnaies mais un effondrement des monnaies nuance !

Quatrième enseignement : maintenant que la situation recommence à devenir grave (bien qu'elle n'avait en réalité jamais cessé de l'être), il serait temps de se taire... Mario n'ayant pas osé dire de mentir. Donc il n'y a pas de guerre monétaire.

Lorsque l'on y pense, il n'a d'ailleurs par fondamentalement tort. Ce n'est pas une guerre monétaire à laquelle vous assistez, mais à l'effondrement des grandes monnaies partout à travers la planète et Mario Draghi est parfaitement au courant.

Cinquième enseignement : comme on tourne en rond depuis maintenant cinq ans et le début de cette crise (qui je vous le rappelle est finie, n'est-ce pas), on se repose la question de savoir si l'euro va exploser, ou si l'euro va être sauvé notamment grâce à la pression allemande qui souhaite que sa monnaie continue à valoir quelque chose.

Le problème c'est que, sans monétisation et politique monétaire accommodante, la France va exploser

Là nous commençons donc à attaquer la suite du raisonnement.

Etape numéro 1 : Mario explique que la récréation monétaire et l'open bar, c'est fini. L'or chute puisque la monnaie va retrouver de la valeur. C'est logique. Normal. Imparable.

Etape numéro 2 : alors que la France n'arrive même pas à mettre une politique d'austérité crédible et socialement tenable, lui permettant non pas un retour à l'équilibre mais de ne plus être en déficit de plus de 3% alors que la politique monétaire est accommodante, je vous laisse imaginer sans problème ce qui va se passer lorsque la politique monétaire redeviendra « rigoureuse ». La France explose. L'Italie explose. L'Espagne explose et, en gros, l'Europe entière explose.

Etape numéro 3, tout le monde va vite se rendre compte que :

1) ce n'est pas tenable, donc on reprend la monétisation tous en cœur et joyeusement et tout se finira, comme l'a sous-entendu Mario, par un bain de sang hyper-inflationniste. L'or explose... à la hausse. Tout va bien.

2) on tient une politique monétaire rigoriste et l'euro explose en vol car ce ne sera supportable (éventuellement) que par l'Allemagne qui sort de l'euro et nous laisse monétiser tous en cœur et joyeusement. Vous reportez au point 1. L'or explose... à la hausse. Tout va bien.

3) on tient cette politique d'austérité. Nous devenons tous Grecs. L'euro résiste. On est tous chômeurs sans le sou mais chaque euro a encore un peu de valeur. Vu l'exemple grec, vous avez intérêt à détenir de l'or pour payer votre médecin... Evidemment cela ne sera pas socialement possible sans une guerre civile, particulièrement dans notre pays qui sur ce point-là est le maillon faible de l'Europe avec la Belgique et les Pays-Bas. La France devra donc quitter l'euro... En nouveau francs, l'or explose... à la hausse. Tout va bien.

Ce qui est drôle dans tout cela, c'est que s'il y a bien une baisse de l'or qui, je trouve, est justifiée par d'excellentes nouvelles, c'est bien celle-là. Merci beaucoup à notre grand mamamouchi monétaire...

Pendant ce temps, ici à Londres, on se rend compte que l'économie est dans une situation assez catastrophique. En gros, les ventes au détail se sont effondrées de 4,7% en rythme annuel au mois de janvier, ce qui n'est pas vraiment une bonne nouvelle. Nouvelle à mettre en parallèle avec les « excellents » résultats du plus grand distributeur américain, Wall Mart, qui sont en forte baisse sans doute à cause de la croissance qui est trop importante.

La Livre Sterling au plus bas depuis sept mois. Appels à un nouvel assouplissement monétaire !

La Livre Sterling est au plus bas depuis 7 mois sur fonds d'appels de plus en plus nombreux à la Banque d'Angleterre pour que cette dernière assouplisse un peu plus encore sa politique monétaire, affaiblisse la Livre Sterling en espérant aider à la relance... des exportations (sans doute chinoises).

Cette politique des quantitative easing ne fonctionne pas au Royaume-Uni, pas plus aux États-Unis, mais cela permet de retarder le moment de l'effondrement qu'il soit par un excès de monnaie ou par un trop plein de rigueur.

Dans tous les cas, l'économie mondiale est dans une impasse. Au bout du chemin il y a l'insolvabilité. Ce jour-là vous serez détenteur d'or ou pas. Les choses seront aussi simples que cela lorsque tout partira en vrille, car il n'y a plus aucune bonne solution et c'est précisément la raison pour laquelle tous nos gouvernants tournent en rond depuis cinq ans.

Ils ne savent plus quoi faire. C'est pour cela que vous devez continuer à vous préparer. N'oubliez pas votre petite pilule dorée!



A noter d'ailleurs que les banques n'arrivent pas à rembourser l'argent du LTRO...
Euro Slides As First LTRO-2 Repayment Less Than Half Expected
ZeroHedge, 22/02/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
As it turns out, like everything out of Europe, the "strength" indicated by the first LTRO2 repayment was merely a sham, and moments ago when the ECB announced the results of the second 3 year LTRO repayment option, the news was a big dud: instead of the €122.5 billion expected to be paid back, European banks repaid just under half of this amount or €61.1 billion, spread among 356 banks - an average of just €0.17 billion per bank.

9 commentaires:

  1. ouf ! le papier arrive !

    http://www.challenges.fr/finance-et-marche/20130222.CHA6601/wall-street-rebondit-suite-aux-propos-de-james-bullard.html

    RépondreSupprimer
  2. Excellente idée que d'avoir mis en perspective ces deux articles.

    RépondreSupprimer
  3. l'indéflation de charles Sannay

    http://www.lecontrarien.com/2013/02/22

    le superflu ne vaut plus rien (nous sommes dans une économie de guerre)

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20121102trib000728694/en-un-an-le-prix-de-la-pomme-de-terre-a-explose-de-813.html

    http://blog.crottaz-finance.ch/wp-content/uploads/2013/01/la-liberte-meme-le-luxe-brade-en-grece.pdf

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai qu'au train où ça va mieux vaut mettre ses patates dans un champs de patate que dans un logement placoplatre !

    20F Napoléon à 233€?

    ya bon miam miam!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  5. par rapport au trou noir de Gave qui absorbe les liquidités:oui mille fois!la crise des subprimes ,c'est les banques qui saisissent de l'immobilier qui se décote ,ce qui est compensé par l'argent "preté" a taux zéro par la FED.quelqu'un peut il m'expliquer pourquoi avec trente mille chomeurs de plus par mois en France il n'y a pas plus de saisies immobilières???.la baisse ou la hausse de l'or n'ont pas d'importance puiqu'elles sont exprimées dans des monnaies qui ne valent plus rien.nous sommes en dépression,donc pas de hausse de taux,pas d'inflation,l'or n'est pas un refuge pour la majorité,il suffit juste de garder ses liquidités et on gagne automatiquement.les taux d'inflation fournis sont totalement faux,l'immobilier,les bagnoles baissent...

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir,

    L'ensemble de l'académie financière s'accorde que c'est la fin de l'or alors que la situation économique mondiale se dégrade de plus en plus contrairement aux indicateurs économiques fournis. Les moutonniers ont occulté que le PIB USA était négatif au T4 2012 mais on cherche un faux prétexte tel que l'Ouragan Sandy. En zone euro, ce n'est pas mieux et pour ne rien arranger, il y a les élections législatives italiennes ce week end dont Berlusconi est bien positionné pour jouer les troubles fêtes.
    Si je reviens sur l'or, il faut noter que la Chine en achète discrètement surtout en période de consolidation. Ayant une vision contrarien et réfléchie, c'est une aubaine inespéré pour se positionner ou se renforce sur le métal jaune. Attention, je suggère de privilégier le physique et les minières. Pour ses dernières, analysez le ratio Gold/XAU. S'il est supérieur à sa moyenne historique, nous sommes dans une phase de "bull market".

    Cordialement.

    Sovanna Sek, auteur du blog GenY Finances.

    Mon dernier billet : L'analyse technique en bref
    http://geny-finances.blogspot.com/2013/02/analyse-technique-en-bref.html

    RépondreSupprimer
  7. Il y a clairement conflit d'intérêt pour Sanat, car il est membre d'aucoffre. Donc lui je n'écoute pas ses dires. En revanche Gave c'est intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi c'est l'inverse.
      nananère!

      Supprimer
  8. charles Gave - gestionnaire de fonds

    gavekal

    http://gavekal.com/c/

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.