lundi 4 février 2013

Une vision intéressante de la guerre malienne

Tout d'abord un commentaire que j'ai reçu :
Contrairement à ce qui se dit sur ce blog !! Je pense que l’intervention Française au Mali est plutôt une bonne nouvelle !!

Pour plusieurs raisons :

Les US ont tout fait pour virer les Français d’Afrique, on peut voir cette intervention comme une prise d’indépendance vis-à-vis de l’OTAN et des USA !!! De plus je pense que reprendre la rhétorique américaine de la lutte contre le terrorisme est intelligent : car les américains ne peuvent que cautionner !!!

Le message au niveau de nos partenaires européens est clair : Vous êtes militairement à la ramasse si les US-UK tombent l’OTAN qui vous « protège » est mort et la France est la seule en capacité (porte-avions, missiles nucléaires, sous-marins balistiques) d’assurer notre protection !!!

Message aux africains vous pouvez compter sur nous et vous avez tout intérêt à ne pas vous coupé de la France !!

Message au chinois et aux Russes (dont le silence est assourdissant) si vous voulez continuer à être approvisionner en combustible nucléaire, la France peut et doit jouer le rôle de stabilisateur dans l’ouest africain !!!

Je trouve hallucinant que les français commentent les sorties de Hollande en Algérie et au Mali comme du baissage de froc : Le message que j’ai entendu, c’est vous pouvez compter sur la France comme partenaire militaire et commercial dans un rapport équilibré (loin du Néo-colonialisme à la mode US) qui respecte les souverainetés !!

Le message principal : Si l’Allemagne est la première puissance économique de la zone euro, la France est la seul vrai puissance militaire (car puissance nucléaire) de la zone euro !!

La France est un pays qui compte !!!

A lire également, l'introduction de cet article de De Defensa :
Samir Amine et son amen à Hollande
De Defensa, Badia Benjelloun, 04/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La thèse de Samir Amine commentant l’intervention militaire française au Mali de manière laudative est surprenante de la part d’un auteur qui a tenu des positions moins bienveillantes à l’égard des pratiques prédatrices des économies du Nord sur les pays du Sud au titre de ce qu’il avait si bien décrit comme « L’Échange inégal ».

Elle prétend qu’une nébuleuse douée d’intentions géostratégiques est en train de se déployer au Sahel afin de dessiner une nouvelle cartographie et de construire un vaste État qui masserait sous ses pieds de précieux minerais taillant dans le Mali, le Niger, la Mauritanie et l’Algérie de quoi constituer un vaste territoire.

Cette entité aurait l’agrément favorable des Usa, du Royaume Uni et de l’Allemagne.

Ce serait un royaume dirigé par des Émirs qui finiraient par acheter la paix sociale d’une population peu nombreuse et dispersée au moyen d’une rente constituée par l’exploitation des ressources du sous-sol dont ils auront réussi à obtenir le contrôle.

Hollande aurait compris le complot et serait en train de le déjouer avec son allié algérien.


Hollande mérite donc que lui soient rendus les honneurs de l’intelligence et de la réactivité efficaces face à ce danger.

Mais :
L’ingérence française au Mali aura permis l’installation d’une base des Usa au Niger à partir de laquelle l’Africom et ses drones Predator contrôleront l’Afrique occidentale. Elle aura donc eu exactement un effet immédiat inverse à celui escompté. Affaiblis par leurs économies si peu vaillantes, il est peu probable que la présence militaire de la France et des Usa soit capable de couvrir des superficies aussi vastes durablement. Une retraite plus ou moins honteuse et déguisée est prévisible. Les étendues seront restituées à leur population indigène, du sang et du sable auront coulé.

Le troisième Président du Conseil National Syrien désigné en moins de deux ans par les puissances tutélaires de la guerre civile syrienne annonce lui aussi son intention de négocier avec le gouvernement légitime ignorant la conditionnalité longtemps aboyée par Fabius et Clinton de la chute d’Assad avant toute discussion.

Certes, la destruction de la Syrie par guerre civile financée en grande partie par les pétromonarchies aura coûté moins cher aux forces de l’Otan que les frappes sur l’Irak et sur l’Afghanistan - Pakistan et leur occupation, ouvrant la voie aux nouvelles guerres low cost.

La victoire facile en quelques jours ne sera pas obtenue au Mali, elle ne viendra pas masquer la déconfiture honteuse en Syrie et les propos inconsidérément arrogants d’une diplomatie française en faillite.

La frappe aérienne israélienne sur un site de recherche militaire près de Damas est la manière de Netanyahu et du régime de Tel Aviv de saluer l’imminence d’une politique néo-isolationniste prêtée à Hagel.



Ou encore Chauprade :
Crise du Mali : Deuxième partie
Carnet de bord d'Aymeric Chauprade, 03/02/2013 (en Français texte en anglais )
→ lien
Au regard des intérêts de la France en Afrique, la décision d’intervention militaire française apparaîtra, je le crois, comme une bonne décision.

Si la France se désengage d’une Afrique subsaharienne dans laquelle 20% de la population est touchée de plein fouet par la guerre, cela signifie qu’elle abandonne les richesses à l’Empire dominant (Washington) et à l’Empire montant (Pékin) pour ne recevoir en échange que la certitude d’une immigration massive. L’immigration choisie ne ferait que précipiter l’effondrement de l’Afrique. La seule politique réaliste revient à combiner flux d’immigration inversés et soutien actif au développement.

La France doit restaurer sa politique africaine. Plutôt que d’observer une neutralité de façade qui, dans les faits, profite à des gouvernements n’ayant plus d’autre activité que de piller leur pays et faire chanter Paris (Tchad), elle doit favoriser l’émergence d’une classe de dirigeants habitée par le Bien commun.

Il est cependant important de souligner que les causes de la guerre au Mali sont sensiblement différentes de celles de la guerre en Libye, en même temps d’ailleurs que la première est largement une conséquence de la deuxième.

Au moment où les groupes jihadistes fondaient vers le Sud du Mali, après s’être emparés de Tombouctou et Gao, il y avait 6000 Français vivant et travaillant à Bamako! Voilà, à mon sens, ce qu’un président français assumant de manière « normale » les intérêts de la France et la sécurité des Français aurait du simplement affirmer devant les Français pour justifier le déclenchement d’une opération militaire incontestablement unilatérale, et qui ne revêt pas le plus simple appareil de légalité internationale : « Si nous n’intervenons pas, nous n’aurons pas seulement 6 otages dans le Sahel, nous aurons 6000 otages français à Bamako« . Il y a là, me semble-t-il, une réalité sécuritaire qui s’imposait à tous, et donc quand même à Hollande, pressé par des militaires français qui voyaient l’armée malienne s’effondrer complètement face à la blitzkrieg touareg et jihadiste.

Ce faisant – et c’est là qu’un basculement sans doute historique s’est produit- la France, par son rôle protecteur, a retrouvé la « valeur ajoutée » qu’elle semblait avoir perdu aux yeux des dirigeants africains. La plupart des dirigeants africains francophones viennent de comprendre, s’ils ne l’avaient pas encore compris, qu’ils sont à la tête de pays non seulement sous-développés économiquement mais surtout fragiles dans leur existence même du fait de leurs contradictions identitaires et du faible degré unitaire de leur Etat-nation. Et au moment où l’Afrique suscite tous les appétîts, chinois, américains, islamiques (car les groupuscules islamistes ne sont que le bras armé de puissants États du Golfe comme l’Arabie Saoudite et le Qatar lesquels veulent prendre par la force les fruits des « arbres à madrassas » qu’ils ont planté depuis des décennies sur le continent africain), ces dirigeants commencent peut-être à comprendre que la France est le dernier État qui, bien qu’ayant aussi des intérêts matériels à défendre, est in fine capable de s’engager pour la défense de leur propre existence historique.

Le meilleur argument que la France peut mettre en avant pour justifier sa présence en Afrique, c’est le rôle protecteur qu’elle peut avoir pour les États africains, lesquels sont sans doute encore trop faibles pour protéger seuls leur souveraineté.



Mouais, tout ça me laisse dubitatif   

Alors que je débute en géopolitique, je vais tâcher de rester humble.

Mais il y a quand même deux grandes valeurs qui me semblent fondamentales :
   refuser l'impérialisme et le mauvais commerce, et chercher en revanche l'excellence,
   un peuple, une culture, une nation

Fort de ces deux piliers, j'ai du mal à justifier toutes ces entreprises va-t'en-guerre. Même si effectivement, l'intervention de la France semblait nécessaire, la situation est une conséquence de la guerre précédente en Libye (cf Lugan qui explique bien la question du clan d'origine de Khadafi, minoritaire mais stratégique, car constitué de nomades chameliers de Libye du sud en contact avec les touaregs).

Bref, tout leur pète à la gueule. On dirait de la maintenance dans une application au code pourri. Chaque fois qu'on intervient pour corriger un bug dans du code spaghetti, on crée deux regressions ailleurs... Il va falloir en finir avec ça. Et si Chauprade a peur des flux migratoires, rien ne nous oblige à les accepter...

Ensuite, je suis désolé, mais pour parler de souveraineté des nations africaines, encore faudrait-il que le terme nation y aie un sens... Je ne vois pas ce que des berbères touaregs peuvent bien faire dans la même nation que des noirs sub-sahariens.



M'est avis que l'Afrique a besoin de sortir de ces frontières tracées à la règle du temps de la colonisation, et de créer des pays correspondant à ses peuples... Des pays réels pour des peuples réels...

5 commentaires:

  1. A lire sur le sujet

    Grand jeu sahélien
    Mali : les véritables causes de la guerre

    Par Eros Sana

    http://www.bastamag.net/article2921.html

    RépondreSupprimer
  2. Ceux qui louent l'action de la France ne font que dire "super on défends notre bout de gras".
    Au dela de cet aspect prédatorial, ce que j'en retire personnellement, c'est que la région est destabilisée, que les révoltes arabes sont en train de faire tâche d'huile sur la périphérie, et qu'il faut batailler partout pour sécuriser l'accès aux ressources.

    Ce n'est rien d'autre que la confirmation de la crise du pic everything qu'on est en train de voir. Car si on replace dans ce contexte la situation est plus claire : l'egypte flambe aussi, etc...
    Pour l'instant, ça reste "gentil", chacun son près carré. Mais quand ça va se corser, les guerres par procuration vont se multiplier.

    Le partage actuel du monde est relativement stable, mais fragile à mon avis. Il a probablement été dessiné selon le contours des basins de ressources et non selon les peuples. Voila ce qui expliques pourquoi on a des nations artificiellement découpées. Ce ne sont pas des pays, mais des colonies d'un nouveau genre, des protectorats.

    Tout ceci est en danger a cause de la contestation de la mondialisation musulmane et de l'avidité chinoise qui a besoin de beaucoup de ressources.

    Le poids économique des pays change, les équilibres et les frontières vont changer. Nous rentrons dans un période de trouble. Certains pays seront des gros perdants. Je n'ai pas trop de doutes sur le sort qui attends la France vu les charlots au pouvoir qui se prennent pour des chefs de guerre alors qu'ils ne sont même pas capable de faire un discours qui se tienne.

    Oui Moullande baisse son froc avec ses excuses passéistes et idéologie égalitaire.
    Il croit avoir obtenu une victoire au Mali. Les résistants/terroristes n'ont fait que migrer un peu plus loin et sans force d'occupation, ils reviendront. Donc, ca va nous coûter de plus en plus cher. Hors nous ne sommes plus compétitifs, notre économie sombre, nous n'avons pas les moyens. Ou alors, pour sauver les mines d'uranium il faudra sacrifier ... je ne sais pas, des retraites, un morceau de la sécu, etc... ce qui ne fera qu'accélérer les choses car ils font tout de travers.

    Trop de pays sont mieux gérés que nous et ne se bercent pas d'illusions. On ne fera pas le poids très longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop de pays sont mieux gérés que nous et ne se bercent pas d'illusions. On ne fera pas le poids très longtemps.


      Pays mieux géré ?? Lesquels, le couple US-UK ?? Et leurs factures militaires à eux qui va la régler : Les Chinois, les Irakiens, les Iraniens ?

      "Tout ceci est en danger a cause de la contestation de la mondialisation musulmane et de l'avidité chinoise qui a besoin de beaucoup de ressources."
      Non les cartes géopolitiques vont être redistribuées car:
      -La super puissance d'hier (les USA) sont ruinés et que sa monnaie qui assurer sa prédominance économique est totalement discréditée !!!
      -Les Islamistes politiques (talibans et frères musulmans) financés et instrumentalisés par les USA ne prennent pas le pouvoir si facilement : en Egypte si n’est pas si simple par exemple !!!

      « Le poids économique des pays change, les équilibres et les frontières vont changer. Nous rentrons dans un période de trouble. Certains pays seront des gros perdants. Je n'ai pas trop de doutes sur le sort qui attend la France vu les charlots au pouvoir qui se prennent pour des chefs de guerre alors qu'ils ne sont mêmes pas capable de faire un discours qui se tienne. »

      C’est là je suis plus nuancé que vous, je pense qu’on est face au futur éclatement du dollar, de Wallstreet et de la city !! Il y aura forcément implosion de la globalisation et formation d’un monde plus multipolaire où l’Europe continental va devoir trouver un mode de fonctionnement sans la protection des Anglo-saxons (OTAN et UE), et où la France de par sa capacité nucléaire sera de toute importance !! La remarque du ministre allemand Schauble sur le fait que son pays n’a pas vocation à avoir un poids géostratégique était pour moi comique !!! Les allemands sont soit disant les leaders de l’Europe mais sont incapables d’avoir une politique étrangère en dehors des volontés des USA !! Et comment interpréter la remarque du chef des armées Suédoise qui a dit que fasse à la baisse des dépenses militaires de son pays et à la paupérisation de ses armées, il ne pourrait pas résister plus de 2 jours si on attaque son pays !! Alors les belges, les hollandais ou les espagnols choisiront-ils les machines outils allemandes ou les ogives nucléaires françaises pour asseoir leur sécurité ???

      Supprimer
    2. Les allemands se font tapper dessus depuis la fin de la derniere guerre, qu'ils n'aient pas envie de se risquer a faire de la geopolitique ca peut se comprendre !
      Je les verrais bien par contre penser a une alliance avec les russes pour la protection. Ils fournissent le bon acier allemand, en echange les russes apportent les bottes.

      Il est clair que les muscles francais seront importants, mais il faut aussi pouvoir financer tout ca... et alors qui va payer ? Les teutons ?

      Supprimer
  3. Il faudrait prendre une carte "ethnique" et des langues de la France, et d'autres "nations" actuelles il y a 300 ans, ca ne serait souvent pas mieux.

    Les choses ne sont pas figées, l'histoire est en mouvement. Exemple au Gabon et dans d'autres villes et régions d'Afrique francophone ou il y a brassage de populations, et ou le français est parfois devenu langue maternelle ou en passe de l'être pour une partie importante de la population.

    Sur ce sujet, je recommande le très instructif site de l'université de Laval (Quebec) sur la francophonie et ses chiffres. Notamment en Afrique, ici pour le Gabon :
    http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/afrique/gabon.htm

    Ce que dit Lugan est intéressant, mais porte en lui le problème des visions très à droite, à savoir souvent le conservatisme de l'absence d'imagination avec la seule prise en compte du moment présent, sans prendre en compte l'évolution créatrice des choses.
    Donc ce qu'il dit est certainement juste, mais peut être pas. Car l'avenir est encore ce qui y a de plus difficile à prévoir...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.