dimanche 17 mars 2013

Affaire Merah et 11 septembre du pauvre

Je ne connais pas la source spécifique que je poste, mais elle fait référence à des articles de la presse officielle, sourcés, ainsi que des émissions de télévision grand public...

A chacun de se faire son idée... Surtout sur le dernier passage sur le colt 45...

Affaire Merah: la mère d’une victime accuse Valls de « cacher des choses »
Hicham Hamza, 15/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Affaire d’État. Ce vendredi, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a remis, à titre posthume, les insignes de chevalier de la Légion d’honneur au caporal Mohamed Farah Chems Eddine Legouad, abattu le 15 mars 2012 par le « tueur au scooter ». Inhumé dans le carré musulman d’un cimetière de la banlieue lyonnaise, le jeune soldat avait été atteint, à l’âge de 23 ans, de plusieurs balles placées entre la tête et le haut du thorax.

legouad

Hier soir, la mère du défunt, Djemaa Legouad, était invitée sur le plateau du Grand Journal de Canal+ en compagnie de son avocat Olivier Morice. Face à eux était présent Manuel Valls, ministre de l’Intérieur. Il s’agissait là de la première apparition médiatique de cette femme originaire de Constantine.

valls legouad

Contrairement aux autres avocats des familles de victimes, maître Morice continue de pointer du doigt le ministre de l’Intérieur, soupçonné de dissimuler ou de retarder la divulgation de pièces essentielles du dossier Merah. A deux reprises, Djemaa Legouad, emplie de colère et avec dignité, l’interpella en ces termes : « J’ai l’impression que vous nous cachez des choses ».


[extrait visible à partir de la 4ème minute de la vidéo ci-dessus]

Lors de son vif échange avec Manuel Valls, l’avocat de la mère endeuillée a, quant à lui, exhibé une mystérieuse photo, récemment dévoilée à l’écran par le documentaire de France 3 consacré à l’affaire Merah.

morice valls

Le 23 novembre, l’auteur de ces lignes soulignait déjà l’importance de ce cliché :

« Autre élément intrigant : comme l’a révélé Libération le 8 novembre, la photo de vidéo-surveillance d’un homme « «grand, baraqué, au teint cuivré » aperçu avec Mohamed Merah avant son départ -en août 2011- au Pakistan ne figure pas dans le dossier fourni par la DCRI à la justice. Pourquoi cette rétention ? S’agit-il d’un membre présumé d’une cellule terroriste, d’un indicateur de la police ou de l’officier traitant de la DCRI?

L’identification de cet homme est cruciale : capturée le 17 août 2011, l’image révèle peut-être l’existence d’un personnage essentiel pour comprendre le parcours ultérieur de Mohamed Merah. Curieusement, cette photographie avait été réalisée par l’antenne toulousaine de la DCRI -la Direction centrale du renseignement intérieur- alors que celle-ci affirma, par la suite, ne pas avoir eu connaissance du départ de Merah pour le Pakistan, deux jours seulement plus tard. Selon la version officielle promulguée par le clan Sarkozy (Claude Guéant, Bernard Squarcini, François Molins), le jeune Toulousain aurait alors pris, depuis l’aéroport de Roissy, son envol à destination de Lahore sans que la DCRI -via la police de l’air et des frontières- n’ait été alertée. Prétexte invoqué par les policiers et jugé valable (page 4) par le ministère de l’Intérieur : l’homme avait d’abord fait une escale à Oman, un lieu ne faisant pas partie des 31 destinations surveillées par les services de renseignements.

Autre aspect toujours passé sous silence : l’arme qui a froidement permis d’abattre quatre des sept victimes (les trois soldats et la fille du directeur du collège juif) était un colt 45 disposant d’une particularité troublante. Selon un expert en armes, ce pistolet semi-automatique de calibre 11.43 mm était caractérisé par une modification spécifique aux forces d’élite de la police française. Il est « difficile de croire que Merah ait pu apprendre cette technique dans un camp d’entraînement au Pakistan. Pour en avoir le coeur net, encore faut-il mener l’enquête. À ma connaissance, rien n’a été fait de ce côté-là », précise le spécialiste.

lors-de-l-hommage-a-mohamed-legouad-a-meyzieu-quelques-jours-apres-la-mort-du-militaire-tombe-a-montauban-sous-les-balles-de-mohamed-merah-photo-pierre-augros

Heureusement que Fourrest et Cohen sont là pour expliquer aux veaux que le complotisme, c'est désormais du même ordre que l'antisémitisme...

8 commentaires:

  1. L'affaire Merah 15 mars 2012, élection mai 2012.

    Prise d'otages d'Ouvéa : intervention le 22 avril 1998, élection mai 1998.

    Dans les deux cas, on profite d'une opportunité pour en faire un drame à des fins politiques.

    Dans les deux cas, c'est un flop :

    -les Kanak n'était pas des terroristes idéales mais plutôt des victimes d'un envahisseur.

    - Merah lui, commettra l'erreur de ne butter que des victimes dont les français de souche auront du mal à s'identifier.

    Pire, avec les 3 soldats, on sème le doute : Y aurait-il des bons arabes et des mauvais arabes ?

    Il blessera aussi grièvement un black ayant en plus la mauvaise idée d'être chrétien et français depuis plus longtemps que de très nombreux français en i, ez, es, sky etc ...

    Je ne m'attarde pas sur les juifs, pas très FN compatible avec leur double nationalité et habitué à être des victimes innocentes et depuis peu, partageant leur mauvais sort avec un peuple palestinien qui n'en demandait pas tant.

    RépondreSupprimer
  2. Ne pas oublier Loïc Liber, un black antillais devenu tétraplégique (une paille !), et un petit reportage sympa de LCI où on voit très bien que merah était connu de la police et tellement doué qu'"il nous a roulé dans la farine" dixit Claude Guéant. Ben voyons un petit loulou des banlieue qui berne l'anti-terrorisme.

    http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/loic-liber-seul-survivant-des-4-militaires-vises-par-merah-7876303.html

    RépondreSupprimer
  3. pour aider les complotistes:le coup de la fusillade pendant 30? minutes n'est pas plausible.ils auraient pu aussi l'avoir avec des gazs endormissants.enfin il semble que la tombe est gardée en permanence par des gendarmes.je doute qu'un de ses proches ait pu voir le cadavre.je remarque que c'est arrivé avant les élections.comme pour le 11 septembre,on ne sait rien de précis et il y a des tonnes de mensonges.l'opacité est voulue meme si cela ne signifie pas que les gouvernements sont responsables..

    RépondreSupprimer
  4. La grotte d'ouvea à eu lieu en 1988.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, mais ça ne change rien à la démonstration : Ouvéa avril 1988 pour l’élection de mai 1988.

      Témoignage du capitaine du GIGN Philippe Legorjus :

      Capturé le 27 avril 1988 et relâché le soir-même, il participe aux négociations avant l’assaut de la grotte d’Ouvéa où 27 gendarmes étaient retenus en otage. Selon lui, le bain de sang (11 preneurs d'otages sur 19 tués, ainsi que 2 militaires) aurait pu être évité et trois Kanaks seraient morts faute de soins appropriés ou victimes d'exécution sommaire

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Legorjus

      Un film relate les évènements : "L'Ordre et la morale"

      http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=131422.html

      Supprimer
  5. Pourtant on nous avait bien dit, au début, qu'il s'agissait d'un méchant d'extrême droite aux yeux bleus (avec un Messerschmitt 109 tatoué sur l'épaule droite) - si, si...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un ami norvégien qui m'a tout de suite dit qu'il était totalement inconcevable que ce soit un méchant d'extrême droite aux yeux bleus.

      https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRwTpRO8zRfaUMYXRLdZeWSm5DtZVB4GjkinZHcV8fydoJRxbl_

      Supprimer
  6. Si l'arme a été volé chez un tireur sportif elle peut avoir les même "modification spécifique aux forces d’élite de la police française."

    Quelles sont ces "modification spécifique" ?

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.