samedi 2 mars 2013

Alors ? Un clown le Grillo ?

Décidément, j'ai eu le nez creux hier soir...   

Grillo prend bien en otage le 3ème réservoir mondial à fausse épargne.

Allemagne: Beppe Grillo veut renégocier la dette italienne
Les Echos, 02/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Beppe Grillo, ancien comique italien et leader du mouvement politique Cinq Etoiles (M5S), qui a réuni 25,5% des suffrages lors des législatives en Italie, veut renégocier la dette de son pays, selon des déclarations à l'hebdomadaire allemand Focus.

"Nous sommes écrasés - non pas par l'euro mais par notre endettement. Quand les intérêts atteignent 100 milliards d'euros par an, on est mort. Il n'y a pas d'alternative" à une renégociation de la dette, a affirmé M. Grillo.

Il a comparé les obligations émises par les États avec des actions d'entreprises: "quand j'achète une action d'une société, et qu'elle fait faillite, c'est pas de chance. J'ai pris un risque - et j'ai perdu", a-t-il ajouté.

Il affirme également que la situation est si précaire en Italie que "dans six mois (...) on ne pourra plus payer les retraites et les salaires du service public".

Selon Focus, qui cite M. Grillo au style indirect, si la situation financière de l'Italie n'est pas modifiée, elle quittera l'euro et reviendra à la lire.

En Allemagne, des voix se sont déjà fait entendre pour réclamer une sortie de l'Italie de la zone euro, si un gouvernement prêt à continuer les réformes structurelles n'est pas mis en place, dans la frange euro-sceptique de la coalition gouvernementale de la chancelière Angela Merkel.

Et vous lisez bien.

Contrairement aux socio traitres d'extrême gôche et d'extrême droâte qui veulent monétiser la dette, c'est à dire dévaluer les productifs, pour garantir le paiement de la dette odieuse, Grillo, lui, parle bien de renégociation, c'est à dire de défaut !

Et ça répond aussi à ce lecteur qui commente toujours sur l'impasse des 25% en démocratie, comme quoi le système est verrouillé...

Sauf que voila, même avec seulement 25%, vous allez voir la tronche des taux italiens lundi. Et une telle annonce a toutes les chances de devenir auto réalisatrice.

Bref, il se pourrait bien que Grillo signe la fin de partie de kick the can et détruise le ponzi occidental, et tout le projet de Babel ou la mort qui va avec.

Et surtout, il m'apparaît beaucoup moins con que ce qu'on veut nous faire croire... On dirait presque qu'il a très bien compris la nature profonde du système. Et franchement, ça ne m'étonnerait pas qu'il finisse assassiné d'ailleurs...

Et si ça se trouve, le "clown", tous les enfants apprendront son nom dans 300 ans dans les livres d'histoire, quand les Barroso et Von Rampuy seront passés aux poubelles de l'histoire...

Reste l'idée qu'il ne s'agit pas de savoir si on va faire faillite, mais de savoir qui va faire faillite le premier entre le Japon, les USA, et l'Europe... Mais vu comme tout le système financier est imbriqué, j'ai bien peur que la faillite de l'Italie se propage partout comme une trainée de poudre.

Quoi qu'il en soit... Un clown le Grillo ?

En même temps, j'ai une boule au ventre à l'idée du merdier que ça peut vite devenir... Se confronter enfin au réel et arrêter le mensonge ne peut que faire très mal. Mais il va bien falloir y passer, tôt ou tard. On n'échappe pas indéfiniment au réel.

Mais je flippe déjà de ce que ça va déclencher concrètement...   

10 commentaires:

  1. ça fait chier j'ai pas mis de capote

    d'un autre coté vous pouvez rappeler comment monti est arriver à la direction du paquebot italia ?

    RépondreSupprimer
  2. Si seulement ça pouvait arriver.
    Mais je pense que les autres partis arriveront à un truc du genre gouvernement d'union nationale de la dernière chance pour contrer "le Clown" (on va lui donner une lettre de noblesse, non ?).
    Berlusconi serait ravi de faire disparaitre tous ses ennuis judiciaires d'un coup de baguette magique...

    Lewu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes " - Bossuet

      Il faut bien comprendre tout ce que ça signifie, notamment en terme de niveau de vie et de prélèvement de tribut sur le reste du monde...

      Qui plus est, quand tu vois les scénarios à la San Giorgio, perso, j'aimerais vraiment que ça se passe sur la durée. J'aimerais que nos élites fassent le constat de l'échec de leur plan de Babel ou la mort et organisent une sortie concertée, organisée, vers un nouveau consensus plus réaliste.

      Je ne veux pas que la folie de destruction s'empare des hommes. J'ai une famille, une gamine. Je ne souhaite de mal à personne...

      Et si ça devait partir en sucette, on verra qui sont les hommes de bonne volonté, avec de vraies valeurs humanistes, et les autres...

      Supprimer
  3. Il me semble que l'Italie n'a plus déficit primaire.
    Ie. Ils n'empruntent plus pour payer leurs dépenses mais uniquement pour le service de leur dette.
    Ils peuvent donc faire défaut de 100% de leur dette !
    Seuls les créditeurs seront impactés.

    Par contre nous.....

    RépondreSupprimer
  4. Arrête de flipper gamin sur l'explosion du système ! Take it easy ...

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai, l'effondrement du système est sans doute pour bientôt. Moi aussi j'oscille entre l'envie que toute cette mascarade cesse et la peur du lendemain suite à l'effondrement.

    J'ai acheté le livre "rues barbares - survivre en ville" de Piero San Giorgio et Vol West, mais je n'ai pas encore eu le temps de le lire car je lis d'abord "Les faits sont têtus" d'Olivier Berruyer après avoir déjà lu son "STOP ! Tirons les leçons de la crise". Ses livres sont des mines d'information avec des tas de statistiques et des données historiques qui permettent de bien comprendre le monde dans lequel on vit.

    J'achèterai sans doute aussi l'autre livre de San Giorgio car je vis à moitié en campagne...

    Les élites aussi commencent à flipper. Voir cette excellent débat du 1er mars 2013 dans l'émission "Les experts" sur BFM Business où Philippe Dessertine fini par lâcher "ça va péter !" :
    http://bcove.me/7nevythh

    Si vous avez d'autres livres intéressants à lire pour se préparer au monde de demain, je suis preneur.

    Courage à vous tous pour affronter ce futur qui risque d'être hautement dangereux...

    Ben.

    RépondreSupprimer
  6. Pas compliqué : en France on s'endette à hauteur de 800 euros par mois et par actif en ce moment. Il suffit de les retrancher des revenus de chacun pour voir ce que ça va donner dans quelques années...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La révolution n'est pas pour demain.
      Les gens feront tout pour éviter la faillite.
      Même le petit peuple à quelque chose à sauver.
      La faillite d'abord, la révolution après.
      On ne fait pas la révolution pour des idées
      mais parce qu'on a le ventre vide.
      il y a encore beaucoup d'argent sous les matelas.

      Supprimer
  7. "Contrairement aux socio traitres d'extrême gôche et d'extrême droâte qui veulent monétiser la dette"

    Tu te trompes.Il veut rediscuter la dette de l'Italie, et pour l'obtenir, il menace de quitter l'euro.
    La Marine fait l'inverse pour obtenir exactement le même résultat.
    Le Méchant c.. est aux ordres de ses maîtres pour juste syphoner des voix à la Marine et l'empêcher autant que possible de provoquer le même genre de situation qui arrive en Italie.
    Le postier de luxe, c'est idem.

    RépondreSupprimer
  8. Trop d'intérêts sont en jeu pour que ça pète. Faut arrêter de se faire peur. Là le Grillo il fait son tour de piste. Ils vont pas trouver de gouvernement en Italie. Retour aux urnes.

    Le moment décisif va être se situer là en fait: soit Grillo confirme et obtient une majorité et LA tu pourras commencer à flipper, soit les italiens vont se résigner/constater que cela ne fait que bloquer l'italie et voter pour un ancien parti de gouvernement. On nous refait le coup de la Grèce. Perso ça m'inquiète pas du tout. Je pense que les italiens feront ce qu'il faut à la fois pour que l'Italie soit gouvernable ET que les européens soient bien emmer*** : voter Berlusconi...

    La dette italienne sera un jour renégocié, ça je n'en doute pas; mais c'est pas pour demain. Grillo joue simplement le coup d'après. Et même s'il passe le coup d'après, aura t-il vraiment le courage de précipiter l'Italie (fort divisé entre Nord et Sud) dans ce qui serait la plus grave crise de son histoire depuis qu'elle existe en tant que pays uni? Allons allons...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.