vendredi 1 mars 2013

Bruno Bertez : Conjoncture: toujours plein sud

Mister Market and Doctor Conjoncture du Jeudi 28 Février 2013 : Conjoncture: toujours plein sud par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 28/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Quand on regarde les indicateurs conjoncturels de la France , indicateurs coïncidents ou avancés, on écarquille les yeux , tant la dégradation est rapide et profonde.

Reprenant la merveilleuse chanson de Nino Ferrer, « On dirait le Sud … », le temps dure longtemps .. Les entreprises et les chômeurs français risquent de la trouver longue l’année 2013. Hélas, aucune lumière au fond du tunnel, la locomotive de la politique est lancée, elle écrase l’économie sur son passage.

Les indices Markit viennent de sortir, ils sont inquiétants, pour ne pas dire horribles.

Les ventes au détail en Europe continuent et vont continuer leur descente aux enfers, plein sud. La France pédale dur pour rejoindre les pestiférés dans leur dégringolade abyssale.







Nous l’avons écrit et nous le répétons, c’est notre message prioritaire, le problème pour nous n’est pas l’Italie, mais la menace de changement de statut de la France.

La France est sur le fil, à la frontière qui sépare les pays du « core » et les pays du sud et elle évolue plein sud plutôt que vers le nord. Plein sud, non seulement au niveau de la conjoncture et des grands équilibres, mais aussi au niveau du discours sur les changes et du positionnement européen.

On continue de croire que l’on a les moyens de faire bifurquer la politique européenne. Les Allemands sont gentils en ce moment, ils évitent la confrontation frontale avec les Français, mais les remarques obliques sont significatives. Une sorte de test se joue en coulisses. Et les Français n’en sortiront pas gagnants.
Les ventes au détail sont en forte chute à la fois en mois sur mois et année sur année. Elles sont mauvaises et, en plus, en-dessous des prévisions. Le PMI ressort à 42,3 en Février contre 42.7 en Janvier. Les chiffres en-dessous de 50 sont des chiffres qui pointent vers la récession.

Le taux de contraction de l’économie française semble encore s’accélérer.

Voici le résumé européen:

- France 42,3 plus bas de 6 mois
- Italie 40,6 plus bas de 5 mois
- Allemagne 47,6 plus bas de 2 mois.

On notera que l’Allemagne est gagnée par la détérioration. Avec cette constatation et la dégringolade française, la notion de « core » parait vacillante.





A part un choc psychologique qui serait provoqué par un changement public de cap politique, un remaniement et quelques mises à la porte de personnalités trop marquées et maladroites, nous ne voyons pas ce qui pourrait ralentir la chute.

La seule réaction de la tête de l’Etat à ce stade est l’incantation, nous répétons cette vérité de base que connait tout bon gestionnaire d’entreprise : « l’espoir n’est pas une stratégie ».

Si vous intervenez sur les marchés, surveillez les corrélations des emprunts français.

Pour l’instant, ils restent corrélés à ceux de l’Allemagne, mais des divergences commencent à apparaitre. Quand les corrélations avec l’Allemagne faibliront et que celles avec le sud se noueront, ce sera le début de la fin. Surveillez le 5 et le 10 ans, et bien sûr les CDS. Suivez aussi le contrat OAT et ses indications graphiques.

3 commentaires:

  1. Bertez, comme beaucoup d'autres, fait une erreur grossière.

    Expliquez moi comment la BCE et la mafia bruxelloise laisseront tomber la France... quand l'histoire démontre qu'elle a soutenu, de façon irrévocable, tous les autres pays en difficulté ?

    Successivement : Grèce, Irelande, Portugal, Espagne, Italie, et même des confettis comme Chypre.

    ?

    Ca n'a aucun sens.

    Bertez, comme BA, sentent le précipice et veulent lire dans des indicateurs "normaux" (c'est à dire les obligations d'état) le futur.

    Ca marchait avant le changement de paradigme.

    Mais plus maintenant.

    Regardez l'italie. Lundi c'était la fin du monde après les élections. Bourses en chute. Taux sur le souverain italien en forte hausse.

    3 jours après... tout est effacé.

    La 66646897888ème crise est terminé.
    ;-)

    Revenons à l'article. Donc oui la France fonce vers le mur. C'est indéniable.

    Mais il est totalement faux de dire "surveillez le 5 et le 10 ans".

    IL NE SE PASSERA RIEN.

    Les seuls vrais indicateurs, ceux qui montrent le réel, ce sont... les XXXXXX de veaux qui perdent leur emploi chaque mois, dans de nombreux pays. Ainsi que les XXXXXX entreprises qui ferment.

    Voilà.

    Le reste relève du "signe", de l'incantation, comme le dit Bertez (lui qui pourtant est un expert en déchiffrage de signes).

    Les veaux sans boulot, sans revenu, à bout, ça c'est du concret, un vrai signe qui permet de décoder la situation.

    Les OAT, c'est devenu un truc totalement virtuel, car manipulé à fond.

    Et il est bien évident que le processus prendra du temps (je me tue à le répéter à BA depuis... 2009 sans doute).

    Le juge de paix c'est l'économie réelle : les mecs sans boulot, les boites qui ferment.
    CQFD.

    Le vrai potentiel disruptif il est là.

    Vous voulez "le changement c'est maintenant" ? Priez pour que le chômage continue d'exploser, les queues à la soupe populaire.

    Vous êtes un faux prophète, un gôcho, un UMPISTE idiot utile ?
    Priez pour le "cycle", la "relance", la "fin de l'austérité", les "politiques accomodantes".

    Le choix est clair. Choisissez votre camp. C'est blanc ou noir. Ca ne peut pas être gris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais une erreur d'analyse.
      Ce n'est pas la "BCE" qui soutient les pays du sud, c'est l'Allemagne ... et la France !

      L'Europe c'est 2 piliers : la France et l'Allemagne.

      Les Allemands jouent la montre jusqu'au élections. La France coule en revanche.

      La BCE interviendra oui pour temporiser, mais ne crois pas non plus que ce soit totalement magique.

      Je surveille le spread FRA/GER depuis un bon moment déjà (2 ans je crois). Il avait commencé a diverger, mais il est stabilisé suite au MES je crois.

      Bertez a raison, ce sera le signal de la contamination et qu'on rejoint la camp des pestiféré.
      Ensuite, l'Euro explosera.

      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord avec "Anonyme 1 mars 2013 10:11" mais en pire.

      Les XXXXXX de "veaux", les XXXXXX entreprises qui ferment, rien ne prouve que ça suffira, à moins d'en arriver aux émeutes de la faim comme en Egypte et c'est pas demain la veille. N'oublie pas non plus que beaucoup se recyclent dans l'économie au black (qui est un paradis fiscal).

      Concernant les veaux, arrêtez d'être méprisant : combien de Français ont voté pour Sarko en 2007 ou Holland en 2012 ? 19M et 18M même pas la moitié des inscrits et parmi eux combien ont voté contre Ségolène en 2007 et contre Sarko en 2012 ? A mon avis un très grand nombre. Sans compter ceux qui votent car ils pensent qu'il y ont un intérêt.

      Alors, toi joli taureaux tu fais comment quand aucun candidat ne porte tes idées, ni de près ni de loin ?

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.