jeudi 28 mars 2013

Ca craque de partout

Le sénat défie le gouvernement en votant un texte UMP
Le parisien, 28/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Un camouflet. Le sénat a voté contre l'avis du gouvernement, à la quasi-unanimité, un texte UMP prévoyant la suppression des allocations familiales et de l'allocation de rentrée scolaire aux familles qui ont perdu la garde de leurs enfants par décision de justice.



Le malaise et le doute grandissent chez les élus PS
Le Figaro, 28/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La première est venue du député Pascal Cherki (aile gauche du PS). Mardi, dans les couloirs de l'Assemblée nationale, l'élu de Paris a interpellé le président, l'incitant à «arrêter ces discours que personne n'entend, ne comprend, cette nov­langue imbitable». «Il faut fixer des objectifs clairs, a-t-il insisté. Arrêter avec cette obsession de réduction des déficits.» Le député enfonce le clou: «Quand on est président de la deuxième puissance économique de l'Europe, on doit arrêter de jouer petit bras (…). Quand on est président de la France, on n'est pas conseiller général.»

Même critique adressée par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg au premier ministre Jean-Marc Ayrault, selon les auteurs de Florange, la tragédie de la gauche (Plon), en librairie cette semaine. Les journalistes Valérie Astruc (France 2) et Elsa Freyssenet (Les Échos) rapportent un échange entre Montebourg et Hollande en pleine «affaire Florange». «C'est bien simple, tu as nommé un élu local à la tête du gouvernement», lance le ministre, qui enfonce le clou: «Il a l'envergure d'un élu local, il aurait dû rester un élu local!» La révélation de cet échange, qui date de plusieurs mois, tombe mal pour l'exécutif et ajoute au malaise. Jean-Luc Mélenchon ne s'est pas privé d'en faire ses choux gras mercredi: «Que mes attaquants de Matignon et de l'Élysée répondent d'abord à ceux des leurs qui les mettent en cause aussi sévèrement (…), a lancé le leader du Front de gauche. Et qu'ils se demandent pourquoi tant de gens à gauche pensent et parlent de même à leur sujet!» Ambiance.



Sondage BVA-Nice-Matin: Hollande n'a que 29% de bonnes opinions en Paca
var matin, 28/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien


Pourquoi la baisse du pouvoir d'achat va encore s'aggraver
Challenges, 28/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La baisse du pouvoir d'achat sera encore plus forte en 2013

Que faut-il attendre pour 2013? L’Insee prévoit que les revenus d’activité continuent à ralentir (+0,4% au premier semestre après +0,9% au second semestre 2012) sous le double effet de moindres augmentations de salaires et de la poursuite de la progression du chômage. Les hausses d’impôts marqueraient une pause au premier semestre avant de repartir de plus belle en fin d’année lorsque le choc fiscal de François Hollande commencera produire ses effets, notamment la poursuite de la non-indexation du barème de l’IR, la création de la tranche à 45% ou encore la baisse du plafond du quotient familial. Autant dire qu’il ne faut rien attendre de bon pour votre pouvoir d’achat cette année. Reste une question : les Français vont-ils comme en 2012 continuer à consommer en sacrifiant leur épargne? Ou bien cette baisse du pouvoir d'achat aura-t-elle un impact sensible sur la consommation et, par voie de conséquence, sur la croissance ?

29 commentaires:

  1. Ca craque de partout, c'est en effet le sentiment du jour.
    Jolie diagonale Nord-Est / Sud-Ouest, au passage.

    RépondreSupprimer
  2. quelle blague !

    Sarko est parti en laissant 120 milliards de trous annuels pour 1 800 de budget familial
    en 10 ans de Chirac + Sarko, la dette a doublée (passant de 850 à 1 700)
    on est à 100 de trous / 1 800 = 5,55 % non ?

    sauf erreur ça veut donc dire qu'en gros on vit presque 6 % au dessus de nos moyens (si on veut un peu de marge pour rembourser un chouia un jour)

    à la louche, notre niveau de vie global moyen en croissance zéro doit baisser de 6 %

    comme on va pas prendre de pognon à ceux qui n'ont rien, ça devrait faire à la louche moins 0 % en dessous de 1 200 euros, 2 ou 3 % aux alentours de 1 500 euros, 7 % à 2 000, 8 % à 2 500 et 10 à 12 % au delà

    et pour croire qu'on va sortir de 40 ans de gabegie en 3 ou 4 ans, faut être ou naïf ou stupide
    si on s'en dépatouille en moins de 15 ans, ça sera beau

    j'ai bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui.
      Tu as bon : on va pas sortir par la magie de F. Hollande de 30 ans de conneries en 1 / 2 ou 3 ans de gouvernement qu'il soit socialiste ou pas.

      Ceux qui critiquent Hollande ont raison. Cependant, ils critiquent aussi et surtout ceux qui l'ont précédé !
      Sarko = 500 milliards de dettes supplémentaires en 5 ans.

      A l'époque aucun électeur de droite ne songeait à critiquer : il fallait faire la déduction des intérêts d'emprunt, la guerre en Lybie, une France de proprio, le crédit révolving hypothécaire, la prime à la casse, etc...
      Bravo la Droite !

      Aujourd'hui, ce pauvre Hollande essaye de redresser la barre.
      Peut-être n'y arrivera-t-il pas parce qu'il n'est pas à la hauteur, peut-être parce que personne ne le pourrait, peut-être parce qu'il est trop tard...

      Bref.

      Supprimer
    2. Peut-être aussi parce qu'il ne s'est pas rendu compte du gouffre en arrivant.

      Oui, lycéen, tu as raison, le niveau de vie global va (doit?) baisser. Il n'est pas cependant nécessaire que cela se fasse par une hausse de la fiscalité.

      Supprimer
    3. Exactement. On a fait de la croissance Potemkine en dépensant de l'argent que l'on a jamais eu, dès lors, on va devoir le payer par une longue récession qui nous ramènerait à un PIB légitime, sans croissance au crique.

      Et aussi d'accord sur le fait que les Français n'ont pas vu le début d'un commencement d'austérité.

      Mais puisque qu'en France on voit l'austérité comme passer d'une Rolls-Royce à une Renault...

      Supprimer
    4. non t'as pas bon.qu'est ce que c'est qu'une reforme a la hollande?la réforme des retraites par exemple:on augmente les cotisations du privé et on verse a 35 ans une retraite a un musicien de l'armée ou une secrétaire ratp a 50 ans.le clientélisme ne se réforme pas en france c'est une certitude,le clientèlisme ne peut se terminer que dans l'efondrement ou un régime totalitaire

      Supprimer
    5. J'ai voté Sego en 2007 car je ne pouvais vraiment pas voir en peinture notre mielleux à talonnette.

      A l'époque, je me suis dit qu'on allait se faire mettre des quenelles de 150 mais qu'au moins ce nase aurait allait remettre de l'ordre dans les dérives de gauche ...

      MÊME PAS, ça aura vraiment été un président de merde.

      Avec Hollande au moins, on a aucun espoir, on ne sera donc pas déçu.

      Supprimer
  3. Le changement (de président), c'est maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourquoi pas rigolé 5 minutes avec melenchon 1 er sinistre de france.

      Supprimer
  4. C'est mignon tout plein mais le message porté par ces cuistres consiste à dire qu'il y a trop d'austérité, et trop de réductions de déficits... Quand est ce que ces cons comprendront qu'il n'y a aucune rigueur en France et que nous claquons encore des tombereaux de pognon...Ils protestent mais pour en avoir encore plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec Alecton : on se félicite de l'apparition (j'en doute personnellement) d'une forme de dissidence, de mécontentement... mais portée par des mecs qui sont encore plus allumés que Hollande, et en tout cas avec de mauvais argument.

      Illustration carricaturale avec le député PS Cherki. Certes il critique Neuneu mais avec une argumentation totalement délirante : "Arrêter avec cette obsession de réduction des déficits." !!!!

      Et c'est ce mec que vous applaudissez ?

      C'est qui Cherki ? Un maxi clown quand Hollande est un clown tout court.

      Il dit quoi en substance Cherki : continuons à distribuer du pognon gratuit, via endettement et spoliation légale, pour éviter de se prendre la tête, car mesdames messieurs l'"austérité" ça fait un peu mal.

      Du grand, du grand n'importe quoi.

      Supprimer
  5. Mais il faut absolument bloquer les loyers ,bon sang , 30% du revenu des ménages dans ce poste c'est une aberration.Les charges augmentent sans arrêt
    L'indexation des salaires sur l'inflation :une douce rigolade !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca c'est bien l'idée la plus conne que j'ai pu entendre aujourd'hui.
      D'une part, cette stupidité a déjà été essayée et a engendré justement une explosion du prix des loyers (1918-1939) par l'entretien d'une pénurie artificielle. D'autre part, il est aussi moralement condamnable de bloque les loyers que de ponctionner directement sur les comptes des déposants chypriotes (ou français) ; c'est juste une violation de la propriété privée....

      Il faut arreter avec le socialisme et libérer le marché (fin des subventions et libération des contraintes d'urbanisme....) ; seul le marché peut régler ce problème, cela fait trente ans qu'on bidouille l'immobilier, ça ne fonctionne pas.

      Supprimer
    2. Mais bien entendu !
      La marché...Comment ne n'y avons-nous pas pensé plus tôt ?!

      Comme si il n'avait pas assez fait de dégâts.
      Remember les subprimes...et le reste.

      Ha ça ! On a laissé faire...

      Supprimer
    3. Dans le fond, difficile de ne pas être d'accord Alecton mais de grâce les libéraux SORTEZ enfin de votre bulle intellectuelle bien confortable et cessez de brandir à tout bras vos idoles "le marché ! le marché ! le marché !". Les "marchés" pas plus que les états ne règleront quoi que ce soit. Le jeu a changé. Les doctrines du XXème siècles ne valent rien.

      Le jour où vous brûlerez vos idoles et mettrez un peu d'eau dans votre vin, le dialogue redeviendra enfin possible et vous verrez qu'il y a bien plus d'affinités que vous ne le pensez avec vos opposants que vous qualifiez avec mépris et indiscernement de "socialistes" ou de réactionnaire opposés au dieu-Progrès. Il restera les idées et les idées on en a bien besoin. Et les bonnes idées libérales c'est pas ce qui manque.

      Supprimer
    4. D'accord avec toi Grogro.

      Mais plus précisément, je dirais que il faut laisser faire le marché mais que pour que ce marché fonctionne, il faut des règles si possible simple mais robuste.

      L’intérêt du marché, c'est une mise en concurrence loyale, l’inconvénient du marché, c'est qu'aucun de ses acteurs n'a intérêt à cette concurrence et feront tout pour en sortir.

      Supprimer
    5. Agh on me tend une batte de baseball... je l’attendais...;)

      Les subprimes n’ont pu voir le jour que grâce à l’action de deux organismes para-étatiques (Freddie Mac et Fannie Mae, ça vous dit quelque chose?) agissant sous couvert de la FED qui agissait elle-même sous couvert du gouvernement américain qui avait décidé (comme en France d’ailleurs – heureusement dans une moindre mesure, sarko n’ayant pas eut le temps de mettre en œuvre sa splendide idée du « tous propriétaires ») que faire en sorte de prêter à tous, y compris aux plus insolvables était une idée géniale.

      Il en est ressorti que des gens dont la situation n’aurait jamais du leur permettre d’emprunter dans un marché libre, ont pu acheter leurs biens...

      Conclusion : sans les tripatouillages de la FED, rien de tout ceci ne serait arrivé – sans un GS aux commandes à la fois de la FED et du gouvernement américain, jamais des produits titrisés adossés à des prêts foireux n’auraient pu voir le jour. Et sans un monde dans lequel le politique a décrété que les banques ne doivent pas faire faillite, jamais le risque n’aurait autant été méprisé. Le facteur commun a ces exemples est la connivence entre le législateur et le bankster. Vous confondez capitalisme de connivence et marché libre.

      Il n’est pas question en France, d’idole, mais de raison, ôtez les subventions à la pierre, ôtez les avantages de défiscalisation, les prêts à taux zéro, assouplissez les règles de la construction et de l’urbanisme et vous rendrez à l’immobilier la valeur qu’il n’aurait jamais dû quitter, celle d’un toit et non celle d’un placement financier immobilisant la moitié des économies des français.

      Maintenant, on peut toujours poser son cerveau (Duflot l’a fait elle est minustre...la classe) et bloquer les loyers, les mêmes causes chérissant les mêmes effets, vous organiserez la même pénurie que celle qui émergea au début du vingtième (et comme le dit bien mieux que moi Bossuet, vous pourrez entendre Dieu se foutre de votre gueule...). Ou alors vous pouvez continuer à subventionner la pierre en imprimant du bifton à tout va (et prier pour que la bulle reparte....pas sûr du résultat moi). Je préférerai que l’on arrête de bidouiller l’immobilier et qu’on le laisse retoucher terre tout seul (ce qu’il est bien parti pour faire, par la force des choses).

      Supprimer
    6. Il est urgent de mettre en place un mécanisme de faillite bancaire, l'UE aurait dû enclencher cette démarche dès 2008. Sans ça, nous courrons joyeusement vers une belle banqueroute suivie d'une belle anarchie bien sanglante. Hollande n'y pourra rien et les cuistres socialistes non plus.

      Supprimer
    7. C'est bien, tu récites bien ton H16 mais Freddie Mac, Fannie Mae et la FED ne sont pas suffisant, il faut aussi une dérégulation qui permette aux banques de proposer des crédits pourris.

      Par exemple, les crédits subprime, option ARM, Alt A sont interdit en France et probablement le cas dans de nombreux pays.

      Maintenant c'est sûr que si tu veux faire de la croissance, c'est mieux de ne pas fixer de minimum de ressource, de ne pas avoir de limite dans le temps, de refiler en douce une couverture de change (crédit en francs suisse), etc ... C'est sûr que ça ne suffit pas, il faut aussi des effets de levier pour lever les fonds.

      Mais dire que les effets de levier sont responsables, c'est faux, c'est la dérégulation qui est à l'origine, lever des fonds ne sert à rien si les clients ne sont pas éligible à les emprunter.

      C'est très simple un crédit immo pour le particulier, il n'y a pas besoin d'avoir 200 modèles, un seul suffit et le marché s'adaptera :

      30% d'endettement, 10% d'apport et sur 15 ans + l'assurance vie/chomdu, c'est implantable.

      Supprimer
    8. 1 : Les Alt-A et ARM n'ont fait que suivre l'effondrement des subprimes (sans l'effondrement des premiers, les seconds auraient pu tenir....un an ou deux de plus). Les deux FM ont permis à des bouseux insolvables d'emprunter et c'est cette insolvabilité qui est responsable de la chute de la première carte (la propagation elle, est liée à l’absence de régulation)

      2 : Dans un pays libre, ce qui n'est pas interdit est autorisé (sauf en Fraonce où l'on innove en la matière) ; il est donc stupide de parler de dérégulation, il faut parler d’absence de régulation (le premier concept impliquerait le fait que les crédits hypothécaires aient été, à un moment régulé puis volontairement dérégulé, ce qui n'a jamais été le cas alors que le second fait état, soit d'incompétence soit d’absence de volonté)

      3 : Et qui fait les lois gros malin ?

      4 : Et qui est chargé de les faire respecter (gros malin) ?

      Supprimer
    9. 1. "la propagation elle, est liée à l’absence de régulation"

      Donc les conséquences de la faute sont dues à l'absence de régulation mais pas la faute elle-même ?

      2. "il est donc stupide de parler de dérégulation"

      Ok donc les deux FM ont été créés justement pour permettre aux banquiers de profiter de la faiblesse de régulation des crédits.

      3. L'état fait la loi et sauf erreur lorsqu'un professionnel vous vend un produit qui vous cause un préjudice alors que ce préjudice était tout à fait prévisible, ça s'appelle de l'escroquerie. De nombreuses personnes aux USA demandent que cette escroquerie soit jugée.

      4. Aux États-Unis et en ce qui concerne les banque, personne ne fait respecter la loi, puisque l'état est complètement noyauté par la finance.

      Tu remarqueras que ceux qui dirigeait les US à l'époque, se revendiquaient tous du libéralisme en économique (comme toi), on a vu ce que ça a donné.

      Supprimer
  6. La rigueur oui. Mais pas pour rembourser les banques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui mais alors si on mets au pas le monde bancaire dans son ensemble, détenteur de dettes souveraine, paradis fiscaux et clients fraudeurs, on va être obliger de t'augmenter.

      Désolé, la rigueur ne sera pas possible si tu corriges les excès du capitalisme.

      Supprimer
  7. Il faut reconnaitre que UMP et PS se valent côté déficit et dépenses clientélistes. Le PS a juste réussi à écraser encore un peu plus les entrepreneurs en début de mandat.
    Pour Flamby, le problème vient surtout du fait qu'il a promis n'importe quoi pendant la campagne et qu'il se fracasse sur le mur de la réalité.

    RépondreSupprimer
  8. La rigueur pour arrêter les gaspillages publics, la rigueur pour arrêter la croissance de la sphère publique sans intérêt pour les français et remettre en première place la sphère marchande.

    RépondreSupprimer
  9. Ces deux gros cons de sarkouille au nez crochu et de Flanby socialope font la même politique anti-française et le veau télévisuel veautré devant l'athée levy sion a fait son choix au printemps 2012 : qu'il déguste maintenant, c'est comme ça qu'on apprend !

    RépondreSupprimer
  10. De la rigueur pour détourner les flux d'argent des secteurs non productifs vers les secteurs productifs. Ca veut dire aussi arrêter d'engraisser de 50 à 100 milliards d'intéret par an le secteur financier...

    RépondreSupprimer
  11. dans mon immeuble , sur 40 logements , dix vides. J’habite en région parisienne,les loyers sont tellement chers que çà ne se reloue pas.Le pb , c'est le prix , pas l'offre!!!

    RépondreSupprimer
  12. Les departements frontaliers de l'Allemagne ont les tx les plus bas. Voilà ce qui me frappe ds cette carte...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.