lundi 4 mars 2013

Carnage à l'emploi qui s'annonce

TPE-PME : 63 000 entreprises menacées de faillite d’ici la fin de l’année
RMC, 04/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
63 000 petites et très petites entreprises risquent de mettre la clé sous la porte d’ici la fin de l’année, entrainant dans leur chute 300 000 personnes, salariés et petits patrons.



Sapin annonce que 10 000 emplois d'avenir ont été signés
Le Monde, 04/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le ministre du travail, Michel Sapin, a annoncé lundi qu'environ 10 000 emplois d'avenir avaient été signés, affirmant que l'objectif des 100 000 à la fin de l'année serait atteint.

Sauf que dans un monde où chaque dépense doit être financée par l'impôt, tout emploi fictif distribué à des clientèles en détruit bien plus dans l'économie privée, alors que le pouvoir d'achat distribué doit bien être pris quelque part...

Des fois, je me demande quand même si ils y croient vraiment à leurs conneries les socialistes ? Ou bien si ils savent pertinemment qu'ils se foutent cyniquement de notre gueule.

En tous cas, toutes les PME qui ont crâmé leur trésorerie en 2008 sur conseil des élites faillies qui défilaient devant le micro tout mou des différents merdias, comme quoi il fallait investir et encore investir, doivent être dans une merde noire, si elles n'ont pas déjà fermé...

3 commentaires:

  1. C'est en effet un "écocide".

    C'est même spectaculaire. Marges écrasées depuis de nombreux mois déjà, on tire sur la tréso, on fait des pieds et des mains... viennent ensuite :
    -hausse encore de charges
    -et le coup de grace, une baisse de CA, genre 10 % (depuis novembre, coup de froid général dans l'industrie)

    ... et là c'est effet ciseau. Game over.

    Les mieux lotis... licencient. Ca coûte les yeux de la tête comme vous le savez. Donc ces économies sont pour l'année fiscale suivante... D'ici là faut tenir.

    Les plus fragiles... ferment tout simplement. Ciao.

    Ce sont des processes lents. Mais c'est un massacre. Chaque jour. Chaque semaine. Chaque mois.

    Ensuite, tous les veaux au chômage (qui ont voté Sarko ou Hollande en mai dernier) prennent peur, et même leurs collègues qui sont encore en poste : ils coupent leurs dépenses.

    Pas le Iphone Orange... Mais plutôt le gros : les bagnoles.

    Bingo le marché implose.

    Ensuite, bien sûr : l'immobilier. Un veau au chômage ne va pas acheter un bien immobilier.

    Bingo bis, le marché implose.

    Ensuite... les mois passent : peu de veaux retrouvent un emploi. Ca tire donc sur l'UNEDIC.

    Le système souffre.

    etc. etc.

    Voilà. C'est le cercle vertueux de la récession.

    je dis vertueux, car c'est le seul moyen de foutre à bas cette saloperie de système, et toutes les crapules qui en profitent.

    J'ajoute : dans le même temps, les scandaleux privilèges dont jouissent les fonctionnaires DEVIENNENT DE PLUS EN PLUS VISIBLES.

    Et de plus en plus intolérables.

    Et ça aussi c'est jouissif, car à un moment, les esclaves du privé réagiront.

    Et là, nos amis fonctionnaires rejoindront le lot quotidien des veaux, c'est à dire :
    -la peur
    -la trouille au ventre
    -le déclassement
    -en un mot : l'appauvrissement

    Donc réjouissons nous. Les privilégiés du "public" passeront aussi à la casserole.

    La récession, la dépression est le seul VRAI levier pour le changement.

    RépondreSupprimer
  2. sans oublier les plus nombreux escroc de notre belle société, malheureusement non ils ne se rendent pas compte ( lol ) ce qui ne veut pas dire que le moment venu faudra se gêner de leurs enfoncer la tete dans la merde.

    Un ancien esclave

    RépondreSupprimer
  3. Sans oublier ces pourris de parasites de banksters pour qui cette merdasse de classe politicienne travaille en réalité, au bout de la chaîne.

    Ceux-là feront la culbute du sommet de la pyramide (clin d'oeil)... et ça sera une boucherie pas belle à voir.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.