jeudi 7 mars 2013

Et l'hiver commence seulement à prendre fin...

Aujourd'hui même, chez Good Year...



C'est Manuel qui doit commencer à sentir le costume un peu grand...

14 commentaires:

  1. Des mecs du peuple qui tappent sur d'autres mecs du peuple, pendant que la haut les requins sirotent leur brevage en se marrant.

    Ce qui me fait de plus en plus dire qu'on va droit dans le mur, c'est que je vois de plus en plus de gens dans mon entourage non issuent du milieu ouvrier mais des classes moyennes voir un peu au dessus se faire déclasser, exploiter, ne pas avoir de véritable perspective de carrière.

    Et c'est ce que je retiens le plus de notre epoque, ce manque de repaire, la perte de perspective, un fatalisme qui conduit a comprendre que demain sera pire qu'hier, et que nos gosses auront un vie bien plus dure que la notre.

    A un moment ou a un autre, sous fond d'impression de papier cul, de pic des matières premières et de société multi-culti soutenue par l'achat de la paix sociale, ça va péter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. des mecs au delà de classe moyenne se faire de classer tu risque la mort.

      Supprimer
    2. Et en français ?

      Supprimer
  2. Ca ne pétera pas tant que l'état continuera à arroser la France d'aides et subventions diverses et variées (famille, immo, etc etc...). Le jour où ils coupent les allocs familiales là ça pétera car ça concerne aussi la classe moyenne desouche. Eux qui auraient pour le moment trop à perdre à ce que ça pète immédiatement.

    RépondreSupprimer
  3. Alors que l'hiver commence seulement selon Nicolaï k. ;-)
    Xion

    RépondreSupprimer
  4. La CGT est une organisation politique dont l'objectif, au moins pour sa branche lutte ouvrière, est de faire la révolution, dans l'entreprise s'il le faut.
    Le sort des ouvriers qu'elle est sensée défendre est le cadet de ses soucis, du moment que la cause avance.
    Sa politique du pire conduit partout à des fermetures de site et à des réductions d'effectifs.
    Le pire c'est que les agissements de cette minorité condamnent tous les autres salariés des entreprises touchées. Personne ne veut plus embaucher le rejeton d'un site contaminé CGT. Vu de droit du travail français c'est compréhensible, car une fois dans la place ils sont autant nuisibles qu'invirable.
    Moulinex est un cas d'école. Les "moulinex" ont été blacklistés par toutes les entreprises et agence d'intérim de la région. Pas étonnant qu'ils aient eu beaucoup de mal à retrouver du travail. Le leader des "moulinex" est lui maintenant à la tête de la CGT.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Net, la politique de la CGT consiste à ce que ses syndiqués puissent profiter d'un maximum de petits avantages et que ses dirigeants puissent péter dans la soie.

      L'affiche de façade ("la lutte") n'est qu'un moyen pour pouvoir en croquer la maximum. Et ca marche très bien pour eux, merci.

      yp

      Supprimer
  5. @ A monsieur "Moulinex"

    En gros vous condamnez le syndicalisme en générale ou la CGT en particulier ? Que proposez-vous pour avoir un syndicalisme sain ? Car je me pose la question depuis un long moment, le syndicalisme est un contre-pouvoir nécessaire et surtout en temps de crise avec un oligarchie au pouvoir.

    Etant dans la recherche publique, mais en CDD (précaire) avec peu de possibilité d'avenir, je sais que les syndicalistes représentent, en générale, des gens ayant un emploi stable (fonctionnaires ou CDI). C'est à dire que les 33% des CDD qui existent en recherche (et qui fournissent le gros du travail de recherche) ne sont jamais représenté ou sous représenté lors des tractations avec le gouvernement.

    Vraiment comment améliorer ce système de syndicat en France ?
    En espérant de vous lire,

    JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ CDD recherche publique
      Je ne suis pas contre le syndicalisme en général mais contre les syndicats contestataires et destructeurs(CGT et SUD principalement).
      Le système allemand que je connais un peu me semble bien meilleur : un syndicat par branche, ce qui contraint employeur et syndicat à se mettre d'accord et évite la concurrence et la surenchère entre syndicats que nous connaissons en France.
      Par contre les syndicats représentent partout les CDI et peu les CDD / chômeurs.
      Ce problème est plus à traiter par le contrat de travail unique et la refonte du code du travail qui inflate en France chaque semaine, sous la droite comme sous la gauche. J'ai entendu dire que le code du travail français faisait 2500 pages contre 100 en Suisse (à vérifier).

      Cordialement,

      Supprimer
  6. Moi je trouve que tout ça est bien gentillet pour l'instant.
    Quelques jets d'oeufs, des pneus brûlés, quelques coups de matraques....
    Quand on pense qu'il y a des centaines de gars la dedans qui bossent depuis plusieurs années chez goodyear, qui ont des crédits sur le dos, des enfants a nourrir et qui vont se retrouver sans job dans quelques temps.
    Je trouve que notre gouvernement a de la chance qu'il n'y en ai pas plus qui pètent un câble et qui fassent de sérieuses conneries bien plus grave que de lancer un caillou sur un CRS.
    Le problème est qu'avec toutes ces usines qui ferment, ça va entraîner une forte hausse de la criminalité, cambriolages, violences, les gens ne vont pas se laisser crever de faim et malheureusement plutôt que de s'en prendre aux responsables, c'est à dire à l'état et aux politiques, ils préfèrent aller attaquer et voler leur voisin qui lui a encore du boulot(le veinard).



    RépondreSupprimer
  7. Ca ne petera pas, pour 3 raisons:
    - la masse nourrie a la télé et la consommation est particulièrement abrutie, inerte et individualiste, donc incapable de rebellion. Elle ne se laissera pas entrainer par des groupuscules revolutionnaires.
    - Il n'y a pas de rève d'un mieux après qui soit suffisamment attirant pour justifier un sacrifice.
    - en France le niveau de vie est encore tres confortable, même avec une baisse de 30% la vie serait encore tres supportable, bien plus que dans la plupart des pays du monde qui pourtant ne se plaignent pas. Pour cela il faut que le declassement soit progressif, et c'est qui se passera.

    Donc oui on aura:
    - de l'inégalité, de la pauvreté, du chomage durablement au dessus de 20%
    - quelques actes de rebellion isolés (comme cette vidéo ou les immolés), mais pas de guerre civile ni de révolution
    - mais il n'y aura pas de faim (le taux d'aliments jetés est énorme)
    - les gens inactifs s'occuperont différemment avec le retour au local, le bricolage, la récupération, les potagers, le troc, le marché noir, le travail au noir,
    - les salauds genetiquement nés pour manipuler et dominer (politiques, financiers) continueront leurs affaires
    - dans le pire des cas ou se produirait une rupture (dévaluation massive, krach, bank run), il y aurait quelques semaines de chaos, puis un retour au calme (on a deja eu cela à la Commune en 1870, avec la débacle de 1940, ca ne s'est pas terminé en mad max, la France n'est pas du tout la Somalie).

    Bref, c'est pas idéal, mais pas dramatique non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien dit ! mais la débâcle de 1940, c’était mon idée :-) enfin moi c'était plutôt l'appauvrissement généralisé et sévère d'après la débâcle.

      Désolé pour ceux qui espère une guerre civile qui légaliserait la ratonnade, mais c'est pas pour demain.

      Supprimer
    2. pas d'accord:il y a toujours un accident,bete ,imprévu,tu fais trop confiance aux énarques,ils ne sont pas infaillibles.quant une société se dégrade a notre vitesse,ça devient incontrolable.pour le moment beaucoup de gens vivent sur leurs économies,celles ci s'évaporeront vite.et puis l'état vit sur des engagements beaucoup trop lourds auxquels il ne s'est meme pas encore attaqué

      Supprimer
    3. @Anonyme9 mars 2013 06:07
      Retire ton filtre d'analyse "francais", c'est à dire naïf sur le soit-disant pouvoir de l'Etat et nostalgique du "grand soir":

      > il y a toujours un accident,bete ,imprévu,
      Bien sûr, mais une étincelle sans poudre ne donne rien. La masse a été rendue oisive et pleutre. Les "indignés", le Tea Party, les manifestations en Grèce, au Portugal, en Espagne, les émeutes à Londres, rien de tout cela ne fait bouger la masse.

      > tu fais trop confiance aux énarques
      ? Aucune référence aux énarques. Je suppose tu fais référence des élites en général, qui n'ont d'ailleurs plus d'emprise sur les tendances de cette crise globale. Elles n'agissent que pour protéger leurs intérêts, mais sont globalement inattaquables pour une série de raisons (globalisées, diffuses, non-publiques, etc.)

      > celles ci s'évaporeront vite.
      Absolument. Mais même au-delà, la capacité de résilience reste énorme. Regarde l'histoire de la France ou le reste du monde aujourd'hui. Un niveau de vie en baisse de 30% signifie un déclassement massif de la classe moyenne, et avec même une majorité un peu sous le SMIC le système peut très bien fonctionner sans menace structurelle: c'est déjà le cas par exemple dans les BRIC.

      > l'état vit sur des engagements beaucoup trop lourds
      Défauts partiels, démissions des gouvernants et alternance, les outils sont nombreux pour occuper l'espace médiatique, sans que cela n'impacte les tendances de fond à long terme que j'ai décrites. Là encore, l'histoire regorge d'exemples connus (France des années 1880, IVe République, etc.)

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.