samedi 30 mars 2013

Jean-Pierre Petit sur la décadence et Chypre

Jean-Pierre Petit sur la décadence et Chypre
BFM Business via La lime, 30/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les Experts BFM 29 mars 2013 

Sur la décadence, à partir de la 19ème minute et la réponse de Jean-Pierre Petit.

Sur Chypre et l'Europe, à partir de la 27ème minute jusqu'à la fin.

Je souscris entièrement à ces propos.

4 commentaires:

  1. plutôt à la 30 eme

    j'espère que tu souscrit à la dévaluation des monnaies.

    Vraiment sans intérêt d'écouté ces gens vendrent de la merde le coq bondé.

    RépondreSupprimer
  2. Les manips comptables de Bercy et le fumigène politique en France : les dépenses publiques (état + sécu + collectivités locales) AUGMENTENT.

    En 2012, comme en 2011 etc.

    Il n'y a pas d'"austérité".

    http://tinyurl.com/d7v4u2w

    RépondreSupprimer
  3. Ces gamellards obsédés par le fric parlent de moins en moins français, ils utilisent le vocabulaire de Wall Street la bien nommée.

    RépondreSupprimer
  4. Cher Nain, meerci pour cet exellent lien.

    Je souscris moi aussi entièrement à ces propos.

    Vous avez sans doute noté l'utilisation par Mr. Petit de l'expression 'base sociologique': en clair, il y a maintenant une masse critique de Français Étatistes et anti-entreprises, fonctionnaires, receveurs d'allocations, et ce que ce soit à gauche ou à ce qui nous tiens de droite, plus d'espoir donc de ce coté là.

    Laissez donc tomber vos plans de vie autarciques à la campagne: vous travaillez en informatique, vous avez dans les 35 ans si j'ais bien suivi, pas de maison actuellement: allez passer un an au Canada ou en Australie (http://www.servicecanada.gc.ca/fra/gdc/permis_travail.shtml).

    Vous pourrez y constater qu'ils y a plus de gens avec les pieds sur terre du point de vue économique (quoique le Québec ressemble de tempsà autres un peu trop à la Françe sur ce point à mon goût...). Il y a de la croissance, du travail, de la reconnaissance du travail, et de meilleures conditions de vie en dehors de ce pays qui a choisi la décadence depuis Giscard d'Estaing.

    Au pire, vous rentrez dans un pays dans lequel les prix de l'immobilier seront revenus à la normale (-30%), qui ne sera plus dans l'Euro ou bien aura entrepris de vrais réformes structurelles, et vous aurez vécu une belle expérience.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.