jeudi 21 mars 2013

Le Maroc, eldorado pour jeunes Français

Le Maroc, eldorado pour jeunes Français
Europe 1, M.d Avec Walid Berrissoul, 10/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Depuis deux ans, le nombre de jeunes Français qui tentent leur chance de l’autre côté de la Méditerranée ne cesse d’augmenter. "Leur nombre a doublé en six ans", chiffre Charlotte Lefort, directeur des opérations de ReKrute.com.

Elle reçoit entre 300 et 350 CV de France par mois. "Les personnes qui sont intéressées par le Maroc, en premier lieu, viennent de France", ajoute-t-elle, au micro d’Europe 1. Et selon les sites de recrutement marocains, un CV sur dix viendrait de France.

Si l'embauche est facile, les salaires, en revanche, ne sont pas bien élevés au Maroc. Vanina, par exemple, devrait commencer son nouveau job avec un salaire de 1.200 euros. Mais contrairement à la France, les progressions de carrière sont beaucoup plus rapides au Maroc. La jeune femme espère donc doubler son salaire d'ici à un an.

L’engouement, nouveau, des Français a surpris en tout cas les autorités marocaines qui essaient de réfréner un peu le phénomène. Aujourd'hui au Maroc, toute entreprise qui souhaite embaucher un étranger doit d’abord expliquer pourquoi elle n’embauche pas un Marocain.

4 commentaires:

  1. Est-ce que j'ai bien lu: "toute entreprise qui souhaite embaucher un étranger doit d'abord expliquer pourquoi elle n'embauche pas un Marocain" Me semble de voir ça en France, c'est un procès instantané et la prison, avec confiscation des biens et anathème et BHL qui vient dire à Pujadas qu'il a l'impression de revivre les "heures les plus sombres de la France".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En Autriche (et en Allemagne je crois) par exemple c'est la même chose. Une boîte peut difficilement embaucher un étranger extra UE sans avoir à se justifier et prouver de manière fondée qu'un local ne pourrait pas faire le boulot.

      Supprimer
    2. Euh, c'est exactement comme ca en France.
      Pour chaque embauche d'un étranger tu dois le justifier auprès du CE qui doit donner son aval.

      Evidemment je parle d'embauche dans les locaux de l'entreprise, pas du recours à l'offshore, ce qui n'a rien a voir.

      Supprimer
    3. C'est toute la problématique que soulève la question des sans papiers. Une fois arrivée sur le territoire, les secteurs du bâtiment, de la restauration/hôtellerie, des services, de l'agriculture compte sur cette main d'oeuvre bon marché pour engranger des profits. Evidemment avec aucune remise au pot commun. Et ces secteurs constituent des lobbys qui influencent les politiques, surtout les poids lourds du bâtiment et de la restauration.

      Elle est là l'hyprocrisie à la base de l'immigration non régulée. L'Etat ne contrôle pas suffisamment un travail dissimulé visible aux yeux de tous. Et cette absence de contrôle est tout à fait délibérée. D'ailleurs, la relance des activités de construction par libération du foncier va amplifier le phénomène.

      Dasn d'autres pays, bien souvent la main d'oeuvre locale suffit à ces secteurs d'engranger du profit et de tenir les délais. Dans les pays développés, il n'y a aucune volonté politique à revaloriser les métiers de base du service, de la restauration ou du bâtiment auprès de la population locale.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.