mercredi 20 mars 2013

Le point sur Chypre

Le gouvernement a eu beau modifier le projet de loi pour exempter tous ceux ayant moins de 20 000 euros de la taxe...
Chypre/taxe: le gouvernement modifie le projet de loi
Ria Novosti, 20/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le gouvernement chypriote a soumis à l'examen du parlement un nouveau projet de loi sur la taxation de dépôts bancaires exemptant d'impôts les comptes de moins de 20.000 euros, rapporte mardi l'Agence de nouvelles chypriote.

Le document prévoit en revanche une taxation de 9,9 % au-dessus de 100.000 EUR et de 6,75 % pour les dépôts de 20.000 à 100.000 EUR.



... le parlement chypriote vote contre le plan de bailout : 0 voix pour !
CYPRUS VOTES AGAINST BAILOUT DEAL — 0 VOTES IN FAVOR
Business Insider, Matthew Boesler, 19/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
The Cypriot parliament has voted against the controversial bank bailout deal hatched with the EU over the weekend, reports Bloomberg.

36 voted no.

19 abstained from voting.

No one voted in favor of it.

The vote was held in a show of hands.



Le ministre des finances propose sa démission que le président refuse :
Cyprus Finance Minister Resigns, President Refuses To Accept Resignation
ZeroHedge, 19/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Update: President Anastasiades rejects FinMin Sarris' resignation. Unclear what happens next.

Things just took a turn for the much worse following this news from Market News:
  • CYPRUS FINANCE MINISTER SUBMITS RESIGNATION - SOURCES
  • MARKET NEWS CITES SOURCES ON CYPRUS FINANCE MINISTER



Le point de vue allemand, avec lequel je suis plutôt d'accord :
Sans arme, ni haine, ni violence: Main basse sur les comptes chypriotes ou le nouveau casse du siècle
Le blog à Lupus, 20/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le plan de sauvetage, un enjeu électoral en Allemagne Wolfgang Schäuble refuse le rôle de mouton noir sur le dossier chypriote

En cas d’une faillite chypriote, les banques allemandes perdraient 7,6 milliards de dollars (7,18 milliards de francs suisses), selon la Banque des règlements internationaux.

L’appel de Nikos Anastasiades a surpris Angela Merkel à Rome, peu avant la cérémonie d’intronisation du pape François. L’occasion pour la chancelière de rappeler sèchement au premier ministre chypriote que son interlocuteur pour négocier la sortie de crise n’est pas Berlin mais la troïka (FMI, BCE, Commission européenne).

Le gouvernement allemand, déjà conspué en Espagne, au Portugal et en Grèce, n’a cette fois pas l’intention de jouer le rôle du coupable idéal. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, considéré comme un des principaux architectes du plan de sauvetage chypriote et cible de nombreuses attaques depuis le week-end dernier, s’est défendu mardi matin à la radio: «Quiconque place son argent dans des pays où il paye moins d’impôts», doit en assumer le risque, a-t-il dit. Le message est autant destiné aux Russes fortunés, qui vont devoir contribuer au sauvetage de Chypre, qu’aux contribuables allemands, qui n’ont eux pas l’intention de passer à la caisse pour sauver un modèle économique «en faillite» selon Berlin, et considéré comme moralement douteux par l’opinion.

Berlin se défend

Wolfgang Schäuble n’entend pas assumer seul la responsabilité de la taxe des dépôts chypriotes. Selon la presse allemande, il est exact que Berlin a fait pression pour que le secteur bancaire chypriote contribue au plan de sauvetage du pays, à hauteur de 5,8 milliards d’euros. Mais comme le FMI, le gouvernement allemand aurait privilégié une solution qui ne prétériterait pas les petits épargnants. «Ce sont les dirigeants chypriotes qui ont choisi que la taxe touche tous les déposants, sans exception, et ils doivent maintenant s’en expliquer auprès du peuple», insiste le ministre allemand. «Ni l’Allemagne ni aucun autre pays européen» n’a la responsabilité du modèle retenu, insiste-t-on à Berlin.

Selon l’agence de presse allemande DPA citant un document du Ministère des finances, Berlin est favorable, à quelques mois des prochaines élections, à un repli du secteur bancaire chypriote surdimensionné. Le plan de sauvetage de Chypre doit encore être approuvé par le Bundestag, et le gouvernement y aura besoin du soutien des sociaux-démocrates et des Verts, à cause de la défection prévisible d’une partie du camp conservateur. Le SPD et les Verts ont tous deux fait d’une participation du secteur bancaire au plan de sauvetage l’une des conditions de leur soutien.



Histoire de bien se faire détester, des banquiers allemands incitent les chypriotes à venir mettre leur épargne chez eux :
German Bankers Generously Offer Cypriots Helping Hand If They Transfer Deposits
ZeroHedge, 19/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
For a mere 0.95% handling fee, the friendly German bankers are offering Cypriot depositors the opportunity to "take fast action and secure their deposits" with a rate between 3.0 and 4.5%. As Sigma Live reports, the German Advisory Bureau is approaching Cypriot firms, denouncing the incident and asking them to take responsible actions.




Alors qu'il y a pas mal d'anglais à Chypre, les anglais envoient un avion avec 1,3 millions de $ de cash :
UK Sends Planeload Of Cash To Its Cyprus Troops As A "Contingency Measure"
ZeroHedge, 19/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
We are presenting this Reuters story without any comment. None is necessary.
Britain said on Tuesday it had sent one million euros ($1.30 million) in cash to Cyprus aboard a military plane for its troops on the island in case cash machines and debit cards stop working.

"An RAF flight left for Cyprus this afternoon with €1M on board as a contingency measure to provide military personnel and their families with emergency loans in the event that cash machines and debit cards stop working completely," the Ministry of Defence said in a statement.

And some more from Sky:
Soldiers stationed on the island and their families would be able to borrow the money if cash machines and debit cards stop working completely, the Ministry of Defence said.

"The MoD is proactively approaching personnel to ask if they want their March, and future months' salaries paid into UK bank accounts, rather than Cypriot accounts," it said in a statement.

"We're determined to do everything we can to minimise the impact of the Cyprus banking crisis on our people."

Around 2,500 to 3,000 British military personnel are currently stationed in Cyprus.

Chancellor George Osborne has already pledged that military personnel and civil servants would be protected from the levy, telling Cabinet they would be "compensated in full" for any losses.

Cyprus' finance minister Michael Sarris, meanwhile, has reportedly offered his resignation and the ruling party is said to considering abstaining from the vote.

Some local media have reported that no party will take part.

Reporting from outside parliament, Sky's Ashish Joshi said: "The situation here is deteriorating quite rapidly.



Il est désormais question que les banques restent fermées une semaine de plus, et on parle ouvertement de contrôle des capitaux pour éviter la fuite des dépôts :
REPORTS: Banks In Cyprus Could Be Closed For Another Week, ECB Working On 'Insane' Plan
Business Insider, Matthew Boesler, 20/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
A new report from Dow Jones suggests that Cypriot banks now won't be re-opened until next Tuesday.


That was followed by reports that the ECB is working on capital control plans for when the banks re-open.





Next: Capital Controls
The Wall Street Journal via ZeroHedge, 20/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
With the dreaded "contingency plans", among which are such last ditch efforts as capital controls, including "imposing limits on daily withdrawals from bank accounts; capping the amount of money that can be electronically taken out of the country and making these transactions slower to clear; and introducing border checks to cap the amount of cash leaving in the country," most recently utilized in the banana-est of republics such as Argentina.



Et on finit avec Nigel Farage :
Nigel Farage Message To Europeans: "Get Your Money Out While You Can"
ZeroHedge, 19/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
In Nigel Farage's first TV appearance since the Cypriot wealth tax was announced, the Englishman pulls no punches. In all his years and all his experience of the desperation of the European Union's leadership "never did [he] think they would resort to stealing money from people's savings accounts." The simple fact is that they know they cannot let any country leave, no matter how small, for "once one country goes, the whole deck of cards will come tumbling down." There is now "clear irreconcilable differences" between the North and the South of Europe and now that they have done this in one country, "they are quite capable of doing it in Italy, Spain and anywhere." The message that sends to people is "get your money out while you can." As far as his British constituents, he strongly recommends George Osborne (UK Chancellor) urge ex-pats to remove all their money and do monthly transfers from home. "Do Not Invest In The Euro-Zone," he concludes, "you have to be mad to do so - as it is now run by people who do not respect democracy, the rule of law, or the basic principles upon which Western civilization is based."

"They are propping up a Eurozone that, in the end, will collapse in disastrous failure and they are prepared to do anything to do so."

5 minutes of reality from a European MP - must watch...

11 commentaires:

  1. le gouvernement allemand aurait privilégié une solution qui ne prétériterait pas les petits épargnants. «Ce sont les dirigeants chypriotes qui ont choisi que la taxe touche tous les déposants, sans exception, et ils doivent maintenant s’en expliquer auprès du peuple», insiste le ministre allemand.

    ici Londre, les marrons sont chauds, je répète les marrons sont grillés.

    RépondreSupprimer
  2. Donc les gentils (car démocrates) dirigeants chypriotes se sont dit "ben yaka prendre le pognon des gens, on s'en fout, c'est pas le nôtre".

    Et puis des coups de fils ont dû se perdre genre "si je retrouve pas mon compte comme il était vendredi soir, tu vas apprendre à nager avec des palmes en béton".

    Du coup :
    36 voted no.
    19 abstained from voting.
    No one voted in favor of it.

    Sinon, tu est sur que le fax soi disant d'une banque allemande n'est pas un fake? Moi je crée un document du genre en quelques minutes...

    RépondreSupprimer
  3. Oui les "palmes en béton" ont dû avoir un certain effet.

    Mais... à mafia mafia et demi !

    Bruxelles, la BCE et toutes les crapules qui nous pourrissent la vie... forment une vraie mafia, et une très puissante... !

    Les députés chypriotes finiront par se ranger du bon côté du manche.

    Rappelez vous ce dogme FONDAMENTAL pour lequel les crapules sont prêtes à TUER s'il le faut : l'Euro est intangible.

    La sortie de Chypre mettrait à mal cette intangibilité, donc Chypre ne sortira pas de la zone Euro. QCFD.

    C'est aussi simple que cela.

    On nous dit : "d'ici juin, si pas d'injection, alors 2 grosses banques chypriotes feront défaut".

    Okay.

    Mais vous pensez sincèrement que Draghi va laisser faire ? Et Merckel à 5 mois de ses élections ?

    Ca n'a aucun sens.

    Draghi violera toutes les lois, règlements, comme ils le font depuis 2008... et filera le pognon. On passera un accord a minima avec les chypriotes pour sauver la face, et roulez jeunesse.

    Le Système est ultra résilient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1 Ce que nous démontre jour après jour les actes de chacun c'est qu'une banque ne peut pas faire faillite!!
      On va nous sucer le sang pour apurer un système financier par ce que TINA, jusqu'à implosion finale de système financier !!
      Quitte à perdre en niveau de vie, quitte à perdre mon épargne, quitte à m’asseoir sur ma retraite et la sécu, quitte à devoir faire des sacrifices autant les faire pour laisser un monde moins fou à mes enfants pas pour rembourser les ploutos !!
      Exigeons la mise en faillite des banques de tout façon nous ne pourrons jamais rembourser !!!
      Il n’y a plus à avoir peur, nous sommes d’ors et déjà ruinés !!!
      La question qu'il faut se poser quel chemin le peuple souverain de France doit-il prendre: la résignation grècque ou la dignité Islandaise?

      Supprimer
    2. Il y avait aussi, il y a longtemps, la façon française, "the french touch" comme on dit maintenant mais plus pour la mode et la cuisine, la façon française commence doucement, on détruit un château moche et mal placé en centre ville(non pas l’Élisée je veux parler de la bastille)quelques dizaines de morts pas plus, ensuite, une fois lancé, on ratiboise les campagnes. On discute encore des chiffres 2 siècles après, mais cela fait au moins 100.000 rustres en moins sans oublier le grand chef qu'on chope à la frontière ainsi que ses copains et aussi quelques révolutionnaires de la saison 1 et 2 et on finit avec une saison 3 de "terreur" (22.000 gus qui ne couraient pas assez vite)

      Alors tout le monde en parle de cette révolution, sans doute en référence aux innombrables privilégiés d'aujourd'hui, mais d'ici qu'elle arrive...

      D'abord il n'y a pas un peuple mais des peuples, et je ne fais pas forcement références aux étrangers, vous avez
      -les retraités,
      -les fonctionnaires,
      -les politiciens-grands entrepreneurs-banquiers,
      -les petits-artisans-entrepreneurs,
      -les employés-salariés divers,
      -les CDD-les précaires, les nouveaux chômeurs,
      -les chômeurs fin de droit-RSA
      et tous se battent pour un gateaux qui s'amenuise, crise oblige et aucuns n'a la meme vision de ce qu'il faut faire...

      Ensuite il n'y a plus de souveraineté depuis longtemps, alors parler de peuple souverain français cela sonne plus comme un cours d'histoire que comme un projet d'avenir... pour l'instant!

      Supprimer
  4. @ Tonio,

    Depuis le début de cette affaire chypriote, il y a bon nombre d'éléments qui clochent.

    Absurdes, inconscient, impuissance, insignifiante, aveuglement ?

    Une île de la taille de la Corse, sans explosifs ferait sauter l'€uro. trop facile.

    Avec 20 milliards, comparer au trillion manquant pour l'Espagne, la zone €uro prendrait des risques incalculables ? Peu probable.

    L'Italie 3° économie de la zone €uro, étant dans un état bien plus avancé de décomposition (politique et financier) plus l'avenue d'un nouveau Pape à un moment si trouble, ne serait plus un problème ? Incroyable.

    Sauver les banques avec des contradictions aussi flagrantes qu'insoutenables juridiquement et politiquement venant de la part de BCE et de l'Allemagne une simple erreur? Un test? Impossible.

    Mettre en port à faux les garanties bancaires à hauteur des cent milles €uro, prôné et claironné depuis toujours par les responsables (sachant pertinemment qu'elles n'existent pas) apporte un aveu supplémentaire de faillite généralisée dans la zone €uro.

    Avoir des règlements sur la dette aussi différente les uns que les autres suivant les Pays démontrent que non seulement il n'y a pas d'Union dans cette zone €uro, mais que nous n'avons de moins en moins de Valeurs à partager.

    Si l'impasse est si énorme, ce n'est plus de l'incompétence, mais un suicide volontaire du parlement €européen reconnaissant son impuissance en votant contre son financement.

    Donc la Gréce sauvée au moins 3 fois n'est toujours pas sortie d'affaire.

    Les 3 trillons du bazooka à Draguy, il se l'est tiré en pleine tronche et ne sont pas près de revenir.

    Les Anglais déversent des €uro à Chypre, pour quoi pas des Sterlings ?

    Les Russes sont pas contents, ils veulent des compensations.

    Les Turcs n'ont rien à dire et tout ce petit monde découvre que Chypre est un paradise alors qu'il n'est rentré dans cette zone juste au plus violent de la crise en 2008.

    Et qu'il faudrait croire en plus qu'il n'y a pas de pilote dans cette fusée, et que la direction est inconnue. pour rétablir une confiance, difficile de faire mieux.

    Un plan si génial, que même la Nouvelle-Zélande y réfléchit.

    Dites honnêtement, vous voyez ce que je vois ?

    Sommes-nous sur Terre, oui, mais €urope, j'ai un doute.

    Misère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Clair. "L'argent non gagné", comme disent les monétaristes, va faire pfuit, d'une manière ou d'une autre.

      Les pièces du piège se mettent en place, à un rythme qui va en s'accélérant : Ca va être une boucherie.

      Supprimer
    2. Oui, le carnage du siècle.

      Misère.

      Supprimer
  5. " Une île de la taille de la Corse, sans explosifs ferait sauter l'€uro. trop facile. " non, rien que le mois dernier la zone euro a dégagé une balance courante de +15 Mds (et sa note est maintenue à AAA stable) de quoi boucher le trou de Chypre. En un mois.

    A mon avis, le problème n'est pas financier au sens de la faillite, mais fiscal et politique. Fiscal au sens de la répartition des efforts et des aides, comme le dit le ministre allemand : vous dansiez et bien ... ; et politique au sens des choix à faire et à faire appliquer à la zone.

    Le "non" illustre bien qu'il ne s'agit pas d'un "coup d'état" comme le soutiennent Gave et quelques autres (dont un disciple qui en était déjà à Pétain et Hitler : deux Godwin d'un coup). Les passagers clandestins ou ceux qui voudraient le devenir doivent comprendre que c'est fini. Ce n'était sans doute pas possible avec les poids lourds précédents. Il faudra choisir d'entrer et de se maintenir à un certain prix ou de rester dehors ou de sortir. Les aides ne sont pas entièrement gratuites et il ne faut pas en abuser.

    " Les Anglais déversent des €uro à Chypre, pour quoi pas des Sterlings ? " parce que leurs résidents doivent utiliser la monnaie locale, l'euro. Et leurs dépôts (bloqués en ce moment) sont plus importants que ceux des Russes.

    Personnellement, je préfère ce développement, quoique fort cahotique et donc risqué. Je ne prétends pas qu'il me plaise, mais que je peux m'en accommoder pour ma trésorerie : des espèces en euros ayant cours légal et forcé pour quelques mois, le reste en or et argent physique pour le plus "long" terme comme garantie raisonnable quoique sans doute imparfaite contre les vicissitudes que l'avenir peut réserver.

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La balance des comptes courants de la zone euro est excédentaire. C'est le seul point positif. Ce seul chiffre masque l'écart des balances de comptes courants des différents pays de la zone (par exemple catastrophiquement déficitaire en France, ultra excédentaire en allemagne.)

      Le problème est fiscal et politique. OK. Il faudrait que le travailleur allemand qui a fait une croix sur le méga filet de sécurité social accepte de financer les 35 heures francaises. Tu vois les allemands augmenter la fiscalité ou les français la baisser ? Non. Ca l'Allemagne n'acceptera de payer que si c'est elle qui décide des budgets des autres pays européen qui ne savent pas se réformer par eux-même. Donc blocage.

      Donc ton problème fiscal et politique n'a pas d'issue.

      Ca peut durer longtemps comme ça, mais le compte à rebours de la dette s'accélère. Je suis curieux de voir si la France saura se réformer. Mais de loin... Je ne prends pas le risque de rester pour expérimenter la vie dans une dictature socialiste, ce que j'ai vu au cours des vingt dernières années m'a finalement suffit.

      Demain c'est jeudi. Et a partir de demain, vous n'avez qu'a faire ce que vous voulez !

      Supprimer
  6. Anonyme20 mars 2013 11:48

    Le 1° degré, nous le comprenons tous correctement. Les flux financiers ont un problème.

    Le 2° degré, nous divergeons tous plus ou moins. Les rapports de forces ne sont pas clairement établis.

    Le 3° degré, pour les solutions nous pataugeons de plus en plus. Où voulons-nous en arriver ?

    Le 4° degré, les armes utilisées ne sont ni conventionnels, ni compatibles avec un État de droit digne de ce nom.

    Le 5° degré, si la cible n’est pas les citoyens, il faudrait au moins le signaler et argumenter d'une autre façon.

    Mais pour le 6° degré, j'ai bien peur que la crise ne soit qu'une marque de fabrique qui nous berce dans une perte de temps inutile, ce qui engendre certains bénéfices, celui du doute assurément et celui du profit pour quelques initiés.

    Il n'y a pas de solutions comptables à ces dettes vertigineuses.

    Il n'y a pas de solutions juridiques pour ces crimes contre l'humanité.

    Il n'y a pas de forces représentatives avec un mandat clairement établi pour stopper les dérives.

    Ils n'y a même pas, ou très peu de contestations pour créer une force dissuasive.

    Il n'y a même pas de problèmes, et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, alors que même l'or, cette assurance suprême, se fait mener en bateau pour un torpillage en règle.

    Nous avons payé, très cher des sas pour sécuriser les Banques, et elles se font toujours braquer.

    Nous avons payé mille fois, des services de moins en moins efficients.

    Nous portons toujours plus de risques, pour des assurances qui n'assurent que le néant.

    La liste serait hélas trop longue.

    Charles Gave, fait parti de ceux qui ont tiré la sonnette d'alarme dans les années 90. Il ne représente pas l'alfa et l'oméga, mais fait partager son expérience. Comme JP Chevallier. Comme pleins d'autres… La brillance de leurs intelligences éclaire autant que le discourt tenu. Riche d'enseignement.


    Mais pour le développement de ces histoires monétaires, j'ai bien peur que la chasse d'eau ait été actionnée depuis si longtemps déjà que nous oublions la puissance et la vitesse du siphon qui nous aspire vers le fond.


    Misère.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.