jeudi 21 mars 2013

Le président catastrophe

J'espère que Valeurs Actuelles ne m'en voudra pas de recopier intégralement un de leurs articles, mais celui là envoie du bois...

Le président catastrophe
Valeurs Actuelles, Arnaud Folch, 21/03/2013 (en Français texte en anglais )
→ lien
Dégringolade. À peine plus de trois cents jours après son élection, Hollande est le chef de l’État le plus impopulaire de la Ve République. Méthode, bilan : même ses amis n’y croient plus. Et pendant ce temps, la France coule.

« Dissolution ». Dix mois seulement après l’arrivée de François Hollande à l’Élysée, de plus en plus nombreux sont ceux qui estiment que le chef de l’État n’aura bientôt plus d’autre choix pour tenter de reprendre la main. « Il lui reste la carte du changement de gouvernement après les municipales, dit un grand patron récemment reçu à l’Élysée. Mais après ? S’il ne s’agit que d’un nouveau casting, cela ne changera rien. Dissoudre n’est pour l’heure pas dans ses intentions. Mais aura-t-il le choix ? » Il y a encore deux mois, les visiteurs du président ressortaient de son bureau avec l’image d’un homme sinon indifférent, du moins insensible à son décrochage dans l’opinion. Convaincu, mordicus, que la politique est d’abord affaire de temps. Et que celui-ci jouait en sa faveur. « C’est un éternel optimiste, il est persuadé qu’il a une bonne étoile au-dessus de la tête, que la croissance va revenir », confie un député PS. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. [Disco : putain, encore un crétin réjoui de la pensée positive, voila à quoi on est censé s'accrocher : à la conviction de François XVI qu'il a une bonne étoile]

« Pour la première fois, il m’est apparu un peu perdu », témoigne un interlocuteur régulier, le comparant à « un pilote qui se rend compte que ses manettes ne fonctionnent plus ». Les sondages, seuls, n’expliquent pas tout. Certes, il est, après dix mois de mandat, le président le plus impopulaire de la Ve République : 30 % d’opinions favorables en moyenne. Mais le mal est plus profond. « Ce que les Français reprochent à François Hollande, ce sont moins ses mauvais résultats que son incapacité à fixer un cap, un scénario de sortie de crise, décrypte Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop. Ils ont le sentiment que le chef de l’État ne sait pas vraiment où il va. »

Cette image — ravageuse — d’un président sans prise sur les événements est partagée jusque dans son propre camp. « Sa photo officielle résume bien le problème : il est dans le jardin, comme s’il refusait d’entrer dans les lieux », affirme l’un de ses proches. Et ce ne sont pas les lecteurs du Monde, de Marianne ou du Nouvel Observateur, qui avaient tous trois appelé à voter en sa faveur, qui diront le contraire. Le premier, qui pariait encore sur un « tournant du quinquennat » après le déclenchement de la guerre au Mali, n’a plus de mots assez durs pour dénoncer, à la une, une « présidence Hollande à l’heure du doute » : « L’excuse du noviciat ne peut plus être invoquée, l’argument de l’héritage laissé par Nicolas Sarkozy n’opère plus, écrit le quotidien (8 mars). Plus le pays s’enfonce dans la crise, plus l’attitude présidentielle paraît déconnectée de l’état moral du pays […]. Au début de son quinquennat, le chef de l’État avait promis aux Français deux ans d’effort suivis de trois années de redistribution de l’effort […], aujourd’hui, plus personne ne croit à ce joli scénario. »

Tout aussi cinglant, Marianne, daté du même jour, s’interroge en première page : « Hollande a-t-il déjà échoué ? » La réponse est au vitriol : « Dix mois après la présidentielle, le pouvoir socialiste est déboussolé, perclus de doutes […]. Ce grondement que l’on entend partout, c’est le bourdon, le bruit sourd que fait le cafard carnivore (sic) dans les têtes des dirigeants […]. Les Gaulois avaient peur que le ciel leur tombe sur la tête ; les Français peuvent en outre craindre chaque jour qu’un impôt supplémentaire leur dégringole sur la binette. »

À peine moins sévère, le Nouvel Obs (7 mars), dans un article intitulé « Hollande : parler, mais pour quoi dire ? », évoque entre autres les « doutes » du président : « Tous les arguments qu’on répète à l’envi se fracassent sur le mur des réalités », écrit-il. Le chef de l’État peut bien se dire « consterné » par la presse de gauche selon le Canard enchaîné — qui vient lui-même de révéler son surnom de “Pépère” à l’Élysée —, il est, en plus de la crise, une autre réalité à laquelle il ne peut plus échapper : une suspicion générale à son encontre. Quand on ne le moque pas, derrière son dos, sur l’air du Pingouin, la nouvelle chanson de Carla Bruni-Sarkozy…

Lui qui n’avait prévu d’intervenir à la télévision qu’au mois de mai prendra donc la parole sur France 2 dans les prochains jours. Une accélération de calendrier qui témoigne, là encore, de sa nouvelle fébrilité. C’est en toute hâte, fin février, qu’il a chargé ses communicants de lui préparer une « séquence » susceptible d’enrayer sa dégringolade dans les sondages. Mais lui-même n’y croit guère. « Il est plus résigné que réellement convaincu par l’exercice », confie-t-on dans son entourage. Où certains ne font pas mystère, eux non plus, de leur peu d’enthousiasme : « S’il faut aller à la télé pour répéter que la ligne est la bonne, que les réformes sont en cours, que la rigueur n’est pas l’austérité et que le bilan de la droite devrait l’inciter à plus de discrétion, autant envoyer Ayrault au charbon », affirme un proche. Mais là encore, pour quoi faire ? Lui aussi totalement carbonisé, le premier ministre n’est même plus en mesure de jouer les fusibles…

À peine plus de trois cents jours après l’entrée en fonction de Hollande, tous les clignotants sont au rouge. En économie, d’abord, où le nombre de chômeurs — qui augmente de plus de 1 000 par jour en moyenne ! — n’a jamais été aussi élevé depuis 1997 (lire page 17). Mais aussi sur la scène internationale et notamment européenne où, hormis au Mali, il a multiplié les échecs et affaibli l’image de la France (lire page 23). Aucune branche à laquelle se raccrocher ! « La diplomatie de Hollande est à l’image de sa politique, constate Laurent Wauquiez : molle, touffue et un peu besogneuse. » « Hollande est plus médiocre que normal », résume François Fillon ( lire notre entretien page 24). L’absence d’autorité du président, dans tous les domaines, est directement responsable d’un climat d’angoisse comme la France n’en avait jamais connu depuis la guerre : selon une étude du CSA pour la Macif, 75 % des Français pensent qu’eux-mêmes ou un de leurs proches pourraient se retrouver en situation de précarité ! Un chiffre qui recoupe presque trait pour trait les deux tiers de Français qui se disent déçus par l’action de Hollande. Et qui fait qu’aujourd’hui, dans un sondage Ifop pour Paris Match, celui-ci est devancé par Sarkozy (53 % contre 44 %). Et que plus d’un Français sur deux prédit la présence de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle de 2017 (lire Valeurs actuelles du 27 février). Signaux qui ne trompent pas : après avoir déjà perdu les trois législatives partielles de décembre, le PS a été éliminé dès le premier tour dans l’Oise, dimanche dernier, au profit des candidats UMP et FN.

D’où ce vent de panique qui secoue l’Élysée, encore fragilisé par la multiplication des “couacs” au sein du gouvernement (lire page 19). Là encore, c’est Hollande qui en est à l’origine : « Au début, c’était simple : tout le monde tapait sur Matignon en disant que c’était avant tout un problème de coordination. Mais on s’aperçoit sur certains sujets que les choses ne sont même pas tranchées à l’Élysée ; l’histoire du diesel, c’est ça », confie un directeur de cabinet. Les Français l’ont compris et ne sont pas dupes. Les deux jours de Hollande à Dijon, censés « renouer le contact avec le terrain », auront été un fiasco : selon un sondage CSA-la Lettre de l’opinion, 65 % des Français considèrent ce déplacement comme de la simple communication — qui ne marche pas. Idem pour les ordonnances, supposées accélérer le calendrier, et rejetées dans les mêmes proportions…

Plusieurs de ses proches réclament aujourd’hui qu’il tape du poing sur la table, quitte à se séparer de plusieurs ministres. Mais de quel poids cela pèsera-t-il dans l’opinion au regard de la hausse continue du chômage et de l’affolant agenda d’impopularité qui l’attend : chantier des allocations familiales (fin mars-début avril), baisse des aides aux entreprises (mai), lancement de la réforme des retraites (juin) ? Hollande, surtout, est plombé par son “péché originel” : la négation de la crise durant sa campagne. Élu sur ce mensonge, il ne dispose plus de la moindre crédibilité : pas de bon médecin sans bon diagnostic ! Son grand oral télévisé n’y changera rien : « Il fallait qu’il prononce dès son élection un discours churchillien, estime un sénateur PS. Peut-il encore le faire aujourd’hui ? Je crains qu’il ne soit trop tard… » « N’inquiétez pas les Français », a lancé Hollande à son gouvernement, le 6 mars en Conseil des ministres. Là encore, c’est trop tard. Les Français sont déjà plus qu’inquiets. Du président et de sa faiblesse. Et ils ont raison de l’être.

C'est beau le hollandisme révolutionnaire    (Soit dit en passant, Todd est l'invité de Taddeï demain soir... Comme quoi avoir une pensée cohérente n'est absolument pas le critère pour que la propagande vous tende le micro tout mou... En revanche, être un fervent défenseur de l'agenda babelien en justifiant l'immigrationnisme par toutes les contorsions et grands écarts intellectuels possibles, ça aide...)

21 commentaires:

  1. Ce qui est terrifiant c'est la time line... Oser dire "N’inquiétez pas les Français"... le 6 mars, soit il y a 2 semaines, voilà le bug.

    Le gros bug.

    Cela prouve qu'il est non seulement nullissime, mais en plus totalement déconnecté des réalités.

    Mais ce n'est que le début. Son chemin de croix va être terrible...

    Car il y a bel et bien un nouveau, et important, décrochage de l'économie française en mars. Regardez le flash PMI de mars, publié aujourd'hui...

    Ca fout les jetons.

    La dégringolade du chiffre d'affaires de nombreuses boîtes... se traduira dans quelques semaines, quelques mois... par un puissant carburant sur le feu du chômage !

    Donc Neuneu 1er n'a pas fini. Pas fini de souffrir, et de ne pas comprendre l'incompréhension des français.

    VA a raison de rappeler : 300 jours.

    Ce n'est QUE LE DEBUT.

    En tout cas, une grosse satisfaction : ce sont les gogos bobos veaux gôchistes qui seront ses pires bourreaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'accord avec toi sur déconnecté de la réalité.le problème c'est qu'ils sont une caste entière dans ce cas,ça fait une grosse partie du pays,peut etre la majorité.Sinon valeurs actuelle,c'est la droite dure,donc c'est un article peu objectif.La clique ps garde une très grande lucidité sur tout ce qui est partage du gateau avec les copains.déconnectés mais pas de toutes les réalités quand meme!

      Supprimer
  2. Peut-être déjà référencé, mais tellement juste
    Petite fable sur le système électoral

    https://www.youtube.com/watch?v=T77UyD9EqME

    Perso, je pense que le FN est un gros chat déguisé en souris

    RépondreSupprimer
  3. "Soit dit en passant, Todd est l'invité de Taddeï demain soir... Comme quoi avoir une pensée cohérente n'est absolument pas le critère pour que la propagande vous tende le micro tout mou... En revanche, être un fervent défenseur de l'agenda babelien en justifiant l'immigrationnisme par toutes les contorsions et grands écarts intellectuels possibles, ça aide...)"

    Todd est un penseur puissant, trois de ses essais politiques l'ont montrés : La Chute finale, Après l'Empire, Après la démocratie.
    Le problème avec lui c'est qu'il se rend compte de ce qu'il se passe mais qu'il ne peut pas sortir du paradigme bobo, c'est impossible pour lui, c'est plus fort que lui. Drac ou Soral ont déjà indiqué qu'il pose les bons diagnostics mais qu'il n'ose jamais en tirer les conclusions définitives.

    Un exemple, en janvier, à mots croisés, il avoue que Marine le Pen a sûrement raison quand elle parle de sortie de l'Euro, de protectionnisme etc...
    Sauf qu'en même temps il continue ses conneries sur l'immigration et les mariages mixtes. Alors que la conclusion à en tirer c'est qu'une reprise de souveraineté est possible mais nécessite cohérence culturelle et stabilité identitaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, il sait très bien comme tous les beaux esprits nourris à la notoriété télé, que l'éxélitation l'attend si il l'ouvre un peu trop...

      Supprimer
    2. L'éxélitation c'est trop barbare...L'exil devrait suffire...
      Ouch! ça fatigue l'informatique.
      Mais bravo pour le blog. :-)

      Supprimer
    3. non non, exélitation, pas exil.

      Extraction de l'élite sans avoir à menacer physiquement.

      On se contente d'interdire de micro tout mou.

      Supprimer
    4. Todd parlait de Hollandisme révolutionnaire en anticipant un changement de politique quand il aura fait les constats suivants:
      -Qu'une Europe stratège, sociale et coopérative c'est un rêve!! Que l'Europe qui protège ne verra jamais le jour...
      -Qu'il n'y a pas de salut dans l'Euro...
      -Que l'Allemagne et la France ne peuvent pas avoir de politique économique et monétaire coordonnée pour des raisons démographiques...

      Je reste dubitatif sur le courage de Hollande pour tirer les conclusions de ces constats et apporter des réponses "révolutionnaires"

      Je reste dubitatif sur le courage de Hollande pour tirer les conclusions de ces constats et apporter des reponses "revolutionaires"

      Supprimer
    5. Oué enfin, en cherchant bien, même toi Tonio t'as eu des "doutes" a propos de Hollande pendant la campagne ...
      tu cherchais tellement une lueur d'espoir ..

      Todd n'a pas fait autre chose. Il a espéré plus qu'il n'a prédit.

      Todd est bon en analyse démographique. Avec le biais qu'il est pro métissage parce qu'on lui a appris que c'était "bon" et qu'il n'a jamais revue sa copie sur le sujet.

      Supprimer
  4. Mouais, l'invention de mots ce n'est pas toujours la meilleure solution.
    L'exil médiatique, ça pouvait être compris même d'un neuneu comme moi.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  5. et puis devant un x, il n'y a pas d'accent :-))

    tu n'es pas obligé de publier ce commentaire :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. attention TPS, tu va te faire embaucher par la nouvelle élite en novlangue, mais faudra travailler un peu plus ton niveau de doublepensée. ("l'exil médiatique, c'est la parole" par exemple :-)

      je rigole !!! :-)

      yongtai

      Supprimer
  6. Les gens sont de mauvaise foi. On savait tous qu'Hollande allait encaisser la plus monumentale crise économique de notre histoire, et il y a 12 longues années d'héritage de droite mondialisée qui (sans y être à 100%) ont largement contribué à la situation.

    Il y a là du court-termisme de mémoire mâtiné de mauvaise foi.

    Hollande est le seul à croire qu'il a une influence sur les choses. Un peu, mais si peu. Si, pour protéger (encore un peu) les fonctionnaires...
    Pour le reste, les gens n'ont pas encore compris qu'il a juste été mis là comme fusible. Son rôle est d'éviter les émeutes sociales (les crises systémiques sont douloureuses). Après la droite reviendra avec une virginité toute neuve (malin) ; ça sera nul pour le pays, mais pour eux le pire sera passé.

    Alors forcément, impopulaire, Hollande était amené à l'être. Mécaniquement.

    Mais Hollande n'est pas un con. Il savait très bien quelle sinécure l'attendait. Il a pensé qu'il gérerait ça (et c'était bien parti au début) mais là, il s'est aperçu que les promesses intenables se paient cash, surtout en matière économique et depuis qu'il y a des blogs comme celui du Nain (merci à lui !).

    Alors vive le mariage homo pour faire diversion !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas comme si il n'y avait rien a y faire.
      Ce n'est pas comme si tous les pays étaient touché de la même manière.

      Ce qu'on reproche a Hollande c'est son idéologie et son manque de pragmatisme, et indirectement, celui de ceux qui l'ont élu.
      Hollande c'est le président des bisous et du clientellisme ... c'est peut-être valable en période faste ou il faut resdistribuer un peu de la richesse produite par les productifs.

      Mais en période de crise énorme, la seule voie, c'est de réformer le pays intelligement. Je concède que vu la mentalité de merde qu'il y a un peu partout (syndicats, fonctionnaires, etc...) c'est pas gagné. Mais la seule solution serait d'expliquer que la crise est réelle et ses sousbassements et que la fête et finie et que maintenant, il va falloir faire plus avec moins.

      L'Europe du nord y parvient bien.

      Les solutions sont très très simples : il faut restaurer la confiance.

      1/les français français en ont marre de se faire taxer pour que des immigrés viennent exiger des aides auprès des assistantes sociales, et ensuite il leurs crachent à la gueule.
      2/simplifier l'enfer fiscal au lieu d'avoir des règles d'exceptions pour tout le monde. Trop compliqué, trop de passe droit pour les petits malins.
      3/fixer un cap, choisir une voie : renouvelable ? (mais il faudra dire merde au lobby nucléaire) nano tech ? impérialisme local avec nos anciennes colonies ? (difficile a vendre) ... peu importe, c'est pas mon métier c'est le sien, mais il faut donner un horizon ... autre que l'Europe sinon la guerre. Les gens ne comprennent plus cette europe qui dilapide l'argent dans des projets stupides (on le voit partout) , etc...

      donc, de toute manière, la France à fait le choix d'être un pays du sud, d'être un pestiféré.

      La pierre tombale de la France n'est pas loin puisqu'ils parlent de renoncer a la dissuasion nucléaire.

      Il faudrait surtout des super experts pour répondre a tous les abrutis de la France qui gueulent plus fort que les autres avec leur mentalité de mendiant, la mentalité du "tout m'est du" ... ben expliquer aux français qu'ils va falloir qu'ils se sortent les doigts ...

      Je vois les cassos autour de moi ... ils fument dans leur maison avec les 3 gamins, n'ont qu'un seul boulot précaire, et passent leur temps a faire la fête, gueuler sur les gamins qui chialent, et dès qu'ils peuvent, se mettre en arrêt maladie et profiter du cash pour s'acheter une grosse bagnole pour frimer, et parler de faire un autre gamin ...

      Qu'on les aides, soit, mais la, ca devient n'importe quoi cette mentalité de "j'ai droit a rien sans rien foutre, sans aucun mérite".

      La France est en mode Attlas Shrugged, c'est tout.

      Supprimer
  7. "On savait tous qu'Hollande allait encaisser la plus monumentale crise économique"

    Non, ils n'ont pas "encaissé" ils ont PROVOQUE ce qui arrive.
    Tout le monde savait ce qui se passerait si on injectait des masses de liquidité au lieu de réduire le robinet.
    Tout le monde savait que les délocalisations et l'ouverture à la mondialisation inhumaine était du suicide pour l'europe.
    Tous les économistes savaient que l'euro ne pourrait pas marcher, à cause de la théorie de la zone monétaire optimale et le fait qu'aucune monnaie pluri-nationale n'a fonctionné dans l'histoire.
    Tout le monde savait que les ressources minières et énergétique n'étaient pas infinie.
    Tout le monde savait que l'agriculture moderne serait une catastrophe pour la santé.
    Ces gens la nous emmènent vers une catastrophe, mais nous on est assez bête de voter pour eux et assez faignants pour ne pas s'investir davantage.
    Pourtant on pourrait s'en tirer : un peu de Jorion (interdire la spéculation), un peu de Berruyer (couper les banques), un peu de Bourguignon (agriculture sans labour, agroforesterie/permaculture), un peu de Jancovici (grand projet energetique/BTP/ nouvelle 2CV... ). Il manque juste un de Gaulle pour taper du poing sur la table et dire que maintenant ca suffit les conneries.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais nous on est assez bête de voter pour eux et assez faignants pour ne pas s'investir davantage. Vrai!!
      Il manque juste un de Gaulle pour taper du poing sur la table et dire que maintenant ca suffit les conneries. Faux c'est à nous de dire c'est fini les conneries!!
      Il faut pas s'étonne que tout aille mal si on attend le messie pour que cela s'arrange, il faut que le peuple l'impose!!
      Il faut que chacun comprenne ses responsabilités dans le marasme, en accepte les conséquences et participe à la reconstruction !!! Lucidité, responsabilité et détermination c’est ce qui nous sauvera !!
      Pas la foi en un sauveur politique !!

      Supprimer
    2. DE GAULLE?...Il y a son avatar sa descendance spirituelle: ASSELINEAU! pour l'avoir suivis dans certaines de ses conferences, c'est de loins le plus credible, et nos zelites ne s'y sont pas trompés, il est boycotté par les mass medias et pour cause : contre l'europe et ses incoherences economicides, veritable souverainiste à l'intelligence aiguisée tout autant que rassembleur puisqu'il insiste pour que les francais depassent leurs clivages de bas niveaux pour une demarche collective et rassembleuse face aux partis politiques de base (carriéristes) qui épousent la direction commune de l'euro-dolatrie (exept Dupont-aignant, entre autre). Il pense, comme DE GAULLE au sortir de la guerre, qu'il faut une mobilisation generale PATRIOTIQUE seule demarche d'émancipation qui nous permettrait de balayer des decennies de vassalisation, de collaboration avec l'ennemis "euro-ligarque" qui destitue les peuples de leur filliale légitimité de décider pour eux meme, les déracine , les soudoie par le mensonge de l'ideologie religieuse du mondialisme babélien a travers laquelle la sous-jacente hystérie de l'euro ne peut se comprendre que comme l'etape necessaire a leur agenda! En 2015, sous la chape de l'empire US (TRAITE EURO ATLANTIQUE), les peuples seront en deuil de leur souveraineté, ils assisteront au grand et inéluctable autodafé de leurs cultures car en droit comme en culture l'internationalisme mondialisme, pronés par nos apatrides kleptocrates babéliens, primera sur les particularismes des traditions diverses, variées et millenaires (soft power).NOUS SOMMES EN GUERRE contre 2 ennemis: EUX et NOUS MEME, car la revolution est necessairement cognitive avant qu'elle ne puisse se concrétiser en actes.C'est le nez dans sceau de merde de l'histoire que l'on est amené a relever la tete...faisons le avec intelligence et détermination, les passions animales sont pourvoyeuses de destruction et ...d'autodestruction.Si nous passons notre temps a nous DIVISER sur des questions subsidiaires alors nous dépenserons nos energies a nous OPPOSER les uns et les autres; ainsi, nos ennemis seculaires pourront nous IMPOSER leurs solutions!!!, celles qui leur servent depuis toujours.

      Supprimer
  8. Les mecs de la presse en place, quels nuls ! Ils n'ont rien vu venir, alors que tous les blogs alternatifs sérieux prédisaient ce scénario catastrophe. Les journaleux professionnels sont encore dans les vieux schémas politiciens, ils planent complètement. Même Valeurs Actuelles a un discours déconnecté.

    RépondreSupprimer
  9. Todd est un rentier de l'Etat-Providence, il doit fermer sa gueule sur l'essentiel ou on lui coupe ses prébendes.

    RépondreSupprimer
  10. Todd s'est planté sur le HOLLANDISME REVOLUTIONNAIRE. Par contre, il avait vu juste sur l'EURO-FASCISME. 50%, c'est pas si mal. Donc je le respecte.

    https://www.youtube.com/watch?v=t1d_2dTxr0s

    RépondreSupprimer
  11. http://www.amazon.fr/Le-Myst%C3%A8re-fran%C3%A7ais-Emmanuel-Todd/dp/2021102165/ref=zg_bs_books_1

    Todd n°1 Amazon avec son dernier livre.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.