samedi 30 mars 2013

Les Allemands plus pauvres que les Italiens selon la Bundesbank

Les Allemands plus pauvres que les Italiens selon la Bundesbank
romandie, 29/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Une étude de la Bundesbank affirmant que le patrimoine des ménages allemands est inférieur à celui des Espagnols ou des Italiens a été très critiquée en Allemagne. Sa méthodologie a été jugée peu fiable.

Selon la Bundesbank, les ménages allemands possèdent en moyenne 195'200 euros, contre 229'300 pour les ménages français et 285'800 pour les ménages espagnols.

Le patrimoine médian, niveau au dessus duquel se situe la moitié des ménages, serait seulement de 51'400 euros en Allemagne, soit deux à trois fois moins qu'en France (113'500), en Espagne (178'300) ou en Italie (163'900). L'étude a également mis en exergue une répartition beaucoup plus inégalitaire en Allemagne que chez ses grands voisins européens.
Problèmes méthodologiques

Face à des chiffres qui ont suscité l'étonnement, la principale explication donnée par la Bundesbank d'un tel écart avec des pays considérés comme plus pauvres est la faible proportion des Allemands propriétaires de leur logement.

Seuls 44,2% des Allemands possèdent leur habitation, contre 57,9% des Français et 82,7% des Espagnols, selon l'institution monétaire. Or, les propriétaires immobiliers sont en moyenne bien plus riches que les autres. L'impact de la Réunification allemande a également fait baisser la moyenne, relève la Bundesbank.

L'étude a été largement médiatisée en Allemagne, dans le contexte de la crise de la dette où la chancelière Angela Merkel est sous pression pour défendre les intérêts des contribuables allemands, tout en étant critiquée à l'étranger pour son manque de solidarité.

Allez donc expliquer aux allemands maintenant qu'il faut qu'ils transfèrent 10% de leur PIB chaque année pour sauver les bulles immobilières d'Europe du Sud et les patrimoines fictifs des goinfres du papy boom...

4 commentaires:

  1. Ce genre de mesures ou d'évaluations est évidemment incomplet. Pourquoi n'intégrerions nous pas en termes capitalistiques l'évaluation pour chaque ménage des enfants qu'il a élevés, éduqués et contribuer à former ?
    Compte-tenu de la défection allemande au niveau de la politique de la famille, de son faible taux de natalité, il y aurait là lieu de débattre sur la distinction à faire entre des critères d'appréciation genre PIB et niveaux d'endettements collectifs et ce qui n'est pas pris en considération. Prenons l'exemple du débat sur l'énergie et en particulier celui de son dossier du gaz de schistes. Si on a l'honnêteté d'évaluer les coûts environnementaux,certes à charge des prochaines générations--s'il y en a--, le prétendu "Jackpot" de ce nouvel eldorado se réduit certainement à un rendement négatif ou au mieux nul !

    RépondreSupprimer
  2. Hachis Parmentier30 mars 2013 à 09:16

    J’étais hier en réunion vers Venise. Ils m'expliquaient que les ventes de bagnoles de luxe a explosé depuis qu'une mesure force a payer par payement électronique toutes les transactions supérieure à 1000 euros. Fini le black, les propriétaires de belles voitures doivent être en mesure de justifier leur train de vie.
    L’Italie du nord est riche, très riche mais au black...
    si tu veux une ferr

    il pourrait que cette mesure va arriver en France en 2014.

    RépondreSupprimer
  3. Les allemands préparent la fragmentation de la zone euro, c'est juste de la propagande, tout le monde se rend compte de la catastrophe de la monnaie unique, mais personne ne veut être le méchant qui casse le projet européen.

    RépondreSupprimer
  4. "Or, les propriétaires immobiliers sont en moyenne bien plus riches que les autres".
    Euh, oui; mais que vaut réellement le patrimoine immobilier en France???
    On a depuis 15 ans, et très artificiellement statué que ce qui valait 1 en 99 vaut 2.5 aujourdh'ui (mesures de rétention du foncier, norme contraignantes...), et tous ca marchait ces dernières années tant que les nouvelles générations en age de s'installer acceptaient de payer "à crédit" (c'est à dire sur leurs efforts futurs) cette politique idiote, et à leur désavantage. Maintenant que ce n'est plus le cas, le patrimoine virtuel moyen français va fondre comme neige au soleil.
    C'est très facile de faire augmenter le capital de cette façon. On peut tout aussi bien alors décréter que l'euro français vaut 2.5 euros allemands, ca aboutirait au même résultat, mais c'est tout sauf une réalité économique.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.