jeudi 28 mars 2013

Les babeliens démasqués et en difficulté

On dirait que la prise de conscience se répand désormais sur l'agenda global de mise en place d'un monde à la sauce 5ème élément/meilleur des mondes...

Et les babeliens commencent à être en difficulté...

   Printemps français : Julien Dray flippe !

   Des anti-mariage pour tous huent Christiane Taubira à Lyon

Progrès et modernité qu'on vous dit !

Briser toutes les solidarités, et en dernier lieu, la famille...

Tout ceci n'a qu'un et un seul but, comme toujours : faire augmenter le flux global ponctionnable (au sens large) travail salarié / consommation marchande.

La superstructure a besoin d'humains normalisés, déracinés, aculturés, mc donaldifiés, totalement salariés, et consommateurs purs pour absolument tout. Il faut détruire toute activité non marchande et non contrôlée par la corporatocratie.

Pour ce faire, la destruction de ce dernier bastion de résistance et de solidarité évidente, qu'est la famille, est indispensable.

Qui plus est, cette destruction permettra aussi de totalement supprimer le rôle des parents dans l'éducation des enfants et de confier intégralement cette tâche à l'État.

Un monde idéal pour que les pervers narcissiques de l'hyperclasse attalienne puissent jouir totalement, sans contraintes morales, de l'argent qu'ils s'impriment.

Mais on dirait que la pauvre Taubira, son "sens de l'histoire", elle va pouvoir se le tailler en pointe...

Les gens n'en veulent pas de la fin de l'histoire, de leur Meilleur des Mondes...

Et ils ont bien raison...

Au passage, j'en profite pour vous pousser un commentaire :
Mais la masse est con, et le père François lui ne l'est pas ! Mis en place par les US, il fait ce qu'ils lui demandent. Pourquoi s'en priver ? Ils en veulent de l'Audi A5 et 6, de l'immobilier toujours plus cher, toujours plus, peu importe qu'un quart de l'humanité crève de faim, j'ai droit, j'ai droit ! Le gros animal (la foule selon Platon) a été apprivoisée par le Pouvoir, bientôt elle sera détruite car inutile.

C'est peine perdue. Relisez vos classiques, de Platon à Aristote, des présocratiques à Kant, d'Auguste Comte à Schopenhauer... De Sun ZE à Clausewitz, de Bourdieu à Chomsky...Houellebecq à raison : la prochaine révolution ne sera pas métaphysique mais génétique (les particules élémentaires), et c'est inéluctable, l'humanité est inamendable en l'état, donc changeons son état, c'est en cours, tous les jours une loi est votée en ce sens...Bonne chance aux untermensch...mais ils vont disparaitre, et vite.


Dans le cas du mariage gay, la séquence qui se joue sur 50 ans est évidente.

   D'un côté destruction de la famille traditionnelle, théorie du genre, toussa toussa... Mais à la rigueur, sur cet aspect là, ce n'est que mineur vis a vis de ce qui a déjà eu lieu (explosion des divorces, familles monoparentales...). Tout ce mouvement général pousse à transformer la famille en simple cellule temporaire de consommation de relations humaines. Ça brise la notion de petite capitalisation sur le long terme, sur la lignée. Ça brise toute idée d'épargne et d'investissement dans un monde où nounou État se charge de tout et où constituer un capital à très long terme n'a plus de sens, vu qu'il n'y a plus de lignée, et qu'in fine, on vous confisquera tout, et que de toutes façons, vos enfants vous abandonneront à l'hospice étatisé avec euthanasie au bout. Au final, sans inscription dans le temps et l'espace, l'humain n'est alors plus qu'un atome esseulé, sans perspective, sans profondeur, enfermé dans son seul présent.

   De l'autre, et c'est là la conséquence majeure et évidente de cette loi, ça va légaliser la fabrication d'humains en bocal pour les homos. S'en suit la sélection des donneurs sur catalogue. Eugénisme. Extension du procédé à toute l'humanité. Ça c'est pour la partie évidente. Première. Au delà, on peut imaginer plusieurs choses selon que le système juge rentable ou non de garder la notion de parent...

8 commentaires:

  1. La famille n'a pas attendu le mariage gay pour avoir du plomb dans l'aile. Il y a de plus en plus de divorces et de moins en moins de mariages. Les familles mono-parentales, recomposées, les demi-frères et demie-soeurs sont maintenant la norme, plus l'exception. Les parents mettent leurs enfants en nourrice pour pouvoir travailler. Les enfants mettent leurs parents à l'hospice. Les frères et les soeurs s'éparpillent géographiquement, et n'ont pour tout contact qu'un repas de noël et deux ou trois coup de fil annuels. Et je parle même pas des oncles/tantes, cousins...

    Pour ma part, je pense que le mariage civil devrait être purement et simplement supprimé, et qu'il faudrait se servir du PACS comme cadre pour l'union entre deux personnes. Libre à chacun de se marier dans sa communauté religieuse selon les règles qu'elle reconnait. C'est finalement de l'ordre du privé, uniquement.

    Visible dans l'article cité, un "tweet" signé "Lys Ardent". Finalement, le mouvement contre le mariage-pour-tous rassemble tout ce que la France compte de réactionnaires, passéistes, royalistes, intégristes, identitaires, bourgeoisie chrétienne, etc.

    Un mouvement dont les revendications sont plus de l'ordre du ressenti que de la raison. Ils voient simplement la notion de famille se déliter, et ils se cristallisent bêtement sur le sujet du mariage gay comme si c'était la cause du problème.

    Bref, un mouvement discrédité à la base en ce qui me concerne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Pour ma part, je pense que le mariage civil devrait être purement et simplement supprimé, et qu'il faudrait se servir du PACS comme cadre pour l'union entre deux personnes. Libre à chacun de se marier dans sa communauté religieuse selon les règles qu'elle reconnait. C'est finalement de l'ordre du privé, uniquement."

      Je vous rejoint sur le sujet. J'estime que le mariage civil n'a été instauré que pour faire face au mariage religieux, créant par là-même une cérémonie dont certains éléments restent liés à la religion (notamment la quête républicaine pour les bonnes œuvres du CCAS). Je suis partisan d'un système basé sur la simple reconnaissance de l'union maritale par l'administration. Dans notre système actuel, tout autre mariage que civil est considéré comme illégitime, puisque n'ouvrant pas aux droits d'un couple marié civilement.

      Supprimer
    2. humm, deux points à distinguer selon moi :
      - l'union civile dans société laïque vs l'union religieuse.
      - les différentes unions civiles possibles, qui ne sont, rappelons-le, que des contrats normalisés (au sens juridique à dominante financière), à choisir dans une gamme. Il existe d'ailleurs différents mariages civils (spération de biens, ...), le PACS permet une union, un contrat, là où les mariages ne le permettent pas (même sexe, lien de parenté, ...)

      la discussion porterait alors sur la gamme de ces contrats ; le fait de leur normalisation découlant d'une justice plus automatique et prévisible en cas de séparation.

      --neuneu.

      Supprimer
    3. Sur les enfant qui passent plus de temps avec des étrangers (nourrices, puéricultrices, maitres et profs) qu'avec leurs parents, ça m'a immédiatement fait penser à Guy Debord :

      "Séparés entre eux par la perte générale de tout langage adéquat aux faits, perte qui leur interdit le moindre dialogue ; séparés par leur incessante concurrence, toujours pressée par le fouet, dans la consommation ostentatoire du néant, et donc séparés par l'envie la moins fondée et la moins capable de trouver quelque satisfaction, ils sont même séparés de leurs propres enfants, naguère encore la seule propriété de ceux qui n'ont rien ["prolétaire" en latin]. On leur enlève, en bas âge, le contrôle de ces enfants, déjà leurs rivaux, qui n'écoutent plus du tout les opinions informes de leurs parents, et sourient de leur échec flagrant ; méprisent non sans raison leur origine, et se sentent bien davantage les fils du spectacle régnant que de ceux de ses domestiques qui les ont par hasard engendrés : ils se rêvent les métis de ces nègres-là. Derrière la façade du ravissement simulé, dans ces couples comme entre eux et leur progéniture, on n'échange que des regards de haine.

      Supprimer
    4. Donc si je comprends bien, votre vision est n'est pas de renforcer les bases propres à freiner ce qui se délite, mais plutôt mettre en place sciemment (par la loi) des procédés d'accélération de délitement...

      Vous justifiez les propositions libertaires de ces dernières années sous le seul prétexte qu'elles se collent à ce que vive nos citoyens.

      Au lieu d'agir en garde-fou (des maux qui rongent notre société), vous ne faites que les entériner.

      Donc demain, nous aurons droit à une société qui ne ressemblera plus à rien mais qui évoluera au bon vouloir des désirs de chacun.

      "Je fais des gosses, je divorce, je laisse mes enfants à qui veut pour retrouver quelqu'un avec qui je fais des gosses sachant qu'elle a déjà des gosses avec un mec qui avait déjà des gamins dont une partie n'était pas conçue avec sa première femme..."

      au fait ! vous êtes vous jamais demandé dans quelle sphère familiale aimeraient vivre tous ces enfants ?

      Et si le but de la majorité des citoyens n'était pas de créer une famille (stable), vous ne seriez pas de ce monde et vous ne pourriez pas décrier le cadre dans lequel vous êtes sûrement né.

      JL

      Supprimer
    5. Mon point ne porte principalement que sur le caractère cérémonial du mariage civil, qui implique en lui-même que toute autre cérémonie n'est pas légitime au vu de la Société Civile.
      De mon point de vue, la laïcité serait de reconnaître les unions religieuses au même titre qu'une union civile. Participer à une cérémonie supplémentaire n'implique pas la laïcité.

      Supprimer
  2. In fine l'objectif est le même depuis l'avènement de la société de consommation : isoler et atomiser l'homme, briser les liens organiques qui fondent une société, briser les solidarités les unes après les autres, les remplacer (momentanément ?) par une solidarité mécanique, aveugle et passive assurée par l’État. Sur la métamorphose du monde du travail post mai 68, on peut lire Le Goff par exemple : http://www.amazon.fr/La-Barbarie-douce-Modernisation-entreprises/dp/270713032X/ , entre autres...

    Puisque pour l'idéologie dominante l'homme est individu et n'est qu'individu, toute structure collective qui transcende l'individu doit disparaitre. L'église a déjà disparue en pratique, la famille suit le chemin. La guerre de tous contre tous, dans un système qui cumule le pire du libéralisme avec le pire du socialisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ça, ceux que Disco appelle les babeliens souhaitent, pardon, imposent la mise en place d'une structure qui doit broyer l'individu, elle porte officiellement le nom de République. Son intérêt prévaut sur celui de l'individu, ses règles prévalent sur celle de l'individu, qu'elle est d'ailleurs chargée (grâce à des gens comme Peillon) de former à l'image adequate.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.