mercredi 13 mars 2013

Michael Gilmore, directeur au Pentagone du DOT&E (Defense Operational Test and Evaluation) : "le F35 n'est pas viable"

Le JSF, égrégore-Système et résilient
De Defensa, 13/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le rapport annuel de Michael Gilmore, directeur au Pentagone du DOT&E (Defense Operational Test and Evaluation), a eu un certain retentissement. Il décrit les mille et une limitations catastrophiques du JSF, ou F-35 Lightning II, avion de combat incapable d’opérer opérationnellement, incapable même d’assurer l’entraînement de ses pilotes à sa propre conduite à cause des kyrielles de limitations qui lui sont imposées. (Notre lecteur Richard Rutily, qui nous tient parfaitement informé des tribulations du DreamLiner, suppléant ainsi heureusement à une de nos faiblesses, avait communiqué, citant ce rapport le 7 mars 2013, quelques-uns des éléments de restriction de l’usage du JSF.) La remarque finale de Winslow Wheeler, qui a diffusé et commenté le document (datant du 15 février) sur le site POGO, le 6 mars 2013, est sans véritable surprise… «The conclusion is obvious: The F-35A is not viable.»

[...]

7 commentaires:

  1. Dreamliner, F35 et même les problèmes de l'A380, comment est-il possible qu'en 1976, on puisse faire voler un concorde et qu'aujourd'hui avec la formidable évolution de l'informatique, tout part en sucette ?

    Certes on essaye de faire plus avec moins et c'est plus dur mais ça n'explique pas de tel flop. A la limite que les performances supposées ne soit pas au rendez-vous, OK mais le minimum, c'est que ça fonctionne.

    Je propose deux explications :

    - les commerciaux vendent n'importe quoi et on n'écoute que les techniciens fantaisistes qui promettent des solutions techniques imaginaires et non validées.

    - les techniciens les plus compétents se barrent dans la finance. Cette dernière explication étant un peu courte, ça expliquerait une faible croissance des innovations mais pas un tel travail de cochon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut etre un nombre insuffissant de techniciens competents, idiocratie quand tu nous tiens.

      Supprimer
    2. - Les programmes sont de plus en plus cloisonnés : un technicien ne s'occupe que d'un micro-pouillème d'ensemble, car cela permet d'optimiser la productivité. Mais les sous-systèmes deviennent de plus en plus enchevêtrés et cela conduit à des recettes d'intégration de plus en plus complexes qui ne permettent plus de tester l'ensemble des interactions.

      Supprimer
    3. sous traitance, dilution de chaine de responsabilité, compartimentation avec avec de moins en moins d'expertise transversale, les essais sont très chers alors on mise plus sur la CFD (Colors for Directors) ou tout logiciel de simulation etc...

      Supprimer
    4. trop de cadres?c'est alors le bordel et on fait n'importe quoi?

      Supprimer
  2. La guerre froide est finie: le gouvernement est moins regardant sur le rapport qualité/prix. Le programme F35 sert plus à nourrir l'industrie aéronautique qu'à renforcer la défense américaine. Pour la défense des USA, il faut plutôt regarder ce qui se fait avec les drones, les mules électriques, les exosquelettes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. t'en parlera a poutine et a ses S300.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.