lundi 11 mars 2013

Mon passage à Paris

J'ai longtemps habité Paris et j'y retourne régulièrement. J'y suis allé 4 jours pour les vacances.

Je vous relate ce que j'y ai vu... C'est dur à décrire. Il faut le voir, le sentir. J'essaie de vous exprimer mon ressenti au mieux...

Tout commence à la gare Montparnasse. C'est crade, crasseux, déglingué.

On va pour prendre un taxi. Alors qu'on descend d'un grand train, personne ne va au taxi. On était les seuls. Il y avait 20 taxis qui attendaient des clients. On monte dans le premier de la file. Là un taxi, que j'aurais dit mauritanien, nous prend. On enchaine sur le périph sud, de Porte d'Orléans à Bercy. Vision de cauchemar... Partout des barres d'immeubles immondes, taguées. Le périph est une décharge...

A l'arrivée, le taxi essaie d'être gentil pour avoir un pourboire. Moi aussi, j'essaie de lui rendre, mais on sent bien une barrière. Je sais pas trop quoi lui dire. Je lui file quand même une rallonge.

En banlieue, partout, des cubes en béton mal vieilli de 10 étages minimum à perte de vue. Rien ne va avec rien. Les bâtiments ouvriers du début du siècle, un minimum ouvragés, sont désormais des refuges à classes moyennes sups.

Dans le RER D pour Paris, on s'est retrouvés les seuls blancs dans notre wagon. Et c'est quasi systématique. Les blancs sont minoritaires dans le RER. Les noirs étaient propres sur eux, bien habillés. Pas de racailles. C'était pas le problème. Ça a bien changé sur ce point là. Mais les regards sont systématiquement hostiles. Comme si il y avait bien deux camps qui étaient clairement assumés. Et qu'on n'était de toute évidence pas du leur.

On n'est pourtant pas d'un abord austère. Nous, on se ballade avec notre gamine de 4 ans, qui s'émerveille de tout. Alors on rigole, on parle, on vit. Mais clairement, on dépareillait.

De ce que j'en ai vu, j'ai pas eu le sentiment d'insécurité qui régnait il y a 10 ans. On voit quasi plus de groupes de racailles en Lacoste casquettes avec leurs regards de prédateurs. En revanche, il règne un malaise et un sentiment de guerre civile larvée qui suinte de partout. Les regards sont hostiles ou amicaux selon la couleur de peau de qui on regarde. L'ingénuité de la petite, permet de dérider le voisin noir d'en face dans le métro, mais faut voir le temps qu'il faut, et encore, c'est par politesse, là où à Bordeaux, c'est succès immédiat et sincère, et avec tout le monde. Les blancs en revanche, se raccrochaient à la petite, même du regard, comme à une bouée, surtout les vieux.

Sorti du RER, la répartition de la population n'est plus du tout la même. Surtout à Paris, même si souvent, il faut chercher les blancs parmi la foule. En tous cas, l'utilisation du RER étant plutôt un signe de pauvreté, ça fleure bon la ségrégation économique.

Mais le multiculturalisme est partout. Personne ne se parle. La défiance est généralisée. Tous les gens sont isolés, et d'une tristesse ahurissante.

Côté infrastructures, c'est à pleurer. Le métro et le RER sont dans un état d'insalubrité hallucinant. Puanteur, saleté, crasse. Il y a un couloir à Châtelet pour passer du métro 7 au RER D avec un tapis roulant, dans un tel état de délabrement et d'insalubrité, qu'on ose à peine respirer de peur de choper des champignons. Les coulures de crasse sur les murs sont les plus répugnantes qu'il m'aie été donner de voir. Et pourtant, je suis pas douillet.

A l'extérieur, tout est sale, déglingué, vieillissant, rouillé. Même au plein cœur de Paris, là où c'est le plus touristique. On voit que tout a été fait dans les années 70 à 90 au rabais, et tout tombe en miettes désormais.

Les immeubles aussi sont sales, gris, déglingués.

Visite du palais de la découverte. 16€ l'entrée à 3. Les animations datent des années 80. Tout est sale et poussiéreux. Les plastiques sont jaunis. Les plafonds suintent partout des infiltrations. Les peintures des murs originellement blanches sont elles aussi toutes jaunies.

Le bâtiment est pourtant splendide de l'extérieur, mais à l'intérieur, on se croirait en URSS.



Ce qui frappe également, c'est le mensonge permanent, où on essaie de nous faire croire avec des panneaux rutilants et à la communication festiviste, que tout ça est à la pointe et que la culture d'État nous offre le meilleur de ce qui se fait. Et le décalage est total par rapport à la réalité.

Dans ce décor déglingué, les seules choses belles, propres et impeccables, ce sont les voitures individuelles, et les publicités. J'imagine que l'intérieur des gens aussi, le chez-soi étant le dernier refuge de bien-être pour la population (on comprend mieux au passage le succès des émissions d'intérieur de M6). Tout le reste se déglingue. Trottoirs, équipements urbains et routes inclus. Tout sent les années 70 qui moisissent dans leur jus.

Et ce déclin évident, déteint par rapport aux images que l'on voit de ces mégapoles émergentes qui, elles, se modernisent à vitesse grand V. Il n'y a qu'à voir les images des métros récents fabriqués dans le monde...

Paris, ville de "Lumières"...

Ville maçonnique par excellence...

Les élites et les oligarques "éclairés", eux, se déplacent en voitures individuelles à vitres teintées. On en a vu une flopée près de la concorde... Ils ne voient jamais le peuple, autrement que par leurs fenêtres, et ne subissent pas les conséquences de leur idéologie. Eux tout ce qu'ils voient, ce sont les profits qui rentrent, et le prix de la main d’œuvre qui baisse... Ils nous élèvent, comme on élèverait des poulets en batterie...

Pour le peuple en revanche, le mal-être est partout. Et ce dernier se retrouve à subir dans sa chair et son quotidien les délires babeliens et les idéaux hors sol de ces démiurges hallucinés.

C'est fou. Tout ce que j'écris, je ne l'exagère pas. Ça transpire de partout. Je ne comprends pas qu'il n'y aie pas un artiste pour décrire cette réalité que tout le monde vit au plus profond de lui. C'est leur rôle pourtant...

C'est là qu'on voit que la "culture" est sous contrôle absolu. Elle n'est là que pour faire diversion, blablater du sexe des anges et enculer les mouches. Et il n'y a personne pour parler de cette réalité et mettre des mots dessus. C'est proprement hallucinant le niveau de mensonge auquel on en est arrivé.

Et enfin et surtout, je ne comprends pas qu'ils trouvent encore des volontaires pour vivre ces vies de déracinés et de Sisyphe perpétuels.

Au retour, le taxi qui nous ramène à la gare Montparnasse est conduit par un portugais pas loin de la retraite. Un vrai soleil. Et bavard ! Il nous parle de sa maison au Portugal au bord de la mer dans laquelle il se rend dès qu'il le peut. On s'y serait cru.

Vive ma province !

En tous cas, je suis de toute évidence pas le seul à penser ça :
Une majorité de cadres rêvent de quitter l'Ile-de-France
Metro, 11/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Pour des raisons professionnelles, la région parisienne reste la plus prisée par les cadres, techniciens et employés qualifiés selon une enquête réalisée par le recruteur Page Personnel. Mais une grande majorité d'entre eux rêvent de quitter la métropole.

Mais ce n'est qu'un mariage de raison : la grande majorité d'entre eux rêvent de partir pour deux motifs, le coût de la vie et le cadre de vie. Selon Page Personnel, 65% de ces résidents franciliens rêvent de quitter la région, la proportion passant à 70% pour ceux qui ne sont pas originaires d'Ile-de-France.

Vous lisez bien. 65% !


Et dans le même temps, pour nos élites qui ont besoin de faire cracher toujours plus de rente sur les flux travail salarié/acte de consommation marchande, maintenant qu'ils ont abandonné toute idée de croissance par l'excellence (c'est à dire la croissance par habitant) et qu'ils se vautrent dans l'impérialisme le plus crasseux, ils ne savent plus faire qu'une chose : grossir (c'est à dire la croissance des habitants) !

Alors ils nous parlent de Grand Paris à 10 millions d'habitants.

Et si les habitants s'enfuient, c'est pas grave, on importera des miséreux déracinés.

Sur le même sujet, je vous invite à écouter ce débat entre jeunes musulmans français, notamment sur l'immigration. Leurs positions pourraient en surprendre plus d'un et eux aussi ont très bien compris qu'ils sont les marionnettes pathétiques de tireurs de ficelles cyniques :
Le Plateau Islam&Info - Albert ALI, Nabil Ennasri, Elias d'Imzalène
08/03/2013 (en Français texte en français )

36 commentaires:

  1. Super témoignage. Oui quand on baigne dedans, ca doit être horrible paris. De toute manière le flux migratoire est négatif pour paris les gens vont dans le sud (montpellier) d'après les stats de l'insee.

    Tiens : http://econo.free.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=18&Itemid=2&codenote=178

    sur la société de la méfiance justement, fabriquée par l'étatisme, le corporatisme et les "incivilités" (lire immigrationnisme).

    Avec des beaux sondages qui montrent comment le peuple français (un pays encore un peu riche quoi) n'a plus aucun confiance dans ses institutions.

    Faut bien dire que le judiciaire et les médias sont vendus a l'idéologie du progrès et sont totalement hors de la réalité.

    RépondreSupprimer
  2. Très beau récit tonio. Du vécu avec beaucoup de sensibilité aux évolutions tragiques de notre pays...

    RépondreSupprimer
  3. fallait venir juste avant les élections de 2012 les regardes etaient curieusement differents.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis parisien et je confirme, je met un bémol pour les regards agressifs dans le RER, il faut dire que je me déplace à 80% en vélo. Enfin je prendrais la ligne D pour en avoir le coeur net

    j'ai passé 2 mois en Thailande l'été dernier, le coté moderne de Bangkok est indéniable, et tout le pays se modernise à la vitesse grand V (j'ai effetué 6 voyages dans ce pays depuis 12 ans) mais c'est fortement contrasté quand même, on ne peut pas écarter les théâtres, les musées et les monuments parisiens sous prétexte que les rues et les métros sont sales, à coté des aéroports de Bangkok et hong kong, Roissy Charles de Gaulle fait province et les malls sont 10x plus grand que les magasins hausmaniens c'est sûr !

    Mais ils sont quasiment neufs, il faut relativiser.

    RépondreSupprimer
  5. Ces français musulmans ont un discours qui me plaît beaucoup. La chose la plus surprenante est que ce sont ceux habillés comme s'ils venaient de débarquer du bateau qui ont le discours le moins formaté, voire carrément "FN", alors que le mec à lunettes est typiquement un produit de nos élites maçonniques; le plus drôle c'est que le Nabil Ennasri parle d'immigration sans savoir qu'il y a 300 mille musulmans qui arrivent en France par an (45ème mn), ça l'a mis sur le cul. Risible. Bref encore un qui parle sans savoir.

    Alors si j'ai bien compris, leur accoutrement comme au bled ne voudrait pas dire "nous voulons que ce soit en France comme au bled" mais plutôt "on se prépare au retour au bled"? C'est bien ça? En tout cas, bien que je les trouve très sympa, j'arrive vraiment pas à me faire à leur dégaine, c'est certainement triste, mais c'est ainsi.

    52ème:
    - Nabil Ennasri:"tu penses que l'immigration est un instrument pour pouvoir détruire la nation"
    - Albert Ali: "mais c'est une évidence"

    Alors là c'est énorme. Si la majorité des musulmans pensent dans le futur comme ça, la France n'est peut-être pas foutue.

    J'espère qu'on verra Albert Ali plus souvent. Il est d'ailleurs passé dernièrement chez Taddéi.

    RépondreSupprimer
  6. Et que dire des odeurs du métro en période estivale !!

    Sinon un aspect vraiment criant de Paname, c'est sa muséification qui est érigée en dogme.

    En comparaison je trouve que Bdx est bien plus dynamique pour se moderniser, même s'il reste encore pas mal de boulot à faire dans ce sens.

    NB : j'ai habité Bdx pendant 6 ans (notamment les travaux du tram) et Paname pendant 4 ans.

    RépondreSupprimer
  7. Merci Tonio pour ce récit. Il y a un paradoxe apparent que je ne comprends pas (je ne suis pas allé à Paris depuis très longtemps): d'un coté tu insistes sur le fait que les populations immigrées croisées sont beaucoup moins agressives qu'avant (d'ailleurs tu parles toujours de noirs, pas de maghrebins), mais en même temps qu'il y a un climat de "guerre civile larvée", c'est à dire quelque chose de très agressif. Peux-tu affiner ta perception?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben le fait qu'il y aie deux populations qui ne se parlent pas, plutôt hostiles, qui cohabitent.

      Supprimer
    2. "d'ailleurs tu parles toujours de noirs, pas de maghrebins"

      Ben parce que j'en ai pas vu beaucoup. C'est peut-être spécifique au RER D, je sais pas trop...

      Supprimer
    3. je te confirme, pour prendre le rer d tous les matins que la population est noire a 70 pour 100 avec 20 autres pour 100 d'immigrés et une ultra minorité d'europeens. La "france qui se leve tot" est d'abord celle des immigrés sous payés!. elle semble correspondre, pour partie, a une immigration recente. Je suis blanc et ne ressens pas de mépris de leur part en general, par contre quand tu vis en banlieue tu constates une tres importante transformation des populations locales: un tsunami sur 15 ans de noirs africains qui a gommé l'ancien terreau d'immigrés maghrebins, portugais...des annees '80 ;la gare présente un instantané surprenant: c'est BAMAKO!!!...je ne plaisante pas, d'ailleurs, il suffit de regarder les photos de classe sur plusieurs decennies pour s'en rendre compte...c'est objectivement incontestable. Avec une crise historique comme la notre, une chute des recettes fiscales couplée a une hausse du chomage (de moins en moins soutenus financierement) nous avons une bombe sociale qui fera passer les emeutes de 2005 pour un feu de paille! helas, pour tous ces immigrés qui se levent tot, bientot cela sera pour rien mais une frange de leur progeniture qui, pour partie ne connait que la "loi de la jungle", servira de combustible a l'anarchie qui prévaudra dans ces cités dortoires. N'oublions jamais que "l'immigré qui se leve tot" cherche le bonheur comme tout un chacun et qu'ils sont comme nous les vrais dindons de la grande farce de nos maitres et seigneurs babeliens.

      Supprimer
    4. "N'oublions jamais que "l'immigré qui se leve tot" cherche le bonheur comme tout un chacun"....putain j'en ai la larme à l'oeil.Sinon on a le droit d'en avoir rien à branler du bonheur des types qui viennent chez nous sans autorisation ou pas? Et puis quand on entendra ces gentils ch'tis nimmigres critiquer leur congeneres qui braquent violent et foutent le feu alors je serai plus indulgent hein......

      Supprimer
    5. C'est un bonheur de te lire Seb. Je te conseille tout de même d'étudier ces mots :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Empathie

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Compassion

      Moi même je m'y colle, parce que je n'arrive à avoir aucun compassion pour des gars comme toi.

      Supprimer
  8. EXCELLENT !
    J'ai travaillé en IDF, et vite fuit ailleurs, et puis retravaillé mais en y allant que 1 semaine sur deux, de province sans déménager(vive le TGV)... Et je partage exactement mot pour mot les MEMES impression que toi. Tout est crasseux, délabré, moche, pourri ... Les gens font la gueule et s'ignorent...
    Tout tombe en miette, des trucs des années 70 qui n'ont pas été une seule fois nettoyées...
    Enfin, les beaux batiments d el'exterieur laissent place a des interieurs indigents.. Par exemple, va faire un tour a l'ENS ou reside notre brillant prix nobel ...
    D'un coté de je pense que vivent des gens tres riches mais a l'ecart d'une armée d'esclaves qui prennent le RER et le metro tous les jours.
    Al.




    RépondreSupprimer
  9. J'ai eu la même impression en repassant à Paris après 2 ans au Myanmar (Birmanie). Paris ne sourit pas et le manque d'investissement y est criant (mais pas autant qu'au Myanmar quand même). Bonjour à ta petite famille et dommage de ne pas avoir eu l'occasion de partager une mousse lors de mon passage à Bordeaux.

    RépondreSupprimer
  10. Bon Tonio, je comprends qu'avec une petite de 4 ans, tu préfères lui montrer le plus beau, mais bon, la prochaine fois, si tu veux vivre un moment de solitude, fais un détour par Barbès / La Chapelle.

    RépondreSupprimer
  11. J'imagine le touriste Japonais qui débarque à l'aéroport CDG se rend a Paris dans une poubelle roulante nommé RER B, traversant les zones essentiellement peuplées par la diversité Africaine.

    Il se rend enfin a Auber une station RER qui s'est bien dégradée ou ça suinte de partout pour se rendre aux grand magasins du boulevard Hauusman.

    Le soir voulant se rendre a son hôtel, il commence par se perdre et se retrouve vers la gare du nord, ou le blanc fait office d'extraterrestre.

    Il retrouve son chemin et se rend a la gare de Châtelet les Halles qui passé 20h00 est une vraie cour des miracles

    M'étonne pas que pour certains le voyage au pays d'Amélie Poulain se termine comme ça:

    http://adala-news.fr/2012/10/pourquoi-le-syndrome-de-paris-touche-principalement-les-japonais/

    RépondreSupprimer
  12. Récemment j'ai assisté à la soutenance d'une thèse à la Sorbonne.

    Beau bâtiment d'extérieur mais totalement pourri à l'intérieur.

    RépondreSupprimer
  13. Merci pour ton temoignage tonio, je partage ton étonnement de voir l'absence "d'artistes" ne faisant pas état de cette décadence...

    Aujourd'hui la culture est en boîte, entre 4 murs, on a que de l'art en conserve...

    D'ailleurs un indice (plus subtil à déceler) supplémentaire de dictature a mes yeux c'est de voir que d'excellents musicien indépendant qui ne performent que dans la rue, vont un peu partout dans le monde et en europe sauf en france, ça devient tout simplement impossible de jouer de la musique dans la rue sans autorisation déclarée 24 mois a l'avance !.

    Tout devient aseptisé, et malgré tout... ça vieillit mal comme tu le décris très bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il faut dire que du coté des chanteurs, il n'y a plus de maison de production française importante, elles sont toutes aux mains de production étrangère (sony, warner, universal) du côté des acteurs, ils sont soit abonnés à la soupe du ministère de la culture, ou bien sdf. C'est idem pour la presse, soit d'état, soit aux mains de groupes étranger (Bertelsmann..) - mais ce que je décrit la n'est rien d'autre que la bras armée de la pensée unique, les leçons des années 80 ont été tirés. Un coluche, desproges ou balavoine serait censuré ou classé soit extrème droite, soit démago... d'ailleurs, c'est un problème aujourd'hui de faire découvrir coluche ou desproges à des enfants ou des ados...

      Supprimer
  14. Marrant ça, je viens de passer quelques jours dans le temple du boboïsme parisien : Montmartre... et là RAS, tout baigne.. Les bobos vont bien, leurs trottoirs sont constellés de merdes de chiens mais ça ne m'a pas paru pire qu'avant. Les nounous qui se glandent la nouille dans les parcs sont quasiment toutes noires (j'ai été surpris d'y trouver quelques personnes d’Europe de l'est mais vu que le statut d’assmat est une niche fiscale à lui tout seul, rien d’étonnant). Les gens ne se parlent pas, ne regardent pas autour d’eux (mais je vois ça tous les jours aussi à Lyon – on dirait que les gens ne veulent pas avoir conscience de ce qui se passe autour d’eux, alors ils baissent la tête ou le regard ; personne ne regarde l’horizon...curieux et dangereux).

    Je n’ai pas pris le RER et j’ai soigneusement sélectionné les lignes que je prenais avec ma gosse (même age que la tienne). Le soir, les riches prennent leur bagnole ou le taxi et les pauvres se fadent le métro dont la puanteur et l'état de décomposition ont fait aussi tiquer ma petite...Effectivement, les gosses sont des bouées d'humanisme auxquelles se raccrochent les regards des gens (c’est la seule chose qu’ils osent regarder sans avoir peur – ça et leurs bouquins...là encore personne n’a une véritable conscience de son environnement, j’ai eus l’impression d’avoir un troupeau de moutons autour de moi).

    Je m’y suis rendu en voiture et effectivement, le périf est une poubelle à ciel ouvert qui donne une vue sur ce qu’est Paris : une bulle de privilège entourée par une poudrière géante.

    D'accord avec ce qui a été dit concernant la "muséification" des lieux et sur la ligne de ségrégation volontaire. Quelques clodos, mais pas tant que dans mes souvenirs, et je n’ai pas croisé de cailleras en groupe, mais là encore, avec une môme, on ne va pas aux endroits les plus « sensibles ».

    Nous avons séjourné (tu vas hurler Disco et j'ai pensé à toi quand on l'a dégotté, celui là) dans l'appartement de deux retraités de la FP (Ednat pour les deux) au coeur de Montmartre (vue sur le sacré coeur) ; appartement squatté par les propriétaires 6 mois sur 12 (les bouts de chou vivent à Aix...l'été et profitent de la Culture parisienne l'hiver....).

    En conclusion, je n’ai pas ressenti l’atmosphère « poudrière sur le point de péter », mais ça n’est pas Montmartre qui va signer le départ d’un mouvement de ce genre, non, là bas, c’est plutôt un cocon douillet pour bobos sous iphone...Non j’ai plutôt ressenti une douce déliquescence, une lente descente sans à coup.

    Je déteste toujours autant cette ville.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    2. Bon, alors...

      "Je déteste toujours autant cette ville"

      Paris est en elle-même une ville magnifique, agréable, enchanteresse. Sa réputation mondiale de longue date n'est pas tombée du ciel. Mais (censuré).

      Ca va, là, ça passe ?

      Supprimer
  15. Relisez la trilogie Nikopol, ou bien l'Incal.
    Ne confondez pas les gens paumés et/ou déracinés avec boucs émissaires

    RépondreSupprimer
  16. Comme il a été dit, Tonio, tu as soigneusement évité les quartiers nord. Et tu as bien fait, surtout avec ta gamine.

    Je n'y vis plus depuis six mois (je suis au Canada maintenant) mais j'ai grandi & vécu mes 25 premières années à Epinay, dans le 93. Banlieue agréable quand j'étais gamin. Je pouvais rentrer chez moi de l'école tout seul à pied quand j'étais au primaire. J'allais jouer et faire du roller dehors. J'allais voir mes grands parents en traversant les barres d'immeubles, qui étaient dégueulasses mais qui n'avaient pas les attributs actuels (genre les voitures cramées). Il fallait juste éviter certains quartiers, mais c'était marginal. Et surtout, les quartiers restaient, pour certains, propres et j'ai presque envie de dire jolis...

    Depuis une grosse dizaine d'années par contre, rien n'est plus pareil : tout est crade, dégueulasse, et nous, on a toujours ces fameuses bandes de racailles qui ont lâchées le survèt' Lacoste pour des tenues plus discrètes tout en hésitant pas à agresser à 6 contre 1 le gamin blanc du quartier. Bref, rien n'a changé, sauf le fait que la police ne vient plus dans ces quartiers, qui étaient populaires et corrects il y a 10 ans, ainsi que les médecins.

    Pour Paris, je ne peux que malheureusement être d'accord avec toi : tout est vieux, dégueulasse... Les bobos de gôche fricottent avec la "diversité" qui vient de banlieue ou du 18ème tout en crachant sur tout ces français qui, eux, vivent dans la merde et osent le dire (c'est raciste tu comprends) pendant que les gros dégueulasses qui ont eus les noix de faire l'ENA/SciencesPo/ESSEC/HEC ou je ne sais quelle école qui ne marche que grâce à son réseau roulent dans leurs grosses Mercedes en se foutant du monde qui les entoure, tant qu'ils peuvent rejoindre leur 220m² dans le 8ème. Le plus drôle étant le fait que notre diversité méprise ces fameux bobos mais hey, c'est aussi eux qui votent pour ceux qui les cageolent (suffit de voir le gouvernement actuel avec les décisions au niveau de la justice pour en être convaincu ou notre caste médiatique qui s'indigne à chaque fois qu'un bout de papier pas très "République du Bisous" sort).

    Il faut aussi noter quelque chose au sujet de cette fameuse "guerre civile latente" dont tu parles : le climat a changé énormément quand on compare le pré et le post 6 mai 2012. On avait pas ce climat avant, du moins pas de cette façon : le petit gamin européen était une vache à lait en banlieue, certes, mais il n'y avait pas cette haine profonde des gens pour ce qu'ils sont (et ça marche dans les deux sens hein). Certes, les temps étaient difficiles mais je n'ai pas souvenir d'avoir serré les fesses à répétition quand je faisais le trajet entre la gare et chez moi, à pied. Toujours être dévisagé, toujours la peur de se prendre un coup de couteau parce que j'ai pas la tronche "locale", toujours les refus de se pousser dans les transports pour qu'on puisse descendre alors que je demande poliment, les incivilités, etc. Au final, avant j'évitais certains quartiers, maintenant je ne suis plus le bienvenu nulle part (pour la petite histoire, je suis parti avec ma conjointe suite à une agression en juin 2012, parce que trop c'est trop). D'ailleurs, à chaque fois que je croise quelqu'un ici, j'ai le droit à "je suis allé à Paris l'année dernière, en septembre, c'est dingue le sentiment d'insécurité" ou "Paris c'est vraiment sale !". La messe est dite.

    Voilà à quoi ressemble Paris et sa région maintenant. Et je comprends bien que plus de la moitié des cadres veuillent se barrer : qualité de vie 0, insécurité, transports à rallonge, prix et coût de la vie, et j'en passe. Bref, partez pendant que c'est encore possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je te rejoins sur beaucoup de point , je suis du 91 et le constat est globalement le meme, ma femme et moi sommes des fonctionnaires hospitaliers et nous allons tout saborder pour nous barrer dans la creuse ,dans une ferme, et vivre dignement de ce que nous produirons ( cf Bourguignon, san giorgo...) avant d'avoir a subir le grand chambardement qui nous attend dans ces poudrieres que sont les banlieues. Je m'attends a un grand krach obligataire suivis de la refonte du systeme monetaire international...bref que du beau!- au passage convertissez une partie de votre epargne en or et argent et faite la nique a ces spoliateurs de financiers/politiques.achetez en belgique en cash, tant que c'est possible!_ achats non tracés_

      Supprimer
  17. "On voit quasi plus de groupes de racailles en Lacoste casquettes avec leurs regards de prédateurs."

    Ah bon? Je suis allé à Paris pas plus tard qu'il y a un mois. Il faisait beau. Enfin, il ne neigeait pas et il ne faisait pas un froid polaire. Je me suis laissé tenter à remonter la rue de Strasbourg pour rejoindre la gare du Nord. C'était Africa-Land. Affligeant. C'est la première fois que je me fais accoster par des p*** à l'origine indéterminée en plein Paris. Comme à Phuket :"ca va bien chéri? 50€ tout compris!!"!!!

    J'ai même ressenti une vraie insécurité que je n'avais jamais ressentie. Ce regard dont tu parles peut être. En tout les cas les blacks faisaient la chaîne sur le trottoir tu devais passer entre eux. Avec au passage une oeillade fort appuyée voire une main aux fesses pour les plus jolies (qui réagissaien en vieilles habituées un peu blasées!!!). Etant un mec et sappé sans plus je suis passé. Je ne devais pas représenter un danger ou quoi. Mais franchement je me suis demandé où j'étais.

    Un temps j'ai eu le sentiment que l'étranger c'était moi. Ce qui lorsque l'on se trouve dans son pays de naissance est assez flippant, il faut le dire.

    RépondreSupprimer
  18. Je ne vais pas m'amuser à nier le problème que pose (et posera) l'immigration africaine à Paris. C'est une évidence et le scénario de guerre civile semble en place. Ensuite, on peut ne pas aimer Paris, je le conçois. (Dans mon cas, c'est tout le contraire, aucune ville n'a produit sur moi un tel effet et j'y élève deux enfants.) Mais parlons de la Province, si, si j'y tiens :
    - architecture calamiteuse, ne jamais oublier les années 90 : crépi rose ou jaune pâle pour faire "sud", négation de toute identité de terroir. Urbanisme délirant : le lotissement, ce crime contre la terre (identique en Ile de France d'ailleurs). La campagne massacrée à chaque entrée de ville.
    - centre ville façonné par des rues piétonnes entièrement dédiées aux chaines de franchises (fringues et restauration rapide 90 % des cas).
    - Festivisme très actif : soit vaguement traditionnel (fête médiévale, sons et lumières) ou plus "moderne" (réseau de salles subventionnées très important dans le but d'amener la culture à tous , argument typique des Festifs.)
    - Gabegie délirante : Conseils généraux par exemple. Elus locaux coupables, mille fois coupables de l'immobilisme de ce pays et qui, en matière de "maçonnisme", se posent un peu là, tout particulièrement dans le sud-ouest. Est-ce un hasard si le PS s'appuie sur trois jambes : les immigrés (pour voter et remplacer les voix parties au FN), les fonctionnaires (pour s'assurer une force de blocage) et surtout les indispensables les élus locaux (pour le clientélisme auprès de deux catégories précédentes) ? Objectif : rabâcher son humanisme pue la pisse (pas plus qu'une station de métro, je vous l'accorde).
    - Puisqu'on en parle, de très nombreuses villes de Province sont désormais des repaires de fonctionnaires (pensez à une ville comme Gap, ou Nantes) ou de retraités (côte d'Azur bien sûr, Nantes encore) : ce sont les rentiers que vous dénoncez sur ce site et, selon moi, vous avez bien raison.

    Toute une France du renoncement, du "loisir", de la "fonction territoriale", du "Comment ça va ? Oh pas mal, tranquille..." Une population dépourvue de tout sentiment de fierté nationale. Ce n'est pas très loin, souvenez-vous : il fut un temps où les Provinciaux, les ruraux aimaient leur région et étaient fiers d'aller visiter Paris. Bref (c'est raté...), le mal est généralisé, il vient du déni de démocratie (le Non balayé au réferundum), du mépris des élites (mondiales, parisiennes et locales), de l'absence du sentiment de communauté (je n'ai pas senti l'altruisme dans les rues de Lyon), le tout servi par la désinformation (nationale mais avez-vous vu l'état de la presse locale ?). Il me semble que ce mal concerne tout le pays. Province, terre d'enracinement épanoui ? Laissez-moi rigoler. Un Parisien national (forcément bobo, j'imagine). Au fait, bravo pour ce blog. C'est du solide.

    -

    RépondreSupprimer
  19. Je ne suis pas parisien (mais du nord de la France).
    Au milieu des années 90, j'avais une copine parisienne, et j'ai pas mal visité Paris à l'époque grace à elle.
    C'est vrai que c'est une ville intéressante quand on dispose de temps ET d'argent. Par contre pour bosser, ...
    Déjà j'avais remarqué à l'époque, que le métro puait un maximum; pour moi, ce n'est pas une nouveauté.
    Mais une des explications que l'on m'a donné est que parallèlement aux lignes de métro passe les égouts de Paris. C'est vrai que si l'on reste quelques temps à Paris, on s'y habitue...

    Mais je n'ai jamais pu m'y faire à m'y installer. Pour mon boulot, je bouge beaucoup dans la moitié haute de la France (au dessus de la ligne Lyon/Nantes), et quand je peux choisir, j'évite à tout prix d'aller bosser à Paris.
    C'est vrai que l'usure du transport est vraiment pénible à supporter à la longue. Tout déplacement pour traverser Paris prend des plombes.

    J'aprécie que la SNCF augmente les trains qui contournent Paris par Roissy/Marnes-la-Vallée/Massy.
    Il y a de plus en plus de correspondances dans ces gares pour changer de train pour aller d'un bout à l'autre de la France sans être obligé de traverser Paris pour aller d'une gare à l'autre par le métro et le RER, surtout quand on a des bagages.
    Mais récemment, j'ai du faire Montparnasse-Gare du Nord, par la ligne 4, et par miracle, je suis monté dans une rame neuve (style celle de la ligne 1 qui permet d'aller d'un bout à l'autre des wagons sans porte intermédiaires).

    Par contre les articles sur le "grand Paris" me font doucement rigoler, c'est juste du replatrage sur une jambe de bois des problèmes actuels. Aucune vision à la "Haussman".
    J'avais lu quelque part que le premier propriétaire foncier à Paris était la SNCF. Mais au vu des gares qui existent à Paris et des km de rails ça se comprend.
    Une reconstruction audacieuse serait de n'avoir plus que 2 gares à Paris, une au Nord (qui regrouperait Gare du Nord/Est/St Lazare) et une au sud (pour regrouper Montparnasse/Austerlitz/gare de Lyon).
    Celle au nord, au niveau du périph/St Denis. Celle au sud, derrière Bercy.
    Les terrains ainsi récupérés sur les gares et les rails permettraient de libérer du foncier et contruire du logement.
    Et d'avoir un train rapide qui ne ferait que Roissy/Gare au Nord/Gare au Sud/Orly. Point barre, pas d'autre station. Grande capacité, accés aisé pour les bagages, train automatique, fréquence rapide.
    Ensuite, Faire de ces 2 gares, des hubs de connexions avec les RER et le métro. 10mn pour aller à Chatelet. Pas plus de 20mn pour aller à La Défense.
    Je suis allé à Sydney, et j'ai été émerveillé du fait qu'il est facile de se déplacer rapidemment par ferry. A Paris, il y a une autoroute naturelle qui est la Seine; pourquoi ce n'est pas exploité?

    Sinon, j'avais lu l'article suivant via le site de "fortune.fdesouche.com":
    "Des hôpitaux débordés par des tuberculeux d'Europe de l'Est"
    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/01/23/19734-hopitaux-debordes-par-tuberculeux-deurope-lest
    Depuis, j'ai encore moins envie de prendre le métro...
    =======
    ADN59

    RépondreSupprimer
  20. "Nous sommes des petits musulmans, vous êtes des petits blancs" ...
    Si moi je dis ça, on me traite de raciste !
    Mais eux ils peuvent.
    2 poids 2 mesures. Juste un exemple parmi tant d'autres.
    En France : Le "blanc" est agressé 200X plus souvent que le musulman qui ne cesse pourtant de se plaindre du racisme.

    RépondreSupprimer
  21. Il ne faut pas nier les problèmes du multiculturalisme qui vont éclater un jour ou l'autre. Pour autant ces musulmans intelligents, parlant bien français, patriotes, modérés, ont compris l'arnaque du système et tendent la main aux chrétiens c'est un signe positif.
    Quand Chavez est mort, le président iranien a dit qu'il reviendrait en même temps que le christ...

    RépondreSupprimer
  22. Aujourd'hui, je viens de lire 2 articles intéressant sur Paris dans slate.fr:
    1) Grand Paris: la «banlieue modèle» existe-t-elle?
    http://www.slate.fr/tribune/69251/grand-paris-banlieue-modele-levallois
    Comme quoi Levallois-Perret serait la banlieue "idéale", avec un bon équilibre logement/bureau/commerces. Intéressant à lire.
    2) Pour un Petit Paris
    http://www.slate.fr/tribune/66023/pour-un-petit-paris
    Très drole à lire. Faire perdre à Paris 2 à 3 millions d'habitant au lieu de tenter de faire des travaux qui seront déjà dépassés quand ils seront mis en service.
    =======
    ADN59

    RépondreSupprimer
  23. Je m'étonne quand même d'une chose.
    Je pense que personne ou presque n'a regardé la vidéo des "petits musulmans" ...

    parce que dans les commentaires, pas une seule fois je ne vois un mot qui résumé pourtant tout leur discours ....

    BALKANISATION.

    En direct. (enfin si j'ose dire).

    Je sais que c'est un terme Lepeniste, mais je vais pas me priver de l'employer si c'est le meilleur terme qui décrive la situation !!!

    Personne d'autre ne tique ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé moi je ne peux pas, quand je vois ces deux grands con en djellaba et que le premier sujet abordé, c'est les PD qui froissent ma conscience religieuse ...

      Je suis athée, laïc, anti-rasciste et anti-sioniste. La religion est obscène, pratiquez là, mais chez vous à l'abri du regard des autres.

      Supprimer
    2. Arf, 3 secondes après que j'ai écrit ce commentaire au fil de l'eau, l'un des intervenants dit d'ailleurs :
      attention, Yougoslavie, yankee ...

      donc, ils en sont conscient.

      Soral serait fiers d'eux vu le discours marxiste ... mais moi je n'ai pas ces a priori la, je lis ça différemment.

      Discours victimaire "si nos pays vont mal c'est a cause des élites d'ici" ... barf, c'est toujours la faute des autres ... l'indigénat

      Je comprends leurs inquiétudes.
      Par contre, une chose que j'apprécie beaucoup, c'est leur liberté de pensée, chose qu'on a perdu. Il ne s'interdisent pas certaines réflexions.

      Supprimer
  24. "Le RER D attaqué par des jeunes dans l'Essonne"

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/03/18/01016-20130318ARTFIG00711-le-rer-d-attaque-par-des-jeunes-dans-l-essonne.php

    Par des "jeunes", c'est bien compris ? Pas par des vieux. Pas confondre.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.