vendredi 15 mars 2013

Première baisse des retraites des gueux pour sauver les grasses rentes des ponctionnaires

Naturellement, vous vous en doutez, ça ne concerne que les travailleurs du privé, dont on baisse les retraites, après le pillage en règle de leurs retraites complémentaires par les fonctionnaires...

Ce qu'il faut retenir de l'accord pour renflouer les retraites complémentaires
L'expansion, Audrey Avesque, 14/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les partenaires sociaux qui gèrent les régimes de retraite complémentaire sont parvenus à un accord mercredi 13 mars après sept longues séances de négociations. Cet accord permet de sauver l'Agirc (pour les cadres) et l'Arrco (pour les salariés non cadres), en grandes difficultés financières mais chacun devra mettre la main au porte-monnaie pour renflouer les caisses. Explications.

Concrètement les pensions n'augmenteront au 1er avril 2013 que de +0,5% pour les anciens cadres du privé, un peu plus pour les salariés (+0,8%) quand la hausse des prix est prévue à +1,75% cette année. Les retraités contribueront ainsi à l'effort à hauteur de 2 milliards d'euros d'économies.

Mais les entreprises et les 18 millions d'actifs qui cotisent à ces régimes seront également mis à contribution via une hausse des cotisations: le taux contractuel, qui permet de les calculer, augmentera de 0,1 point en 2014 et en 2015. Cela permettra de générer plus d'un milliard d'euros d'économies qui se répartissent à 60% pour les salariés et 40% pour les employeurs.



Excusez nous de vous demander pardon !
Mediapart, Yves Ladeuille, 27/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Sauvegarde Retraites dénonce le pillage en règle des caisses de l'Agirc-Arrco par l'État au profit de l'Ircantec, caisse de retraite complémentaire des fonctionnaires contractuels et des élus locaux.

A l'heure où les plus hautes autorités de l'État s'affirment résolues à réformer notre système de retraites, Sauvegarde Retraites lève un lièvre énorme : l'État organise un pillage en règle des caisses complémentaires des salarié du privé (Cnav/ Agirc-Arrco), dont l'avenir est pourtant loin d'être assuré, afin de "sécuriser" le régime des fonctionnaires contractuels et des élus (Ircantec). Et ce pillage porte sur plusieurs milliards d'euros !

Tous les ans, L'Agirc-Arrco versera un tribut à l'Ircantec et, ce, jusqu’à l’aube du prochain siècle. En tout, ce seront plusieurs milliards qui seront extorqués.

Rappelons que le régime Ircantec des fonctionnaires et des élus locaux est bien meilleur que celui des salariés du privé. Or, au lieu de mettre fin à cette iniquité, l'État puise dans les caisses du privé, pourtant exsangues, afin de garantir, coûte que coûte, les avantages des fonctionnaires et des élus. C'est prendre aux pauvres pour donner aux riches...

La justice sociale...

Jamais vu une pareille bande d'escrocs...   

28 commentaires:

  1. Les CDD du public cotisent aussi à l'Ircantec... J'ai été surpris de voir cette ligne sur ma fiche de paye.

    Mais d'après ce que j'ai oui dire, plus pour longtemps.
    LA FP titularisée devient vraiment le sanctuaire des sanctuaires...

    Peste et coryza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'IRCANTEC est l'institution de retraite complémentaire des agents NON TITULAIRES de l’État et des collectivités publiques.

      Supprimer
  2. "des fonctionnaires contractuels et des élus locaux"

    C'est du grand n'importe quoi mais attention à la cible, il ne s'agit pas du pillage par les fonctionnaires.

    Les vrais, ceux qui ont une sécurité de l'emploi et qui ne sont pas si bien payé MAIS qui ont une évolution de carrière (donc à la fin oui il sont bien trop payé).

    Ça ressemble plutôt à cette sale caste de politicien + faux fonctionnaire moins payé pour le même boulot + les petits copains des premiers qui obtienne des postes bien payés sans avoir à passer de concours.

    RépondreSupprimer
  3. Euh... les gars c'est pas nouveau.

    Les fonctionnaires c'est plusieurs choses :

    -le scandale de leur statut privilégié
    -le scandale de la garantie de l'emploi
    -le scandale des retraites, bien plus avantageuses que dans le privé

    Voilà.

    Et ça n'a pas commencé hier avec ce pathétique pillage.

    Chaque année les "régimes spéciaux" (SNCF etc.) coûte au budget de l'état 6 milliards d'euros.
    Vérifiez.

    Donc avec TES IMPOTS (revenus de l'état) tu payes (dépenses de l'état) les retraites de ces crapules de cheminots (les fonctionnaires du rail) qui en plus pour bien te signifier leur mépris se permettent de faire grève pour bien te pourrir la vie et te rappeler qui est ton maître.

    Voilà, on pourrait continuer longtemps comme cela.

    As tu déjà vu une manif dans la rue, un défilé pour demander le démantèlement du statut privilégié des fonctionnaires ?

    Hein ?

    Non.

    Et pour cause :
    -une large partie de la population vit de ce statut
    -et l'autre partie... aspire à atteindre ce statut

    Bande de veaux !

    RépondreSupprimer
  4. Vous n'avez qu'à arrêter de payer vos cotisations retraites et vos impôts.

    C'est possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment?
      Venez nous donner la leçon puisque c'est tout ce que vous attendez.

      Supprimer
  5. C'est la "nomenklatura" mise en place en 1945 - une véritable mafia kollabolchévique qui rackette les veaux qui veautent ;o)
    téléphobe

    RépondreSupprimer
  6. Ce sont, je cite : "Les partenaires sociaux qui gèrent les régimes de retraite complémentaire " qui organise leur propre siphonnage !

    Veuillez noter le fait que ce n'est pas l'état par voie d'ordonnance ou de Loi qui le fait mais "Les partenaires sociaux qui gèrent les régimes de retraite complémentaire".

    Qui sont-ils au juste pour se tirer une balle dans le pied ?

    Notons également que les fonctionnaires n'ont rien réclamé, n'ont pas défilé, n'ont pas fait grève, que les syndicats n'ont rien dit non plus, ni rien réclamé : RIEN de RIEN !


    RépondreSupprimer
  7. C'est beaucoup moins scandaleux que ce que le titre laisse penser : honte à toi Tonio!
    on se croirait sur le site du Figaro ou de Libération.

    " l'Etat prend prétexte du changement de statut de La Poste, qui devient une société anonyme (SA). Les nouveaux embauchés de cette entreprise publique seront donc affiliés à l'Agirc-Arrco plutôt qu'à l'Ircantec. Or, les administrateurs de l'Ircantec estiment avoir un droit de propriété sur les futurs salariés de La Poste et réclament, à ce titre, de 6 à 8 milliards d'euros."

    Ce n'est donc pas scandaleux que l'Agirc-Arrco verse les cotisations de La Poste à l'Ircantec. Peut-être que le montant sera inférieur à 8 milliards d'euros, peut-être pas:

    Christian Estrosi a annoncé :" L’Agirc-Arrco versera à l’Ircantec une soulte dont le montant n’est pas encore déterminé. Des travaux sont en cours sur le sujet, sachant que ces calculs sont toujours longs."

    Donc:
    1) ca ne concerne que les retraités de la poste, pas tous les agents de l'état.
    2) c'est normal que les salariés de La Poste paient aux retraités de La Poste (l'Agirc-Arcco et l'Ircantec sont des sytsèmes par répartition)
    3) le seul scandale possible, ce serait le montant du transfert qui, je le rappelle, n'est pas encore défini.

    RépondreSupprimer
  8. ("-le scandale de leur statut privilégié
    -le scandale de la garantie de l'emploi
    -le scandale des retraites, bien plus avantageuses que dans le privé")

    Effectivement c'est pas nouveau : combien de fois faudra-t-il ré-expliqué les fondements de ces 3 choses, dont 2 sont identiques déjà, puisque la garantie de l'emploi est partie intégrante du statut...

    Alors, le "scandale" de la garantie de l'emploi est là dans l'unique but de garantir l'indépendance du fonctionnaire.
    Si vous voulez qu'un homme politique ou autre bizeness-man influant fasse virer le contrôleur des impôts qui s'occupe de son cas alors faites sauter la garantie de l'emploi.
    Cette justification est légitime, compréhensible. On peut inventer une autre protection, mais il faut une protection.

    Ensuite, le "scandale" des retraites :
    Rappelons seulement que dans les années 80 et même avant, la fonction publique avait bien du mal à recruter, les salaires et perspectives de carrière étant notoirement inférieurs au secteur privé...
    Les choses ont changés depuis certes et les politiques n'ont pas légiférés pour mettre en concordance les lois et la réalités par pur clientélisme MAIS ce n'est pas la faute des fonctionnaires !
    Les fonctionnaires ne font pas les lois, ni les réglements, ils les appliquent : POINT.

    Je suis conscient que ce que j'écris ne sert à rien car certains se sont fait laver le cerveau si bien que l'ennemie est le fonctionnaire alors qu'il devrait s'en prendre à tous les politiques que leurs bulletins de vote ont fait élire depuis 10 / 20 / 30 ans.
    Depuis 1945, autant de droite que de gauche !
    Tout le monde est responsable et les électeurs en premier.

    Voilà le vrai scandale :
    Des citoyens qui se sentent déchargés de leurs responsabilités d'électeurs, faisant semblant de n'être responsable de rien et faisant porter le chapeau aux fonctionnaires...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sécurité de l'emploi : bon d'accord, l'état doit avoir le soutien indéfectible de certains fonctionnaires (militaires notamment) et doit en protéger quelques autres des pressions. Mais ça ne concerne qu'une petite partie de ceux qui jouissent de ce statut. Pourquoi ma bibliothécaire municipale a-t-elle la sécurité de l'emploi ?? Et les jardiniers du parc ? etc...

      "Les fonctionnaires ne font pas les lois, ni les réglements, ils les appliquent : POINT."
      Sauf que les fonctionnaires sont aussi des électeurs, et ils votent systématiquement pour les politiques les plus en faveur des scandales en question.

      Supprimer
  9. Ca troll sévère !

    Arrêtez un peu avec l'argument éculé de l'"indépendance" de la fonction publique.

    -hauts fonctionnaires : ils sont DEJA changés par le pouvoir politique.
    Personne n'y trouve rien à dire.
    -petits fonctionnaires : vous pensez réellement que le méchant politicien voudra changer toutes les secrétaires et tous les ronds de cuir de la fonction publique ?

    C'est juste du grand délire.

    Enfin, c'est quoi le rapport avec les années 80, hein ? Pourquoi pas remonter en 1945.

    Le problème C'EST MAINTENANT :
    -le salaire moyen du fonctionnaire est plus élevé que le privé
    -la garantie de l'emploi est SCANDALEUSE quand il y a 5 millions de crétins privés qui sont au chômage ou en sous emploi, et des millions d'autres qui vivent la peur au ventre de perdre leur boulot.

    Enfin, j'ai bien précisé que les français étaient en effet des veaux, puisque ils ne protestent pas (ils en profitent, et les autres voudraient en profiter).

    Ma seule satisfaction :
    -avoir raison contre vous
    -avoir la certitude que vous passerez à la casserole, car votre statut inique SERA DEMANTELE. Ca relève de l'arithmétique. Vous la contestez, libre à vous, mais l'arithmétique finit toujours par l'emporter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout le plus fort qui finit par l'emporter.





      Et l'Etat a le monopole de la force légale.

      Supprimer
    2. Non. Ce ne sera jamais démantelé, du moins avant l'effondrement du système. Question de poids electoral.

      De toutes manières z'aviez qu'a faire comme les fonctionnaires et passer les concours.

      Supprimer
    3. Oui, passez les concours du temps où l'emploi public était payé une misère par rapport à l'emploi privé...

      Je constate juste que l'anonyme de 12:17 ne peut comprendre la réalité d'un contexte historique datant de plusieurs dizaines d'années.

      On ne peut expliquer la situation actuelle quand remontant le temps et en comprenant comment est né cette situation et ce qui la justifiait.
      Mais la haine du petit fonctionnaire est visiblement plus forte que tout : plus forte que la raison, plus forte que l'histoire, plus forte que la logique.

      C'est bien ce que je disais : "Je suis conscient que ce que j'écris ne sert à rien car certains se sont fait laver le cerveau"

      VOUS avez aussi voté pour ça. Et vous autant responsable que les autres !

      Supprimer
    4. Comme si la cause du chômage était dû à la garantie de l'emploi du fonctionnaire..
      On croit rêver !

      MAIS révisez votre logiciel mon vieux !

      Supprimer
    5. Surtout que si les fonctionnaires étaient en CDI :

      ÇA NE CHANGERAIT RIEN AU NIVEAU DE LA GARANTIE DE L'EMPLOI

      Quand tu es en CDI dans une grosse boite PRIVE (l'état est une ÉNORME boite), tu ne peux pas être licencié à moins qu'un site ferme et qu'un autre n'ouvre pas ailleurs et donc qu'il n'y ait pas d'embauche.

      A cause des départs à la retraite, l'état embauche en permanence donc même si certains services venaient à être réduit ou à disparaître, en CDI, l'état aurait l’obligation de reclasser les employés dont le poste serait détruit.

      Supprimer
    6. L'état peut virer un fonctionnaire; il existe un nouveau dispositif qui permet a travers la flexibilité geographique et 3 refus de postes que l'on vous propose de vous licencier et le plus beau c'est qu'on ne touche aucune indemnité chomage !!! C'est une épée de Damocles qui tot ou tard pourrait s'abattre sur les fonctionnaires...ainsi, l'état gagnerait sur tous les tableaux mais rassurez vous il agira épisodiquement créant les conditions propices a ses "purges d'austérité". Certains gars du privé auront leur exutoire mais n'oubliez pas que le malheur de l'ex- salarié/nouveau chomeur du privé qui impacte au passage toute sa famille aura le meme résultat sur le salarié du public... DIVISER-OPPOSER-IMPOSER, TELLE EST LEUR DOCTRINE .

      Supprimer
  10. L'IRCANTEC, ça ne concerne que les fonctionnaires CONTRACTUELS (les CDD, quoi). Je rappelle que, par définition, les fonctionnaires en CDD n'ont pas la garantie de l'emploi (ça me fait mal d'énoncer une telle évidence, mais c'est apparemment nécessaire).

    D'ailleurs, du point de vue d'un travailleur en CDD (qu'il soit agent de l'état ou salarié d'une entreprise privée), le statut des travailleurs en CDI est honteusement privilégié ; rendez-vous compte, un contrat de travail sans date de fin ! D'ailleurs, en cas de dégraissage, les CDD et autres intérimaires sont toujours les premiers à morfler. Mais a-t-on déjà vu les français manifester pour exiger l'abrogation du CDI ? Êtes-vous prêts à aller au bout de la démarche de l'alignement des statuts des travailleurs vers la flexibilité et renoncer à vos CDI même relativement précaires ?

    J'aimerais bien avoir quelques réactions là-dessus, mais je n'y crois pas trop...

    Quant au POURQUOI du transfert de cette somme de l'agirc/arco, même si l'on peut débattre des modalités et des montants, un Anonyme ci-dessus a déjà répondu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha oui !
      Voilà un scandale : les CDI sont honteusement privilégiés par rapport au CDD !!

      Pendant que l'on y est : il faut absolument aligner tout le monde sur le statut de journalier et encore, un statut d'esclave devrait être suffisant pour faire face à nos amis Chinois..

      Supprimer
    2. Esclave, non, c'est pas très motivé un esclave et puis il faut le surveiller, il risque de s'échapper ou de commettre des délits.

      Mieux vaut un homme libre mais totalement dépendant de la petite monnaie. Là tu as un esclave qui va se défoncer pour toi et surtout espérer que tu prospères, vu qu'il dépend de toi.

      Même si tu te barres à l'étranger pour fuir la solidarité nationale, il te défendra toujours car il est persuadé qu'il survie grâce à toi, alors que c'est lui qui fait tout le boulot !

      Elle est pas belle la vie !

      Supprimer
    3. Le CDD ne serait pas un problème si :
      - on retrouvait du boulot facilement
      - on était bien payé.

      Supprimer
  11. Dans Le Père Goriot de Balzac, Vautrin alias Trompe-la-mort rappelle à Rastignac une loi fondamentale du libéralisme naissant : "Il faut vous manger les uns les autres comme des araignées dans un pot, attendu qu'il n'y a pas cinquante mille bonnes places. "

    RépondreSupprimer
  12. Wouaouh !
    Une majorité de commentaires logiques et rationnels sur un sujet traité de manière émotionnelle et partisane la plupart du temps...ça change !
    Quelle surprise agréable.

    Lewu

    Ps : continuons à nous diviser sur qui est l'ennemi, les vieux, les fonctionnaires, les immigrés, car ainsi nous servons le propos de nos dirigeants (diviser pour mieux régner).

    RépondreSupprimer
  13. Les couteaux s'aiguisent, la mere de toutes les batailles sur la retraite approche.
    Selon un article du Point paru hier, le Conseil d'Orientation des Retraites a trafique honteusement les chiffres depuis des années : ce n'est pas 17 Mds qu'il manquerait mais 50 !!
    On est arrivés au bout du bout du rafistolage, et il va falloir trancher dans le vif.
    Et il n'y a que des mauvaises solutions. Allez un peu de courage M. Hollande : quitte à être impopulaire, autant agir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y aura pas de bataille, ou du moins elle a déjà eu lieu : les sales connards du privé n'ont qu'a payer !

      Supprimer
  14. Mais Merde qu'on aligne les retraites des fonctionnaires sur celles du privé , au lieu de partir avec 70% de leur dernier salaire , ils auront comme ceux du privé , vous allez voir si on va pas faire des économies dans le même panier Ratp, EDF et surtout SNCF ? ceux qui nous emmerdent pour un rien

    RépondreSupprimer
  15. et bien voila ou on en est
    rien n'a changé et nos caisses de retraite complementaire sont a sec
    il n y a pas que la crise, chomage et l esperance de vie !
    il y a eu pillage et on n'en parle plus
    amnesie,,?

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.