vendredi 1 mars 2013

Quand l'Europe sauve ses banques, qui paye ?

Quand l'Europe sauve ses banques, qui paye ?
Arte, 26/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien



En bonus :

84% of Greeks, 90% of Greek Businesses Have Difficulty Repaying Loans
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 01/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Think Greece has been "saved" by the Troika? A quick look at some loan repayment stats may help you think clearly. Please consider More than 80 pct of Greeks are having difficulties repaying loans.



Friday Humor: World's Safest Banks In 2008
ZeroHedge, 01/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
In September of 2008, Global Finance magazine published its 'World's Safest Banks 2008' list with this comment: "These 10 banks have demonstrated an appropriately prudent approach to risk in providing international financial services; More than ever customers are viewing strong credit quality as an important feature of the banks with which they do business." Things didn't work out quote as they expected...

3 commentaires:

  1. ça fait peur

    http://www.wdr.de/tv/westpol/sendungsbeitraege/2012/0325/nrwbank.jsp

    RépondreSupprimer
  2. Dexia dans les banques les plus sûres ??
    Pas la peine de lire plus loin.

    RépondreSupprimer
  3. Samedi 2 mars 2013 :

    Beppe Grillo veut renégocier la dette italienne.

    Beppe Grillo, leader du mouvement Cinq Etoiles (M5S), qui a réuni 25,5% des suffrages lors des législatives en Italie, veut renégocier la dette de son pays, a-t-il indiqué à "Focus".

    "Si la situation financière de l'Italie ne change pas, elle quittera l'euro", estime l'ancien comique.

    "Nous sommes écrasés, non pas par l'euro mais par notre endettement. Quand les intérêts atteignent 100 milliards d'euros par an, on est mort. Il n'y a pas d'alternative" à une renégociation de la dette, a déclaré M. Grillo dans l'hebdomadaire allemand Focus.

    Il a comparé les obligations d'états avec des actions d'entreprises : "quand j'achète une action d'une société, et qu'elle fait faillite, ce n'est pas de chance. J'ai pris un risque et j'ai perdu", a-t-il ajouté.

    Il affirme également que la situation est si précaire en Italie que "dans six mois, on ne pourra plus payer les retraites et les salaires du service public".

    En Allemagne, des voix se sont déjà fait entendre dans la frange euro-sceptique de la coalition gouvernementale de la chancelière Angela Merkel, pour réclamer une sortie de l'Italie de la zone euro si un gouvernement prêt à continuer les réformes structurelles n'est pas mis en place.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.