mardi 12 mars 2013

Réforme constitutionnelle en Hongrie

On dirait que le Babel ou la mort ne fait plus très recette par là-bas...

Tout ceci me laisse dubitatif, même si je sens bien que l'histoire des SDF est montée en épingle pour diaboliser, alors que ce qui dérange fondamentalement l'Europe, c'est qu'un pays reprenne son indépendance...

La Hongrie adopte une réforme de sa Constitution
Nouvel Obs, 12/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le Parlement hongrois, dominé par le Fidesz (droite) du Premier ministre Viktor Orban, a adopté lundi une réforme controversée de la Constitution malgré les avertissements de l'Union européenne et des Etats-Unis sur les conséquences de cette initiative sur la démocratie en Hongrie.

Elle a été approuvée par 265 élus sur les 386 que compte le "Orszaghaz" (Parlement), avec 11 voix contre et 33 abstentions.

"Ces amendements suscitent des préoccupations quant au respect des principes de l'État de droit, de la législation de l'Union européenne et des standards du Conseil de l'Europe", affirment-ils.

Le Conseil de l'Europe avait exhorté Budapest, la semaine dernière, à reporter le vote sur les amendements constitutionnels, dans l'attente de leur évaluation par la Commission de Venise, un collège international d'experts en droit constitutionnel placé sous son égide.
Ben tiens   

Ces trois dernières années, le Premier ministre a initié de nombreuses réformes qui, aux yeux de l'opposition, menacent l'indépendance des médias, de la banque centrale, de l'appareil judiciaire et d'autres institutions.

Lundi soir, quelque 1.500 opposants ont protesté contre l'adoption de la réforme sur une place proche de la présidence hongroise, dont le titulaire, Janos Ader, est un allié de Viktor Orban.

L'opposition est cependant trop affaiblie et divisée pour s'opposer efficacement à cette réforme.
Indépendance des médias... J'ai pas bien vu qu'ils étaient indépendants en France, et ça ne dérange personne, tant qu'ils véhiculent la pensée obligatoire du Babel ou la mort... Quant à la banque centrale...


Hongrie: le Parlement modifie sa Constitution et accentue le virage conservateur
L'Express, 12/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les modifications approuvées par le Parlement hongrois "soulèvent des préoccupations en ce qui concerne le principe de la primauté du droit, le droit de l'UE et les normes du Conseil de l'Europe", ont écrit José Manuel Barroso et Thorbjorn Jagland, respectivement président de la Commission européenne et secrétaire général du Conseil de l'Europe, dans un communiqué diffusé à Bruxelles.
On sent bien que ce qui les emmerde nos oligarques, c'est que la Hongrie refuse de continuer la mascarade démocratique, avec l'Europe qui impose tout en douce par derrière de manière totalement non démocratique...

Il réintroduit par ailleurs plusieurs dispositions annulées par la Cour, comme une définition jugée restrictive de la famille ou la possibilité d'expulser les SDF des lieux publics.
Je serais curieux de l'avoir cette définition jugée si "restrictive" (et jugée par qui d'ailleurs ?)...

On sent bien par ce genre d'articles, et avec les mots clés de la novlangue technocratique que j'ai surlignés, qu'il y a très clairement un agenda de Babel ou la mort de nos élites maçonniques, et qu'on mangera, de gré ou de force...

Et on dirait que la légitimité pour ce projet de démiurges commence à s'effondrer de partout...

On va bientôt voir jusqu'à quel point ces foireux y tiennent à leurs idéaux hors sol, et jusqu'à quelles extrémités ils sont prêts à aller...

2 commentaires:

  1. Mardi 12 mars 2013 : mort officielle de la démocratie en Europe.

    Mardi 12 mars 2013 : naissance officielle de l'oligarchie en Europe.

    Strasbourg entérine le contrôle communautaire des budgets nationaux.

    Le Parlement européen a approuvé mardi 12 mars deux nouveaux règlements sur la gouvernance économique de la zone euro, dont l'un accorde un pouvoir de contrôle accru à la Commission européenne sur l'élaboration des budgets nationaux.

    Les gouvernements devront transmettre leur projet de budget 2014 avant le 15 octobre à la Commission européenne, qui veillera à ce qu'il respecte les critères de l'UE, notamment en termes d'endettement et de déficit.

    La Commission européenne pourra formuler des recommandations qui ne seront pas contraignantes, mais les gouvernements qui n'en tiendront pas compte s'exposeront à des sanctions.

    Les membres non-élus de l'oligarchie, qui ont le pouvoir, qui ont le vrai pouvoir, sont les suivants :
    José Manuel Durão Barroso
    Catherine Ashton
    Viviane Reding
    Joaquín Almunia
    Siim Kallas
    Neelie Kroes
    Antonio Tajani
    Maroš Šefčovič
    Janez Potočnik
    Olli Rehn
    Andris Piebalgs
    Michel Barnier
    Androulla Vassiliou
    Algirdas Šemeta
    Karel De Gucht
    Tonio Borg
    Máire Geoghegan-Quinn
    Janusz Lewandowski
    María Damanáki
    Kristalina Georgieva
    Günther Oettinger
    Johannes Hahn
    Connie Hedegaard
    Štefan Füle
    László Andor
    Cecilia Malmström
    Dacian Cioloş

    RépondreSupprimer
  2. La Commission européenne pourra formuler des recommandations qui ne seront pas contraignantes, mais les gouvernements qui n'en tiendront pas compte s'exposeront à des sanctions.

    quand on lit cela .... on comprend tout !!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.