vendredi 29 mars 2013

Si je manifeste aujourd'hui, c'est que j'en ai assez de cette société sans âme et sans avenir

A lire, pour bien comprendre que derrière cette affaire d'anti mariage gay, il y a en réalité une révolte contre la maçonnerie (cf mot clé : "grand architecte de l'univers") et son agenda babelien de Meilleur des Mondes...

Je vous renvoie d'ailleurs aux magnifiques documentaires The Trap et The Century of the Self d'Adam Curtis...

Si je manifeste aujourd'hui, c'est que j'en ai assez de cette société sans âme et sans avenir
atlantico, Le Scribe, 29/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien

Car le problème n’est pas dans les moyens. Mais dans la fin. Un monde qui ne propose que l’assouvissement des plaisirs individuels et matériels comme tout horizon à l’ambition humaine ne peut rien donner de bon. Ses fruits sont gâtés dès la racine. Et il n'est pas étonnant, que ce soit la bêtise, l'arbitraire, la pollution, la violence, l'uniformisation, l'isolement, la décomposition du corps social et la destruction familiale qui découlent et deviennent la norme de cette civilisation dénuée de toute dimension autre que matérielle. En tuant les dieux et les rois nous n’avons pas libéré l’homme mais nous l’avons tué. Car nous avons tué les raisons qu’il avait de croire qu’il n’était peut-être pas la seule finalité de sa vie. La révolution par le Vide, 1789-1968, a lamentablement échoué. Et nous en faisons les frais.


Si 1789 puis 1968 ont mis à l’honneur le relativisme et consacré le "progrès" comme l'alpha et l'oméga du phénomène humain donnant ainsi naissance à la société de consommation, à cette "société du Spectacle" qui se repaît du Rien (cf. Guy Debord, Philippe Murray), alors je veux faire l’inverse. Je veux ériger un monde dont la dynamique profonde soit la recherche du plein, du valable, du vrai, du grand, du bon, du difficile, du spirituel, du pur, de l'essentiel. C'est à dire du beau. Car la beauté contrairement à ce qu'on nous assène ne relève pas de la pure subjectivité. Au contraire, si "la beauté sauvera le monde" (Dostoievski), c'est parce qu'elle est ce sentiment qui rassemble les hommes, qui les élèvent, et qui les fait véritablement accéder à l’humanité. "Est beau ce qui plaît universellement et sans concept" (Kant).

Oui je veux renverser ce système pourri et remplacer le progrès par la beauté comme maître-étalon de nos agissements sur cette Terre car ce serait redonner un regard à l'homme, c'est à dire lui redonner du discernement (beau et bon sont dans bien des langues un seul et même mot, comme kalosagathos en grec). Soit le contraire du relativisme qui en mettant tout au même plan nous contraint à ne plus rien discerner, et donc à penser qu'il n'y a rien à voir. Faire la révolution à l'envers mes amis, c'est par exemple préférer gouverner en résistant aux pressions catégorielles plutôt que de faire de la démagogie sous prétexte de démocratie, c’est préférer anoblir des sans naissance plutôt que de chercher à couper les têtes qui dépassent, c’est construire du "nous" par la nation à la place de déifier le "je" par la consommation, c'est préférer le sens du devoir désintéressé à la défense de ses droits-acquis, c'est valoriser l'esprit de sacrifice plutôt que d'inciter à la satisfaction des plaisirs immédiats, c'est promouvoir le don de soi plutôt que l'Euromillion, c’est voir en l'homme un aspirant à la sainteté plutôt qu'un consommateur, c'est vouloir lui donner le pouvoir d'être soi-même plutôt que du pouvoir d'achat. Bref, c’est mettre Aristote à la place de Sartre, c’est mettre Quelque Chose à la place du Rien.

"Moi je suis non croyant !" plastronne le jeune entre deux lattes de clope. Ah oui c'est vrai, c'est si cool de ne croire en rien.

Ben non c’est chiant. C’est chiant à se flinguer même. D’ailleurs les gens se flinguent. Se pendent. Se shootent. Se suicident. S’euthanasient dès 20 ans à la télé-réalité, au porno et au journal de 20h.

Et si demain c'était cool de croire en quelque chose ? En Dieu, en Amon-Râ, ou bien en la grandeur de la France ! Parce qu'en fait C'EST cool de croire en quelque chose. Parce que ça donne les Pyramides, Saint Louis, et du sens à la civilisation humaine. Tandis que croire qu’on est là par hasard, simple résultante logique d'une succession d'accidents de l'univers, ça donne le prozac, Flamby président, et la tuerie de Colombine. Vous avez vu à quel rythme ces tueries gratuites se multiplient ? Moi, j'en ai marre de ce néant mortifère qui m'entoure et m'englue.

Et si c'était l'heure de la revanche ? L’heure de la révolution du Paysan (celui qui en a marre qu'on lui dise de penser contre le bon-sens), de l'Aristocrate (celui qui en marre qu'on lui dise que tout se vaut alors que sa conduite prouve le contraire), et du Religieux (celui qui en marre qu'on lui dise que c'est un fanatique obscurantiste parce qu'il croit qu'il y a autre chose a espérer en cette terre qu'une rolex et des putes de luxe). Les petits bourgeois révolutionnaires qui ont tout cassé en 1789 en 1968, ne sont plus que des bobos repus. Combien de temps aurons-nous à subir encore leur tyrannie du Vide ? Ils ne croient plus en leur république sans foi, pas plus qu’ils ne croient en leur Grand Architecte de l'univers ou en leur laïcité dont ils sont si embarrassés aujourd'hui, puisqu'ils ne croient en rien. Ils ont le "regard vide" (cf. Jean François Mattei) Et ils vont disparaître rattrapés et engloutis par le Rien qu’ils ont érigé en maître. Le nihilisme va bientôt retourner au néant auquel il appartient et d’où il n’aurait jamais du sortir.

21 commentaires:

  1. Excellent texte. Tu propages ce texte à travers le million de manifestants qui s'est déplacé à Paris dimanche dernier et la Babel s'effondre en 3 secondes...Il y a parmi la jeune génération de plus en plus de personnes qui comprennent l'arnaque de mai 68 et de ses valeurs .

    RépondreSupprimer
  2. Le guerrier de la lumière croit. Comme les enfants croient.
    Parce qu'il croit aux miracles, les miracles commencent à se produire. Parce qu'il a la certitude que sa pensée peut changer sa vie, sa vie se met à changer. Parce qu'il est sûr qu'il va rencontrer l'amour, cet amour se présente.
    Il lui arrive d'être déçu. Parfois, il est meurtri.
    Alors il entend les critiques : " Quel ingénu ! "
    Mais le guerrier sait que c'est le prix à payer. Pour chaque défaite, il a deux conquêtes à son actif.
    Tous ceux qui croient le savent.

    Paulo COELHO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le guerrier c'est celui capable lutter jusqu'au bout pour ce en quoi il croit, et - alors - d'entendre les cloches que la mer fait retentir dans ses profondeurs. du même auteur(Coelho)
      Content que quelqu'un d'autre le connaisse à part moi (à recommander).
      Il prend ici toute sa signification

      Supprimer
  3. Donc entre 1789 et 1968 il n'y a eu aucune avancée?
    Il y a beaucoup de lacunes. Et l'abolition de l'esclavage? Et le droit de vote des femmes ? Ce sont quand même des avancées.
    On ne croit plus rien, ben y en a qui croient en l'Europe.
    J'avoue je partage le point de vue du LEAP: sans l'Europe, la France ne sera plus grand chose. Par contre, il faut vraiment démocratiser cette Europe et en faire une Europe des peuples et non une Europe des capitaux.
    Je suis d'accord sur le bilan de mai 68: les babyboomers ont merdé dans les grandes largeurs mais présenter la situation pré 1789 comme idyllique c'est du révisionnisme.(dans le vrai sens du terme)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ...
      Hausse du niveau de vie, baisse de la mortalité, diminution des guerres, progrès sanitaires, Internet ...
      le "progrès" nous a apporté quand même pas mal de choses. Y compris pour les femmes, faut pas oublier qu'au sortir de la révolution, la femme était propriété de l'homme, droit de viol, de la battre, etc...

      Et tout ça est lié au combat contre la "nature" (humaine ou pas).

      Oui l'Europe, fait partie de cette religion, comme je l'ai expliqué : http://yoananda.wordpress.com/2013/01/05/la-perte-de-transcendance/

      Le soucis, c'est que si on rejette le progrès, on repars dans les "traditions" mais aussi dans la "nature", et donc, la loi du plus fort, et au final (je dis bien au final), retour de l'esclavage, mariage forcé, etc...

      On ne connaît que 2 voies ...
      C'est un vrai débat. Si on défait le mariage gay, pour être cohérent, il faut défaire le divorce, l'avortement, et même la pilule, puis même avant le vote des femmes, le travail des femmes, le doit d'avoir un chéquier pour les femmes, et encore avant l'esclavage, et encore avant l'aristocratie, le roi, l'église , etc...

      Tout ça au nom d'une philosophie naturaliste matinée d'écologie.

      Mais de l'autre coté, on a les bébé en sur étagère du projet eugéniste.

      C'est, pour simplifier, Sion ou la Charia. Parce que tout est lié. La destruction de la cellule familiale n'est pas une conspiration mais une conséquence de l'urbanisation (entre autre) ...

      Bref, un vrai sujet de réflexion, au dela des clichés des révoltés.

      Supprimer
    2. Parenthèse, la propagande républicaine est parvenue à faire croire au mythe des ténèbres avant 1789 puis de la lumière grâce à la Révolution.

      On peut préférer la République à la monarchie mais il ne faut pas déformer la réalité

      Un Louis XIV avait un pouvoir sur le peuple (impôt, conscription) autrement plus faible qu'un Napoléon ou un Guy Mollet.

      Supprimer
    3. oula on a un papyboomer qui ne veux pas reconnaitre l'échec de sa vie pour sa propre existence le bilan des 70 ans ?

      feminisme = consommation
      gay = consommation
      divorce= consommation
      mai 68 = consommation soutenu par des pauvre gens qui voulais consommer plus sans se remettre en cause, mode vie, de travail et d'habitation.
      mariage forcé = mariage arranger dans un monde étroit, sans progré sans internet ouai ok

      Supprimer
  4. mattei ...à écouter ses conférence sur Camus et Heidegger.

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  5. C'est quoi "Sion ou la Charia" stp?

    RépondreSupprimer
  6. Et surtout, ça veut dire quoi : "Babel ou la mort ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponse aux 2 anonymes :

      Pour faire plus simple disons que l'alternative ce n'est pas Babel ou la mort, mais

      Babel ou la Charia.
      (Sion ou la Charia) (Sion symbole du progrès mais Babel c'est mieux)

      Babel ou la mort, ça veut dire "TINA", il n'y a pas d'alternative au progrès, pas d'autre projet de société que le progrès forcené, et donc le mariage contre nature.

      Supprimer
    2. Même pas besoin d'aller aussi loin. Le parlement de Strasbourg ayant la forme de la tour de Babel, "Babel ou la mort" peut simplement signifer "L'Europe fédérale ou la mort" donc l'Europe fédérale à tous prix, par extension la mort des nations.
      Quand à Sion ou la Charia, il ne vaut mieux pas rentrer la dedans. La seule thèse soralienne inattaquable, inoxydable que même si pires détracteurs ne pourront jamais lui contester est la suivante : Evitons le conflit de civilisation.

      Supprimer
  7. Et pourtant il suffit de regarder "le triomphe de la volonté" de Léni Riefenstahl pour comprendre ce que Baudelaire avait déjà noté : le beau n'est pas l'apanage unique du bien....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Selon moi, Leni Riefensthal savait allier le beau et le bien.
      Ouvrez les yeux et dites nous où sont le beau et le bien dans l'affligeant spectacle du monde contemporain ?
      Les grands libérateurs "rock'n roll" qui font la guerre partout sur la planète, l'invasion allogène massive des peuples européens "libérés" et les pauvres victimes des lobbies pleurards qui grouillent à l'athée levy sion : quelle beauté et quel bien !!!

      Supprimer
  8. "croire en rien" c'est deja croire et croire c'est faire un pari qui, ici en l'occurence, définira la maniere dont vous menerez votre barque ici bas. cf le pari de Pascal

    RépondreSupprimer
  9. Joli texte. Etant athée, je ne peux tout partager, mais joli texte.
    Par contre, l'auteur ne semble pas comprendre que c'est la Babel humaine une partie de la nouvelle croyance.
    L'autre partie étant le libre marché/concurrence/circulation (il n'y a qu'à voir ce qui se passe en Chine pour le "libre"), tendant donc tout vers le niveau mondial.
    Du coup, cela tombe un peu à l'eau.

    RépondreSupprimer
  10. http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/le-printemps-francais-aux-grandes-38531

    on y est en plein. Le printemps français se fait traiter de catho intégriste, anti avortement, etc...

    lynchage public.

    RépondreSupprimer
  11. Toujours à propos du "progrès" et comme je sais que Disco suit ça de près:
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202673630673-recherche-sur-l-embryon-clash-a-l-assemblee-553938.php?xtor=RSS-2059&utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter


    RépondreSupprimer
  12. Discours typique du soumis qui se retrouve en face du vide.

    RépondreSupprimer
  13. >> Et si c'était l'heure de la revanche ? L’heure de la révolution du Paysan (celui qui en a marre qu'on lui dise de penser contre le bon-sens), ...

    une autre voie en sus de celle évoquées par ailleurs :

    http://www.telerama.fr/monde/ces-robins-des-bios-des-temps-modernes-qui-font-renaitre-les-fermes,95139.php


    j'ai participé à quelque chose de ce genre il y a 5 ans. Mettre des sous dans un projet porté par des personnes inconnues directement, motivées, ayant visiblement choisi le style de vie qu'elle voulaient mener, ne possèdant pas tout l'argent nécessaire à cet investissement et ayant dans les yeux cette lumière qui ne trompe que rarement.

    --neuneu.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.