samedi 23 mars 2013

Sur Chypre, le haircut des dépôts et le contrôle des capitaux à venir

Le parlement chypriote finit par voter un plan de bailout qui consiste à financiariser les futurs retraites et revenus du gaz... On dirait le même genre de cochonnerie que Goldman Sachs a fait pour la Grèce...
Regrets Pour In; Cyprus Parliament Passes Bailout Plan; Will Her Highness Approve?
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 22/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
The Cypriot parliament passed bailout measures today, but they are not quite the measures that Her Highness, Angela Merkel approves. They are not measures Cypriot citizens will approve of either.

Let's take a look at the present state of blackmail, as passed by Cyprus and reported by the BBC.

MPs in Cyprus have voted to restructure the island's banks - one of several measures to ease the crisis, which has hit confidence in the eurozone. They have also approved a "national solidarity fund" and capital controls to prevent a bank run. MPs did not vote on a key measure - a levy on large bank deposits. They rejected similar moves on Tuesday.

The "solidarity fund" would allow the pooling of state assets for an emergency bond issue, reports the Reuters news agency. These include future gas revenues and some pension funds - an idea that German Chancellor Angela Merkel has strongly condemned.

Ms Merkel had warned Cyprus not to "exhaust the patience of its eurozone partners", reports say.

Businesses in Cyprus have been insisting on payment in cash, rejecting card and cheque transactions. "We have pressure from our suppliers who want only cash," Demos Strouthos, manager of a restaurant in central Nicosia, told AFP news agency.

Our correspondent says he has never seen this much pressure being applied to a member state by the rest of the eurozone community in recent years.

Notez le mot "capital controls" dedans...


Au vu de la dégradation de la situation de Chypre, la Troïka veut que Chypre contribue à hauteur de 6,7 milliards et non plus 5,8 milliards :
Troika Hikes Cyprus Bailout Demands, Says "Conditions Worsened"
ZeroHedge, 22/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
   TROIKA SAID CONDITIONS WORSENED, WANTS BILL TO REFLECT
   TROIKA HIKED CYPRUS CONTRIBUTION TO E6.7 BN VS E5.8 BN



On a lu, vu et entendu du Vendredi 22 Mars 2013: Si Chypre m’était conté!!!
Le blog à Lupus, 22/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La patience des Européens a des limites, avertit Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel a averti que la patience des Européens sur le plan de sauvetage de Chypre avait des limites, selon des députés de sa majorité devant qui elle s’est exprimée vendredi.

La chancelière a prévenu Chypre qu’il ne fallait «pas abuser de la patience des partenaires de la zone euro» lors d’une réunion avec le groupe parlementaire des libéraux du FDP, a rapporté à l’AFP l’un des participants.

La chancelière allemande s’est plaint que Nicosie n’avait «pas communiqué avec la troïka pendant plusieurs jours», a encore rapporté l’un des participants à cette réunion fermée à la presse qui se tenait dans l’enceinte du Bundestag.

Mme Merkel a dit son refus que les caisses de retraites chypriotes soient impliquées dans le plan de sauvetage du pays, comme l’envisagent les autorités de l’île. «L’Union européenne ne doit en aucun cas renoncer à ses principes», a-t-elle ajouté selon ce participant.

Ces propos ont été confirmés par d’autres sources au sein du Parti conservateur (CDU) de Mme Merkel, jointes par l’agence DPA.

Dans un entretien vendredi à la télévision allemande, Volker Kauder, chef du groupe parlementaire des Unions chrétiennes (CDU/CSU) au Bundestag et un proche de Mme Merkel, a estimé que la proposition de Chypre de mettre sur pied un fonds n’allait «pas dans le bon sens» et que le pays «jouait avec le feu».

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a fait part de son côté vendredi de sa «grande inquiétude» face à la situation chypriote qui conduit à «une paralysie dans les décisions de l’Union européenne, qui ne peut être du goût de personne».

La fermeture prolongée des banques, une mesure rarissime

La fermeture prolongée de l’ensemble des banques d’un pays, comme celle décidée par Chypre entre samedi 16 mars et lundi 25 inclus, est une mesure extrêmement rare, décidée le plus souvent pour éviter des retraits massifs, mais surtout une atteinte à l’ordre public.

«C’est un phénomène qui n’a quasiment pas été rencontré depuis la fin du XIXe siècle et le début du XXe», explique Hervé Alexandre, professeur à l’Université Paris-Dauphine.

Le fait qu’il n’ait plus été rencontré que très occasionnellement tient ainsi principalement au fait que, depuis une centaine d’années, la plupart des pays ou des zones monétaires se sont dotées de banques centrales.

Elles agissent comme prêteur en dernier ressort, c’est-à-dire qu’elles peuvent secourir une ou plusieurs banques défaillantes grâce à des fonds publics, leur laissant ainsi le temps d’être liquidées sans panique.

Pour l’heure les banques chypriotes ne doivent plus leur maintien en activité qu’au minimum de liquidités que la BCE leur consent, dans le cadre du programme d’Emergency Liquidity Assistance (ELA), qui pourrait être immédiatement suspendu dès lundi si le gouvernement chypriote ne parvenait pas à trouver de solution.

Dans le cadre de son nouveau plan, Nicosie proposerait l’instauration d’un fonds de solidarité et une législation sur la limitation des mouvements de capitaux. Ce fonds de solidarité utiliserait notamment les liquidités des fonds de retraites de la fonction publique. Il pourrait également être garanti sur les revenus à venir dégagés par l’exploitation, encore à l’étude, des immenses ressources en gaz naturel découvertes au large des côtes de l’île.

Mais l’Allemagne refuse un alourdissement de la dette chypriote. Elle refuse aussi une implication des fonds de pension dans le plan d’aide. Une telle proposition aurait déjà été rejetée par la troïka des bailleurs de fonds (UE-BCE-FMI) le week-end dernier, selon un porte-parole du Ministère allemand des finances.

L’UE et le FMI, refusent de prêter à Nicosie plus de 10 milliards d’euros car ils tiennent à ce que sa dette n’aille pas au-delà de 100% du PIB en 2020.

Deux banques du pays, la Popular Bank et la Cyprus Bank, sont menacées de faillite immédiate si aucun accord n’est trouvé d’ici à lundi. Fermées depuis le 16 mars, les banques chypriotes ne rouvriront pas avant mardi et l’économie du pays est paralysée.

Les ministres des Finances de l’Eurogroupe ont eu une conférence téléphonique pour trouver une solution, et selon des officiels restés anonymes cités par Bloomberg, il serait question de démanteler deux banques, Cyprus Popular Bank Plc et Bank of Cyprus Plc pour créer une « bad bank » qui reprendrait tous les comptes non couverts par la garantie de dépôt assurée par l’UE, c’est-à-dire pour les montants dépassant les 100.000 euros. Ces montants seraient gelés jusqu’à ce que les actifs de cette bad bank soient totalement vendus. Les comptes entrant dans le cadre de cette garantie seraient quant à eux regroupés dans une « good bank » où ils seraient protégés et les détenteurs de ces comptes pourraient en disposer librement.

En définitive, les pertes des détenteurs des comptes dont les soldes excèdent 100.000 euros, dont une grande partie , mais pas seulement, sont des nationaux Russes, pourraient avoisiner les 40%. Les officiels ont précisé que ce projet avait recueilli l’aval du Fonds Monétaire International (FMI) et de la BCE.

Ne pas oublier non plus que pour attirer de nouveaux acheteurs de biens immobiliers sur son territoire, Chypre a multiplié les initiatives ces dernières années parmi laquelle: accorder, sous conditions financières, la résidence permanente à des non-Européens. Les candidats – principalement des Chinois – doivent payer 300.000 euros pour un bien immobilier, prouver qu’ils n’ont pas de casier judiciaire, qu’ils disposent de ressources financières suffisantes et ils doivent déposer 30.000 euros sur un compte bloqué pendant au moins 3 ans auprès d’une banque locale. Tous ceux qui répondent à ces conditions reçoivent leur permis de résidence permanente au bout de 45 jours.

Plus de 600 propriétés ont été ainsi vendues à des acheteurs chinois, dont 90% d’entre elles étaient situées dans la ville côtière de Pafos. Le permis de séjour permanent est très prisé des Chinois fortunés, parce qu’ils peuvent sous condition de visa d’envoyer leurs enfants dans des écoles européennes, ce qui constitue un réel avantage pour eux, puisque le rapport Hurun indique que 85% des 1,4 million de Chinois millionnaires en dollars souhaiteraient envoyer leurs enfants à l’école à l’étranger.

Vous lisez bien. Les élus chypriotes veulent littéralement dépouiller leur peuple (en donnant les retraites des fonctionnaires aux banques, ainsi que les revenus des ressources naturelles), et c'est finalement l'Allemagne qui protège le peuple de Chypre   

Cette ile de Chypre est vraiment aux mains d'une véritable mafia et la population est quantité négligeable. Franchement, quand je vois ça, ça prône pas contre l'Europe et pour l'indépendance...


Un économiste allemand reprend l'idée de Delpla en France et propose pour l'Italie une taxe de 15% sur tous les dépôts :
German Economist Proposes "One Time" Cyprus-Like 15% Wealth Tax on Italians; Italy Proposes Easing Stability Pact; Is Italy the Next Cyprus?
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 22/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
In an article on Handelsblatt the chief economist of Commerzbank says: Italy should bring a unique wealth tax.

It is a myth to talk of crisis-strapped states. Even the German Institute for Economic Research (DIW) and the chief economist of Commerzbank, Joerg Kraemer says the numbers suggest a different view.

Kramer relies on surveys of the European Central Bank. Net financial assets of the Italians are 173 percent of gross domestic product (GDP). This is significantly more than the net financial assets of the Germans, which corresponds to 124 percent of GDP, said Kramer for Handelsblatt Online.

"So it would make sense, in Italy for a one-time property tax levy," suggested the Bank economist. "A tax rate of 15 percent on financial assets would probably be enough to push the Italian government debt to below the critical level of 100 percent of gross domestic product."



On est pile poile dans ce qu'a toujours dit Olivier Berruyer, comme quoi la dette publique (pour consommer), n'est que des impôts différés. Et on dirait bien qu'ils se mettent à écarter l'idée de la giga planche à billets pour faire tenir la fausse épargne.

D'ailleurs, Berruyer était chez Soumier pour parler de la fable de la garantie des dépôts :
La garantie des dépôts est une fable (Olivier Berruyer)
BFM Business via Blog d'Olivier Demeulenaere, 22/03/2013 (en Français texte en français )
→ lien
« Le jour où il y aura un problème, ou vous ne garantissez pas – comme à Chypre -, ou vous garantissez ; si vous garantissez, vous levez des impôts ; si vous levez des impôts, vous diminuez ce qu’il y a sur les comptes en banque, par définition. C’est quand même assez enfantin… ».



Je plussoie totalement quand il dit qu'on aurait d'abord du rincer les actionnaires puis et les bondholders, avant de s'en prendre aux dépôts.


Pour JP Morgan aussi, des contrôles des capitaux dans toute l'Europe sont inévitables :
JPMorgan On The Inevitability Of Europe-Wide Capital Controls
ZeroHedge, 22/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
This makes it inevitable that capital controls and a capital freeze will be imposed, in their view, but it is not only bank deposits that are at risk. A broader retrenchment in funding markets is possible given the confusion and inconsistency last weekend's decision created for investors relative to previous policy decisions. Add to this the move by Spain, which announced this week a tax or bank levy (probably 0.2%) to be imposed on bank deposits, without details on which deposits will be affected or timing, and the chance of sparking much broader deposit outflows across the union are rising quickly.



La Chronique de Jean-Marc Daniel
BFM Business, Jean Marc Daniel, 22/03/2013 (en Français texte en français )



The Cyprus Cartoon Catalog
ZeroHedge, 22/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
How It All Started:
Greece drag
Cyprus: dragged down by the Greek ship
(Cartoon by etci)

Where it is going:
air cyprus-
A new exit ramp for Air Cyprus
(Cartoon by Aleksandr Zudin)

The Automated Barber Machine:
Kipper Williams on Cyprus
The new EU-style haircut points.
(Cartoon by Kipper Williams)

European Problem Solving:
breakdown
Just push …
(Cartoon by KS)

Cyprus – Plan C:
Kipper Williams on Cyprus
An opportunity to implement Plan C suddenly opens up …
(Cartoon by Kipper Williams)

Laundry Problems:
washing machine
A broken washing machine is encountered …
(Cartoon by Patrick Chappatte)

Unarmed Robbery:
no need for guns
You can put those guns away lads
(Cartoon by mac)

Unexpected Cash Grab 1:
Gimme
Reverse Bank Robbery
(Cartoon by Patrick Chappatte)
Unexpected Cash Grab 2:
thief
You never know what lurks on the other side of the ATM …

And The Moscow (Times) Angle



Et pour finir, petite blague sur l'Espagne, où ils pensent regrouper 100 actions Bankia en une, pour avoir une action Bankia à ... 1€   
A Lesson In Magical European "Value Creation"
ZeroHedge, 22/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
   SPAIN'S BANK RESCUE FUND TO DO REVERSE STOCK SPLIT OF BANKIA STOCK
   SPAIN BANK RESCUE FUND SAYS BANKIA SHARES WILL BE WORTH EUR 1.00 AFTER 100-TO-1 REVERSE STOCK SPLIT

16 commentaires:

  1. touche pas à ma retraite mouahahah.

    RépondreSupprimer
  2. Plus radical , la mise à zéro de tous les comptes.
    Les russes connaissent bien.
    Ils y ont eu droit par deux fois depuis 2 décennies...
    Tu es alors bien content d'avoir des boites et des patates en stock...dixit ceux qui y sont passé.
    'Et si en plus ta femme est jolie....'

    RépondreSupprimer
  3. je pense qu'outre les différences "techniques", il en existe une autre, et de taille, entre les "bidouilles" de GS et celles-ci : leur publicité.

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
  4. Le point positif : on va être rapidement fixé. C'est demain dernier carat que les mafiosos chypriotes doivent "voter" la taxe (ils ont commencé hier soir par le plus facile).

    Mais je ne peux m'empêcher de penser que toute cette affaire va se terminer en eau de boudin.

    -Merckel peut-elle se permettre que Chypre soit atomisée et sorte de l'Euro à 6 mois des élections générales en Allemagne ?

    -les autres crapules des états faibles Espagne, Italie, France, Portugal... peuvent ils se permettre d'attirer l'attention sur eux (une sortie de Chypre ferait mauvais genre...) ?

    -Draghi peut il remettre en cause le dogme de l'Euro éternel et intangible, alors qu'il le défend "coûte que coûte" et que la BCE a déjà violé toutes les règles depuis des années pour défendre le status quo ?

    Ca n'a aucun sens ! Depuis 2008, les mecs déploient des trésors de veulerie, de mensonges, ils violent allègrements lois et règlements.... pour survivre. Et là, sur Chypre, pour 6 malheureux myards d'euros, ils accepteraient l'échec et mat ?

    Ca n'a aucun sens.

    Tout cela relève du théâtre... Draghi et Merckel ne sont absolument pas crédibles dans leur posture de "durs".

    Dans le cas de Merckel c'est même caricatural.

    Elle nous fait le coup depuis 2008... Les yeux noirs côté pile, et côté face elle signe le chèque

    Mais à chaque fois tout le monde tombe dans le panneau. Merckel l'Allemande, Merckel La Dure, Merckel L'Instransigeante...

    Oh bien sûr qu'un bank run va avoir lieu à Chypre... Mais il sera intégralement financé en sous main par la BCE. Chypre restera dans l'Euro. Dans quelques semaines on en parlera plus du tout. Et on pourra courir l'esprit tranquille vers la prochaine crise.

    Mais fondamentalement rien ne changera.

    Le dogme est plus fort que tout :
    -les banques ne font pas faillite
    -l'euro est éternel

    ... Et surtout pas de vagues avant septembre... quand le SPD remportera (mal) les élections... et que Merckel fera une coalition avec eux... et sera de nouveau chancelière.

    RépondreSupprimer
  5. Samedi 23 mars 2013 :

    Le président chypriote Nicos Anastasiades va se rendre à Bruxelles samedi à la mi-journée pour des discussions avec les dirigeants de l'Union européenne sur le plan de sauvetage de l'île méditerranéenne, rapporte l'agence officielle CNA.

    Selon les médias locaux, le scénario vraisemblable est que, pour la Bank of Cyprus, la plus importante de l'île, une taxe de 20 à 25% soit appliquée aux dépôts de plus de 100.000 euros.

    http://www.romandie.com/news/n/_Plan_de_sauvetage_le_president_chypriote_se_rend_a_Bruxelles_a_la_mi_journee80230320130908.asp

    RépondreSupprimer
  6. A ano 9h35

    ton analyse tient on ne peut plus la route; mais je serais quand même curieux de savoir comment ils vont se débrouiller pour ne pas se faire degommer par les russes; à moins qu en coulisse la bce ait déjà promis à Moscou un gros chèque(ou autre concession) pour le désagrément subi par ses ressortissants.

    RépondreSupprimer
  7. Samedi 23 mars 2013 :

    Le président chypriote doit se rendre samedi à Bruxelles dans une ultime tentative de convaincre les bailleurs de fonds de son nouveau plan pour obtenir une aide internationale, avant l'échéance lundi d'un ultimatum de la BCE menaçant de couper les vivres aux banques.

    Sur l'île méditerranéenne, où les banques sont fermées depuis une semaine et où tous les virements via internet sont bloqués, la situation devenait critique pour nombre d'entreprises, incapables de payer leurs fournisseurs ou d'être payées.

    Parmi les projets encore à voter figure une taxe exceptionnelle, qui pourrait s'élever à 15% selon la télévision publique, sur les dépôts bancaires à partir de 100.000 euros.

    Selon les médias locaux, la taxe pourrait aller jusqu'à 25% pour les dépôts de plus de 100.000 euros de la Bank of Cyprus, la plus importante de l'île et très exposée à la dette grecque.

    http://www.boursorama.com/actualites/le-president-chypriote-se-rend-a-bruxelles-pour-une-reunion-cruciale-56fe031cb917cfc4d8e5628b11755448

    RépondreSupprimer
  8. La question que je me pose est comment esquiver efficacement la vague a venir en france.
    Même est sortant son blé des banques c'est pas suffisant...
    Franchement il fait faire quoi là? ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans tous les cas, il n'y a que deux solutions :

      - tu changes rien et tu verras bien ce qu'il se passera. De toutes façons le pire qu'il puisse t'arriver c'est de claquer et ça ne manquera pas d'arriver quoi que tu fasses. Si tu t'inquiètes pour tes enfants, soit tu les as correctement élevé et ils sauront se démerder, sinon et ils s'en prendront plein la gueule quoique tu fasses.

      - soit tu spécules sur l'or, le francs suisse ou autres mais saches que tu as de fortes chances de l'avoir dans l'os vu que tout est pipoté. Et ensuite, on te dira, t'as joué, t'as perdu, je te rappelle que le socialisme (TBTF, golden hello, parachute doré) c'est pour l'oligarchie.

      Il ne te reste plus qu'à prier qu'il y ait un M5S en France et que tu ais les c....s de voter pour eux. Ben oui parce que si les riches se barrent on va faire comment sans nos maîtres ? Le mouton, il est perdu sans son berger.

      Profession homme politique => interdit 2x5 ans et tu retournes bosser !

      Supprimer
  9. "à moins qu'en coulisse la bce ait déjà promis à Moscou un gros chèque(ou autre concession)"

    un gros chèque, c'est peu probable, en revanche une révision des contrats d'approvisionnement gaziers...
    A part la fourniture en gaz, la Russie n'a pas de moyen de pression sur l'UE.
    Pour ceux qui sont mono énergie (gaz), il serait prudent de diversifier.

    RépondreSupprimer
  10. L'étau se resserre autour de l'€uro…


    Bon, d'accord Tonio, une fois que nous sommes sorties de la Logique, le non-sens devient la solution. Mais…

    Qui a fermé les Banques à Chypre ? Ne répondez pas tous en même temps…

    Qui a un problème avec Chypre ? ou si, vous préférez, qui est en train de nous chatouiller la nuque ?

    Pourquoi le mal est déjà fait et qu'il n'y a pas de solutions autres que les dépôts du bon peuple comme ultime solution ?

    Pourquoi, nous €uropéens, nous l'avons tous dans le Baba et pourquoi il n'y a aucune chance pour que l'€uro retrouve une pérennité ?

    Si vous avez vraiment compris l'ordre de grandeur des éventements 2007-2008 et la réponse TBTF, vous êtes certainement sur la bonne piste.

    Il y aura certainement un dénouement d'ici lundi mardi, mais quel qui soit, ce ne sera qu'une rustine supplémentaire pour gagner du temps alors qu'au final nous en perdons. (Time is money)

    Dernière remarque, tout est en place pour que la France soit le prochain pays à connaître le même sort. Une seule banque suffira, alors que nous en avons au moins 3 dans le collimateur. ( CA, SG, BNP.)

    Les jeux sont faits, rien ne va plus… Tic-Tac-Tic…

    Misère.

    RépondreSupprimer
  11. Samedi 23 mars 2013 :

    Chypre : des centaines d'employés de banques manifestent et menacent de se mettre en grève.

    Des centaines d'employés de banques ont manifesté samedi après-midi à Nicosie et menacé de se mettre en grève si les autorités chypriotes, engagées dans une course contre la montre pour sauver les banques et l'île de la faillite, ne garantissaient pas leur avenir.

    Parti du siège de l'Union chypriote des employés de banques (Etyk), le cortège s'est rendu devant le palais présidentiel, puis devant le Parlement, avant de commencer à se disperser dans le calme, même si la colère était palpable, selon un journaliste de l'AFP.

    "Si vous ne garantissez pas nos fonds de pension, nous nous mettrons en grève à partir de mardi", date prévue de la réouverture des banques fermées depuis le 17 mars, a lancé Loizos Hadgicostis, président d'Etyk.

    La situation est devenue critique pour nombre d'entreprises chypriotes, incapables de payer leurs fournisseurs ou d'être payées. Les banques sont fermées depuis le 17 mars et tous les virements sont interdits.

    RépondreSupprimer
  12. Medvedev demande aux russes de se retirer du systéme bancaire occidental


    http://www.eutimes.net/2013/03/russian-leader-warns-get-all-money-out-of-western-banks-now/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un "bulletin d'information" du ministère des Affaires étrangères (MAE) envoyé aujourd'hui aux ambassades du monde entier conseille aux citoyens et aux entreprises russes de commencer à se défaire "immédiatement" des actifs qu'ils détiennent dans les banques et institutions financières de l'Ouest, le Kremlin craignant de façon grandissante que tant l'Union européenne et que les États-Unis se préparent pour le plus grand hold-up de richesse privée dans l'histoire moderne.
      merci por l'info

      Supprimer
  13. Samedi 23 mars 2013 :

    Un article ahurissant :

    Plan de sauvetage : le président chypriote espère un accord bientôt.

    Le président chypriote Nicos Anastasiades a affirmé samedi soir qu'il espérait bientôt un accord sur un plan de sauvetage de l'île, au moment où il tenait des négociations-marathon avec la troïka pour lever les milliards d'euros nécessaires à l'obtention du plan.

    Nous sommes ici et nous travaillons avec énergie pour sauver l'économie, a écrit le président conservateur sur Twitter. Nous déployons tous les efforts possibles. J'espère avoir un résultat bientôt, a-t-il dit à la veille de son départ prévu pour Bruxelles pour rencontrer les ministres de l'Eurogroupe.

    Des représentants de la troïka composée de l'Union européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international étaient samedi soir au palais présidentiel pour poursuivre les négociations, avant une réunion prévue avec les responsables des partis politiques de l'île.

    Faute d'accord avant lundi, selon des sources européennes, les pays de la zone euro sont prêts à en éjecter Chypre pour éviter que la crise ne menace par contagion d'autres pays ployant sous leur dette comme la Grèce, l'Espagne et l'Italie.

    http://www.romandie.com/news/n/_Plan_de_sauvetage_le_president_chypriote_espere_un_accord_bientot63230320132009.asp

    Cette dernière phrase est extraordinaire.

    Les pays de la zone euro sont prêts à éjecter Chypre comme un malade choisirait de se scier un pied atteint de gangrène.

    Je me scie le pied, mais au moins je vais survivre.

    Mais en revanche, si je ne me scie pas le pied, la gangrène va continuer, et après ce sera la jambe ...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.