mardi 26 mars 2013

Sur l'affaire chypriote

Tout le monde a tellement pris l'habitude de critiquer l'Europe quoi qu'elle fasse, que sur l'affaire du bail in à Chypre, tout le monde leur est tombé dessus.

Et pour ma part, je m'en suis bien gardé, parce que pour une fois, ça allait clairement dans le bon sens (à la condition que les actionnaires et les bond holders soient rincés en premier, et que les managements des banques soient virés).

On dirait que la poussière retombant, certains retrouvent la raison...

EU Pushes Bail-In Regulations on All Deposits Above €100,000; Run on Banks Coming Up?
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 26/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Cyprus was such a "success", EU to push for losses on big savers at failed banks.
The European Parliament will demand that big savers take losses if their banks run into trouble, a senior lawmaker told Reuters, adding momentum to a policy unveiled as part of a Cypriot bailout.

Jeroen Dijsselbloem, head of the Eurogroup of euro zone finance ministers, said on Monday that in future, the currency bloc should first ask banks to recapitalize themselves, then look to shareholders and bondholders and then "if necessary" to uninsured deposit holders.

Now the likelihood is rising that tough treatment of big depositors will be written into a new EU law, making losses for large savers a permanent feature of future banking crises.

"You need to be able to do the bail-in as well with deposits," said Gunnar Hokmark, an influential member of the European Parliament, who is leading negotiations with EU countries to finalize a law for winding up problem banks.

"Deposits below 100,000 euros are protected ... deposits above 100,000 euros are not protected and shall be treated as part of the capital that can be bailed in," Hokmark told Reuters, adding that he was confident a majority of his peers in the parliament backed this line.

The law, which will also introduce means to impose losses on bondholders, is due to take effect at the start of 2015. Germany wants provisions for bailing in bondholders and others in the same year, though that may be delayed.

Hokmark urged savers to check their banks' health before taking the risk of depositing money.

"If you put your money in Royal Bank of Scotland ... or Deutsche Bank, depending on how that bank is working you are taking a risk," he said. "You need to be aware that you are taking a risk.


Step in Right Direction

Such regulation is a step in the right direction actually. There should be no deposit guarantees at all, no bondholder guarantees, and people should have to pay attention to where they put their money.

Run on Banks Coming Up?

Looking ahead, the implication is that no one should place more than €100,000 in any bank. So no one will, especially in questionable Southern European banks. Instead, expect capital flight to presumed "too big to fail" Northern European banks, and also expect people to park more money directly at the ECB, where it will be safe.

Might such legislation then, spur a run on banks? Seems that way to me. My advice for European depositors is simple "Please don't wait until 2015 to find out."

Il faut en finir avec ce mensonge de la garantie des dépôts, la garantie des assurances vie, et tout le toutim... On ne peut pas
garantir des créances adossées à des mauvaises dettes. C'est une machine à fabriquer du conflit de générations, de la kleptocratie, de la mauvaise dette publique.

Les ordo libéraux allemands ont raison de vouloir nettoyer la porcherie.


Et le bank run, ça commence par les expatriés anglais en Europe du Sud qui cherchent tous à sortir leurs économies de l'euro :
The Great British Cash EUxodus Begins
ZeroHedge, 26/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
UK's deVere advisory group reports, "more and more expats in Spain, Italy, Portugal and Greece are now not unreasonably worried for their deposits in these countries," and are seeing a "surge" in the number of British expats seeking advice about moving funds out of eurozone's most troubled economies. As EUBusiness reports, "Whether the institutions like it and accept it or not, there is a real risk of a major deposit flight from these countries as people feel their accounts could be plundered next."



Et alors que les dirigeants chypriotes étaient prêts à brader leur peuple pour sauver la ploutocratie locale (en financiarisant les impôts servant à payer les retraites des fonctionnaires, et les réserves de gaz), l'Europe les en a empêché.

Il faut savoir reconnaître quand l'Europe est juste.

Et visiblement, localement, ils n'ont pas bien compris qui les a dépouillé...
Cypriot Youth Rise Up In Pictures: "They Just Got Rid Of All Our Dreams"
ZeroHedge, 26/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


Les banques chypriottes ont tout perdu d'avoir massivement investi dans la dette grecque.

Et alors ? Qu'est ce que la troïka a à voir avec cette gestion calamiteuse. Et en échange d'un bail in local de 6 milliards, on va devoir leur prêter encore 10 milliards.

Merde quoi !

Le problème fondamental, c'est cet euro, cette financiarisation imbriquée à l'échelle de toute l'Europe, et ces deux prix majeurs qui ont été supprimés (le taux de change et le taux d'intérêt). C'est ingérable. L'aléa moral est partout.

Comment une société qui a fondé tout son modèle sur l'argent peut espérer survivre avec une monnaie totalement viciée, véritable machine à spolier et à enrichissement sans cause de quelques uns ?


Et vu ce qui vient de se passer à Chypre, forcément, on en vient à regarder quels sont les systèmes bancaires ultra leviérisés au vu de la taille de leur pays :
The Axe is in Position, Only the Timing of the Swing is in Question
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 26/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


Et on voit que l'Irlande est plus leviérisée que Chypre.

Rétrospectivement, on se rendra compte que les premiers à avoir fait faillite auront été les mieux lottis, alors que l'Europe a tenté de montrer qu'elle était indestructible et un puits sans fond, et la faillite se propageant, les faillites vont être de plus en plus dures, sans filets...

Jusqu'au coeur, qui lui, en plus d'avoir contracté des dettes pour sauver tous les autres, n'aura plus personne pour le sauver, si ce n'est la planche à billets sauvage en dernier recours...


A noter que pour la Slovénie, les taux montent fortement :
And Now Borrowing Costs Are Jumping In Slovenia...
Business Insider, Matthew Boesler, 26/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


Cette affaire de survie de l'euro ressemble de plus en plus à une gestion de crise permanente, comme si c'était son régime de croisière...

Sauf que c'est impossible de tenir sur la durée comme ça... C'est juste intenable.


A noter aussi que la récession espagnole s'aggrave encore en 2013 :
Contrary To Prior Lies, Spanish 2013 Economic Contraction Even Worse Than In 2012
ZeroHedge, 26/03/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
The Bank of Spain just sent a stark message. In its annual update of economic forecasts, it estimates Spain's economy will shrink 1.5% in 2013 - that is three times as bad as the official government forecast of -0.5%. As Reuters reports, this is even worse than 2012's 1.4% contraction as the bank notes that, Spaniards "remain immersed in a process of deleveraging...and families have seen a notable shrinking of income."

Et le déficit public ne s'arrange pas :
the Spanish have been pushing to ease their deficit restrictions as the deficit is expected to reach 6% in 2013 (well above the 4.5% target set by the EU).

33 commentaires:

  1. Mais l'Europe n'a rien sauvé du tout. Chypre va être instantanément plongé en dépression assorti d'un bankrun et de tensions diplomatique avec l'Est. Et rien que pour cela, ca va couter 10Mds de plus au contribuable donc 3 pour la France. Bon, ben on va virer des faignants de fonctionnaires, fermer des hopitaux et des écoles inutiles et brader notre armée. Et bien sur on continue de garder ces pays dans la zone euro et on ne touche pas aux autres paradis fiscaux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux garder les hôpitaux, les écoles et l'armée il va falloir accepter de payer plus d'impôts car le compte n'y est pas.

      Supprimer
    2. Le compte y est, et de loin. Il y a juste à attendre que les 17 trillions d'euros cachés dans les paradis fiscaux se vaporisent.

      Supprimer
  2. Vous faites peur aux gens pour rien Tonio.

    Le président François Hollande a souligné mardi que la garantie des dépôts bancaires, mise à mal à Chypre, devait être "un principe absolu, irrévocable" au sein de la zone euro.

    La garantie des dépôts est un "principe essentiel dans l'Union bancaire", à savoir que "ceux qui mettent de l'argent dans les banques de la zone euro ont une garantie sur les fonds qui sont déposés", a insisté François Hollande.

    "C'est un principe qui doit être respecté parce qu'il donne confiance et fonde l'union bancaire et quand il y a une crise, c'est par les mécanismes du MES (Mécanisme européen de stabilité, MES) que le règlement se produit via la recapitalisation", a-t-il enchaîné.

    :-)))))))))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1) l'argent que l'on met en banque équivaut en matière de droit au fait que le déposant devient un créancier vis à vis de sa banque. Au cas ou la banque ferait faillite et qu'elle ne peut rembourser l'intégralité de sa ou ses créances, rien ne peut l'obliger à fabriquer le manque qu'elle n'a pas. Donc en définitive la banque n'est pas un lieu sût à 100% ou mettre son argent. Preuve en est des actualités. dixit "charles sannat" revue l'or et l'argent.

      2) concernant la "croyance" que tous les déposants ont leurs comptes garantis dans la limite de 100 000€ est une fumisterie. Des experts juridiques te l'expliquent en 2 minutes, preuve à l'appui. L'illusion de cette garantie de dépot tient au fait que les banques sont assurés pour les dépots. En fait sur leurs contrats d'assurances, il est précisé le montant global à assurer mais jamais pour un montant illimité. Grosso modo une banque tel LCL a une garantie de 50 millions d'€. Si il y'a faillite de LCL, tous les déposants seront indemnisés de manière proportionnelle du ratio entre le nombre total de déposants et le montant de 50 millions prévu dans le contrat d'assurance de la banque.

      En fait on nous fait croire que nos dépots sont garantis à hauteur de 100 000€ ce qui est vrai d'un point de vue individuel. Il en est tout autre chose lorsqu'il s'agit de partager une garantie d'assurance de 50 millions d'€ avec 1 millions de déposants...

      Quand les gens seront vraiment informés de la manière dont fonctionne le système bancaire et que les garanties des dépôts ne sont qu'une illusion, alors ils retireront leur argent des banques.

      Pour vérifier mes dires rechercher sur youtube la vidéo d'un entretien entre olivier delamarche, des des experts juridiques (avocats) en fiscalité... Cela deviendra beaucoup plus évident pour vous...

      Supprimer
  3. Un peu naïf sur le coup.
    Rincer les entreprises, les vraies, qui ont investi a Chypre, je doute que ça n'aide beaucoup l'économie du pays.

    Et puis même si leur solution est bonne au final (ce dont je doute), ce sont les tergiversation et le blocus de la BCE qui font peur a tout le monde. Ca fait trop amateurisme de dernier moment tout ça.

    Enfin, l'Euro était censé apporter la confiance et la stabilité, pas les magouilles dans tous les sens. Donc, l'Euro, son problème, c'est d'avoir accueilli trop de pays sans discernement.
    La seule vrai solution qui aurait restauré la confiance, c'était d'exclure Chypre.
    Mais ça, ça voudrait dire en exclure pas mal d'autre. Et ils ont trop peur que ce soit la fin de l'Euro.

    Donc, l'Euro explosera, probablement dans le désordre, puisque toutes les occasions de le faire proprement sont gâchées.

    Je ne suis pas d'accord avec toi que finalement c'est la bonne solution qui a été choisie.

    RépondreSupprimer
  4. là Tonio, sur ce billet, j'ai pas mal de désaccord, mais étrangement aussi plein dans le sens inverse. Tu n'aurais pas un peu mélangé dans ta tête ?

    en écrivant "ça allait clairement dans le bon sens" : on comprend que tu approuves qu'ils aient sauvé l'euro par ce vol légalisé (or l'euro est un de nos problèmes majeurs, il ne faut pas le sauver, point !!). Or plus loin, tu écris "Le problème fondamental, c'est cet euro,".

    tu ajoutes "(à la condition que les actionnaires et les bond holders soient rincés en premier, et que les managements des banques soient virés)." : et c'est le cas ?? aucune info que c'est le cas, donc NON, donc c'est du vol sur le dos d'épargnants...

    et ensuite "garantir des créances adossées à des mauvaises dettes. C'est une machine à fabriquer du conflit de générations, de la kleptocratie, de la mauvaise dette publique." : mais on parle de quoi là ? du bilan comptable de ces banques en faillite (si oui -> les actionnaires doivent être rincés, puis les obligataires et non en premier et seulement les gros comptes) ou de la dette publique de Chypre ? ne mélangeons pas !!

    yongtai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le deuxième banque fait faillite... les actionnaires, les bonds holders, les créanciers et les déposants non assurés (par des CDS) vont devoir encaisser des pertes. Les déposants recevront au maximum le montant de la garantie européenne soit 100.000 € si ils avaient des avoirs supérieurs.

      Pour la première banque, le prélèvement est équivalent à un emprunt forcé puisqu'ils vont recevoir en contre partie des actions de la banque. Les actionnaires existants vont être dilués.

      C'est un très bon deal ! Et c'est le message qu'il n'y a plus de banques too big to fail. Maintenant il va falloir assumer.

      C'est pour cette raison que les actions des banques étaient à la baisse. Les actionnaires comprennent que plus rien ne viendra les sauver maintenant. Si vous avez plus de 100 K€ dans une banque... assurez vous via des CDS car l'assurance de base est limitée à 100.000 K€.

      Supprimer
    2. Ok anonyme
      tu as sans doute raison (et moi tord sur ce point), mais où est ta source ? nul part on peut lire le détail que tu énonces (les actionnaires, les bonds holders, les créanciers ... vont devoir encaisser des pertes).

      si c'est bien cela qui va être mis en place (je suis méfiant avec ces pourris), je suis d'accord avec ton message.

      yongtai

      Supprimer
    3. Les CDS ?

      Comme si on pouvait assurer ce genre de risque.

      Ta banque coule, celui qui t'as vendu le CDS coule avec.

      Supprimer
  5. Provoquer une dépression à Chypre et la garder dans la zone Euro pour "sauver" l'Euro, tout ça en deux phases et en déclarant tout et son contraire : je ne vois pas où il y a de l'intelligence et de la justice. DieselBlum et ses copains sont des rats !

    RépondreSupprimer
  6. d'accord sur le fait que le bon ordre actionnaire/obligataires juniors/senior/ ... /déposant est désormais posé. Mais vu leurs acrobaties précédentes : sauver un peu les actionnaires, beaucoup les obligataires et totalement les dirigeants avec l'argent pulic, i.e. du contribuable, je ne mettrai pas cela au crédit de l'intelligence ou de la claire-voyance des eurocrates, mais à celui d'une "erreur qui tombe juste".

    >> " Le problème fondamental, c'est cet euro, cette financiarisation imbriquée à l'échelle de toute l'Europe, et ces deux prix majeurs qui ont été supprimés (le taux de change et le taux d'intérêt). C'est ingérable. L'aléa moral est partout. " : cela ne concerne pas que l'euro mais toute monnaie de singe.

    >> "Comment une société qui a fondé tout son modèle sur l'argent peut espérer survivre avec une monnaie totalement viciée, véritable machine à spolier et à enrichissement sans cause de quelques uns ? " : Ah ! je vois que tu parles désormais du $ et des US, n'est-ce pas -:) ?

    Une chose intéressante à mon sens sera de suivre comment les "gens" vont intégrer, ou non, le fait que leur banque peut faire faillite. Que même en cas de garantie, il faudra compter des délais, des procédures, du temps, des emmerdes. Les matelas de billets pour faire face aux dépenses pendant un certain temps et le paiement en liquide vont-ils revenir en force après la bancarisation des esprits, sans que cela ne tourne d'ailleurs au bank run, les majorité des déposants étant rassurée ? peut-être mon rêve prendra-t-il forme qui sera de faire payer le banquier pour accepter de lui déposer (prêter) son argent et non pas le contraire comme aujourd'hui !


    Enfin reste à mettre ce principe de base en musique, et là ce n'est pas encore gagné !


    --neuneu.

    RépondreSupprimer
  7. Ecran de fumée.

    -Chypre a acheté de la dette grecque sur ordre... de la BCE. Comme beaucoup d'autres banques. Pour sauver les apparences, faire descendre artificiellement les taux (the Draghi's put) pour sauver l'Euro, et éviter la contagion. Ca fait depuis 2008 que ça dure.

    -de mystérieux "riches" se font rincer de 5 milliards, et nous payons de notre poche 10 milliards (bien entendu manipulé et sous évalué, comme d'habitude)... et on devrait se réjouir ? Stratégie de com', de la part des crapules bruxelloises, comme d'habitude (Juncker : "quand ça devient sérieux, il faut mentir")

    -Cette affaire est en fait un énième bailout... mais juste "recarossé" façon "Bouh on n'est pas content Merckel Les Yeux Noirs" (elle a ses élections en septembre).
    De la com', toujours de la com', avec derrière des manips, des mensonges, des détournements de fonds ni plus ni moins, et le viol répété de lois.

    -Le bank run va bien entendu avoir lieu. Et bien entendu il sera intégralement financé, en sous main par la BCE. Une fois de plus pour sauver le Potemkine, et éviter l'instant Lehman et la contagion au reste du secteur bancaire européen.

    -Draghi et la BCE ont menti la semaine dernière avec leur pseudo "blocus". C'est bien la preuve qu'ils jouent un rôle. De théâtre.

    -Imagine t on un pays sortir de l'Euro... maintenant ? Face au dogme de son intangibilité ? Et à 6 mois des élections allemandes ? Du grand n'importe quoi.

    Bref Tonio, comme de très nombreux autres commentateurs, tu tombes dans le piège.

    Plus que jamais, le "kick the can down the road" est l'UNIQUE politique menée en Europe.

    Il n'y a pas de "dissension". Tout au plus des conflits de personnes (toto voudrait piquer le boulot de tata).

    L'Allemagne pour la énième fois nous enfume avec ses postures "vertueuses", semant la confusion.

    Je le répète : à voir les commentaires, les déclarations... les gens sont perdus, mélangent tout. Objectif atteint : the fog of war.

    RépondreSupprimer
  8. Tonio je vois pas où est la bonne décision dans le fait de sauver à tout prix l'euro en y gardant Chypre. C'est n'importe quoi !

    Comment peux-tu ddéfendre les prêtres de cette nouvelle religion de l'euro !

    RépondreSupprimer
  9. Chypre est foutue, et on paie 10 milliards pour la garder dans l'euro. Super intelligents les eurodébiles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ~ 10 000 euros par habitant, homme, femme, enfant. 40 000 euros pour un couple avec 2 enfants. Et c'est une prime en plus des revenus habituelle.

      Bien sûr, cette argent n'ira pas dans la poche des chypriottes et ne sortira pas non plus de la vôtre. Je rappelle qu'en France, on emprunte depuis 30 ans mais on ne rembouse pas, ni le principal, ni les intérêts (encore heureux).

      J'espère que vous vous rendez compte que tous cela n'a plus aucun sens.

      La monnaie est totalement pervertie, plus rien n'a de sens. Tous le reste, libéral, social, communiste est un détail comme dirait l'autre borgne.

      Supprimer
  10. Ça ne va pas dans le bon sens Tonio.
    Si il y a ne serait-ce qu'un Chypriote qui se fait spolier, c'est déjà trop.
    On met en avant le paradis fiscal et les Russes comme leurre pour faire croire au bon peuple que la Troïka est de bonne foi, c'est scandaleux, ne tombons pas dans ce piège, ils ne vont pas faire de détails, ils vont voler autant de Russes que de Chypriotes.
    Et si on parle de paradis fiscal, comment s'appelle un pays ou on exonère des investisseurs d'impôts sur leurs investissements? Je veux bien sur parler du Quatar.
    La France est donc un paradis fiscal pour certains.

    De plus, avez vous entendu que 4.5 milliards d'euro sont sortis de Chypre les quelques jours précédents la fermeture des banques Chypriotes ?
    Gros délit d'initiés et je suis près à parier que c'est des Russes qui ont sortis leur pognon en urgence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les entreprises chypriotes qui ont 100 000 € sur leur compte tu en fais quoi tonio ?

      Elles sont comme les autres, elles vont raquer pour les banquiers.

      Supprimer
    2. 4,5 milliards d'euros. Cette somme est sur toutes les lèvres depuis deux jours. Il ne s'agit pas du montant perdu par les banques chypriotes avec la restructuration de la dette grecque mais du montant qui aurait été retiré des banques chypriotes depuis le 8 mars. À cette date, un mail aurait circulé auprès de grands entrepreneurs biens placés et dans les partis politiques, prévenant les destinataires du chaos qui allait arriver et de retirer leurs économies des banques. Il semblent qu'ils se soient exécutés. Le parti communiste Akel ne décolère pas. Lors du vote au Parlement du plan de sauvetage mardi, le secrétaire général du parti a demandé la formation d'une commission d'enquête pour évaluer l'origine de ce mail et les dommages qui en ont découlé. Une chose est sûre, la majorité des chypriotes se sent, plus que jamais, pris au piège.
      Interrogé par le Journal du siècle, Maronos Sizopoulos du parti social-démocrate Edek, estime que des "enquêtes doivent être menées, et des noms doivent être publiés, ceux de tous ces hommes d'affaires, politiciens et proches des politiciens, qui, les jours derniers, ont fait des retraits importants et peut-être transféré de l'argent à l'étranger".

      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/19/20002-20130319LIVWWW00277-en-direct-suivez.php

      Supprimer
  11. ToNio tu oublies que la dette grecque... La BCE n'a pas essuyé un roro de perte sur les bonds qu'elle détenait... Les autres se sont donc morflés tout le jus dont Chypre. Il y a donc un vol manifeste.

    La BCE est le PROBLEME !

    Elle empêche aux acteurs la "découverte" du vrai prix.
    Elle est à la base de tous les mauvais investissements passés et à venir.

    RépondreSupprimer
  12. Et les entreprises chypriotes qui ont 100 000 euros sur le compte ?

    RépondreSupprimer
  13. Les réactions indignées de ce blog laissent deviner les catégories sociales associées... Parce que, au final, tous les chypriotes qui ont moins de 20000E ne subiront aucune perte. Certains disent : "Oui mais ca sera récessionniste !", genre : en ce moment tout va bien, +5% de croissance...
    Les états ont besoin de récupérer du POGNON. Il y a quelque chose qui est compliqué là dedans ? Et donc, ils récupèrent du pognon là où ils peuvent. Sortir de l'euro ne ferait pas gagner du pognon. Ca n'est pas en revenant au franc et en dévaluant comme un taré qu'on relance une économie, ce qui est gagné dans les exportations est perdu dans les imports !!! Il est d'ailleurs assez amusant de voir les libéraux de ce blog rejoindre les cocos sur le thème "l'Europe vole les pauvres chypriotes !!! c'est un scandale !!! où est la démocratie ?" Les pauvres chypriotes avec plus de 100000 euros sur leur compte courant... les pauvres... snif...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alerte Tonio ! un troll de l'U€RSS s'est encore infiltré sur le blog.

      Supprimer
    2. Merci au troll de nous expliquer que l'euro et les eurocrates ne sont pour rien dans la crise économique et financière qui secoue nos pays.

      D'où vient que les Etats cherchent du "pognon" ? Tu t'es posé la question au moins ?

      La politique monétaire de la BCE, tu as entendu parler ?

      Supprimer
    3. @ Roger : le troll que je suis était au courant depuis des mois de la crise des subprimes quand toi tu la découvrais comme tout le monde à la téloche...

      Supprimer
    4. Le troll s'est-il posé la question de savoir d'où vient l'Europe ? qui sont ses parrains ? quelle est son idéologie ? sa politique ?

      Supprimer
    5. En plus d'être troll, il est devin....

      En même temps, dans les hautes sphères de L'U€RSS, il doit avoir des infos que nous pauvres gueux n'avons pas.

      Supprimer
    6. "Merci au troll de nous expliquer que l'euro et les eurocrates ne sont pour rien dans la crise économique et financière qui secoue nos pays."

      Oui BIEN SUR qu'ils n'y sont pour rien. C'est quand même fou de devoir rappeler une telle évidence.

      Mais bon, nous sommes en France, et en France on porte des socialistes au pouvoir pour tenter de régler une crise économique, alors...

      J'en viens, comme l'a dit un autre commentateur, à souhaiter la disparition de l'euro juste pour voir tous ces vaillants anti-euro nous expliquer pourquoi les problèmes perdurent, alors que la disparition de l'euro était censée "guérir des écrouelles".
      Mais je sais trop bien qu'on ne les entendrait plus.

      Supprimer
    7. Du poignon pour rembourser :
      1/ Des dettes mathématiquement impossibles à rembourser.
      2/ Pour certaines, et dans de plus en plus de pays (Grèce), des dettes odieuses. Les dettes odieuses ne sont pas tenues d'être remboursées

      Supprimer
    8. il se passe quoi pour une entreprise chypriote dont on ampute 40% de sa trésorie et qui dans le meme temps a des dettes a terme a rembourser?. L'euro n'y serait pour rien dans la crise? OUI, si l'on considere que l'épicentre historique et geographique de la crise est US et NON si l'on veut bien considerer que les banques europeennes d'investissement ont incité les pays traditionellement pauvres a emprunté a tour de bras a des taux historiquement bas puisque l'euro introduisait des taux d'emprunt sur les marchés jamais vus encore pour ces pays, a savoir: au taux allemand!! (convergence des taux). Les eurocrates ont un role dans cette crise, par leur indigence, le mensonge associé au denis manifeste de démocratie, l'instauration d'une monnaie qui ne prenait pas en compte les differences culturelles, economiques et de competitivités. L'euro pour les pays du sud c'est un tombeau ouvert ou le risque patent de l'insolvabilité est d'abord supporté par les peuples bien qu'in fine ce seront les grands créanciers qui subiront les pertes! et c'est normal, car dans le taux d'usure vous etes sensés inclure la prime de risque... ils ont joué et ils vont perdre, voila tout!. Un hair cut sur les dettes couplé a une deflation interne n'est benefique qu'avec une monnaie dévaluée...sinon a quoi bon??, mais on doit aussi a mon avis rechercher des voies protectionnistes afin d'amortir les chocs sur notre balance commerciale. L'euro en sois n'était pas le probleme mais il s'agissait d'encadrer nos banques d'investissements gargantuesques dont les bilans sont des bombes a retardement (DSK en 2009 dans l'express disait qu'il y avait plus de 50% d'actifs toxiques dans nos banques: bilan et hors bilan...c'est cela aussi la valorisation "mark to fantasy" plutot qu'une realité/verité "mark to market" .

      Supprimer
  14. @ Roger : je ne suis pas devin ni haut fonctionnaire, mais je boursicote de temps en temps. Et comme je joue MON pognon, je me renseigne. Avec internet il y a le pire et le meilleur, mais dès 2006 (oui oui) ça commencait déjà à s'exciter et on commençait déjà à parler de subprimes. Tous les boursicoteurs pas trop débiles savaient que l'économie allait se crasher, des gars comme Jorion étaient également au parfum, la seule question c'était quand.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les subprimes c'est depuis 2004 que l'on en parle...
      Tu n'as pas l'air d'être très bien renseigné...

      Communiqué de presse de Ron Paul daté du 5 mai 2004 :


      Will Rising Interest Rates Burst the Housing Bubble?

      Washington: Although Federal Reserve officials today announced the short-term federal funds rate will remain unchanged, their report makes it clear that the “policy accommodation” of promoting economic growth through exceedingly low interest rates is coming to an end. In other words, the Fed has signaled that it can and will increase interest rates in the near future. The current funds rate of 1%- the lowest in 45 years- results from years of aggressive Fed rate cutting. The incredible increase in American housing prices over the last ten years is directly attributable to this Fed easy credit policy, yet few Americans understand that housing prices are artificially high- and destined to fall significantly when interest rates rise.

      During recent testimony by Mr. Greenspan before the Joint Economic committee, Congressman Ron Paul pressed the Chairman to acknowledge the potential severity of a collapse in housing prices. “I think the Fed is mistaking debt with collateral,” Paul stated at the hearing, referring to recent Greenspan statements touting home equity loans as the engine driving economic growth. “New debt is not wealth,” Paul added. Still, Chairman Greenspan continued to insist that Americans are richer because of paper increases in the value of their homes. Yet the very Fed policy responsible for higher demand and higher housing prices- cheap credit- is about to change.

      “Federal Reserve manipulation of interest rates and the money supply has created a perilous situation for millions of Americans,” Paul stated. “Rising interest rates may well cause housing prices to fall dramatically, leaving many homeowners who bought at the height of the bubble owing more than their homes are worth. Homeowners with adjustable-rate mortgages are especially vulnerable, as are those who used paper gains in real estate values as collateral for second, third, and even fourth mortgages. The Fed’s easy-credit policies are directly responsible for lowering creditworthiness standards and encouraging millions of Americans to overextend themselves. If trillions of dollars in housing equity disappear, no amount of Fed sorcery will keep record amounts of Americans out of bankruptcy.”

      Supprimer
  15. En 2004 je ne m'intéressais encore pas à la bourse, mon coco !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.