lundi 22 avril 2013

19% des allemands se disent prêts à voter pour le nouveau parti anti euro

19% Of Germans Say They Would Vote For Anti-Euro Party
Handlesblatt via ZeroHedge, 22/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
From Handelsblatt, Google translated:

The new anti-euro party alternative for Germany (AFD) has a good chance to collect in autumn in the Bundestag. The result of a representative survey of online market research company market research on behalf of Handelsblatt Online. 19.2 percent of the 1,003 respondents affirmed therefore the question of whether they would give the party their vote in the general election (24.9 percent of men and 14.8 percent of women).

13 commentaires:

  1. Les épargnants allemands commencent à comprendre !

    Les épargnants allemands commencent à avoir peur pour leurs dépôts !

    Lundi 22 avril 2013 :

    Les 27 pays européens plombés par 11 012 milliards d'euros de dettes.

    Cure d'austérité ou pas, les pays européens croulent toujours sous les dettes publiques. Au total, les 27 membres de l'Union Européenne doivent quelques 11 012 milliards d'euros à leurs créanciers.

    Un montant qui a bondi de 5,5% en un an, selon les données publiées ce lundi par Eurostat.

    Source : capital.fr

    11 012 milliards d'euros de dettes, ça fait 14 345 milliards de dollars.

    11 012 milliards d'euros de dettes, ça fait 85,3 % du PIB de l'Union Européenne.

    Bon, ben, voilà, maintenant, il va falloir rembourser ces 11 012 milliards d'euros de dettes.

    Mais comment faire ?

    Ou alors ...

    Les épargnants européens ...

    Nos dirigeants pourraient voler les dépôts des épargnants européens ...

    En voilà une idée qu'elle est à la mode !

    C'est ça, l'avenir de l'Europe !

    Chypre est l'avenir de l'Europe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dette n'est pas faite pour être remboursée. Ce sont les intérêts qu'il faut regarder, et même en face les salaires des gens, hors dépenses contraintes, voire le taux d'impositions, selon comment on veut mesurer.

      Tant que les taux sont bas, pas de soucis a l'horizon en fait, sauf récession qui empêcherais de faire rouler le nominal.

      Mais, je le redis, il faut bien comprendre que la dette est notre monnaie. Si on la rembourse, on n'a plus de monnaie pour irriguer l'économie. Fini le temps de l'étalon or, on a changé de système monétaire. Donc, la dette ne se rembourse pas, elle se "roule".

      Supprimer
    2. "La dette n'est pas faite pour être remboursée..." : DEPUIS QUAND ?

      Pourtant, un individu qui fait un emprunt bancaire, pour acheter un bien immobilier, a intérêt à bien rembourser la dette qu'il a contracté avec le banquier, sinon il aura droit à une démonstration de la force de l'Etat.

      Donc, les pauvres élus sont des gangsters...

      L'Etat c'est la MAFIA.

      La Révolution c'est le changement.

      Supprimer
    3. Quelque part le fédéralisme est déja la puisqu'on empêche les pays comme la Grèce Chypre et l'Irlande de sortir contre toute logique économique. Et d'autre part même si on n'a pas de vrais transferts, les pays "riches" contribuent à coup de milliards aux plans de sauvetage. 10 pour chypres, 100 pour l'Irlande, au moins 30 pour la Grèce... Certes, ca ne fait pas 25% comme aux USA mais attendons de voir un gros pays comme l'Espagne ou l'Italie être sauvés via le MES ou le FESF ou autre.

      Supprimer
    4. C'est à la fois plus subtil et plus technique.Les règles comptables actuellement en cours n'ont pas encore intégré des paramètres d'ordre capitalistiques dont les coûts de la maintenance pourtant ne cessent de croître. Mais comme les détenteurs de capitaux "dits" nomades veulent continuer à tout prix de détenir l'exclusivité de tout ce qui est inscrit en capitaux réels et par voie de conséquence en actifs circulants, nous en somme rendus à un ratio d'endettement qui oublie délibérément une fraction absolument incommensurable de capitaux environnementaux et sociaux. En les intégrant le ratio d'endettement serait DERISOIRE. Tous les débats sur la dette que ce soit au niveau des médias ou de réseaux sociaux comme celui-ci ou antérieurement celui de Liesi me rappellent l'histoire de la dent d'or, au sens où personne ne se donne la peine d'aller gratter la couche superficielle de l'objet du débat.

      Supprimer
  2. Ah si seulement, ils sortaient ... avec un mark à 1.8$ et un euro à 1$, ça serait la boucherie de leur commerce extérieur au profit de ... ben nous, what else.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf que les matières importées seront moins chèr.
      Donc l'un dans l'autre il s'équilibrerait.
      ...entre autre.

      La vrai richesse d'un pays est la capacité de ses citoyens à travailler et à le faire bien.

      Supprimer
    2. OK pour la théorie, dans la pratique, ça ne marche pas car il faut aussi baisser les salaires et ça c'est pas gagné.

      Cf l'exemple Suisse et tous les autres pays européens qui sont en situation d'avoir une monnaie forte, ils s'accrochent désespérément à l'Euro (Danemark, Norvège...)

      L'euro, c'est notre monnaie et c'est leur problème.

      Supprimer
  3. c'est la solidarité dans son ensemble qui est remise en cause.

    Les allemands (je sais plus quelle region) veulent même plus payer pour Berlin (cf le dernier Doze / les experts).

    De toute manière, au rythme actuel, l'Europe va se manger -45% de pétrole en 9 ans, soit probablement, a vu de nez, du -20% sur son PIB ...

    Alors il va y avoir de plus en plus de tensions.

    RépondreSupprimer
  4. 19% ça fait loin d'une majorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. maybe, mais concernant l'Euro, on est censé être a plus de 98% pour ... ca traduit une inflexion bien réel, un "doute" ...
      car pour le péquin moyen, l'euro se résume a "je peux payer en euro quand je vais en vacances en italie". Réfléchissent pas au dela.
      Du coup 19% contre, ca signifie 19% qui on réfléchit, et qui en plus sont contre. C'est une vraie révolution ! lol

      Supprimer
    2. Une révolution ?

      19% contre l'Euro mais pour le Deutsche Mark ?

      Donc, 19% de nostalgique d'une Grande Allemagne ?

      Supprimer
    3. 19% ça n'est pas une majorité, mais ça peut devenir indispensable pour en créer une ou ne pas la perdre.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.