dimanche 7 avril 2013

Alsace : encore un échec démocratique de Babel

En tous cas, projet babelien ou pas, ça se discute. Mais c'est comme ça que visiblement les gens le comprennent désormais...

Alsace: Le «non» l'emporte au référendum sur le conseil unique
20 Minutes, 07/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La fusion du conseil régional d'Alsace avec les deux conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, soumise ce dimanche à référendum, n'aura pas lieu, selon des résultats partiels qui créditent le «non» d'une victoire par 56,44% des voix dans le
Haut-Rhin. Les électeurs Bas-Rhinois y seraient en revanche favorables à 65,56%. Il fallait, pour faire passer le projet, que les votes positifs représentent plus de la moitié des suffrages et au moins 25% des électeurs inscrits dans chacun des départements. Le résultat, qui a peu de chances de s'inverser, traduit les craintes de certains électeurs et élus haut-rhinois de voir leur département passer dans l'orbite du Bas-Rhin et de sa capitale Strasbourg.



L’Alsace nouvelle est une imposture !
bvoltaire, Sandrine Pico, 07/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
En apparence, et tel qu’il nous est présenté, le projet de création d’une collectivité territoriale par fusion des conseils généraux et du conseil régional d’Alsace semble raisonnable, rationnel et répondre aux aspirations des Français qui souhaitent une simplification administrative et une réduction des dépenses des structures administratives. Or, il n’en est rien. Ce projet est un leurre, pour ne pas dire une imposture.

Déjà, le tintamarre et la pression autour de ce projet sont suspects : des brochures luxueuses sont imprimées, les cadors locaux pressent la population alsacienne à voter oui au référendum, le tout enrobé d’une propagande républicaine qui vante une meilleure « gouvernance » (sic) comme on nous avait vendu la décentralisation, avec les mêmes arguments spécieux : audace, dynamisme, modernité.

Mais surtout, on fait miroiter les économies induites par la mutualisation des moyens. Pourtant, il n’y aura aucune économie : on passera de 122 à 110 élus. La belle affaire ! Quant aux fonctionnaires territoriaux, leur statut défend qu’ils soient licenciés, bien évidemment ! Le budget de la nouvelle Assemblée disposera d’un budget qui sera l’addition des trois conseils antérieurs. Qui plus est, au nom de la sacro-sainte proximité avec les administrés, plusieurs antennes locales (on parle de huit « conseils de territoires de vie » dans le projet) seront installées, le siège étant évidemment laissé à Strasbourg. Un véritable non-sens !

En y regardant de plus près, on se rend compte qu’il s’agit en fait de créer une entité transrégionale qui sera la RMT (région métropolitaine trinationale) du Rhin supérieur, un genre de land, une entité centrifuge à l’autorité nationale qui traitera directement avec Bruxelles. Le déblocage de 308 milliards d’euros dans le cadre des fonds structurels européens aux régions en atteste : ces régions dépendent directement de Bruxelles. En 2003, le conseil régional d’Alsace a d’ailleurs déjà obtenu le droit de traiter directement avec la Commission européenne…

L’Alsace est une région test. Une fois la réforme adoptée, elle créera un précédent. Les européistes auront alors toutes les cartes en main. Voilà le fait géopolitique dans lequel s’inscrit le projet de conseil unique. L’Alliance royale appelle à voter non le 7 avril.

8 commentaires:

  1. Miracle ! Je n y croyais pas une seule seconde vu la déferlante de propagande en faveur du oui. J'aimerais bien croire que les alsaciens aient flairé le piège babelien, mais je pense surtout qu'ils ont vu le coté pratique. Quel beau coup de pied au fesses pour la clique bruxelloise et leur euro-régions.

    RépondreSupprimer
  2. ah ça fait du bien ,bordel de merde;
    :
    de constater que la population s'informe, que les couleuvres ne passent plus!Que la propagande est stoppée parfois!
    >Allez on se lâche : BRAVO LES ALSACIENS !!!!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai une toute autre lecture de ce référendum. C'est surtout un vote sanction contre le gouvernement, et aussi un refus, une peur du changement (tout ira à Strasbourg, la métropole de région, pas le siège européen). Est-ce que le changement proposé est un peu mieux ou pire que la situation actuelle. On dirait que c'est plutôt (un tout petit peu) mieux. Alors pourquoi voter contre?

    RépondreSupprimer
  4. Une belle occasion de gâcher pour les Alsaciens, et plus largement même, pour la France. On peut remiser tous les projets de simplification de l'organisation territoriale sous le boisseau pendant au moins 15 ans avec cette histoire. Et encore en plus dans un territoire dont l'homogénéité aurait justifié une telle "union". Faudra pas que les alsaciens la ramènent sur le diktat de Paris, les impôts trop élevés ou le pays de cocagne que serait le Bade-Wurtemberg (qui a fusionné d'ailleurs ... au milieu des années 70!!!). Avec un vote pareil ils ont prouvé qu'ils étaient bien français: clochemerlesque (Strasbourg -> Colmar, y'a au moins 70km vous vous rendez compte? Le bout du monde est plus proche!!!) et bureaucratique (au nombre d'habitants, l'un des taux de fonctionnaires territoriaux les plus élevés!). Quel gâchis, c'est à désepérer de ce pays. Pour une fois je suis hashtable et je dirai comme lui: CPEF.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que nous ne sommes pas habitué aux référendums et comme la majorité des français ne sont pas des veaux, ils votent NON mais pas non à la question, non aux hommes politiques.

      Juste pour faire chier et ils ont raison.

      Supprimer
  5. Babel, Bruxelles, vote contre le gouvernement:halte aux délires.Les barons locaux, qu'ils soient de droite comme de gauche ,ont fait voter non pour conserver leurs petits pouvoirs et leurs indemnités.
    Je ne connais qu'une brochure en papier glacé financé par le contribuable de Colmar sans qu'on ne leur ai rien demandé:celle du Maire, connu comme grand démocrate, qui appelle à voter non.

    RépondreSupprimer
  6. La Catalogne, l'Italie du Nord, l'Ecosse et peut-être même la Bavière sont prêtes à faire exploser leur nations respectives, pour le plus grand plaisir de l'UE et de son président qui soutient "en douce" les régionalistes. La Belgique ce n'est plus qu'une formalité.
    Et bien il y a encore un pays qui résiste à l'envahisseur, c'est la France. Le pays qui résiste au mariage gay, c'est encore la France. On n'a pas beaucoup d'occasions d'être fier de notre pays vu nos résultats économiques actuels et la corruption de nos dirigeants. Mais cette victoire là, vous ne volerez pas comme vous avez volé le dernier referendum.

    RépondreSupprimer
  7. Pas d'accord vu de l'extérieur cela me semblait plutôt une bonne idée. Fusionner des collectivités territoriales me semblait intéressant car réduction envisageable des coûts et allégement du millefeuille administratif.
    Après dire comme je l 'ai lu que "Bruxelles favorise les régionalismes" faut être complètement idiot pour écrire ça!
    La Catalogne menace de quitter l'Espagne et l'UE les a calmé.
    Après faut un peu arrêter avec le mariage gay. Quand le Pacs à été voté on nous avait promis sodome et Ghomorre. 10 ans après il semble que les hétérosexuels constituent la majorité des Pacs...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.