dimanche 28 avril 2013

[Autarcie] Comment ne plus acheter aucune tomate ?

Voila typiquement le genre de post qui m'intéresse...

Comment ne plus acheter aucune tomate.

Voici un mode d'emploi, qui vous en coûtera les graines de départ, et quelques tuteurs... Et en cherchant bien... De la ficelle et de l'eau d'arrosage...


   Comment faire pousser les semis ?





Perso, je vote pour la 2ème option. Il vous en coûtera une serre en plastoque à 10€ réutilisable à l'envi... Et en plus, vous faites ça en intérieur. Si vous avez des enfants, c'est génial. Mais surtout, vous gardez l’œil dessus.


   Une fois que les semis ont bien poussé, il faut les repiquer...



Surtout vous oubliez le pot en tourbe. C'est 20 centimes pièce minimum. Et ça ne sert à rien. Prenez du réutilisable !

   Repiquer les plants de tomates :





Là encore, vous oubliez les orties si vous n'en avez pas. Rattrapez moi si je dis une connerie, mais s'il ne s'agit que d'avoir que de l'azote, n'importe quel déchet vert fera l'affaire.

En revanche, sur l’œillet d'Inde ou le basilic, ça je prends...

Quant au paillis, faites ça avec ce que vous avez... N'achetez rien...

   Récupérer les graines pour l'année suivante :



Voila...

Vous avez le mode d'emploi général pour faire pousser des tomates ad vitam aeternam...

Imaginez... Pour une famille de 2 adultes et 2 enfants. 50 à 100€ de tomates par an. Vous venez de sortir l'équivalent d'une journée de travail du système.... Ca a l'air de rien comme ça, mais chaque journée de sortie, c'est 0,3% de votre "PIB" qui s'envole...   

Et tout ceci peut paraître ridicule pour les initiés, mais vous n'imaginez pas à quel point c'est à 1000 lieues du monde dans lequel on vit en ville. On va chercher nos légumes sans goût au super marché, et voila... Et c'est surtout symptomatique de la manière qu'on a de raisonner.

Et quand bien même ceux qui verront ça ne planteront pas de tomates, ça ne leur fera pas de mal, bien au contraire...

En tous cas pour moi qui ai du mal avec les légumes, les faire germer, les voir pousser, les récolter, tout ça avec ma gamine, ça ne me donnera que plus d'envie de les manger. Surtout si le goût suit...

24 commentaires:

  1. pour les tomates, ne prenez pas un tuteur trop épais, et SURTOUT faites gaffe au mildiou, si vous êtes dans un coin humide, il faut privilégier du purin de prèle en prévention voir même couvrir le pied de tomate avec du plastique et faites gaffe à la taille car cela laisse des points d'entrée aux parasites logiquement, surtout si il y a pas mal de rosée les matins d'été

    Exposez bien sur le plus possible au soleil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vrai qu'il faut faire gaffe avec la taille, mais elle permet aussi d'aérer les pieds dans les régions un peu fraîches et humides, donc d'éviter aussi les maladies si elle est bien menée. Tonio a l'air d'être du côté de Bordeaux => pas besoin de taille normalement (en fonction des variétés et de l'époque de la saison, évidemment).

      Supprimer
    2. Ha oui sur Bordeaux vous pouvez y aller sur la taille, aucun soucis

      Supprimer
  2. Ne pas hésiter à faire cuire les tomates dans un peu d'huile, afin de rendre biodisponible le lycopène, bénéfique pour la prostate et tueur de cellules cancéreuses...

    RépondreSupprimer
  3. perso les tomates sa germe presque à 100% par contre c'est fragile au démarrage en terre et ça aime pas le cracha pour 0 euros et 100% de réussite,

    je conseil pour la RP, 1 pot de yaourt pour une graine mars/avril/mai et commencer le plantage le plus tard possible en terre pour un petit jardin 20 % en mai et 80% fin juin mi-juillet. Cela veut dire ramassage aout/septembre directement sur les pieds et fin octobre/mi novembre tomate verte qui vont murire progressivement facile jusqu’en janvier.
    L'année dernière j'ai vue tout les voisins pleurer, leurs tomates était déjà formé morte sur place a cause des fortes pluie, bon cette année ça devrai aller mais cela permet d'avoir des tomates fraiche longtemps et sans cochonnerie sur les feuilles .

    PS le ketchup c'est des tomates, oignons, vinaigre sucre.

    RépondreSupprimer
  4. Perso :

    semis à la maison pour plus de surveillance. Semis dans des rouleaux de papier toilette coupés en deux pour en faire 2 godets. Je bourre les rouleaux de terreau et je les mets dans une assiette de jardinière (une quarantaine de rouleaux) . l'assiette de jardinière est pratique car je la pose sur le radiateur pendant la phase levée puis sur le rebord de la fenêtre. Ensuite, quand la tomate fait 2-3 feuilles, je mets le godet PQ sans enlever le rouleau dans un pot plus grand qui est un pot de creme fraiche percé pour évacuer le surplus d'eau d'arrosage. En gros, je conserve tous les rouleaux de PQ, les pots de crème fraiche et de fromage blanc. Je peux les réutiliser l'année suivante après transplantation de la motte dans le jardin. Pour les étiquettes (car je fais plein de variétés), je découpe des bandes d'1,5cm de plastique dans un pot de crème fraiche puis écriture au marqueur pour les CDs...)

    Je fais pareil pour les cucurbitacées, le basilic, bref toutes les annuelles à planter.

    Cette année, j'ai investi 600 euros dans une serre tunnel de 18 m² à 600 euros pour allonger la durée de récolte et pour mes semis car 50 pots de crème fraiche commencaient à prendre trop de place dans le salon...

    RépondreSupprimer
  5. Idées récup pour petits jardins et espacement dans le temps : pot de yaourt, de compote, beurrier ... à percer ; les bacs plastic d'emballage servent de sous-pot où mettre de l'eau qui ira humidifer le semi par capillarité : il n'y a plus à asperger ce qui, outre le gain de temps ou l'obligation de présence, évite, parait-il, la fonte des semis ; mais si besoin : récup des pulvérisateurs de produits à laver les vitres).

    un grand plaisir avec le semi de tomates : choisir des variétés extraordinaires (kokopelli) pour offrir des formes, couleurs et textures variées.

    Idée cadeau à offrir "c'est moi qui l'ai fait" (à faire par les grands comme par les petits) : choisir des pots de yaourt très design et y mettre un basilic ou une menthe poivrée p.ex.

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
  6. l'ortie ce n'est pas juste de l'azote, c'est extrêmement complet, ça contient aussi du soufre, du fer et pas mal de molécules organiques (dont l'acide formique) encore mal connues mais qui activent beaucoup la vie microbienne du sol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://videos.arte.tv/fr/videos/secrets-de-plantes--7457284.html

      Supprimer
  7. Disco Tonio tourne mal!

    Il veut de plus en plus sortir de la filière économique imposée dans la tête des gens:travailler et consommer comme des bêtes pour rester dans la logique marchande dans les rapports avec ses semblables et avec la nature.

    Allons "disco" ressaisit toi,si on fait tous comme ça le systême va se gripper.

    Pas sympa du tout ça,de faire la vraie révolution!

    RépondreSupprimer
  8. Un achat à rajouter pour tout bon jardinier : Un stérilisateur ménager et des bocaux pour les conserves .

    RépondreSupprimer
  9. @Tonio

    Petite digression :

    Je trouve tes posts soit disant autarciques vraiment comiques.
    N'oublies pas ta place. Tu fais partie des gens aisés de ce pays. Pas vraiment à plaindre.
    Les gus que je connais qui s’intéressent à ce genre de sujets sont en général sans le sous, et ont été relégués depuis longtemps à la campagne, ou des retraités.

    S'il te plait, ne confond pas l'autarcie avec des lubies de bourgeois qui s'ennuie dans sa ville avec sa thune.

    RépondreSupprimer
  10. Je pense que tu n'as pas notions du temps que ca prends pour s'occuper de tout ça. Je le faisait quand j'etait petit ( on avait un vrai jardin, complet, tomates, pommes de terre, haricots, navets, oignons, fraises... mes parents achetais aucun legumes quoi), et entre le bechage, retirer les mauvaises herbes, repiquer, arosages l'été... bref faut s'en occuper.
    D'un point de vue purement financier, ce n'était pas rentable du tout, vu le temps passé. Apres mon père aimait cela, et le gout c'était autre chose (surtout vraiment pour les tomates et les fraises).
    De plus, tu n'auras pas les economies d'echelle avec juste les tomates.

    Celui qui doit etre retanble c'est les pommes de terres, et encore, si tu aimes bien les "nouvelles"

    RépondreSupprimer
  11. C'est sympa de faire pousser des tomates, mais in fine la journée que l'on sort du système on la passe aussi à les semer,les faire pousser et les récolter...et même gaspiller la récolte si l'on est pas toujours sur place.
    Non que cela ne soit pas plus agréable,bien au contraire, mais tout était aussi simple on transposerait cela à d'autres domaines, hors la plupart des jardiniers le reconnaitront aisément,la "rentabilité" finale de leur culture n'est pas vraiment évidente au regard du temps et de l'argent investi...
    Leur réelle motivation tient davantage à la qualité des produits et la fierté de se réaliser à travers leur production.
    Si le potager "rapportait" , cela se saurait...il faut envisager une assez grande surface et une certaine logistique ( conservation etc...) pour nourrir dignement une famille.
    C'est possible, mais comme cela ne paye toujours pas l'EDF; ni surtout le terrain sur lequel on cultive...cela reste un modèle économique AMHA difficile à défendre.
    Rester assis dans un burlingue ( même et surtout par ignorance) rapporte malheureusement toujours beaucoup plus de tomates de l'heure...

    RépondreSupprimer
  12. Tonio,
    La tu touches plus terre!

    Fais ton expérience et tu comprendras pourquoi les anciens ont été malheureusement si prompt à délaisser leur ancien mode de vie.

    Le principe et la cause est juste et bonne.
    Mais entre la théorie et la pratique il y a deux éléments indispensables pour une réussite : Un travail absolument REGULIER et de l'EXPERIENCE OU DE LA CHANCE.

    Ps : Comme dit dans un com plus haut les feuilles et UNIQUEMENT les feuilles d'orties doivent-être priligièes. Ne pas tailler les tomates cerises ou très peu, si le coin est Humide (mildiou, pourriture grise , anthracnose...) priviligier ce type en varité ancienne. Terre toujours fraiche aux pieds , etc...

    La culture de tomates n'est pas facile. Car c'est un fruit éxotique acclimaté, donc de "luxe".
    Je te conseillerai bien, "vue ta Philosophie" la culture de légumes anciens , bien plus facile car endémique et donc adaptée à Ton Climat et à Ta Terre.
    Exeption à cette "directive" : La pomme de terre. Certes exotique, mais relativement facile de suivi. Pour une durée de concervation élevée et un rendement/survie assez exeptionnelle.

    Bien à toi.

    RépondreSupprimer
  13. STP Tonio, deplace ces posts sur un autre fil, sinon tu vas perdre bcp d'audience...

    RépondreSupprimer
  14. Tonio, tu es en train de fumer la moquette...

    Ce n'est pas pour rien que ce sont les pauvres et les vieux qui jardinent : ça prend beaucoup de temps, c'est physique, et ça rapporte rien. Pareil pour la chasse : le gibier que je braconnais me payait à peine les munitions...
    De plus, ça ne paye pas le terrain, ni EDF, ni les impôts.
    Et le temps de chasser les huissiers et collecteurs d’impôts à coup de 12 n'est pas prêt de venir.

    Et encore, les pauvres et les vieux d'aujourd'hui ont des rentes qui leur permettent que le jardinage soit rentable !

    Si tu veux vivre ce rêve, il y a une solution : travail à domicile, et délocalisation dans les pays de l'est.

    RépondreSupprimer
  15. Même avec deux-trois plants de tomates sur le balcon on a facilement trois-quatre tomates toutes les semaines jusqu'à fin septembre-début octobre. Et ça coûte quasiment rien. Et pour le goût c'est simple, je ne me souvenais même pas que des tomates pouvaient avoir du goût avant d'en planter. :o)

    RépondreSupprimer
  16. Et tu fais quoi de tes tomates quand elles arrivent en masse et que tu as déjà moins envie d'en manger ?
    Tu dois inclure toute une logistique plus large dans ta logique de culture, c'est à dire savoir cuisiner intelligemment aussi, pouvoir conserver les produits, sinon par expérience cela génère pas mal de gaspillage aussi, cela demande du temps et une réelle diponibilité.
    Quand tu te retrouves à gérer des récoltes de légumes simultanées c'est souvent plus difficile à gérer intelligement qu'il n'y parait, cela implique la transformation, la congélation...

    RépondreSupprimer
  17. Pareil que certains, je respecte ce que veut publier Discotonio sur son blog. Mais bon, bof. Je pense que beaucoup de gens venant ici et s'intéressant à l'économie ont d'autres rêves.

    En outre la démarche est naïve, car économiquement non rentable. En l'occurrence ici pour un informaticien, le temps à faire de la presta serait beaucoup plus rémunérateur que les quelques sous misérablement économisés pour le même temps laborieusement passé à faire un jardin...

    Si la population a massivement abandonnée ce type de vie, et de production il y a plusieurs décennies c'est qu'il y a des raisons.

    Tout cela ressemble à un tropisme.

    Quelque chose m'échappe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est juste que je cherche des solutions. Être actif.

      Je ne parle pas de passer son temps au potager, mais déjà, faire pousser quelques légumes simples, économiser 200€ par an sans trop de galères, c'est toujours 200€ que le système ne verra pas.

      Vu comme ils se battent pour obtenir le moindre petit point de croissance, 200€, c'est 1% des revenus nets des gens.

      Paf déjà 1% qui font pshiittt...

      Supprimer
  18. Si tu veux manger des tomates d'octobre à juin, tu feras comme presque tout le monde...tu les achèteras, ou alors tu en auras fait des conserves...bonne chance et courage,(vue le prix de la boite)

    RépondreSupprimer
  19. une manière originale de faire pousser des tomates: google "grow your tomatoes upside down"
    Bénéfice: pas besoin de tuteur, les tomates ne pourrissent pas par terre, pratique pour ceux qui n'ont qu'un balcon ou qui manquent de place!

    RépondreSupprimer
  20. Pour info la récupération de graines afin d'obtenir la même variété de tomates ne peut se faire qu'à 2 conditions:
    1/ Il ne faut pas cultiver d'hybride F1 car les descendants ne correspondront pas au type cultivé, la variété n'étant pas encore fixée.
    2/ Etre sûr qu'il n'y a pas eu de fécondation croisée avec une autre variété. Pour cela on peut mettre un voile anti-insecte sur un bouquet non mature et l'enlever à l'apparition des fruits. Les graines obtenues reproduiront la variété initiale.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.