samedi 27 avril 2013

[Autarcie] Comment redonner vie à une terre ultra compactée ?

Mon beauf, à qui je compte offrir de quoi faire un potager, a acheté une maison, sur un ancien sol de vigne, extrêmement compacté.

Le sol est tellement dur, qu'on n'arrive pas à gratter le sol au delà d'un millimiètre.

C'est sec comme du caillou...

C'est de la terre, jaune. Mais c'est juste une croute impénétrable...

Il a bien tenté de faire venir de la terre d'ailleurs, qu'il a épandu en une couche de 2 à 3 cm, mais la terre est immédiatement devenue comme celle en dessous...

Il me fait rire. Il a planté du gazon. Mais c'est tellement épars qu'on dirait les implants capillaires d'Yves Calvi...

Bref, son sol est mort...

Et je ne sais pas trop comment le faire revivre...

Il y'a toujours l'option du potager en carré, hors sol. Mais dans une optique de rentabilité, le potager en carré, déjà, on part mal... Et puis c'est un abandon. Ca veut dire qu'on refuse sa terre... Et qu'on se lance (à perte) dans une culture reniant son sol... C'est battre retraite en rase campagne...



Donc voila... Il faut que j'arrive à faire revivre son sol...

Y'a l'option BRF. Mais ça suffit pas. Son sol, c'est comme du ciment. mettre du BRF sur du ciment, ça mène à rien.

Du coup, j'en suis venu à penser à la grelinette (ou fouche à bêcher, biobêche...) ...









Avec tout de suite cassage des mottes à la griffe...

En remettant un peu de terreau, pour mélanger au sol, j'imagine que ça fera du bien... Mais déjà, avec le terreau, on pète le budget...

Dans un premier temps, je pense juste à fourcher son sol, avec la fourche du beau père. Et voir dans quelle mesure on arrive à s’enfoncer. Puis faire une analyse basique de son sol, comme expliqué dans le livre du jardinier maraicher page 31, pour voir ce que ça dit, même si à prime abord, je me doute, qu'il n'y a aucune argile dans ce sol...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Texture_du_sol



Bien comprendre le sol, c'est la base de tout...

Je vais faire du mieux que je peux, du haut du peu d'expérience que j'ai...



27 commentaires:

  1. Tu vois, c'est pour ça que je pense que la priorité des priorités, c'est préserver Internet. Parce que sans ça ... on a quasi aucune chance vu les défis à relever.

    Hors, sur le sujet du net, y a pas grand monde malheureusement. Enfin, je veux dire, y a quelques défenseurs illuminés, mais en face, y a toute une armée de multinationales, d'états, d'avocats qui flaire la bonne affaire a mettre le net sous contrôle.

    http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/la-geopolitique-d-internet-un-134835

    Tu vas me dire "ils pourront pas censurer Bourquinon et les autres" ... détrompes toi, y a plein de moyens détournés pour faire ça. Et ça pourrait aller très vite.

    http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/la-geopolitique-d-internet-un-134835

    Je connais quelqu'un qui emplois la grelinette et qui connait très bien plein de méthodes pour cultiver, je vais lui demander.

    RépondreSupprimer
  2. Le recourt à la permaculture devrait aboutir à de meilleurs résultats. Il convient d'apprécier le dynamisme des facteurs biotiques du sol, pour peu qu'il en reste encore. Le précédent viticole n'est pas innocent au sens où souvent les sols y sont découverts, été comme hiver,çàd dépourvus de couverts végétaux.Il y a alors risque de destructurations des modes d'assemblages des fractions organo minérales composant le sol.Ensuite, les quantités de cuivre présentes dans ce sol devraient donner une idée encore plus précise du challenge qui s'annonce pour sa restauration.
    Le BRF, c'est bien gentil, mais en conditions de sols à fortes inerties, thermiques, chimiques et (surtout) biologiques, des apports trop exclusivement d'origines végétales peuvent, à terme, se traduire par un cycle du carbone trop lent eu égard à la nature des cultures à cycles courts qui y seront cultivées, notamment s'il s'agit de légumes. Il faut donc privilégier la technique de la permaculture associée à des adjonctions de jus de fumiers + produits informés type Plocher (Vitals racines 1-2 et 3) sous contrôle d'un bon diagnostiqueur en lecture par la cristallisation sensible (perso, je recommande Christian Marcel). Oui, ne pas oublier notamment au printemps d'administrer des lacto-ferments type Kanhé ou le fameux FAL de Laurent Baron (à effet détoxiquant).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lol
      tu vois ce que je veux dire sur l'importance de préserver l'outil internet Tonio ?

      Évidement, il faut être conscient qu'il est menacé.
      http://www.laquadrature.net/fr
      http://www.framablog.org/index.php/post/2008/11/21/benjamin-bayart-internet-libre-ou-minitel-20

      Supprimer
  3. Pour ne pas exploser le budget avec du terreau il vaudrait mieux récupérer du compost plus riche !! il y a plus de chance que se soit efficace vu le manque de nutriment de sa terre de plus un compost est plus riche en bactérie et champignon (alors que les terreaux "grand commerce" sont richent en nutriment mais presque mort biologiquement) qui vont relancé l'activité du sol (voir avec certaines communes pour en récupérer dans les centres de compostage ça coute moins cher que le terreau dans le commerce).


    Le mieux pour moi ce serait retourner et casser les mottes (pas besoin d'aller très profond ~25cm) mélanger avec du compost puis mettre du BRF pas dessus ~3/4cm et conserver une humidité correcte pendant quelques mois.

    RépondreSupprimer
  4. comme le dit le dernker post, le terreau n'est pas adapté dans ce cas de figure, mais en plus du compost, pensez surtout au.. FUMIER (pas trop mur) et faire un maximum de travail à la grelinette pour réhumusser le sol

    Si vraiment le sol est dur, optez pour un travail du sol mécanique, puis balancez le fumier et melangez avec un croc + paillis naturel pour proteger le tout et arrosez

    Au cas ou vraiment sa ne marche pas, vous pouvez carrément faire des buttes de brf + melange de matière bien decomposée et terreau et y planter des patates ou oignons,

    RépondreSupprimer
  5. Les carrés de potager, c'est surtout bien si on a très peu de place. On peut en faire d'autres usages, j'en utilise deux où j'ai mis les fraisiers : la terre se réchauffe plus vite et ressuie un peu plus, sachant que c'est très argileux. Du coup j'ai une profusion de fraises 6 mois par an sur quelques mètres carrés, alors que sinon, les pieds pourriraient à moitié et les fruits seraient trop moches.

    RépondreSupprimer
  6. je vois pas comment on peut faire a part petite à petit sur plusieurs années, je prends ma terre d'il y a 3 ans et la terre de mon grand père décédé il y a 10 ans je plante chez lui cela pousse du feux de dieu et chez moi très mal va falloir faire du fumier ou en récupérer gratos chez les éleveurs de chevaux, cherche des orties et plusieurs années. Perso je testerai la méthode post-colombienne en accéléré, creusé à divers endroit, mettre du charbon sous terre et arrosé abondamment souvent et mettre dessus du composte frais.

    RépondreSupprimer
  7. Salut Disco, c'est ton vieux pote kronkinou...

    l'immonde gauchiste qui fait déja ça depuis trois ans, j'ai déja grossièrement vu tout les liens que tu as posé. Je te souhaite bonne chance si ton potager ou ton jardin que tu veux retourner fait plus de 200 m².

    Je viens de me fader le binage d'une parcelle de 1100 m², j'ai sorti pas mal de 0.3% du PIB de mon ménage, et un peu de fibre musculaire en passant....

    PS j'ai tenté pareil avec les tomates, mais faut faire attention, car tu doit faire des prélévement de ton sol pour voir ce qui va et ce qui va pas....

    Moi j'ai une carence en K l'an dernier et je me suis retrouvé avec de la nécrose apicale.

    Le jardin y à la théorie et y a comment ça marche en vrai, et en vrai c'est de l'engrais et du sulfate de cuivre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les tomates, tu peux essayer une poignée d'orties fraiches au fond du trou de plantation du pied.
      Chez moi, ca marche. Jamais de maladie.

      Supprimer
    2. ha non le cuivre est une saleté, rien de mieux pour dégrader l'humus (sa tue les champignons) et si en plus vous mettez trop d'azote, les bactéries prendrons le dessus sur les champignons et l'humus sera doublement dégradé

      Je préfère 1000 fois des substances chimiques qui sont bien spécifiques à un faible rayon d'espèces que des poisons "naturels" qui ravagent votre sol, n'en déplaise à certains bobos écolos qui n'ont aucune connaissance en bio. Ha tiens, les bobos ecolos sont au jardinage ce que les interventionnistes sont à l'économie

      Supprimer
    3. @Galice Philippe;

      Il est tard, je reviens de Nafarroaren Eguna à Baïgorry, mais bon, juste une précision : La nécrose apicale est causée par un déséquilibre en défaveur du calcium. électropositif, ce dernier est en concurrence au niveau des préférences d'assimilation notamment avec le potassium. En effet, les paroies pecto-cellulosiques qui conduisent la sève brute sont chargées électronégativement, et il se trouve que si la plante dispose à proximité et à profusion de potassium d'origine minérale et exogène, il y a saturation des charges électriques avec le seul K+ et le calcium reste donc en rade... tout le contraire de ce qui a pu te parvenir comme explications diverses et variées. En clair, il s'agit d'un cas d'école de carence induite.

      Supprimer
    4. @ETCHAMENDY ERIC.

      Tout cela me fait rigoler (électronégativement, exogène, saturation, charges électriques).

      Je suis issu d'une famille d'agriculteur (ayant le statut agricole moi même) et on a toujours su faire pousser de magnifiques légumes sans vos termes à la con :-)

      Le mieux pour Tonio est qu'il aille voir un paysan du coin qui lui expliquera.

      Vos trucs d'analyse de terre (même si j'ai fait des études d'agronomie) ca me fait doucement sourire. C'est instinctif. Mais vous l'avez perdu.

      Supprimer
  8. pourquoi n'expérimentes-tu pas sans références livresques théoriques --autres que les principes ou idées très généraux à comparer par la pratique ; pourquoi appliquer "bêtement" les processus d'autrui ?

    personnellement du jardinage en amateur (en branleur ?), plus que le degré d'indépendance souhaité au départ, je retire maintenant des plaisirs : offrir un bouquet ou un chou rouge aux dames, grignoter des fèves --en retard cette année--, bientôt des fraises, ou des tomates ; choisir une aromatique pour l'omelette ... ; ça détend l'esprit : excellent pour le débuggage sans stress.

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
  9. Trop de fumier ç'est pas bon non plus, ça risque de brûler les plantes.
    Dernièrement j'ai fais quelques plantations sur un endroit ou on avait mis il y a 2 ans de cela du broyat de branches sur 10 bons cm (et qu'on avait oublié). Le changement de structure du sol est spectaculaire, c'est quasiment comme du sol forestier, noir aéré, léger, humide en profondeur.
    Bon maintenant faut avoir de quoi épandre sur des surfaces étendues et du temps...mais sur des sols trop dégradés la patience me paraît indispensable
    Peut être un mélange fumier+brf serait intéressant ?

    RépondreSupprimer
  10. Il faut dans un premier temps, décompacter en profondeur.

    Ensuite vous apportez de la matière organique fumier, compost (attention au compost des centres de traitement qui sont souvent à base de taille de haie (Cyprès). Et il faut de préférence privilégié celui qui est bien mûr).

    De la chaux, des scories (cendres), et .... de la patience.

    Vous ne ferez pas d'un âne un cheval immédiatement.

    Vous pouvez aussi en fin de saison, semer un couvert végétal (luzerne, choux) que vous retournerez au printemps.

    Bref. De l'huile de coude et de la patience.

    Bon courage :-)

    RépondreSupprimer
  11. "on dirait les implants capillaires d'Yves Calvi..."

    MDR

    Yves Calvi l'un des (nombreux) ex-clients de Cahuzac ?

    RépondreSupprimer
  12. Sur terre compacte et à petite échelle (potager), y a pas mieux que le double bêchage. C'est un gros effort au début, mais une fois l'air réinsufflé dans le sol la vie y revient à une vitesse étonnante. Personellement je le pratique dans le cadre de la micro-agriculture biointensive, que je re commande vraiment sur les sols abimés et compactés.
    Les principes de la méthode: http://fr.ekopedia.org/Micro-agriculture_biointensive
    quelques links sur le blog du sens de l'humus, alimenté fut un temps par Fabinoo (que tu as connu sur le forum bulle immo) et moi-même
    http://senshumus.wordpress.com/2006/10/04/votre-jardin-vous-fatigue-buttez-le/
    http://senshumus.wordpress.com/2006/10/13/la-culture-sur-buttes-fiche-technique/
    autoproduction d'outils décompactants http://senshumus.wordpress.com/2007/04/09/fabriquer-soi-meme-une-laia-double/
    observations perso sur sol lourd http://senshumus.wordpress.com/2007/07/08/quelques-considerations-pratiques-sur-la-culture-en-buttes-sur-sol-argileux/
    http://senshumus.wordpress.com/2009/01/30/principes-et-pratique-de-la-micro-agriculture-biointensive/
    sur la matière organique (rejoignant la mise en garde de mon compatriote Eric Etchamendy) http://senshumus.wordpress.com/2008/11/15/matiere-organique/
    Tout apport de MO ne doit être fait que s'il y a une vie microbienne suffisante pour le digérer. Commence par réinsuffler de l'air à ce sol, ça aidera l'eau à le pénétrer de façon plus homogène, et ce faisant à réactiver une vie microbienne, à qui tu pourras donner à manger ensuite.

    RépondreSupprimer
  13. Decompacter ton sol en profondeur, puis ajoute 5 cms de BRF a l'automne . J'attaque ma 4 eme saison, je n'ai jamais retourné la terre depuis. Par contre j'ai toujours du BRF en couverture du sol. Résultat : un sol vivant et des plantes en meilleure santé. Donc peu d'intrants chimique, des légumes avec plus de matières sèches et abondants ( plus de gout) pas de motoculteur ( gain de temps), utilisation de moins d'eau. Bref il s'agit d'une restauration de sol . Seule une grelinette s'avère utile pour decompacter un peu.
    Pour ceux qui veulent plus renseignement ou simplement échanger voici mon mail : Olivier.Menager@alicaadsl.fr

    RépondreSupprimer
  14. Et le vers de terre ?
    http://www.fermedumoutta.fr/vente-vers-lombric.html

    Ces petits êtres sont idéaux pour briser un sol dur.
    Et leurs déjections fertilisent le sol.

    RépondreSupprimer
  15. J'ai vu que la technique du jardinage en lasagne est bien efficace pour exploiter les sols ingrats.
    http://www.youtube.com/watch?v=S8MAgL_WGGw
    Sinon un bon guide pour travailler le sol de son jardin : le livre de Dominique Soltner, tu y trouveras forcément ce qui te convient.
    http://www.terran.fr/catalogue/3-Jardin-pratique/1120-Guide-du-nouveau-jardinage-sans-travail-du-sol-.html
    D'après ce que j'ai compris, un nouveau jardin se prépare à l'automne, il faut le couvrir de feuilles et de déchets verts dès novembre pour avoir l'humus nécessaire sur la surface au printemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Soltner !!! Ca ne me rajeunit pas.
      C'est avec ses bouquins que j'ai fait mes études de zoo et de phytotechnie :-)

      Supprimer
  16. Bon de mon coté on me dit :
    "il faudrait mettre une bonne couche de fumier/brf/déchets verts/paille, pas seulement 2 ou 3 centimètres, le fumier apportera des vers de terre qui feront revivre le sol"

    la grelinette peut aider, mais faut s'accrocher.

    RépondreSupprimer
  17. Génial, merci pour tout ça, c'est précieux.

    RépondreSupprimer
  18. Comme dit le marechal Petain :
    "La terre, elle, elle ne ment pas" !
    Ok, je sors :-)

    RépondreSupprimer
  19. j'ai un peu la même démarche: essayé de me sortir un peu du système (sans chercher a être autarcique).

    recherche du coté permaculture (nb http://permaculture2.coerrance.org/)
    c'est le texte le plus complet que j'ai pu trouvé

    sans jardin (même petit)a proximité immédiate de ton domicile, oublie
    (il vaut mieux un petit jardin devant sa porte qu'un grand a 30 bornes, même chez ton beau père).

    tu ne devrais pas négliger le système "potager en carré" voire "key hole garden" surtout si ton sol est défoncé : surcroit de travail au debut, mais la terre est moins basse et on regarde pousser ses légume (je bois mon café a coté dès que la météo le permet.

    un poulailler à une vingtaine de mètre de la cuisine et a proximité d'abre fruitiers (nb murier si climat permet) est une grande richesse: çà bouffe tes dechet organiques et çà fume ton terrain en plus des oeuf & viande(l'ideal selon moi : une poule/personne au foyer).

    plante tout ce qui germe & commence a pourir: patate ail oignon (les patates poussent très bien dans la pelouse)
    tu coupes un melon, des tomates, une courge : balance les graines dans le jardin.tu verra bien la saison prochaine (même si hybride f1)

    pour le brf je n'utilise plus de broyeur (trop chiant a débourrer, ne marche pas dè que trop gros rameaux) mais un rabot électrique a l'envers(permet quelque travaux de menuiserie en plus).
    (attention les doigts les 15 derniers cm ne sont pas rabotés mais laissées pour le barboc). les brindilles sont laissés directement en terre.

    sois patient et ne te decourage pas.

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour,

    une solution peut être de planter du Sainfoin. C'est une plante pionnière donc peu exigeante en nutriments ou en eau. Elle développe un large réseau de racine avec un gros pivot qui permet de bien restructurer le sol. On la rencontre dans les prairies à l'état sauvage à peu près partout. Préparer un peu la terre en gratouillant les premiers 1-2 cm puis le semer sans le recouvrir. Arroser légèrement pour faire lever les plantules ensuite laisser faire.

    Le sainfoin étant une légumineuse apportera naturellement de l'azote dans le sol. Il faut laisser la culture en place 1 ou 2 ans puis tout couper et laisser le fourrage sur le sol, pour le laisser se décomposer tout doucement. A partir de là, on peut apporter un peu de BRF et semer des plantes sauvages (des plantes médicinales ou comestibles par exemple).

    Bon bien sur, c'est long à faire et le sol ne revit pas en 2 ans mais au fur et à mesure, en apportant régulièrement du BRF et des déchets organiques frais (comme l'ortie par exemple contenant beaucoup d'azote), on arrive à quelque chose de pas mal.

    En tout cas, il ne faut surtout pas retourner le sol et ne jamais enfouir de matière organique (comme le font malheureusement tous les agriculteurs en labourant). Et oui les champignons qui dégradent le BRF ont besoin d'oxygène !

    RépondreSupprimer
  21. En cas de sol compacté... il faut décompacter ! :)
    https://youtu.be/Ei8uBCCajm8?t=14m52s

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.