vendredi 5 avril 2013

Ce qui se cache réellement derrière la politique monétaire japonaise : un défaut sur la fausse épargne en dette publique et les retraites non financées des vieux

Le nouveau banquier central japonais, Haruhiko Kuroda veut faire entrer l’institution monétaire dans une nouvelle ère….viciée sur fond de cercle vicieux!
Le blog à Lupus, 05/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien


Officiellement pour sortir le Japon d’une déflation qui dure depuis près de vingt ans, Haruhiko Kuroda augmentera la base monétaire de l’institution. Elle sera doublée à 270 trillions de yens (2750 milliards de francs) à fin 2014. . Si on la compare à 2007, elle a quand mème déjà plus que triplé.



L’augmentation de la base monétaire se fera essentiellement par l’achat d’obligations d’Etat. Au bilan, ces dernières représenteront 190 trillions de yens à fin 2014, soit le double du niveau atteint à fin 2012.



L’achat des obligations d’Etat dans le cadre de la politique monétaire japonaise a pour objectif de financer les déficits budgétaires. Avec un taux d’endettement qui s’élève à 230% de son produit intérieur brut, le Japon est le pays le plus endetté du monde développé.

Marc Faber n’écarte pas le danger d’éclatement de la bulle obligataire ainsi formée. «La nouvelle politique monétaire de la Banque du Japon pourrait finalement conduire à une hausse des taux d’intérêt et à un éclatement de la bulle obligataire du Japon», confie t-il.

Par ailleurs, il juge que, avec le recul du yen depuis six mois, le Japon est devenu 20% plus pauvre. «Le revenu réel des Japonais diminuera probablement si l’inflation s’accélère», déplore-t-il.

« Si le yen commence à s’affaiblir, et c’est ce que nous observons, les gens qui
investissent au Japon voudront retirer leurs fonds à l’étranger. Dans ce
contexte, la baisse du yen pourrait déboucher sur son effondrement », a
indiqué, quant à lui, dans une interview à la chaîne CNBC Georges Soros.

Cette opinion est partagée par Bill Gross(Pimco), selon lequel il sera nécessaire d’affaiblir encore davantage le cours du yen pour contenir l’inflation à 2% une fois celle ci emballée. Selon Bill Gross, les pays du G7 risquent aussi d’être « froissés » par l’évolution des événements, et exigeront un contrôle sur le cours du yen dont la baisse orchestrée constitue en elle mème une véritable déclaration de guerre des changes, des échanges et plus globalement des devises, de la part des autorités japonaises. Nous voilà donc là revenu à un mauvais remake des années 30….

Jeudi, l’ampleur de l’assouplissement monétaire a provoqué un recul du yen de 2,5% face au dollar, soit le mouvement en un jour le plus marqué depuis octobre 2011. La devise nippone a chuté de 2,1% face à l’euro. Quant à l’indice Nikkei, il a grimpé de 2,2%, à 12 634,54 points. Les taux d’intérêt obligataires à dix ans ont quant à eux reculé à 0,425%, leur plus bas niveau depuis 2003. Cette baisse aidera la Banque du Japon à maintenir le yen face au dollar dans une fourchette de 95 à 100 jugé comme niveau » facilitateur » des exportations japonaises.


Et je vous invite à relier ça à tout ce qu'on sait de la démographie japonaise, et à ce commentaire :
Stumpjumper : Le JPY baisse encore....

Me demande si je ne vais pas plutôt acheter de l'immobilier sur Tokyo.
Omotesando, c'est sympa comme quartier....et puis il y a du boulot au Japon.

La crise de la natalité est provoquée et même un acte volontariste de la part des autorités Japonaises. Sinon pourquoi dérembourser l'accouchement sous prétexte que ce n'est pas une maladie ? Pourquoi privatiser indirectement l'éducation en retirant les budgets d'état ? Pourquoi avoir supprimé les aides sociales parentales ? pourquoi avoir supprimé toute réduction d'impôt etc ...

Le Japon ne se suicide pas, bien au contraire.

Les ressources deviennent rares et chères.

Ils réduisent donc la population afin d'enrichir ceux qu'il reste.

Bref, l'exact inverse de ce qui se passe dans notre pays décadent et géré par une bande de criminels déments et hautement incompétents.

Sauf que ce choix implique de revenir sur les fausses promesses de niveau de vie princier qui ont été faites aux vieux, dans la continuité du papy boom post 1945...

Il va falloir que les vieux retouchent le sol. Et les dirigeants japonais, visiblement, ont choisi de déprécier les retraites et l'épargne des vieux par l'inflation...

Je vous renvoie à ce post que j'avais déjà fait, où j'expliquais que le Japon finirait par faire défaut sur les fausses promesses faites aux vieux.

Les revenus et dépenses par âge :


Et qui détient la dette publique par âge :


Le Japon choisit de sortir du mensonge post 1945 supposant un baby boom permanent, d'assumer le vieillissement, en commençant par solder les fausses promesses du passé, faites à une génération très largement proprio de son logement, avec une retraite plus que confortable et une épargne massive en dette publique.



Cette politique devrait également redresser la balance commerciale qui ne s'est pas relevée après Fukushima...

Sinon, chez nous, on continue de goinfrer nos vieux ainsi que le soi disant miracle démographique fabriqué au forceps, censé tous nous sauver...

11 commentaires:

  1. Cette analyse a du sens et même du bon!

    Mais faudra que le Japon fasse vite fait défaut!

    Sinon, il risque fort de se faire piller leurs actifs réels par les "monnaies fortes".
    A moins de faire preuve de protectionnisme... Ce qui serait assez dans leur mentalité.

    RépondreSupprimer
  2. @ le nain
    les vieux, les vieux, tous les vieux ?

    http://www.toutsurlaretraite.com/pres-de-la-moitie-des-retraites-vivent-sous-le-seuil-de-pauvrete.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis expliqué 1000 fois déjà sur ce sujet... Je fatigue...

      Supprimer
    2. tu n'a qu'a écrire les vieux riches
      tu fatiguera moins.
      te taper le cul devant ton écran, c'est un boulot de fainéant
      je te fouterai à la bétonnière !
      tu vois, facile d'être con
      et ta gaussienne on s'en tape.

      Supprimer
    3. Les vieux ont eu plus de temps que les autres de mettre de cote, ont eu une epoque d'immobilier pas cher, de ressources naturelles pas cheres, etc.

      Ceci dit ceux qui sont sous le seuil de pauvrete se sont surement fait enfler bien comme il faut par le systeme et aurait surement de quoi vivre correctement si on n'avait pas ce systeme par repartition de merde.

      Les vieux, vous etes les plus nombreux, curieusement c'est vous qui avez eu les clefs en main pour changer les choses depuis les 30-40 dernieres annees... mais vous avez vote en masse pour nos fossoyeurs.

      Supprimer
    4. Oh, la barbe à la fin avec les "sondages" organisés par les syndicons de la CFDT, comme par hasard au bon moment (négociation).
      Alors, tu te prends par la main et tu lis http://www.cor-retraites.fr/IMG/pdf/doc-1893.pdf pages 39 à 42.
      Et, à propos :
      "Créé en 2000, le Conseil d'orientation des retraites (COR) est une structure pluraliste et permanente, associant des parlementaires, des représentants des partenaires sociaux, des experts et des représentants de l'État. Il a pour mission essentielle d'assurer le suivi et l'expertise concertée permanente de notre système d'assurance vieillesse et de faire des propositions." Et les charlots de la CFDT en font aussi partie.

      Tonio, garde ce lien, ça permet de faire des copier-coller rapides pour des réponses à ce genre de trolls.

      Supprimer
  3. "euthanasie papy euthanasie mamie votre calvaire est vraiment finiiiiiiiiiiii..." . Les Olivenstein.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne vois pas en quoi faire du Japon un pays de vieux en tuant sa natalité va sortir le pays de la crise.

    Un pays jeune est un pays qui entreprend davantage, qui innove, qui imagine le futur, qui crée de la richesse.

    Un pays de vieux retraités, c'est un pays presque mort.

    RépondreSupprimer
  5. bon boxeur DiscoTonio
    tu sais en donner mais tu sais aussi en prendre !

    RépondreSupprimer
  6. La presse anglo-saxonne focalise à fond sur le Japon et s'en donne à coeur joie, c'est le moins qu'on puisse dire. Cela aiderait-il à dissimuler la faillite totale de leur propre système financier ?
    Pendant ce temps on ne s'occupe pas trop des Bernanke, Blankfein et autres voyous de la tribu installée aux états-unis.
    Décidemment le pouvoir de la télévision et des merdias continue à balader son monde.

    RépondreSupprimer
  7. Samedi 6 avril 2013 :

    Olli Rehn, commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, a déclaré samedi que le modèle de sauvetage de Chypre était "exceptionnel", mais que les grands déposants des banques européennes pourraient souffrir si une banque venait à faire faillite.

    "Chypre constituait un cas particulier (...) mais la directive bancaire à venir prévoit que la responsabilité d'un investisseur et d'un déposant s'exercera dans le cas d'une restructuration bancaire ou d'une mise en sommeil", a-t-il dit dans une interview accordée à la télévision finlandaise YLE.

    Une directive sur la sécurité bancaire est en cours d'élaboration à la Commission européenne. Elle prévoit d'introduire dans les législations nationales la question de la responsabilité des investisseurs.

    "Mais la hiérarchie est très claire : d'abord les actionnaires, ensuite éventuellement les investissements et les dépôts non garantis. Cependant, la limite des 100.000 euros (de garantie) est sacrée : les dépôts inférieurs à cette somme seront toujours garantis", a ajouté Olli Rehn.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00512207-rehn-ue-les-gros-comptes-bancaires-pourraient-etre-touches-555759.php

    Les banques européennes ont dans leurs livres 922 milliards d'euros de créances irrécouvrables.

    Par exemple, les banques italiennes ont 125 milliards d'euros de créances irrécouvrables.

    Dans cette situation de faillites bancaires généralisées, il ne reste plus que l'Etat pour sauver tout le système. Mais comment un Etat surendetté peut-il agir concrètement ?

    Un Etat surendetté peut :
    - Lever des impôts supplémentaires
    - Ou alors voler les dépôts des épargnants supérieurs à 100 000 euros
    - Ou alors demander à la BCE de lancer ses rotatives à plein régime (la demande devra se faire très discrètement !) : c'est la planche à billets
    - Ou alors se déclarer en défaut de paiement
    - Ou alors déclarer la guerre à un pays étranger pour lui voler ses ressources.

    La solution à la mode, c'est la solution chypriote : l'Etat surendetté vole les dépôts des épargnants supérieurs à 100 000 euros.

    Ce que Olli Rehn annonce aujourd'hui, c'est la généralisation du modèle chypriote partout en Europe.

    Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem l'avait déjà annoncé il y a quelques jours.

    Olli Rehn et la Commission Européenne viennent de le confirmer aujourd'hui.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.