jeudi 11 avril 2013

Chypre veut 6 milliards d'€ de plus

Pour rappel :


Cyprus Bailout Size Increases By 35% In One Month To €23 Billion, 120% Of GDP
ZeroHedge, 11/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
As was reported in the previously presented Cypriot Debt Sustainability Analysis, which among other things had this stunner inside of it, things in Cyprus have gone from bad to worse in the brief span of a month. 35% worse to be exact, because this is how much the total bailout of Cyprus has grown by in a few shorts weeks, from €17 to €23 billion, which happened because just as we predicted the stealth outflow from banks was much worse (read bigger) than previously reported, leaving banks with a far bigger hole to plug.

6 commentaires:

  1. Ta présentation est un peu spécieuse...

    Ce n'est pas Chypre qui veut 6 myards de plus... C'est :

    -le Système
    -les bruxellois fanatiques pour sauver l'euro
    -les banques (européennes, puisqu'elles se tiennent toutes par la barbichette)

    etc. etc.

    En clair, les 6 myards les chypriotes, les gens quoi, n'en verront pas la queue d'un centime.

    Les XX myards éviteront un "incident de crédit", des difficultés pour Sogé, BNP, Deutsch Bank j'en passe et des moins bonnes, du tangage sur les taux, etc.

    Le Grand Potemkine doit demeurer debout, "coûte que coûte". La crapule en chef Draghi l'a dit publiquement.

    Il tiendra parole, mue par un fanatisme hors du commun.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes, si on leur avait vraiment filé 25 000 euros par foyer fiscal, l’économie serait florissante.

      C'est pas compliqué l'économie, file du pognon aux 80%, tous le monde se gave. File du pognon aux 1%, tu ne les revois plus (je sais c'est caricatural mais tout de même).

      Supprimer
  2. Oui "coûte que coûte"!

    Tout est bon pour tenir encore un tour, tenir jusqu'à ce que la croissance revienne, tenir jusqu'à ce que le dollar explose, ou le yen, enfin n'importe quoi qui fasse illusion sur la pérennité de la monnaie unique, ou simplement tenir jusqu'aux élections d'Angela!

    RépondreSupprimer
  3. Vendredi 12 avril 2013 :

    A Chypre, la situation est encore pire que prévu.

    Lisez cet article :

    Le président de Chypre Nicos Anastasiades a déclaré vendredi qu'il allait demander à l'Union européenne une "aide supplémentaire" à l'île qui fait face à des mesures sévères imposées dans le cadre d'un plan de sauvetage de l'Eurogroupe.

    Le président Anastasiades a affirmé devant les journalistes avoir déjà parlé au commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn, avant le début de la réunion des ministres des Finances de la zone euro vendredi à Dublin qui doivent notamment finaliser le plan de sauvetage.

    "C'est un fait. Nous avons fait ce contact, car nous cherchons à faire le mieux possible dans les circonstances actuelles" pour atteindre les objectifs prévus, a dit le président.

    Il a également indiqué qu'il écrirait au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et au président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

    "La lettre à M. Barroso et M. Rompuy soulignera la nécessité d'un changement de politique de l'UE envers Chypre, en lui accordant une aide supplémentaire, tenant compte des difficultés auxquelles nous faisons face en raison de la crise économique et des mesures qui nous sont imposées", a dit le président Nicos Anastasiades aux journalistes, sans plus de précisions.
    La zone euro doit se prononcer vendredi à Dublin sur les modalités du plan d'aide à Chypre, qui va devoir faire des efforts plus importants que prévus.

    Chypre, déjà sous le choc de mesures sévères visant son secteur bancaire, devra finalement trouver 13 milliards d'euros, soit six milliards de plus que prévu initialement, dans le cadre du plan de sauvetage.

    Le porte-parole du gouvernement Christos Stylianides a en effet annoncé jeudi que la dette du pays avait été revue à la hausse, à 23 milliards (mds) EUR, dont 10 seraient fournis par les bailleurs internationaux et le reste assuré par les Chypriotes eux-mêmes.

    Les grandes lignes du plan négocié sont sur la table depuis mars. Mais la situation économique du pays s'est nettement dégradée depuis. "Les besoins financiers de Chypre ont évolué dans un contexte de récession plus profonde que prévu", confirme une source proche des négociations.

    L'essentiel de cette somme proviendra de la restructuration du secteur bancaire, qui comprend une ponction sur les créanciers, y compris les gros déposants. Cette mesure inédite a créé la polémique car c'est la première fois que des déposants sont mis à contribution dans le cadre d'un plan de sauvetage de la zone euro.

    Le président a nié que les coûts additionels soient le résultat de l'incertitude ayant frappé l'économie durant les négociations laborieuses avec la troïka des bailleurs depuis son élection en février.

    "Je ne pense pas que ce soit les trois derniers mois, mais un retard général qui nous a mené là", a-t-il estimé. "Cette (question) sera traitée".

    "La situation peut-elle encore empirer ?", titrait vendredi la quotidien local de langue anglaise Cyprus Mail, à la suite de l'annonce d'une révision à la hausse de la dette.

    http://www.boursorama.com/actualites/chypre-va-demander-a-l-ue-une-aide-supplementaire-president-anastasiades-53c9294cb71ae8127fcb5f72d2d93659

    RépondreSupprimer
  4. Une excellente journée pour les crapules bruxelloises (et nouveaux cheveux blancs pour BA):

    -Chypre ? X myards de plus, le plan est accepté, zou

    -Portugal, Irelande ? Allez hop.... un délai supplémentaire de 7 années accordé pour "rembourser"

    ;-)

    Bref... le Grand Potemkine.

    Mais toujours pas d'échec et mat.

    RépondreSupprimer
  5. Tandis que Chypre doit faire le double d'effort pour sa dette...

    Tandis que la Slovénie doit s'engager à faire des réformes sous la pression des marchés et de l'UE qui jouent à "c'est génial de faire avancer l'intégration économique en forçant les états à se mettre sous notre coupe".

    Tandis que le chômage atteint des records partout en Europe...

    Tandis que le bénéfice de JPMorgan est meilleur que prévu

    Et bien l'UE fête le 1er anniversaire de son initiative citoyenne européenne qui permet à ses fonctionnaires ou au patron d'Euronews de lancer des initiatives pour soumettre des doléances à la Commission pour approfondir le marché intérieur. Cette initiative présentée comme "l'avenir de la démocratie européenne" se moque de toute démocratie.
    Un bel exemple de la "Crise démocratique" que l'on traverse.

    http://points-de-vue-alternatifs.over-blog.fr/article-l-union-europeenne-fete-ses-initiatives-citoyennes-refusees-ou-sans-avenir-117014832.html
    (Analyse du système et des initiatives qui ont été enregistrées) C'est assez drôle je trouve.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.