dimanche 7 avril 2013

De la lucidité sur le changement de monde qui s'en vient

Tout d'abord, un petit commentaire :
Bonjour tonio & co,

Toutes ces réflexions sont pertinentes.

Cependant, c'est toujours des logiques d'un passé résolu.

Et c'est là que le bas blesse.

Le changement de cadre s'opère malgré lui.

La monnaie comme instrument de contrôle tente une reconversion, une mutation.

Plus rien de ce que nous avons connu ne tient et ces réflexions logiques sont dépassées.

Un équilibre disparaît, un autre se met en place.

Travail, famille, patrie perdent aussi leur sens.

Croissance, développement, progrès n'ont plus les mêmes significations.

Richesse et pauvreté ne sont plus opposables, s'il n'y pas de distinctions entre une banque en faillite, et une entreprise prospère.

Les religions ont échoué et le dieu argent tel que nous le connaissons est mort.

La technologie ne sera jamais assez fiable pour remplacer ces pertes de contrôles.

L'arbitraire et l'injustice s'imposent effaçant les États de droit.

Les démocraties telles que nous les connaissons n'ont pas les armes nécessaires pour affronter les nouveaux défis.

La démographie et les ressources sont en déséquilibre.

La guerre ne sera qu'un aveu d'échecs, et les armées seront très vite dépassées par les insurrections.

Et pourtant, la fourmilière humaine avance, le temps court, et l'adaptation devient un challenge.

L'impasse est politique, économique, CULTURELLE.

Le flux des informations que Tonio relève s'amplifiera et s'effacera de plus en plus vite, faisant apparaître les champs de désolation. Il sera de plus en plus difficile de relier les événements.

La longue traîne sera telle suffisante ?

Le 5° pouvoir s'affirmera-t-il ?

Le flux nous emportera-t-il ?

Nous vivons des moments clés de l'évolution humaine ou le contrôle devient totalitaire.

Nous avons tout ce qu'il faut pour affronter les événements, à condition de s'alléger du superflu, de retrousser les manches, de s'unir à la taille des défis mondiaux. Encore faut-il bien les cerner.

Le choix des langues devient cruxiale.

Un exemple pour finir: 1 quadrillion de dettes, pour un seul pays, cela n'a pas de sens, c'est donc inutile de perdre du temps avec cette donnée. Le Japon n'a qu'un seul problème, juste une petite centrale qui pollue la planète.

Misère.

Et en bonus :
Transmettez le virus Lupus, voici pourquoi!
Le blog à Lupus, 07/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Lupus n’est pas repaire d’illuminés extrémistes. Nous sommes raisonnables, doués de raison. Nous produisons des textes qui donnent à voir et à penser. Réintroduire la pensée dans le débat politique et social est l’un de nos objectifs. Démystifier la propagande et la désinformation en est un autre.

Nos références sont intellectuelles, historiques, mais nous ne sommes pas des idéologues, nous tenons compte de la modernité, de l’état de la société, de la demande sociale émise par la société civile. Mais nous luttons contre les idéologues qui prétendent régenter la société civile, qui prétendent créer un homme nouveau encore plus docile que celui qui vote actuellement.

Méditez le texte ci dessous, il est d’un homme modéré, phare de la pensée occidentale, Alexis de Tocqueville.

Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux mêmes pour se procurer de petites et vulgaires plaisirs dont ils emplissent leur âme.

Au dessus d’eux s’élève un Pouvoir immense et tutélaire qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il travaille au bonheur des citoyens; mais il veut être l’unique agent de leur bonheur et le seul arbitre.

Il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs succession, divise leurs héritages: Que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre.

Lisez Lupus, pensez par vous même, pour freiner, pour que ce ne soit jamais totalement ainsi. Apres on verra, on verra si on peut retourner en arrière!

   1 Prenez conscience vous même de la situation afin d’acquérir la conviction que vous avez raison.

   2 Expliquez aux autres, faites circuler, expliquez la situation.

   3 N’écoutez ou ne regardez les medias officiels que d’une oreille ou d’un œil critique pour ne pas être pollué.

   4 Propagez nos analyses, incitez à nous lire, parlez de Lupus et de son virus de la liberté.

   5 Adaptez vos placements. On menace vos dépôts, ils ne rapportent rien, retirez les de la banque. Discutez vos frais.

   6 Achetez de l’or métal, de l’immobilier de qualité qui n’a pas des charges excessives.

   7 Faites des travaux chez vous pour réduire vos frais futurs.

   8 Remettez en question vos dépenses ? la plupart sont injustifiées, les services sont du vol organisé, trop chers.

   9 Remettez en question l’utilisation de votre temps, consacrez le à vous, votre famille, vos amis.

   10 Si vous avez une entreprise, refusez de travailler à perte, fermez ce qui est déficitaire, surdimensionné.

Le combat est en partie culturel, démystifiez la propagande, les idées fausses, les mensonges de l’état et du système.

Vous êtes plus esclave et exploité par votre dépense que par les prélèvements sur votre travail. Vous êtes plus exploité par les ponctions subreptices sur votre patrimoine et l’inflation que par l’impôt. Considérez une fois pour toute que toutes ces balivernes sur l’intérêt général, public etc… sont des attrape nigauds. Ce que vous avez en face de vous ce sont des gens, comme vous, des gens qui profitent, abusent, satisfont leurs ambitions sur votre dos. Ils vous imposent l’austérité, ils ne font que gaspiller; ils vous contrôlent fiscalement et eux transfèrent leur argent à l’étranger; Ils taxent vos héritages et eux créent des dynasties de privilégiés etc…


Et beh, Bertez va finir par devenir survivaliste    San Giorgio/Bertez, même combat...

Non mais sans rire, de voir que tout le monde converge sur les solutions (ici quand même pour des gens plutôt aisés), c'est un signe...

La banque va sauter... On arrive à la fin d'un monde...

13 commentaires:

  1. la nouvelle monnaie, le je vous dois, i owe you

    file:///C:/Documents%20and%20Settings/jp/Mes%20documents/images.jpeg

    RépondreSupprimer
  2. La banque va sauter... ???

    La Banque est INSOLVABLE officiellement depuis 2008. L'interbancaire ne fonctionne plus sans les interventions des banques centrales.

    Cela se passe exactement comme prévu, à l'opposer de l'intérêt des peuples. Les cadavres dirigent nos institutions.

    Exemple des derniers amendements US:

    I knew it was bad, but this makes it clear how bad. Here is the summary, and in the below links are the full texts of the amendments and the supporting information on how the amendments are being raped.

    Summary of the Bill of Rights (Amendments 1 through 10)

    Amendment 1, Freedom of Speech, Raped
    Amendment 2, Guns, In process of Being Raped
    Amendment 3, Soldiers in Houses, Not applicable
    Amendment 4, Unreasonable Search and Seizure, Raped
    Amendment 5, Without Due Process of Law, Raped and Droned
    Amendment 6, Criminal Prosecutions, Raped
    Amendment 7, Right to Jury Trial, Raped
    Amendment 8, Cruel and Unusual Punishment, Raped and Tortured
    Amendment 9, You have all the rights that aren’t mentioned, No Data
    Amendment 10, State Hold all Power Except that Specifically Granted to Feds, Raped

    Les réglements et soldes de tous comptes ont déjà commencé. La France est rentrée dans la zone de non retour. Le dénie ne tiendra pas longtemps.

    Misère.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis d' accord.
    Je rajoute un point :

    - Mettez sur le papier les 10 choses que vous aimeriez faire vraiment avant de mourir. Et faîtes les !!!
    Tant qu' on peut encore faire des trucs, faut le faire ( parachute, opéra, musée, un sport, Compostelle, je sais pas, ce qui vous plaît ).

    RépondreSupprimer
  4. > 6 Achetez de l’or métal, de l’immobilier de qualité qui n’a pas des charges excessives.

    Il conseille donc d'acheter de l'immo...
    C'est contradictoire avec ce que tu dis, non ?

    Il me semble que même si l'immo est souvent hors de prix en France, il vaut mieux mettre son "patrimoine" dans du tangible (sans trop de charge) que de l'avoir sous forme de monnaie scripturale et de se le voir facilement confisqué un vendredi soir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'or, c'est de la pure spéculation.

      L'immo, c'est un investissement. Il aura la plupart du temps un rendement. Si il doit y avoir une perte en capital, cette perte ne sera réalisée qu'en cas de vente.

      Gros problème avec l'immo, c'est le crédit. Acheteriez vous de l'or à crédit sur 10, 15 ou 20 ans ? NON. Trop risqué. C'est le gros problème avec l'immo, vous pouvez perdre plus que le capital initial (apport) et là, c'est TRES gênant.

      Supprimer
  5. "Travail, famille, patrie perdent aussi leur sens."
    C'est ça, un nouveau monde sans frontières va naître des ruines de l'ancien. C'est notre kharma, bla, bla et bla.
    Dirigé par des maîtres gentils, gentils, très démocrates, partageux et fraternels élus au suffrage télévisuel.
    Sans travail on n'est pas grand chose, sans famille on est bien seul, sans patrie on n'est plus rien et sans foi on sert d'engrais chimique.
    Certains devraient lire ou relire Orwell et Huxley.
    "Le 5° pouvoir s'affirmera-t-il ?"
    Qui est ce cinquième pouvoir ???
    Son siège sera-t-il établi au moyen orient, là où le Christ a été massacré ?
    Beaucoup de ceux qui se plaignent aujourd'hui, ont veauté pour le système malgré tous les indices, toutes les preuves irréfutables de mensonge et de corruption. D'autres voudraient partir ailleurs pour y faire collection de billets de Monopoly. Certains le disent : ils ont veauté pour le moins pire.
    N'avez-vous jamais pensé que la France, votre pays, avait un rôle historique à jouer dans ce merdier ? Encore faut-il se souvenir de ses racines, de son identité, de sa langue et de sa culture. Encore faut-il savoir lire et écrire et avoir lu au moins une fois "Le laboureur et ses enfants".
    Ah mais j'oubliais les citoyens du monde et autres bobos qui ont passé leur enfance devant le poste de télévision, les fêtards au cerveau abîmé, les trouillards et les suivistes, hélas, le mur se rapproche !

    RépondreSupprimer
  6. Quel est le sens du commentaire cité ? quelqu'un a un decodeur ? Misere ....

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,

    Personnellement je n'ai aucune économie substencielle, mais j'aimerai beaucoup que ceux qui en ont ne les convertissent pas en or. Le but c'est quand même de construire une société ensemble je rappelle. Si tout le monde retire sa mise en or alors il n'y a plus de société, plus d'impot, plus de contrat social et on en revient à la loi de la jungle.

    Donc svp arrêtez de propager cette ignominie de demander aux gens de retirer leurs billes du bien commun : c'est parfaitement antisocial et antidémocratique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En théorie, ce n'est pas antisociale, à chaque acheteur, il y a un vendeur, l'argent ne disparaît pas.

      Le problème, c'est que le pekin moyen va donner son argent à la sphère financière qui fabrique de l'or papier et accumule des avoirs qui ne retournent pas dans l'économie.

      Pourquoi la fabrication massive de monnaie ou de quasi monnaie ne provoque pas d'inflation ?

      Parce qu'elle est capté par les ultra-riche qui n'existe pas et qui ne sont pas responsable des crises.

      C'est la faute des pauvres, des immigrés et des fonctionnaires si la masse énorme de monnaie ne circule pas.

      Supprimer
  8. C'est dans une certaine partie de l'Europe que la population est vieille, fatiguée, sans plus d'illusion, et espère que le peak arrive pour ralentir tout le monde et ainsi freiner son déclassement relatif, d'où le discours de décroissance, de retour aux racines.

    Mais vu des BRIC, cette vision est loin d'être partagée. La population jeune et ambicieuse croit au dieu argent, au progrès technique et les faits leur donnent raison: leur qualité de vie s'améliore à vue d'oeil (malgré la hausse des inégalités, mais si tout le monde monte personne ne se plaint, le bonheur est toujours relatif).

    Et le peak qui "menace" depuis les années 70 ne se matérialise pas, on a toujours réussi à satisfaire la demande en pétrole, et les technologies alternatives se mettent en place peu à peu, en particulier chez les BRIC.

    Un autre aspect important est que les BRIC se distinguent par une innovation de petites transitions à bas coût, quand l'occident ne sait que penser en ruptures couteuses.

    Les protections sociales dont la peur de la perte paralysent les pays européens sont pratiquement inexistantes dans les BRIC, et cela ne pose aucun problème. Quand les allocations chomage n'existe pas, le chomage n'existe pas non plus, il faut bien remplir la gamelle et se bouger. Pas de temps perdu pour arriver peu à peu à faire accepter la flexisécurité sans faire peur aux gentils gens.

    Certes à terme les ponzis s'effondreront et il y aura moultes transitions: énergétiques, du rôle du travail, du dollar, les mutations technologiques, mais finalement l'expérience de ces dernières années tend plutôt à montrer qu'une transition est possible et que l'effondrement n'aura pas lieu. Les pays minés par la peur se bloqueront dans un état dépressif et verront leur niveau de vie se réduire peu à peu, et les autres continueront à progresser, pas sans casser des oeufs mais néanmoins avec des résultats positifs pour la population en général.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvres BRICS qui rêvent d'avoir des téléphones portables et des écrans plats !

      Supprimer
  9. Et oui, tout comme ces vieux européens il y a 50 ans (remplacer téléphones et écrans plats par automobile et électroménagers). Tel est l'homme du peuple, indépendamment de sa culture, le premier responsable de cette situation, bien avant les vilaines élites qui ne font que tirer profit de cette nature.

    RépondreSupprimer


  10. Des solutions locales pour un désordre global


    Des solutions locales pour un désordre global

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.