samedi 13 avril 2013

Eric Zemmour sur l'échec du référendum alsacien

"La Chronique d'Eric Zemmour" : Impossible en France de réformer par référendum
RTL, 12/04/2013 (en Français texte en français )


Maintenant, moi j'irai plus loin...

Notez bien à chaque fois que ces référendums ne se font pas en Bourgogne ou en Picardie, mais dans les franges les plus indépendantistes de la France : Corse, Alsace, Bretagne...

Et comme par hasard, ce sont les mêmes régions que l'€URSS sort de la France, sur cette carte-ci (pour l'occitanie, c'est trop grand, j'imagine que dans le plan global de désossage de la France par Babel et les traitres qui nous gouvernent, ça viendra ensuite) :

16 commentaires:

  1. J’entends depuis presque une semaine en gros que les alsaciens qui ont voté non sont forcément des imbéciles rétrogrades. Mais, Ils ont peut être juste perdu confiance dans leurs représentants: la dernière fois que les élus locaux avaient juré promis simplification et économies, c’était pour la création des comcom : on allait voir ce qu’on allait voir. Résultat : d’après la cour des comptes une véritable catastrophe financière, multiplication des doublons, explosion des dépenses avec recrutements anarchiques, construction d’hémicycles et de bureaux pharaoniques, multiplication des postes de fonctionnaires territoriaux, création de vices présidences rémunérées a gogo etc . C’est un peu désagréable, cete idée sous-jacente……le peuple a mal voté, il fautdrait le dissoudre, car comme les enfants il ne sait pas ce qui est bon pour lui

    RépondreSupprimer
  2. le frioul, la suisse, l'autriche rattachés à l'allemagne, hitler en avait rêver, le commission européenne y parviendra-t-elle ? notez qu'à ce la correspond aussi le projet FIORASO, qui permettra finalement, d'apprendre sa langue régional ET l'anglais, et se passer du Français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que AH n'a pas réussi à faire avec ses chars, l'UE va le faire avec ses banques et ses politiques.
      Oui ca pique les yeux et pourtant...
      Cependant, je recommande à tout monde de visionner la conférence de 3 heures de F. Asselineau "l'histoire de France". Un superbe résumé de l'Histoire de France dans lequel la France a du se battre contre les Empire (sauf pour l'épisode napoléonien ou c'est elle qui a tenté de devenir l'Empire). Un combat entre la France et la bannière bleue aux étoiles dorées.

      Supprimer
  3. D'où sort cette carte ? qui ? quand ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Google...

      C'est la bande à Cohn Bendit...

      T'as tout ce qu'il faut dans l'image pour chercher...

      Alliance libre européenne

      Supprimer
    2. On voit surtout que l'Alliance libre européenne ne représente pas grand monde. Dans ce fourre-tout, il n'y a pour l'essentiel que des députés ou eurodéputés belges et britanniques.

      Si on regarde la carte, c'est grotesque de mettre ensemble tous les germanophones alors que l'on sépare la France. Y a combien de gens qui parlent encore "occitan"? D'ailleurs "l'occitan" n'est pas une langue, mais un ensemble de langues romanes et de dialectes. C'est aussi réducteur que de dire que le néerlandais, c'est de l'allemand, sous prétexte que le néerlandais est proche du vieille allemand.

      Supprimer
  4. Tu n'es pas du nord-est et ça se voit. Je tiens tout de même à préciser que ce sont les autonomistes et alsace d'abord ( pas européiste du tout) qui sont pour le oui, quant à l'éclatement de la Frane, c'est l'Angleterre que le veut.

    Donc un autre son de cloche... babel gagne presque toujours .... http://breizh.novopress.info/21859/alsace-retour-sur-lechec-du-referendum/

    A noter que Paris essaye aussi de strériliser la Moselle, dont une partie du droit est Germanique. Tout ça est bien plus compliqué.

    RépondreSupprimer
  5. http://www.europemaxima.com/?p=3027

    RépondreSupprimer
  6. http://www.scriptoblog.com/index.php/blog/geopolitique/970-la-regionalisation-et-l-amenagement-du-territoire-en-europe-une-revolution-politique-en-faveur-d-un-partenariat-transatlantique

    RépondreSupprimer
  7. Perso, je ne saisis pas dans toute leur complexité les luttes qui ont lieu.

    Je ne peux que constater en revanche que tous ces referendums n'ont lieu QUE dans les régions ayant des velléités indépendantistes, et traitant de plus en plus en direct avec l'Europe en court circuitant la France.

    Drôle de coïncidence...

    RépondreSupprimer
  8. Oui mais Alsace d'abord et les tous régionalistes sont les idiots utiles des fédéralistes.
    Attention je le dis sans agressivité. Ils ont 100% raison de défendre leurs régions, leurs traditions, leurs musiques, leur gastronomie, leur dialecte et le fait que ces régions soient bien gérées. Là n'est pas la question. Simplement ils se trompent d'ennemi. En voulant combattre Paris ils se mettent dans la main de Bruxelles. C'est un match à 3 et soit Paris soit Bruxelles va remporter la mise. Sachant, en plus, que les dirigeants de Paris sont en fait des Bruxellois déguisés, tous fédéralistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...............En voulant combattre Paris ils se mettent dans la main de Bruxelles........................
      Ah, tiens-donc ! Et durant les deux dernières grandes guerres ce sont ces "périphéries" qui offrirent les quotas de chairs à canons les plus généreux en sus des forces combattantes nord africaines auxquelles, en signe de reconnaissance de la part de la "Rex Publica", le droit de vote dans les 4 départements d'outre méditerranée n'y fut réservé qu'aux non musulmans, chouette !
      Si Paris n'était pas atteinte d'un nombrilisme aussi infantile q'éculé, peut-être que l'émancipation de ses périphéries annoncerait une source d'inspiration pour commencer à re-coloniser ses propres banlieues où, même certains enfants dits d'indigènes, de souche je précise, ne veulent plus faire d'effort pour s'intégrer.
      On peut mettre nos paradoxes et nos errements sur le dos de Bruxelles, à bons comptes, mais en attendant on ferait peut-être mieux de prendre un balai et de balayer devant notre porte!
      Les gémisseurs ont toujours fourni en temps mouvementés des Marcel Déat et consors, gémissez-donc et vous en arriverez peut-être à vous prosterner devant de nouveaux Fürher ou Laval....

      Supprimer
  9. La zone germanique est fausse, avant napoleon c'était un confetti d'état que l'Angleterre et Bismark ont agrégé avec la trouille qu'un nouveau napo débarque. Les patois en Allemangne existent encore et les accents dignes de nos cousins quebequois...
    Sur la carte de France, on voit que l'auvergne est rattaché à un pseudo pays occitan... J'ai de la famille et des amis en Auvergne, je n'ai même pas remarqué leur accent... l'hymne nationale s'appelle la marseillaise...
    D'un point de vue technique cette carte montre que le danger pour l'Europe Bruxelloise, c'est qu'un semblant de démocratie nationale, je m'explique, si on fait le compte des français, espagnols, portugais et Italiens, on se rend compte que la majorité des l'Europe de l'ouest est latine. en démocratie, c'est le plus nombreux qui dirige. de facto, le barycentre de l'europe devrait être latins
    Les teutons et les anglais savent depuis toujours qu'il faut diviser pour mieux regner, cette carte en est un exemple vivant.
    N'oublions pas un autre phénomène qui est que l'Europe de l'Est est une zone d'influence...russe (la tchéquie et le polonais sont des langues slaves) et la religion est orthodoxe ou catholique...
    La minorité Européenne, c'est le literallement le monde anglo-saxon puisque c'est un monde protestant à langue saxonne (parler allemand est très difficile)
    L'Europe est un machin qui veut contrecarrer cette vérité et fait tout pour foutre le bordel dans les zones latines et orthodoxes à travers des concepts financiers forcément perdant face aux mondes anglo saxons, son dieu dollar et son fils euro

    RépondreSupprimer
  10. Euh.................!
    "Frankreich", au départ ce sont des germains qui, avec Clovis, ont établi un pouvoir dans l'ancien espace gallo-romain avec la bénédiction de la sainte église apostolique et romaine. La langue de Corneille est un latin parlé par des germains avec, entre autre, un soupçon de gascon noir (latin parlé par des basques à l'origine)....
    Ensuite ce fut la politique de la Maison de France de bien diviser jusqu'à cent principautés l'espace germanique. Donc les leçons de morale, à d'autres !
    La langue de Goethe est aisée pour les locuteurs de la langue de la dame de fer disposant aussi d'une certaine pratique de langues comme l'arménien ou le basque...
    D'où l'intérêt d'apprendre des langues, même pour les français !!!!
    Le droit était rédigé en français jusqu'à la fin du XVIII ième siècle en Grande Bretagne.... Aboukir, Trafalgar, La Berezina, Vitoria et Waterloo eurent raison de l'emprise du siècle des lumières sur le reste du monde .Amen!

    RépondreSupprimer
  11. "Ensuite ce fut la politique de la Maison de France de bien diviser jusqu'à cent principautés l'espace germanique"
    Ah bon, qd cela, la France a dû ferailler dur pendant des siècles avec les anglois, les espagnols, les bourguignons et par magie vous trouvez que nous avons fait les états germaniques... je suis preneur d'un lien allant dans ce sens
    "au départ ce sont des germains qui, avec Clovis, ont établi un pouvoir dans l'ancien espace gallo-romain avec la bénédiction de la sainte église apostolique et romaine"
    Clovis avait une grande armée basée sur 7500 cavaliers germains, ces derniers ont vite compris que s'ils voulaient durer, il fallait faire semblant de devenir latins d'où conversion aux cathos et assimilation. Sans cela, ils auraient tôt ou tard dégagé car l'eglise catho auraient trouvé un nouveau parrain

    RépondreSupprimer
  12. Et la guerre de trente ans ?
    DE 1618 à 1648, le territoire allemand, l'ex Saint empire est en proie à une guerre à caractère plutôt confessionnel où la Maison de France joue un rôle "ambiguë et louvoyant". en effet jean du Plessis (Cardinal Richelieu) bien que luttant contre les protestants sur le territoire français soutient par voies diplomatiques et nombreux subsides les princes protestants allemands en espérant ainsi réduire la puissance de la Maison de Habsbourg. Avec le traité de Westphalie en 1648, l'autorité pastorale cède la place à une pluralité d'états.L'affaiblissement de l'Empire ouvre la porte à l'avènement d'états modernes préludes aux droits des peuples à disposer d'eux-mêmes. Dans le bilan de cette guerre, outre la montée en puissance de la Maison de Brandebourg avec l'acquisition de la Poméranie, base de la future Prussie, c'est surtout la France qui sort la plus gagnante. En effet, même si l'autorité pastorale déclinée au travers d'Empire semble décliner, la Maison de France ne connait plus qu'une concurrente sur l'autel des puissances affiliées à l'Eglise de Rome, c'est la Maison d'Autriche. en outre si l'Europe centrale compte des pertes démographiques proches des 60%, la France va voir son hégémonie s'affirmer sous Louis XIV par des acquisitions territoriales non négligeables comme la Franche Comté, l'Alsace, l'Artois et au sud le Roussillon.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.