jeudi 11 avril 2013

Et hop, on retartine une couche de mensonge

Cahuzac:Moscovici aurait su en décembre
Le Figaro, 11/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici avait envoyé une mission secrète en Suisse et connaissait depuis décembre 2012 l'existence du compte suisse de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, écrit aujourd'hui Valeurs actuelles.

Selon l'hebdomadaire, l'équipe d'une quinzaine de fonctionnaires, notamment de la Direction nationale d'enquêtes fiscales, a agi de façon parfaitement légale et n'a eu aucune difficulté à obtenir la confirmation recherchée.

Hier :
Pierre Moscovici : "personne dans le gouvernement ne savait avant les aveux de Jérôme Cahuzac"


Jusqu'au bout !

6 commentaires:

  1. alors qu'est ce qui a décidé cahuzac de tout avouer?un coup des suisses ou des autrichiens?(qui veulent préserver le secret bancaire)

    RépondreSupprimer
  2. En parlant de mensonges, en voici 4 de la part de nos banquiers :

    http://goldup.fr/2013/04/mensonges-des-banquiers.html

    Un confrère blogueur qui vous suit depuis 2 ans...

    Amicalement

    RépondreSupprimer
  3. Cet article sur la chute de Cahuzac est... troublant. Je ne sais pas si c'est vrai mais en tout cas, ça justifierait pas mal de choses et entre autre cette fameuse revue de troupes par Hollande où les armes avaient été démilitarisées. Tout cela commence à sentir très fort...

    http://www.tdg.ch/monde/europe/L-armee-aurait-precipite-la-chute-de-Jerome-Cahuzac/story/14281085

    RépondreSupprimer
  4. Il y a bien eu un revirement. Depuis des mois on disait que le budget militaire allait douiller.

    Et là, quand Neuneu est passé à la télé, il a clairement dit que le budget mili serait préservé...

    Autre question : pourquoi Cahuzac et pourquoi maintenant ?

    L'intérêt de l'affaire Cahuzac c'est de comprendre qu'en fait... comme c'est un petit cercle, tout le monde est au courant.

    Exemple : l'avocat de fabius qui est l'associé de l'avocat français qui faisait des montages à la banque suisse, etc.

    Donc quand une info sort du "cercle"... il y a une raison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui en général c'est un réglement de comptes entre loges rivales, comme dans l'affaire de l'ARC.

      Les gros sous et le partage des territoires mafieux, quoi.

      Supprimer
  5. Mercredi 3 avril 2013 :

    Fabrice Arfi : « Pierre Moscovici a tenté de blanchir Cahuzac ».

    Après quatre mois de dénégations, Jérôme Cahuzac a admis détenir un compte à l’étranger, déclenchant une crise politique.

    Fabrice Arfi, le journaliste qui a mené l’enquête pour Mediapart, a répondu en direct à vos questions.

    Mez : Pensez-vous que Hollande était au courant et a essayé d'étouffer l'affaire ?

    Fabrice Arfi : Bonjour à tous... Pour répondre à la question beaucoup posée sur la connaissance par la présidence de la République des faits aujourd’hui reprochés à Jérôme Cahuzac, nous pouvons dire que, à ce jour, factuellement, rien ne nous permet d’affirmer que monsieur Hollande était informé, et depuis quand, du compte suisse de son ancien ministre du Budget.
    Cela étant, la question se pose évidemment, parmi de nombreuses autres. Le fait est que François Hollande, comme tous les gens qui lisent Mediapart, était au moins informé depuis début décembre et la publication de nos premières révélations d’un faisceau d’indices graves et concordants, visant l’ancien ministre.
    En revanche, il est apparu qu’un membre important du gouvernement, le ministre des Finances Pierre Moscovici, de concert avec Jérôme Cahuzac, a mis en branle fin janvier les moyens de l’Etat pour tenter de blanchir de manière factice l’ancien ministre, en diligentant ce que l’on appelle une demande d’entraide fiscale administrative avec la Suisse. Monsieur Moscovici a publiquement assumé sur France Inter la paternité de cette opération, et a dit que la soi-disant réponse des Suisses n’ébranlait pas ses certitudes sur l’innocence de monsieur Cahuzac.
    Des journaux sont même allés jusqu’à titrer : «La Suisse a blanchi Cahuzac», alors qu’aucun journaliste n’a eu entre les mains le fameux document des Suisses, et que l’on sait aujourd’hui que les questions posées par l’administration fiscale française (dont monsieur Cahuzac avait la tutelle), n’étaient pas formulées correctement. Je rappelle que cette tentative de blanchiment orchestrée depuis Bercy a eu lieu alors qu’une enquête judiciaire était en cours depuis plus de deux semaines. Cela apparaît très clairement aujourd’hui comme une étonnante tentative de hold-up sur une enquête en cours. Et l’on voit bien à quel point les aveux foudroyants de monsieur Cahuzac viennent à eux seuls briser cette manœuvre.

    http://www.liberation.fr/politiques/2013/04/03/cahuzac-hollande-pouvait-il-ignorer-la-verite_893326

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.