lundi 8 avril 2013

Fabius dément posséder un compte en Suisse

Fabius dément posséder un compte en Suisse
Le Figaro, 08/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le ministre des Affaires étrangères entend couper court à «une rumeur relayée par Libération» dans son édition de lundi. Le quotidien affirme que Mediapart possède les preuves de l'existence d'un tel compte, ce que le site internet dément également.

«Affaire Cahuzac, le cauchemar continue», affirme lundi la Une Libération, qui croit détenir une «bombe politique». Sous le titre: «Une possible affaire Fabius tétanise l'Elysée», le quotidien explique dans un long article (lien payant) que l'Elysée panique depuis trois jours. La raison de ces craintes? «Mediapart aurait en sa possession les preuves que Laurent Fabius détient un ou plusieurs comptes en Suisse», précise Libération, au conditionnel. «On est au-delà de la panique, c'est de la tétanie, mais il ne faut rien en dire», confie un conseiller ministériel au quotidien sous le couvert de l'anonymat.

La rédaction de Mediapart, qui a révélé que Jérome Cahuzac possédait un compte bancaire en Suisse puis à Singapour, a démenti posséder de telles informations. Interviewé par Europe 1 lundi, Edwy Plenel a indiqué «n'avoir rien à dire tant que nous n'avons rien publié. Nous sommes des journalistes sérieux. Nous ne publions que ce dont nous sommes sûrs. C'est ce qui s'est passé dans le cas de Cahuzac (...) Ce ne sont que des rumeurs, l'ennemi du journalisme.»



A suivre...

11 commentaires:

  1. Hachis Parmentier8 avril 2013 à 10:50

    liberation veut discréditer médiapart. les chiens de garde sont pret a tou pour proteger le gouvernement

    RépondreSupprimer
  2. Juste une idée comme çà:
    Libe devrait peut-être mettre ces journalistes au travail ...

    RépondreSupprimer
  3. Ah, Fabius, ses Ferrari (au nom de sa femme), le sang contaminé, toussa...

    C'est beau les politiciens de France !

    RépondreSupprimer
  4. Libé n'aurait rien publié de tel si des confirmations officieuses de l'Elysée n'existaient pas...

    RépondreSupprimer
  5. droit dans les yeux ... je n'ai pas de compte en Suisse ! MDR

    RépondreSupprimer
  6. Il faut lire le papier de Libé. Dire qu'il n'y a pas d'"info" dedans est erroné.

    Ils affirment, en citant des conseillers, qu'il y a depuis quelques jours une grande agitation à l'Elysée, plus des rumeurs au sujet de Fabius.

    Donc il n'y a peut-être pas de lien entre les deux, mais en tout cas ils s'agitent. La question est donc : Pourquoi ?

    Deuxièmement, les gens perdent le sens commun dans cette affaire, et la mémoire.

    Il faut remettre la Suisse dans le contexte historique !

    Il y a 50, 60 ans... de nombreux étrangers possédaient des comptes en Suisse.

    Le pays était vu comme une sécurité, une garantie. Des gens pouvaient placer des avoirs en suisse, pas pour "frauder" le fisc... mais pour se garantir contre des risques politiques par exemple.

    Mettez vous à la place d'une grande famille juive, collectionneurs de tableaux... Vous auriez fait quoi par exemple après 1945 ? Hein ?
    Le bon sens commandait de mettre de l'argent à l'abri ! Pas pour frauder le fisc, mais à l'abri.

    Fast forward dans le temps. En 1970 ? Les années de plomb en Italie. Un riche entrepreneur italien aurait trouvé normal de planquer des cacaouètes en Suisse. Et la révolution des oeillets au Portugal? Vous n'auriez pas choppé les chocottes ?

    Fast forward. 1981. La grande peur des ministres "communistes". plus le matraquage fiscal à venir. Là aussi, de nombreux français choisirent le chemin de la sûreté.

    etc. etc.

    Multipliez ces périodes historiques, par autant de pays européens (voir en dehors de l'Europe) et vous obtenez de très nombreux... comptes bancaires ouverts en Suisse ! Ouverts pour de nombreuses raisons.

    Le problème c'est que les gens voient cette situation avec le cadre actuel, et uniquement avec le cadre actuel, c'est à dire moralisme, éthique, la chasse aux paradis fiscaux, aux riches etc.

    La bottom line est évidente : de nombreux français avaient des comptes en suisse depuis longtemps. La question : les ont ils fermés ? Ou pas ?

    Le hiatus il est là aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question est surtout : Les ont-ils déclarés ?

      Supprimer
    2. ben la suisse c'est bien pratique pour aller chercher du cash quand on est français et qu'on habite dans l'est.quand t'as un compte a singapour il vaut mieux avoir une carte bleue anonyme mais je suppose que c'est craignos,il parait que les gestionaires restent suisses avec le compte a singapour.londres est cool mais l'état de leurs banques fait peur,ça reste un grand paradis fiscal.le secret fiscal suisse ne sera pas levé,tous les dirigeants europééns y ont intéret,voyez la taille des agences de lobbyisme a bruxelles,tout ça alimente les comptes de nos dirigeants

      Supprimer
    3. "Mettez vous à la place d'une grande famille juive, collectionneurs de tableaux... Vous auriez fait quoi par exemple après 1945 ? Hein ?
      Le bon sens commandait de mettre de l'argent à l'abri ! Pas pour frauder le fisc, mais à l'abri."
      J'espère qu'on a le droit de rire quand même !!!!
      Entre libéra Sion et média Fart, c'est une affaire communautaire ;o)

      Supprimer
  7. Sans doute non.

    Rappelons en outre que cette obligation totalitaire de tout déclarer est récente...

    Bref... C'est une certitude. Les années ont passé, ça file... et maintenant... des français ont toujours un compte là bas...

    Si ce sont des politiciens, eh bien ils sont cuits.

    Un anonyme s'il se fait gauler paiera des amendes. Mais un politicien...

    A trop jouer avec leur hochet du politiquement correct, leur hystérie anti libérale, anti riche... ils n'ont pas compris que ça deviendrait robespierre mangeant ses propres enfants.

    Et ça c'est jouissif.

    RépondreSupprimer
  8. Chez Reyl, “des dizaines de personnalités françaises…”

    L’établissement suisse de Cahuzac, Reyl & Cie, a procédé au transfert à Singapour, fin 2009, de plusieurs dizaines d’autres comptes secrets de personnalités françaises de la politique, du sport et du showbiz.

    L’homme qui parle ne veut être ni “cité” ni “identifié”. Banquier en Suisse, sa discrétion est l’assurance de sa tranquillité. Mais ce qu’il sait donne le tournis alors que vient d’éclater la bombe Cahuzac.

    “La banque Reyl, à l’automne 2009, juste avant la date du 1er janvier 2010, à laquelle la Suisse allait devoir appliquer des conventions d’entraide judiciaire internationale avec la France, s’est livrée à de vastes transferts de comptes, entre autres, vers Singapour, assure-t-il. Tout le monde en interne a été mobilisé pour cette opération concernant tous les comptes non déclarés. Parmi eux, il y avait le compte de Jérôme Cahuzac, mais aussi plusieurs dizaines d’autres français. Des personnalités de la politique, du sport et du show-biz. Je connais certains noms… Certains vous surprendraient.”

    Fondée par Dominique Reyl, le demi-frère d’Hervé Dreyfus, le gestionnaire de fortune de Cahuzac, Reyl & Cie gère, depuis 1973, de discrètes fortunes qui cherchent à se défiscaliser. En sept ans, depuis 2006, ses fonds sous gestion ont explosé, passant à 6 milliards d’euros.

    Accusé par Mediapart d’être la deuxième voix de la cassette Gonelle, Hervé Dreyfus, depuis décembre dernier, se mure dans le silence. Jérôme Cahuzac avait jusque-là juré à ses proches qu’il ne le connaissait pas, “sauf pour une consultation sur son cuir chevelu”. C’était donc faux. Il l’avait rencontré par son frère, Antoine Cahuzac, longtemps en poste à HSBC.

    Gestionnaire de portefeuilles chez Raymond James Asset Management à Paris, Hervé Dreyfus dirigeait ses clients fortunés chez Reyl & Cie et son demi-frère en Suisse lorsqu’ils souhaitaient défiscaliser leurs avoirs. “Cahuzac nous avait juré que Dreyfus, selon lui, était proche de Sarkozy et gérait même les fonds d’un de ses lieutenants”, confie un des anciens collaborateurs de l’ex-ministre du Budget.

    Interrogé samedi par le JDD, le lieutenant en question de l’ancien président de la République “dément de façon catégorique”… Reste qu’il reconnaît au passage qu’ ”Hervé Dreyfus, via sa femme, dont il est aujourd’hui divorcé, a été très proche de Cécilia Attias”.

    Une information confirmée à Genève : “Hervé Dreyfus, qui n’est pas ni un bavard ni un vantard, ne s’est jamais caché d’être un intime de Nicolas Sarkozy et de sa première épouse”, indique un banquier.

    Rien ne dit qu’une proximité amicale entraîne des placements financiers offshore, mais dans ce milieu où le relationnel compte beaucoup, il y a fort à parier que le carnet d’adresses d’Hervé Dreyfus recoupe en partie celui de l’ancien couple présidentiel.

    Une autre personnalité de l’UMP, l’ancien sénateur Paul Dubrule, président du conseil de surveillance du groupe Accor et retiré en Suisse depuis 2006, a également eu des comptes dans l’établissement.

    “À ce stade, le juge Van Ruymbeke n’est pas saisi d’une enquête sur Reyl & Cie, mais sur M. Cahuzac. S’il devait découvrir d’autres placements suspects français, il avisera”, indique une source judiciaire. “Lors de la perquisition chez Reyl du 22 mars dernier, rien d’autre que les documents liés à M. Cahuzac n’a été saisi”, précise-t-on au parquet de Genève.

    Comme une centrale nucléaire ayant perdu son dôme de protection, la lessiveuse Reyl & Cie promet un nuage radioactif pour “plusieurs dizaines” de fortunes françaises.

    http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/Chez-Reyl-des-dizaines-de-personnalites-francaises-600615

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.