jeudi 4 avril 2013

Faut-il renoncer à la démocratie ?

Sans surprise, l'oligarchie babelienne se prépare à se séparer des derniers vestiges de démocratie, et à transformer la République en Empire pour continuer son agenda luciférien...

Faut-il renoncer à la démocratie ?
La voix de la Russie via Le blog à Lupus, 01/04/2013 (en Français texte en français )
? lien
EXTRAITS:

« Faut-il supprimer la démocratie » est une citation du « sage et démocrate » Jacques Attali. Celui-ci a en effet le 18 mars dernier signé un article absolument incroyable où il pose la question de l’opportunité de songer à appuyer, aider et compléter les structures et institutions démocratiques afin de pérenniser leur efficacité.



Jacques Attali prend l’exemple de l’élection verticale et à vie du pape, puis de l’élection de la nouvelle présidence chinoise pour 10 ans, en remarquant que les deux fonctionnent selon le principe du parti unique, en portant au pouvoir quelqu’un du sérail sans consulter le peuple. Ensuite, il constate les échecs du système démocratique italien incapable de permettre l’émergence d’un gouvernement stable après les élections législatives du mois dernier. L’Italie serait d’après lui l’exemple type de l’échec du fonctionnement des systèmes démocratiques, le politique étant contraint de sacrifier l’avenir à long terme du pays (en aggravant la situation économique) pour assurer sa réélection.

Serait-il tombé sous le charme des partis uniques parce que la démocratie montre ses limites?

Pas du tout, il propose une troisième voie. Construire (en parallèle des institutions démocratiques) de nouvelles assemblées consultatives, composées de gens choisis, qui nommeraient des responsables à des niveaux plus élevés, ces derniers constitueraient une assemblée consultative nationale, en charge de conseiller les pouvoirs démocratiques. Ces assemblées seraient toujours selon lui destinées à équilibrer des pouvoirs politiques qui seraient mieux en mesure d’exécuter leur mission: la gestion de la « cité ».

Il ajoute qu’il y a urgence à ce que des gens (des « sages » n’en doutons pas NDLR) prennent le relai des politiques élus car les risques seraient réels puisque « les multiples fondamentalismes sont présents et ils rodent autour du lit de la démocratie ». Il conclut: « Si on veut sauver l’essentiel de la démocratie, c’est à de telles audaces qu’il faut commencer à réfléchir ».

Il faut peut-être lire entre les lignes et traduire: Nous (l’oligarchie) allons devoir un peu plus confisquer la démocratie et permettre à des gens mieux « choisis » de diriger nos pays.

Utopie? Usine à gaz avec de nouvelles assemblées commissions et comités divers salariés par les états démocratiques ? Il faut prendre très au sérieux les « audaces » proposées par Jacques Attali, parce qu’il existe déjà des comités qui pensent et décident à la place des élus du monde occidental.

Le 29 mars 2013, le président de Goldman Sachs a confirmé que le problème principal de l’UE était non pas Chypre (ou un pays comme la Grèce dans lequel le peuple est simplement en train de mourir NRDL) mais l’Italie d’aujourd’hui avec le facteur Grillo. Le troublant italien, sorte de Coluche politique, empêcherait en effet l’honnête establishment financier international d’achever sa prise de contrôle des états en faillite. Un processus qui comme on peut le voir ici est pourtant bien entamé et démontre, s’il le fallait, que c’est un comité d’anciens employés de la banque Goldman Sachs qui a pris les commandes des centres de décision du monde de la finance en Europe. Est-ce la meilleure des solutions pour l’Europe? Le pauvre Beppe Grillo avait même eu droit au début de ce mois à un billet corrosif à son égard sur le blog de notre « sage » dans lequel il était montré du doigt comme un danger pour l’avenir de l’Europe. »

http://french.ruvr.ru/2013_04_01/Faut-il-renoncer-a-la-democratie/

13 commentaires:

  1. ......« Si on veut sauver l’essentiel de la démocratie, c’est à de telles audaces qu’il faut commencer à réfléchir ».....
    Jacques Attali initiateur d'audaces ?
    Vraiment, on aura (presque)tout lu, vu et entendu dans ce pauvre hexagone devenant au fil du temps toujours plus exsangue au niveau des idées nouvelles, voire, révolutionnaires. En tout les cas, si Jacques Atali a pu avoir été un sans culotte dans une vie antérieure, il ne lui en reste pas grand chose !

    RépondreSupprimer
  2. Attali est définitivement un con... ou alors le peuple est devenu trop bête pour accepter un dictateur sans que celui ci donne quelque chose en retour...

    Historiquement, pour qu'un dictateur dure, il lui faut des résultats économiques.
    Peu importe comme il les obtient (ceux d'Hitler mènent fatalement à la guerre), il lui en faut pour faire accepter aux gens de renoncer à leur liberté.

    Le cas Franco est un modèle du genre.

    Si les résultats ne sont pas là, le dictateur ne peut que recourir à la force ou à la misère pour occuper l'esprit des gens... rappelez moi, en France, combien de policiers+gendarmes+militaires ?

    RépondreSupprimer
  3. une administration parallèle, composée de gens sages !
    Ce type est malade ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les salauds ne sont pas des malades.

      Supprimer
  4. La réponse est... OUI.

    Regarde le dernier délire : le trésorier de la campagne de Hollamou... est mouillé aux Iles Caimans !

    http://tinyurl.com/cs6dn23

    Je dis bien "mouillé" car il n'y a pas de "business legit" là bas. Mais que de l'off shore sale, des magouilles, mafia et dope.

    Voilà où en est...

    Le Grand Déballage commence.

    La Ripoublique doit sauter.

    RépondreSupprimer
  5. C'est pourtant bien simple : tout est expliqué et visible !
    Investissez donc 23 € dans les mémoires de David Rockefeller (éditions de Fallois) - rassurez-vous, il n'a pas besoin de vos petites tunes.
    Lisez au moins le chapitre 15 "La création d'un banque à l'échelle mondiale" et le chapitre 27 "Internationaliste et fier de l'être".
    Mais tout est passionnant !
    Le luxe du système est de tout dire, tout montrer, cela ne touche que les initiés, c'est à dire ceux qui savent faire la différence entre une vessie et une lanterne, entre le réel, sa simulation et enfin, son simulacre (qui à lu "Simulacre et simulation" de Jean Baudrillard pourtant ouvertement montré dans Matrix et cité abondamment par les frères Wachowski ?).
    Si vous voulez savoir ce que vous allez devenir, faites un voyage au US, observez l'américain moyen, gros, craintif, moutonnier, abruti de consommation, inculte, bref, un tiers du meilleur des mondes, un tiers de 1984, un tiers de Globalia, et Peillon, Vallaud-Belkacem et Taubira ont cette mission et vont s'en acquitter sous la houlette de François 1er de Hollande.
    Good Luck boys !

    RépondreSupprimer
  6. Avant Attali faisait encore semblant de maquiller la chose en parlant d'hyper-démocratie. C'est à dire un chef d'état européen (voir mondial soyons fous) élu au suffrage universel.
    Maintenant ils y vont franco et n'hésitent plus à balayer les derniers éléments qui régissaient l'ancien monde.

    RépondreSupprimer
  7. Le plagiaire servile ne fait qu'imaginer un système, non dictatorial d'ailleur, qui chercherait à optimiser l'efficacité du gouvernement de la société, et ce avec un contrôle effectif du peuple qui serait plus efficace qu'aujourd'hui. Cela relève évidemment du conditionnel.

    Si l'on se plaint du système actuel il faut bien en proposer d'autres entre lesquels choisir.

    --neuneu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais!!!
      Et un vrai retour vers une démocratie populaire plutôt qu'élitiste, ça te dis quelque chose, frère neuneu ?

      Supprimer
    2. >> Et un vrai retour vers une démocratie populaire plutôt qu'élitiste, ça te dis quelque chose, frère neuneu ?

      oui, ça me rappelle d'une part une bonne expérience sur la nature humaine vécue lors d'un tirage au sort comme juré aux Assises (sur liste électorale). Au second tirage au sort (au TGI), une moitié des personnes convoquées ne s'est pas présentée, de manière illégale d'ailleurs, avec des motifs divers et variés : "vacances de ski, je bosse moi monsieur, jambe cassée (avec certificat médical établi par un médecin ... pour son propre compte !)".

      et, d'autre part, mes activités associatives benévoles : nombreux sont ceux à profiter des services (c'est bien le but !), trop nombreux à en critiquer le fonctionnement sans y participer (même type d'excuses : je bosse, les enfants, ...) puis se plaindre quand ceux qui contribuent s'en vont.

      Alors la démocratie populaire (je sens l'euphémisme), je n'y crois guère, tout comme je ne crois guère à la version élitiste. Une version Attali (que je n'apprécie guère) qui mélange les deux me semble praticable, il faut, me semble-t-il, que le peuple puisse dire non et poser un véto ainsi que proposer des lois par votation ou provoquer un référendum sur tout sujet.

      --neuneu.

      Supprimer
  8. S'il y a bien un symbole de la "crise" c'est la dernière photo, celle où sont les deux mutilés sexuels. C'est vraiment touchant !

    RépondreSupprimer
  9. Pour renoncer à quelque chose, il faut auparavant que cette chose existe.

    JP

    PS : il y a une alternative ici, http://etienne.chouard.free.fr/Europe/

    RépondreSupprimer
  10. ça vire à la parano.

    Je ne peux pas piffrer Attali depuis que je l'ai entendu flatter le plus bas instinct dans une sorte de cercle juif : Jérusalem capitale du monde.

    Cependant, vous avez bien lu le papier ?

    On peut lui reprocher son élitisme (normal vu la culture du peuple élu) mais son assemblé CONSULTATIVE, c'est justement pour SAUVER la démocratie qui le moins que l'on puisse dire est mal en point et de toute évidence souffre de court-termisme et de clientélisme.

    Il prend bien soin de préciser : "leurs membres ne seraient pas rééligibles" et c'est la base de tout.

    Bref, les mots ont un sens, que vous fassiez une lecteur entre les lignes OK, mais il n'a certainement pas conclu qu'il faille "renoncer à la démocratie", bien au contraire.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.