vendredi 26 avril 2013

Gérard Dalongeville : "Cahuzac, ce n’est que le début"

Gérard Dalongeville : "Cahuzac, ce n’est que le début"
Valeurs Actuelles via Egalité & réconciliation, 26/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
L’ancien maire socialiste d’Hénin-Beaumont a passé plus d’un an en prison. Aujourd’hui, il parle. Pour lui, l’affaire Cahuzac est le détonateur d’une gigantesque affaire d’État.

7 commentaires:

  1. Ce n'est qu'un début ? Bof...
    Plus aucunes info sur les off shore leaks.
    Aucune suite à la déclaration de Médiapart selon laquelle "Moscovici savait depuis décembre."

    Depuis l'affaire Ferry, on a compris que toute affaire qui sent trop la poudre peut être étouffée relativement facilement.

    RépondreSupprimer
  2. Oui. Aucun esprit de suite.

    Et surtout, de la part des ex insiders comme Dalongeville, une grande gueule et rien derrière. Rien de concret.

    S'ils savent des choses, ont des preuves, qu'ils balancent la purée, ou alors bien alors qu'ils ferment leur gueule.

    Remonter aux temps de la SFIO est grotesque. C'est enfoncer des portes ouvertes.

    On parle de maintenant. 2013.

    Alors ?

    RépondreSupprimer
  3. Heureux hasard. Le Monde a un article ce jour.

    Un témoin dans la banque de Cahuzac aurait balancé.

    http://tinyurl.com/bujcono

    Malheureusement, article sur abonnement.

    Quelqu'un y a accès ?

    RépondreSupprimer
  4. Ca tombe bien, je voulais te proposer cette vidéo avec le même Dalongeville : https://www.youtube.com/watch?v=-ZshSTR9k6Y

    RépondreSupprimer
  5. A rapprocher de ce post de Gaetan Gorce, senateur PS de la Nievre :
    http://gorce.typepad.fr/blog/2013/04/la-crise-dun-syst%C3%A8me.html

    "Je le dis sans ambages, et d'autant plus à l'aise que je n'ai cessé de le dénoncer depuis des années : c'est la dérive clanique qui s'est emparée du parti socialiste qui a conduit presque mécaniquement à cette situation.
    DSK, pas plus que Cahuzac, ne sont des accidents. Leur attitude, et plus encore le sentiment d'impunité qui, manifestement, les habitait, sont la conséquence d'un processus d'oligarchisation de l'appareil dirigeant du parti : à mesure que les luttes de clan ont perdu toute dimension idéologique se sont constitués des groupes d'intérêt visant seulement à perpétuer le pouvoir et l'influence de leurs chefs, le cynisme prenant la place des convictions, le rapport de force celle de la confrontation d'idées.

    RépondreSupprimer
  6. Qu'ils soient de gauche, de droite, du centre ou bien des extrêmes, tous ne sont que des oligarques cupides avides de pouvoir. Ils n'ont pas pour vocation à servir leur peuple et ne cherchent que leur enrichissement personnel.

    RépondreSupprimer
  7. Oui mais on va les faire payer croyez-moi !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.