mardi 9 avril 2013

Jean-Marc Daniel sur le Japon

Très intéressant ce que vient d'expliquer Jean-Marc Daniel à l'instant aux experts, en ce moment même, sur le Japon.

Pour lui, la politique japonaise actuelle vise à sauver les retraites en dévaluant les revenus des actifs. L'exact inverse de ce que j'envisageais. Alors que les fonds de retraite ont des revenus en dollars et des dépenses de retraites en yen, baisser le taux de change, c'est sauver ces fonds, et éviter d'avoir à baisser les retraites en nominal. D'après Daniel, Shinzo Abe aurait d'ailleurs fait campagne sur la protection des retraités. Ce serait donc surtout une affaire de redistribution interne, de dévaluation des actifs pour sauver les rentes des inactifs. Dans un premier temps en tous cas, par ce que s'il s'enclenche une course prix/salaires, ça va vite tourner à l'inverse. Intéressant en tous cas.

Sur Thatcher, Madelin et Daniel rappellent que quand elle est arrivée au pouvoir, l'inflation était à 20%, le FMI avait du intervenir, et le pays était totalement bloqué par les grèves.

Certes faut vois où ils en étaient. Mais je me demande tout de même si justement, pour faire repartir le pays, elle n'a pas profité de cette inflation qui a euthanasié la rente.

   EDIT : en fait non, ce que Daniel explique n'est pas du tout contradictoire avec ce que j'expliquais. Tout dépend ce que l'on regarde : le nominal des retraites versées ou bien le rendement réel sur l'épargne en dette publique. Ce dans quoi Abe s'est lancé, c'est une fausse défense des retraites. Le choix consistait entre baisser les retraites sans inflation, ou faire de l'inflation et ne pas baisser les retraites. Mais en terme de pouvoir d'achat des retraites, ça revient au même. En revanche, pour les stocks d'épargne des vieux, c'est pas du tout la même... Et derrière la politique d'Abe, il y a très clairement et ouvertement une volonté de faire de l'inflation, dans les prix et salaires. La soi disant défense du nominal des retraites des vieux cache en fait un rognage de leur épargne... C'est bien un politique ça   


Rappel :

Les revenus et dépenses par âge :


Qui détient la dette publique par âge :

6 commentaires:

  1. Pour voir l'effet de la politique économique de Thatcher, on peut jeter un coup d’œil sur l'évolution du PIB/habitants pour le Royaume-Uni, la France, l'Italie et l'Allemagne entre 1970 et maintenant:

    http://en.wikipedia.org/wiki/File:GDP_per_capita_big_four_Western_Europe.PNG

    Donc bilan pour le moins mitigé: l'UK fait un peu moins bien que les autres jusque vers les années 2000.

    RépondreSupprimer
  2. Concernant les délires japonais, il est inutile de chercher des explications trop complexes, ni des plans machiavéliques sur le long terme.

    Car enfin, tout ce que le gouvernement chercher à faire, à l'image de tous les autres gouvernements, c'est gagner du temps.

    Le yen "fort" était en train de ratiboiser les exports du pays, dans un contexte de ralentissement global en plus.

    Jouer la baisse, sans tenir en laisse le problème des taux d'intérêts sur les obligations souveraines, aurait été suicidaire.

    D'où le pacte avec la BOJ.

    Le fond du problème est finalement TOUJOURS le même : les gouvernements refusent de baisser en nominal les dépenses publiques ! Ils continuent simplement de s'appuyer sur l'endettement.

    En d'autres termes : entre un mouvement long (appauvrissement de la population, mais lentement), et un crash immédiat (brutale hausse des taux, et implosion des économies nationales, et appauvrissement flash)... les crapules politiciennes choisissent la première solution. Mais je doute qu'il y ait derrière des stratégies élaborées pour sauver telle ou telle catégorie de population.

    Il s'agit simplement de gagner du temps, de transformer ce qui serait un échec et mat cinglant et chaotique, en bordello très lent.

    USA, Japon, Europe... la même chose. Les mêmes ressorts fondamentaux : la lâcheté humaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On recherche souvent ici quel est le plan ou l'arrière pensée mais je vois plutôt de l'improvisation pour se faire réélire et comme souvent dans l'improvisation, ça ne marche pas.

      Ah, si seulement ils avaient un plan !

      Il existe par contre des complots bien ciblés style ADM pour la guerre en Irak et une corruption généralisée entre pouvoir et argent (politique et ultra riche/finance).

      Cette dernière étant pour l'essentielle naturelle et absolument pas organisée ou même voulue.

      Supprimer
  3. non pas la lâcheté, la volonté de se faire réélire....la place est bonne.Pour rester au pouvoir il faut être cynique ... après moi le déluge.

    RépondreSupprimer
  4. Ce serait vrai si... l'hypothèse de politiciens "différents" était validée.

    Or... il y un continuum politique. Les têtes changent (on amuse la galerie des veaux avec Obama, Hollande etc.), mais la politique reste la même.

    Ces portes flingues n'ont qu'une seule mission : gagner du temps, faire perdurer le Système (dont ils dépendent tous).

    RépondreSupprimer
  5. J'ai bien peur que personne ici ne comprenne Shinzo Abe, il faut être Japonais pour ça, et c'est très bien ainsi.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.