dimanche 7 avril 2013

Kyle Bass : les retraités japonais vont perdre jusqu'à la moitié de leurs économies

Voila qui abonde parfaitement dans le sens de ce que j'expliquais il ya quelques jours sur le Japon...

Kyle Bass: "Japanese Retirees Will Lose Up To Half Of Their Life Savings"
ZeroHedge, 07/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
While Kyle Bass notably remarks that pinpointing the end of a 70-year debt super-cycle is naive, the combination of the resurgence of nationalism (impacting trade with China) and the dreadful impact of the earthquake/tsunami (drastically changing Japan's supply chain) has secularly shifted Japan's trade balance for the worst at a time when the current account is already negative. "They are all in denial," Bass notes as the government has failed to deal with its problems over the last 20 years.

Simply put, Japan needs a Schumpeterian 'creative destruction' moment instead of the constant rolling of debts and expanding of government balance sheets to paper over the cracks. The 'moment' feels like it is now, he notes, expanding that "JPY could hit 200," as they lose control; following two decades of volatility-smoothing, the chance of a disorderly collapse are high.

Critically, he fears, "the social fabric of Japan will tear," as with one-third of the nations at retirement age, the fallout from the policies of Abe-Kuroda could cause them to "lose 30-50% of their life savings." What is perhaps even more concerning, he adds, "you are starting to see the central banks not trust each other."

At a certain point in time, "nationalist interest takes over the global [G7] kumbaya," and that is occurring now.

"When your debts are 24-times your government tax revenue, you have a secular decline in population, and all of the things are finally catching up to you, what happens when you have a debt crisis?"

Central Banks believe "Devaluation is 'supposedly' the way to freedom"




Et faudrait pas que devant cette faillite annoncée, l'Asie vive son moment première guerre mondiale... Perso, moi j'y crois pas. Comme je l'ai déjà expliqué, la structure ultra fragile avec des noeuds critiques de partout de nos sociétés/économies, ne permet plus d'imaginer que quiconque puisse sortir gagnant d'une guerre majeure... Mais sait-on jamais...
On a vu,lu ,et entendu du Dimanche 7 Avril 2013: En Asie, sur fond de « currency war » les bruits de bottes se font plus intenses!
Le blog à Lupus, 07/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Dans les pays asiatiques, les budgets militaires sont en hausse. Cette escalade augmente le risque de voir un conflit éclater, avec notamment une armée chinoise qui entend exercer une domination en mer de Chine

A l’inverse de l’Europe et des États-Unis, où les dépenses militaires marquent le pas, l’Asie connaît depuis plusieurs années une forte expansion de ses investissements dans l’armement. Selon les divers instituts qui étudient le commerce et les transferts d’armes internationaux, cette tendance devrait perdurer.

Entre 2000 et 2011, la Chine, l’Inde, la Corée du Sud, le Japon et Taïwan «ont presque doublé» leurs budgets consacrés à la défense, note le Center for Strategic and International Studies basé à Washington dans un rapport publié en octobre dernier. En 2011, le budget militaire total de ces pays atteignait 224 milliards de dollars, une somme cependant encore trois fois moins élevée que le budget annuel américain pour la défense, mais un record pour la région.

Si les pays asiatiques figurent en tête des États importateurs, c’est aussi parce qu’en matière de production d’équipements, la région affiche toujours un net retard sur les pays occidentaux et la Russie, qui dominent le secteur.

Cette situation est toutefois appelée à évoluer, estiment les analystes du Sipri, l’ institut international de recherche sur la paix de Stockholm. L’un d’eux, Peter Wezeman, relevait en mars 2012 que «les principaux pays asiatiques importateurs d’armes cherchent à développer leurs propres industries d’armement et à réduire leur dépendance vis-à-vis des sources extérieures d’approvisionnement». Un chemin sur lequel la Chine s’est déjà résolument engagée

8 commentaires:

  1. Oui mais n'oublie pas, tout a changé depuis la bombe atomique ... la guerre n'est plus envisagée pareil.
    Maitenant c'est G4G, guerre 4ème génération.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet Yoananda, comme en Syrie, en Lybie et en Côte d'Ivoire.
      Allez arrête Yoyo tu continues de creuser.

      Supprimer
  2. Le bordello nippon dure depuis... 20 ans.

    Alors il faut garder la tête froide.

    Les Japonais, comme expliqué ici avant, iront JUSQU'AU BOUT.

    C'est dans leur psyché, malgré le déni de quelques bobos idiots utiles, pour qui toutes les cultures se valent, et pour qui des cultures anciennes ne peuvent pas être suicidaires.

    Donc, on connaît la fin (implosion du Japon). C'est une certitude. Il faut simplement reconnaître que les process à l'oeuvre sont longs. Ils peuvent tenir encore quelques années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu parles d'implosion du Japon, tu parles de quoi exactement ?
      D'une implosion de bulle spéculative sur l'immobilier, sur la dette, sur le Nikkei ?
      Oui, bien sur.
      Et alors ?
      Le Japon et ses habitants seront encore et toujours là.
      Fiers et combatifs à continuer à nous tailler des croupières dans le domaine industriel.
      Leur but est de toujours continuer à exporter pour pouvoir payer leurs importations nécessaires : Energie bien sur, mais aussi toutes matières premières et alimentaires car le Japon n'est pas auto-suffisant (d'où la sur-pêche, y compris en baleines excellentes en sushi, je le conseille).
      Le Japon va redémarrer au plus vite ses centrales Nucléaires afin de réduire sa facture de gaz....importé à grands frais de Russie, du MO et bientôt des USA.

      La réduction de la population est une solution efficace pour limiter les factures en ressources naturelles....surtout que ce sont les rois de l'automatisation et de la qualité de fabrication , ce qui réduit en proportion les besoins en main d'oeuvre nécessaire et augmente d'autant le PIB par tête.

      La dévaluation compétitive est leur solution de toujours pour faciliter les exportations.

      Supprimer
    2. Sauf qu'exporter face à la Chine et la Corée du Sud, il fait être ambitieux.
      Et si en plus on revient à du protectionnisme... La situation va devenir encore plus difficile. Faut pas oublier que le Japon s'est ouvert au monde qu'à partir de 1848.
      Et leur puissance industrielle est aussi basée sur un monde dominé par le grand frère US. Si les Us connaissent un effondrement, comme le pense le GEAB, je vois pas trop comment ils vont s'en sortir.
      Et je ne parle pas du problème démographique et de la catastrophe nucléaire qui amha est très largement sous-estimée.

      Supprimer
    3. Et le "bordello" amerloque et le rosbif, ils durent depuis combien de temps ?

      Supprimer
  3. Cela se rapproche de ce que disait Emmanuel Todd: les japonais seraient un peuple à rapprocher des Allemands: obéissants et pleins d'abnégation face aux difficultés que rencontre leur pays.
    @ anonyme de 8h32: j'ai lu ailleurs que c 'est le scénario prévu pour la France, un long épisode de stagflation à la japonaise.Bref que l'effondrement serait plus long et plus lent que prévu.

    RépondreSupprimer
  4. Hey Kyle ! Et les retraités de ton pays, ils vont perdre combien ?

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.