vendredi 19 avril 2013

La Banque de France autorisée à monétiser dans son coin sur le dos des autres membres de l'euro, pour sauver le crédit patate ?

Nouveau : la BCE de Draghi donne pouvoir à la France de battre monnaie
Rue 89, Le Yéti, 17/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
notre Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), vient en catimini, il y a quelques jours, de donner à un pays de la zone euro le droit de battre lui-même monnaie. Et qui plus est de façon quasi « illimitée » (le mot à la mode pour la finance internationale).

Mais attention, pas à Chypre, pas à la Grèce, pas à l’Espagne, pas au Portugal, pas à l’Irlande, pas à l’Italie. Non, à la France. A nous tout seuls ! Et, attention encore, pas dans n’importe quelle monnaie, pas en francs. Non, en euros sonnants et trébuchants (c’est le cas de le dire, comme on va le voir).

Eh bien, les Nouvelles économiques allemandes – Deutsche Wirtschafts Nachrichten (DWN) – ont, elles, des idées bien plus vicieuses, bien plus perverses sur la question :

« Cette action doit empêcher qu’une banque française ne s’écroule. »


Les DWN indiquent qu’une banque française serait particulièrement dans le collimateur, mais sans que son nom soit officiellement indiqué. Les DWN citent trois banques françaises systémiques (BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole), avec mention particulière pour le Crédit agricole (qui a terminé l’année 2012 dans le rouge).

Autrement dit, dans le sauve-qui-peut général, un meurtrier coup de canif vient d’être porté à l’intégrité de la monnaie unique.



L’Euro n’est plus une monnaie unique !
AgoraVox, Aldous, 18/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le cauchemar le plus redouté des Allemands est en train de devenir réalité : La BCE autoriserait la France à faire de la planche à billets illimitée.

Ce sont deux article dans des journaux allemands qui ont révélé l’affaire : Die Welt a publié dimanche un article intitulé « La planche à billets incontrôlable » alors que son confrère l’hebdomadaire Wirtschaftswoche accuse la Banque de France d’être l’éminence grise qui a incité la BCE à violer ses règles de fonctionnement.


http://www.welt.de/finanzen/article112420942/Die-europaeische-Notenpresse-geraet-ausser-Kontrolle.html


http://www.wiwo.de/politik/europa/banque-de-france-die-graue-eminenz-hinter-der-ezb/7599876.html

La BCE a mis en place un marché baptisé STEP qui permet aux banques centrales nationales, comme la Banque de France, d’échanger avec la BCE des actifs toxiques contre de l’argent frais.

En clair, cela veut dire que la Banque de France transforme dans ses compte des titres qui ne valent potentiellement plus que des clopinettes en de bons vrais Euros bien réels.


Les journalistes allemands accusent la Banque de France d’avoir transformé cette lessive artisanale du linge sale des banques françaises en une lessiveuse industrielle afin d’épurer les actifs toxique qui plombent les comptes des quatre plus grandes banques françaises, notamment le Crédit Agricole dont les bilans seraient gravement dans le rouge.

Evidemment l’Euro reste la monnaie commune, mais ce n’est donc plus une monnaie unique. C’est comme si le taux de change entre l’Eurofranc, l’Euro-drachme était fixé arbitrairement comme le fait la Chine pour le Yuan, un équilibre fictif. Voilà donc que réapparait une sorte de « serpent monétaire européen » où chaque pays fait fluctuer le volume de monnaie dans son coin.

Mais cette situation nouvelle n’est pas moins intenable que la précédente. La France évitera à moinre coût la faillite des ses quatre grandes banques en transférant leurs actifs toxiques à la BCE, c’est-à-dire en nationalisant les pertes, mais on ne peut pas imaginer que la France utilise indéfiniment son monopole de faire de la planche à billets sans que l’Eurozone n’explose, soit à cause de la révolte des autres pays qui jouent le rôle de vaches à lait, soit à cause des tensions au sein de ce « serpent monétaire européen » nouveau genre.

11 commentaires:

  1. Bof .... dans deeux semaine ce sera pareil pour l'allemagne qui a aussi toutes ses banques en faillite. La mode americaine quoi ....

    RépondreSupprimer
  2. Ce gros buzz n'étant qu'une bêtise qui l'est tout autant (grosse), je vous invite à lire l'Edito du contrarien de ce jour, expliquant comment les médias se relayant les uns les autres ont tout déformé et monté en épingle à cheveux.

    http://www.lecontrarien.com/

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  3. En tout cas, merci pour cet article explicatif de C.Sannat.

    RépondreSupprimer
  4. Sur le site lecontrarien.com, Charles Sannat écrit :

    "Mais pour le moment la France n’a pas retrouvé sa monnaie. Non nous ne battons pas monnaie. C’est bien la BCE qui créée la monnaie à la plus grande fureur de notre partenaire allemand qui va bien finir par en mettre quelques-uns dehors ou par se sortir eux-mêmes."

    ... oui, c'est bien la BCE qui crée la monnaie ... QUE LA FRANCE LUI ORDONNE DE CREER.

    Voici ce qui s'est produit dans le passé, et ce qui se produit aujourd'hui encore :

    1- Au commencement, il y a les gigantesques banques françaises, que nous connaissons tous. Problème : ces gigantesques banques françaises ont dans leurs livres des centaines de milliards d'euros d'actifs pourris.

    2- En voyant l'étendue du désastre, les dirigeants politiques de la France font un marché avec les banques françaises et ils leur disent :
    "Donnez-moi toutes vos merdes, je vous en débarrasse, je vous donne des dizaines de milliards d'euros "propres", mais ensuite avec ces milliards d'euros "propres", je vous ordonne de m'acheter les obligations de l'Etat français."

    3- Les patrons des banques françaises acceptent, trop contents de se débarrasser de leurs merdes. Ils donnent les merdes à la Banque de France.

    4- Ensuite, les dirigeants politiques de la France téléphonent à Mario Draghi : "Allo, Mario. On va te donner les merdes des banques françaises, et toi en échange, tu vas nous donner des dizaines de milliards d'euros, tout beaux, tout neufs, tout propres."

    5- Mario Draghi répond : "Ma non, qué ça cé pa possiblé !"

    6- Alors les dirigeants politiques de la France répondent à Mario Draghi :
    "Donne-nous des euros, sinon les banques françaises font faillite. Si les banques françaises font faillite, l'Europe explose. Et ce sera toi le seul responsable. Alors tu fermes ta gueule, tu ne dis rien à personne, et tu nous donnes ces dizaines de milliards d'euros."

    7- Mario Draghi obéit à l'ordre des dirigeants politiques de la France. La Banque de France donne à la BCE les merdes des banques françaises. En échange, la BCE donne à la Banque de France des dizaines de milliards d'euros, qui sont ensuite donnés aux banques françaises, qui ensuite les utilisent pour acheter les obligations de l'Etat français.

    8- Le taux d'emprunt de la France baisse. Et tout le monde est content ...

    ... sauf Mario Draghi et les journalistes allemands, mais on s'en fout.

    Ce genre de chantage à l'apocalypse, ça marche toujours.

    La BCE crée la monnaie que la France lui ordonne de créer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "...à la plus grande fureur de notre partenaire allemand qui va bien finir par en mettre quelques-uns dehors ou par se sortir eux-mêmes."
      Que l'Allemagne sorte la première de cette mascarade new-yorkaise, j'ai toujours pensé cela !

      Supprimer
  5. Ca n'a aucun sens. Et ce n'est absolument pas un scoop. Pour une raison très simple : c'est ce que la BCE faisait déjà avec les banques commerciales !

    Le mécanisme par lequel une banque refile du papier pourri à "prix facial" à la BCE comme "collatéral / garantie" pour des prêts en vrai cash... c'est quoi ?

    Le LTRO, 1000 milliards d'euros ! Une paille !

    Et le principe selon lequel la BCE ne cesse de reconduire / rallonger ses premiers programmes d'urgence sous Trichet ? C'est quoi ? Kif kif.

    Car, et le LTRO a été conçu pour cela : la banque commerciale A achète le papier de son souverain A, et le refile à la BCE en "garantie" etc.

    Ces articles sensationalistes (que BA a refilé avec joie) sont absurdes dans le sens où il dénonce sur le mode conspiration ("en catimini", "les allemands ont accepté") des pratiques déjà existantes, et depuis longtemps.

    Et ne parlons même pas de l'OMT.

    Ni du FESF.

    Donc il n'y a rien de neuf sous le soleil. A part la volonté adamantine du Système pour prolonger le Mythe, la Grande Illusion, le ponzi, le Potemkine... "coûte que coûte" (les propres mots de Draghi).

    Rien de plus énervants que de voir des neuneus aujourd'hui qui font semblant de découvrir que l'eau ça mouille !

    Car en plus, et c'est l'ironie suprême, ils sont incapables d'en tirer les conséquences logiques : le Système ne s'effondrera pas car justement il est pourri jusqu'à la moelle.

    Logique paradoxale, mais imparable, largement hors de portée de Rue 89 et de BA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage, car à l'instar des Inconnus qui suivaient la Guerre Mondiale dans le Monde, on aimerait bien que ça commence à pêter ici. Allez, on veut voir des politiciens sortir de leurs gonds et perdre patience, paniquer et commettre faux pas sur faux pas, histoire de faire bouger les lignes...

      Supprimer
  6. Le neuneu "ANONYME" écrit :

    "Car en plus, et c'est l'ironie suprême, ils sont incapables d'en tirer les conséquences logiques : le Système ne s'effondrera pas car justement il est pourri jusqu'à la moelle."

    Le Système européen s'effondrera, comme toutes les constructions supranationales.

    A propos de la fragilité des constructions supranationales :

    Tchécoslovaquie :
    28 octobre 1918 : naissance de la Tchécoslovaquie.
    31 décembre 1992 : mort de la Tchécoslovaquie.
    Durée de vie de la Tchécoslovaquie : 74 ans et deux mois.

    Autriche-Hongrie :
    30 mars 1867 : naissance de l’Autriche-Hongrie.
    12 novembre 1918 : mort de l’Autriche-Hongrie.
    Durée de vie de l’Autriche-Hongrie : 51 ans et sept mois.

    URSS :
    30 décembre 1922 : naissance de l'URSS.
    26 décembre 1991 : mort de l'URSS.
    Durée de vie de l'URSS : 69 ans.

    Yougoslavie :
    29 novembre 1945 : naissance de la Yougoslavie.
    3 juin 2006 : mort de la Yougoslavie.
    Durée de vie de la Yougoslavie : 60 ans et six mois.

    Union Européenne :
    25 mars 1957 : naissance de la Communauté économique européenne (future Union européenne).
    ___________ : mort de l'Union européenne.
    Durée de vie de l'Union européenne : _______ ans.

    RépondreSupprimer
  7. Pour comprendre la réaction de Bruno A, cet article se doit d'être rapporté en complément sur le sujet:

    http://chevallier.biz/2013/04/step-et-tcn/#comments

    J'ajoute : la passivité des instances de régulations internationales financières confirme un déficit chronique et irresponsable de leurs prérogatives qui remettent en cause leurs raisons d'être.

    Nous sommes tous des €uro-Grecs-Chypriotes, reste un avis au mal comprenant.

    Misère.

    RépondreSupprimer
  8. "Car en plus, et c'est l'ironie suprême, ils sont incapables d'en tirer les conséquences logiques : le Système ne s'effondrera pas car justement il est pourri jusqu'à la moelle."

    Phrase totalement ABSURDE.

    RépondreSupprimer
  9. Le système ne s'effondrera car nous accepterons, pour l'immense majorité d'entre nous, au travers d'une monétisation progressive et 'raisonnable' la dilution des dettes passées, qui constitue un moindre mal.
    La récession aura bientôt raison des (dernières) réticences allemandes.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.