lundi 22 avril 2013

La bulle de crédit privé des Pays-Bas leur pète à la tronche

Netherlands on Edge of Economic Crisis; Unemployment Surges as Home Prices Collapse
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 21/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Netherlands is underwater in more ways than one. Der Spiegel reports Underwater: The Netherlands Falls Prey to Economic Crisis

More than a decade ago, the Dutch central bank recognized the dangers of [the housing] euphoria, but its warnings went unheeded. Only last year did the new government, under conservative-liberal Prime Minister Mark Rutte, amend the generous tax loopholes, which gradually began to expire in January. But now it's almost too late. No nation in the euro zone is as deeply in debt as the Netherlands, where banks have a total of about €650 billion in mortgage loans on their books.

Consumer debt amounts to about 250 percent of available income. By comparison, in 2011 even the Spaniards only reached a debt ratio of 125 percent.

The Netherlands is still one of the most competitive countries in the European Union, but now that the real estate bubble has burst, it threatens to take down the entire economy with it. Unemployment is on the rise, consumption is down and growth has come to a standstill.

Even €46 billion in austerity measures are apparently not enough to remain within the EU debt limit. Although [Dutch Finance Minister and Euro Group Chief] Jeroen Dijsselbloem has announced another €4.3 billion in cuts in public service and healthcare, they will only take effect in 2014.

"Sticking the knife in even more deeply" would be "very, very unreasonable," Social Democrat Dijsselbloem told German daily Frankfurter Allgemeine Zeitung, in an attempt to justify the delay.


Dijsselbloem's Hypocrisy

Note how Dijsselbloem is ready and willing to stick austerity measures of any kind on every other eurozone economy but his own.

Unemployment Surges as Home Prices Collapse

The Australia Macro Business blog picks up the story in Dutch unemployment surges as house prices fall.

Earlier this month, I posted on how the Netherlands was facing a potential economic crisis on the back a severe housing correction, whereby house prices fell by -8% in the year to December 2012 to be down -18% since prices peaked in 2008, pulling many Dutch households into negative equity (see next chart).



The release of labour force data overnight suggested the Netherlands’ economy has deteriorated further, with Dutch unemployment increasing to 8.1%, a level not seen since the 1980s, with job losses most accute in the building industry (see next chart).



The jump in unemployment follows the contraction in the Dutch economy, whereby GDP has contracted by -1.2% over the past year (see next chart).



The sharp deterioration in the Dutch economy is placing pressure on the central government to abandon austerity measures, which it has pursued for the best part of two years and is partly responsible for the contraction in demand.


Best is Yet to Come

As noted, the hypocrites want austerity for everyone but themselves. Regardless, the Netherlands economy is headed for a much sharper contraction as is France.


Simply put, the entire eurozone is in deep trouble even as the nannycrats insist the worst is behind. Ironically, the best is indeed ahead, and the best is a breakup of the eurozone.

9 commentaires:

  1. Ah, la soi-disant "solidarité européenne" ...

    Dans les paroles, la "solidarité européenne", ça existe.

    Mais ça, c'est du pipeau pour les bisounours.

    Dans le monde réel, les pays européens riches veulent que le budget de l'Union Européenne baisse pour la période 2014-2020 !

    Dans le monde réel, les pays européens riches ne veulent même pas solder les impayés de 2012 !

    Union Européenne/Budget 2014-2020 : huit pays riches renâclent à solder les impayés de 2012.

    Huit pays riches de l'UE ont émis lundi de sérieuses réserves sur la rallonge de 11,2 milliards d'euros demandée pour solder les impayés de 2012, au risque d'hypothéquer les chances d'accord avec le Parlement européen sur le budget pour la période 2014-2020.

    Le président du Parlement européen, Martin Schulz, a averti qu'aucune négociation sur le budget pluriannuel 2014-2020 ne serait engagée avec les Etats tant que les remboursements dus au titre de 2012 n'auront pas été soldés.

    "Nous ne sommes pas les seuls à penser que la somme de 11,2 milliards d'euros est trop élevée", a lancé le ministre britannique des Affaires européennes David Lidington au cours d'un débat avec ses homologues de l'UE à Luxembourg.

    "Je suis tout à fait d'accord. Nous ne sommes pas du tout convaincus que nous ayons besoin de 11,2 milliards", a renchéri son homologue néerlandais.

    "Ce montant doit être vérifié et étayé par des preuves", a insisté le chef de la diplomatie allemande Guido Westervelle.

    Une position partagée par la Finlande, l'Autriche, la Suède, le Danemark et la France. Ces huit pays sont tous contributeurs nets au budget européen.

    http://www.romandie.com/news/n/UEBudget_2014_2020_huit_pays_riches_renaclent_a_solder_les_impayes_de_201267220420131259.asp

    Et il reste encore des bisounours qui croient encore à l'Europe fédérale ?

    Il en reste encore ?

    Mais qui croit encore à l'Europe fédérale, aujourd'hui ?

    Qui ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les fonctionnaires européens

      Supprimer
  2. Moi, ce qui me fait marrer, c'est de voir depuis 2008 des pays libéraux bien sous tout rapport & encensés pour leur bonne gestion par tout le monde s'écrouler plus rapidement que le France. On a parlé du miracle espagnol (oh la belle bulle), les english faisaient tout bien avec Tony Blair, la VRAIE gauche qu'il nous fallait en France (oh la belle dépression déflationniste!), les States étaient toujours l'eldorado (avec 1 T$ d'endettement supplémentaire chaque année, mais c'est pas grave, on imprime!), on osaiat pas encore prendre la Chine pour exemple mais ça devait juste être par crainte du ridicule.
    Maintenant c'est l'Allemagne qui est le miracle, alors que son miracle se fait sur le dos de ses voisins (excédents commerciaux profitant de l'impossibilité de dévaluer) et de sa population (minijobs & co). Quand nous les voisins nous serons bien mis dans la merde à faire de l'austérité à tout crin, on verra de quoi la bonne santé allemande était faite.
    Et le pire, c'est que la seule alternative qu'on nous sert à l'austérité, c'est la planche à billets avec un faux coulis de néokeynésianisme bidon par dessus pour faire passer le goût. Mais que ce soit par l'inflation ou la déflation, c'est toujours de la socialisation des pertes. Un bon gros défaut où ne morflent que les rentiers, ce n'est même pas de l'ordre du pensable hors quelques rumeurs dans la blogosphère!
    L'exemple de l'Islande: chuuuut!
    La lutte contre les expulsions en Espagne: des nazis! http://www.atlantico.fr/decryptage/neonazis-vraiment-ces-militants-espagnols-qui-se-heurtent-aux-hommes-politiques-traditionnels-et-qui-protegent-exces-banques-con-703442.html

    La France n'a pas de quoi être fière de sa gestion depuis 30 ans, loin de là, il n'empêche que c'est le pays où l'indice de Gini a augmenté le moins depuis cette politique néocon. On a de sérieux problèmes d'intégration d'une partie de notre population, c'est évident, et ça va nous mettre quelques décennies à digérer tout ça. Maintenant ils sont français, on ne va pas les renvoyer dans le pays de leurs ancêtres, donc il va falloir trouver un modus vivendi et arrêter les discours clivants. En région parisienne, les prolos, c'est eux. Eux qui se tapent les ménages payés au lance-pierre, les boulots galère, la discrimination et les banlieues pourries. Evidemment ça génère de la haine, du trafic, de la délinquance et de la violence. Qui a dit que le peuple sentait bon? Mais ils sont aussi à plaindre que le prolo des champs, bon gaulois légèrement raciste qui a bien compris que cette immigration n'a servi qu'à casser le plein-emploi et le mettre dans la même merde que son frangin nord africain.
    Bref, les Pays Bas, le Japon, les US et l'Angleterre dans la mouise jusqu'au cou avant les Français, leur pinard, leur administration millefeuillesque et antiproductiviste, eh bien moi, ça me fait marrer comme une baleine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben ouais mais si en plus il faut raisonner, c'est plus simple de liquider l'état et de genocider les africains, enfin, je veux dire une guerre civile d'autodéfense, bien sûr.

      Supprimer
  3. Vite-vite plus d'Europe… Encore un Grand Classique.

    Moins cela fonctionne, plus nous en avons.

    C'est beau la failite.

    Misère.

    Post-script: attention Tonio, l'or noir contre un p'tit jaune, et hop, ni vu ni connu, ils nous embrouillent de plus en plus.

    RépondreSupprimer
  4. Ma voisine ingénieur fiscale d' HEC croit encore en l'Europe fédérale et en le bien fondé de l'Euro. Sans l'euro on est mort dit elle.


    HEC = lobotomisé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est difficile de renoncer à ses croyances, surtout quand il n'y a jamais eu aucune voie dissonnante dans sa vie. Tout le monde ne peut parcourir le chemin qu'a fait tonio depuis 5 ans.

      Supprimer
    2. HEC y a un HIC !

      Supprimer
  5. Avec le DieselBloom ils vont être servis question mensonges et manipulations en tous genres !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.