lundi 15 avril 2013

La faillite européenne se répand

Pourcentage de prêts "non performants" aux bilans des banques, par pays européen :
From Bad To Worse - European Non-Performing Loans In Context
ZeroHedge, 15/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien

(la ligne rouge, c'était le niveau en 2007)

Autant dire qu'avec un spread de taux à 2%, entre le financement et les prêts accordés, tout ce qui est au dessus de 10% est assurément en faillite.


Crise: Nouvelle focalisation sur les bilans bancaires accumulés
Agefi Suisse via Le blog à Lupus, Nicolette De Joncaire, 15/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien


Avec des ratios supérieurs à 5, Royaume-Uni et Suisse donnent certainement matière à réflexion.

En termes de poids du secteur, Pays-Bas, Suède et France présentent aussi des fragilités mais, d’après les chiffres disponibles auprès de la Banque centrale européenne, les profils de concentration bancaire de la Suède et de la France sont les plus excessifs.

Avec 92% des actifs bancaires regroupés au sein de quelques grands groupes, la France présente une structure extrême. Quinze institutions de crédit domestiques détenaient en 2012 des actifs de 6661 milliards d’euros, soit plus de 3 fois le produit intérieur brut (PIB).




Et alors que les riches des pays en faillite envoient leur épargne en fausse monnaie se cacher ailleurs, et ne peuvent pas se faire reprendre leur ponzi épargne par la méthode du bail in, l'Allemagne veut imposer un ISF dans tous ces pays ruinés :
Germany's 'Five-Wise-Men' Confirm Wealth Tax Is Coming
The Telegraph via ZeroHedge, 14/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
As we have vociferously warned since September 2011, and most recently as the Cyprus debacle exploded explained why it is just beginning, Germany's Council of Economic Experts (or so-called 'Five Wise Men') just confirmed a wealth tax is coming. As the Telegraph reports, confirming our expectations, Germany warns that states in trouble must pay more for their own salvation, arguing that there is enough wealth in homes and private assets across the Mediterranean to cover bail-out costs. They further added that targeting deposit-holders is also a mistake, since the "resourceful rich just move their money to banks in northern Europe and avoid paying," preferring instead taxes on property or other less-mobile assets, "for example, over the next 10 years, the rich should give up a portion of their assets." As we noted here and here, the differences between mean and median wealth in the peripheral nations suggest that people in the bailed-out countries are often better-off than those in Germany - - "this shows that Germany has been right to take a tough line of euro rescue loans." However, the implications of a wealth tax - implicitly impacting the pro-euro Southern European uber-rich - raises the specter of EU breakup once again.



Mario Soares, ancien premier ministre et président du Portugal, visiblement une figure honrable qui compte dans le pays, appelle à sortir de l'euro :
Former Portuguese Prime Minister Says "Portugal Cannot Pay Its Debts", Calls for "Argentine-Style Default"
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 13/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
It's rare to hear any bit of common sense from political leaders, but today I have a sterling example. Mário Soares, Prime Minister of Portugal from 1976-1978 and 1983-1985, and the 17th President of Portugal from 1986 to 1996 speaks the truth.

Soares says "Portugal Cannot Pay Its Debts". He calls for an "Argentine-Style Default", and states "The desire to please chancellor Merkel is ruining the country."

"Portugal can not pay what you owe and however much they impoverish people, however much they steal the money to people who have it, not be able to pay what you owe. And when you cannot, the only solution is not pay. " The president of Portugal, Mario Soares socialist argues that it is impossible for Portugal to return all of its foreign debt. So has asked to make a Argentine-style default to avoid economic collapse.

"Look at Argentina, was in crisis when he said we do not pay. 'And something happened?" Asks Soares. "No, nothing happened," he says in an interview with Antena 1, which airs tonight and that includes the Business Journal.

Soares, who was also prime minister, has called for the overthrow of the government, has criticized the European Commission president, José Manuel Barroso and launched a series of warnings to the President of the Republic, Cavaco Silva. The former head of state also defended as imperative the change in government and an end to austerity.

"This desire to be useful to Mrs Merkel, are ruining the country and forcing him to sell everything. In two years, this government has destroyed almost everything in Portugal," he says.

For Soares, "any politician with an ounce of common sense when booed-as are the government every day, calling them thieves, should have the dignity to leave. But they cling to power," he concludes.

On dirait que l'idée que l'Allemagne pousse à la fin de l'euro sans avoir à appuyer sur le gros bouton rouge elle-même, se confirme. Elle ne veut pas payer.

Et quoi de mieux pour forcer les pays du sud à arrêter cette folie de l'euro que de menacer de prendre le fric de leurs oligarchies faillies, corrompues et cupides, et qui y détiennent la réalité du pouvoir ?


Sinon, en France, promis, les impôts ne monteront plus... Ou en fait si, peut-être... Ha oui, fort même...
Impôts : vers un taux de prélèvements obligatoires record en 2014 !
Boursier.com, 15/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le taux de prélèvements obligatoires, déjà parmi les plus élevés de l'Union européenne en France, va encore progresser cette année et en 2014, pour s'établir à 46,5 % du PIB, contre 44,9 % fin 2012, indiquent 'Les Echos', ce lundi.

"Les prochains textes budgétaires comprendront, un solide volet de prélèvements fiscaux et sociaux, supérieur à 10 milliards d'euros", écrit le quotidien économique. Parmi les mesures prises, figureraient un nouveau 'coup de rabot' sur les niches fiscales de 2 milliards d'euros, une hausse des cotisations retraites pour les ménages, le renforcement des contrôles fiscaux, mais aussi de nouveaux impôts sur les entreprises.

8 commentaires:

  1. L'essentiel est que la crapule Hollande dise il y a 2 semaines : "les impôts n'augmenteront pas".

    Et que la crapule Moscovici répète la même chose... encore aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  2. Lundi 15 avril 2013 :

    Le tonneau des Danaïdes :

    La Grèce s'accorde avec la troïka pour le déblocage de 8,8 milliards d'euros de prêts.

    En échange de ces prêts, la Grèce doit réduire massivement ses dépenses publiques : elle doit avoir supprimé près d'un cinquième des postes de fonctionnaires entre 2010 et 2015, soit 150 000 postes publics en tout.

    La Grèce ne semble pas pour autant sortie de l'ornière puisqu'en janvier 2013 le taux de chômage a touché 27,2% de la population active (60% de chômage pour les moins de 24 ans), et elle devrait afficher en 2013 sa sixième année de récession.

    Depuis son premier plan de sauvetage en mai 2010, la Grèce a reçu près de 200 milliards d'euros de prêts, sans compter les restructurations de dettes qui ont permis d'effacer une partie de la dette du pays, soit 107 milliards d'euros effacés.

    Fin de citation.

    Dette publique de la Grèce au troisième trimestre 2012 : 301,193 milliards d'euros, soit 152,6 % du PIB.

    Dans la mythologie grecque, les Danaïdes sont les cinquante filles du roi Danaos. Elles épousent leurs cousins et les mettent à mort le soir même des noces sur l'ordre de leur père. Les Danaïdes sont condamnées, aux Enfers, à remplir sans fin un tonneau sans fond.

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/3e/Danaides_Waterhouse_1903.jpg

    RépondreSupprimer
  3. vous pariez que la tva de 7à 10 et de 19,6 à 20 vont prendre une inflation avant janvier, faut bien tenir les comptes de la boutique gratte papier.

    Enfin si ils sont encore là.

    RépondreSupprimer
  4. Un prélèvement obligatoire n'est pas un impôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je savais pas.
      c'est quoi la différence ? je suis curieux d'apprendre;

      et au passage, c'est quoi les différence "cannaux" pour nous faire payer ? il y en a d'autres ?

      Supprimer
  5. dexia n'est elle pas franco -belge?elle est classée dans "belgique "sur le graphique

    RépondreSupprimer
  6. Les veaux ont soif ils vont boire impôt ;o)

    RépondreSupprimer
  7. Facile d un point de vue stratégique, ou ils ponctionnent jusqu'à notre mort , ou ils assèchent jusqu'à que la guerre en Europe éclate.Rien de bien mystérieux.Ils pensent qu'ils gagnent sur les deux tableaux mais ils ont déjà perdu et vont devoir se préparer à fuir pour ne pas subir "land of the dead" si vous me suivez.Très peu survivront à la vindicte.Les financiers vérreux sont finis.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.