mardi 9 avril 2013

La lime : L'extraordinaire mépris de la classe jacassante française pour Margaret Thatcher

L'extraordinaire mépris de la classe jacassante française pour Margaret Thatcher
La lime, Fboizard, 09/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Alors que le décès d'une célébrité donne habituellement lieu à une débauche d'éloges jusqu'au grotesque (voir récemment pour Stéphane Hessel), notre classe jacassante fait la fine bouche pour Margaret Thatcher.

J'ai même lu cette contre-vérité abyssale qu'elle était à l'origine de la crise actuelle ! Rappelons que nous vivons une crise de l'Euro et du social-clientélisme, deux choses qu'elle combattait vigoureusement.

Mais ce mépris de notre classe jacassante est fondé. En étant tout ce qu'ils ne sont pas, elle était un reproche vivant et une accusation permanente :

> fille d'épicier quand ils sont des grands bourgeois ou aspirent à l'être (le mépris de classe est toujours très important pour comprendre les réactions de notre classe jacassante).

> debout quand ils ne veulent que s'avachir. Patriote quand ils ne jurent que par le cosmopolitisme. Margaret Thatcher est, comme le pape, une figure virile. C'est donc l'abomination de la désolation pour ce peuple d'adolescents attardés.

> libérale quand ils sont communistes de marché.

> anti-européiste quand ils nous expliquent qu'hors de l'européisme, point de salut.

> auréolée de succès quand ils passent leur temps à échouer (à nos dépens).

Bref, on peut comprendre cette haine : notre classe jacassante ne peut exister que si elle arrive à nous faire croire qu'il n'y a pas d'alternative (expression thatcherienne), que si elle nous convainc que nous sommes ses prisonniers à tout jamais.

Margaret Thatcher était la preuve qu'une autre voie était possible, qu'on peut s'évader des geôles de la classe jacassante.

27 commentaires:

  1. D'autant plus que c'est complètement faux (la déréglementation à l'origine de la crise actuelle)... Avec une Maggie aux commandes, les couillons de banquiers ne se seraient pas amusés à faire autant de conneries. Ils auraient été bien reçus lors de la demande de bail out (socialisation des pertes). Ce n'est pas la déréglementation le problème... Mais le seul fait que les coupables sont certains (avec la classe politique au pouvoir en ce moment) que l'on viendra leur sauver les fesses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui.
      Mais c'est un tour de passe passe pratique de tapper sur les marchés ou sur les lois pour se défausser de la faillite ou de l'absence de sa propre idéologie !

      Les marchés ne sont les ennemis de pépère que si les taux sont haut, sinon, quand les taux sont bas et qu'il peut emprunter à tour de bras pour financer ses clients, la, c'est son meilleur ami !!!

      Supprimer
    2. Toi pas comprendre.
      Avec Maggie = moins d'état
      -> Banques plus libres
      -> Plus de risques et d'argent
      -> Système bancaire anglais hypertrophié par rapport au PIB
      -> Faire très très mal quand bulle éclate
      -> Bail out obligatoire, sinon fin de la City

      Supprimer
    3. Toi y en a avoir problèmes mentaux :
      moins d'état = plus de bail out

      bail out = socialisme = caca

      Supprimer
    4. Toi être née de la dernière pluie. Toi croire que le Royaume-Uni va laisser tomber la City (ex. Royal Bank of Scotland). Toi croire que Maggie et ses successeurs sont des vrais libéraux.

      Supprimer
    5. Toi il y en a confondre libéral et klepto.
      Maggie les aurait envoyé paître...

      Je répète : bail out = socialisme...

      Ou alors arrêtez de dire que Maggie était une libérale et dites plutôt qu'elle était une Klepto... Et ça il faudra me le démontrer...

      Supprimer
    6. Ses successeurs non. Ils puent autant que nos Hollande et Sarko.

      Supprimer
    7. C'était une klepto comme les autres. Une vraie libérale n'aurait pas augmenté le seuil sur les droits de succession.
      http://en.wikipedia.org/wiki/File:Inheritance_Tax.jpg

      Supprimer
    8. Si le pays était endetté au moment de cette décision... non. Les droits de succession compensent le fait que les décédés n'ont pas été assez taxés de leur vivant (puisque le jour de leur mort ils laissent une dette). Si la dette du pays était de "0" au moment de l'augmentation... Oui par contre ce n'est pas libéral... sans être klepto... d'ailleurs.

      Supprimer
    9. Le seuil sur les droits de succession, c'est la valeur minimale de l'héritage à partir de laquelle on doit payer une taxe: augmenter le seuil revient à favoriser les héritiers, aux dépends des talentueux/travailleurs.

      Supprimer
  2. communisme > Faucille et marteau la city > margaret et thatcher

    RépondreSupprimer
  3. A lire "miss Maggie" chez O.Berruyer.
    Ainsi qu'un excellent article sur la banque universelle, à la française.
    (mais rien sur le référendum alsacien)

    RépondreSupprimer
  4. "Margaret Thatcher était la preuve qu'une autre voie était possible"
    ...euh, et quelle voie!

    Mais bon, elle a su rester fidèle à ses principes. Cela devient rare. Et rien que pour ça, elle mérite un certain respect.

    RépondreSupprimer
  5. C'était une pute néconservatrice qui adulait Pinochet.
    De la merde en barre comme reagan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vulgarité gauchiasse dans toute sa bassesse !

      Supprimer
    2. Ca, c'est du commentaire.

      On sent l'intelligence là, avec quelqu'un qu'a bien compris la subtilité de la vie.

      Comme disent les enfants, c'est souvent celui qui dit, qui y est.

      Supprimer
    3. @Anonyme9 avril 2013 16:24
      Emigrez en Albanie ou en Afrique du sud afin d'être en phase avec vos idées !
      Je laisse au "experts" le débat sur les décisions au plan économique de Mme Thatcher, mais j'admire son PATRIOTISME.
      Il n'y a que des socialopes, bobos universalistes ou des incultes pour la traiter avec tant de vulgarité à l'occasion de son décès.

      Supprimer
    4. Effectivement grâce à son patriotisme sans faille, il n'y a aucun problème d'immigration en UK.

      Nos copains identitaires ont tout de même compris que l'immigration est de la responsabilité du patronat (les potes à Maggie) et au dépend du reste de la population.

      D'ailleurs Cameron est toujours favorable à l'immigration choisi, comme si les "de souche" étaient trop débile pour faire fonctionner leur pays.

      Supprimer
  6. Maggie était, et restera, une superstar à côté des neuneus châtrés d'aujourd'hui.

    Laissons à leurs obsessions les envieux, les mous du bulbe, les haineux, et autres chanteurs bobos gochos.

    En attendant, une bonne nouvelle. Enfin. Pépère se réveille. Une semaine après.

    Espérons que le Monde balance vite de nouveaux noms...

    *************

    Le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve "demande à la presse" de transmettre les fichiers à la justice concernant l'affaire "Offshore leaks".

    Devant l'Assemblée nationale, il a "demandé à la presse qui dit détenir des éléments et des fichiers de bien vouloir les communiquer à la justice de manière à ce que celle-ci puisse faire son travail", en référence aux révélations de médias sur des détenteurs de comptes offshore.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne vois pas en quoi elle diffère, sur le fond, de nos élites : Tchatcher a accéléré et achevé la désindustrialisation de l'Angleterre pour tout miser sur sur la transition vers le tertiaire, et ce presque exclusivement sur cette fausse industrie de la finance qui ne produit rien et qui est inévitablement vouée à disparaitre lorsque la fausse dette sera répudiée et qu'elle n'aura plus rien à parasiter (matières premières, ménages ruinés, états ruinés, industries vidées...).

    La plupart de nos élites partagent de manière affichée ou non, dans leurs discours ou dans leurs actes (contrairement à leurs propagande sur Florange, Gandrange...) cette idée de "sens de l'histoire" vers une société uniquement tertiaire qui créé des emplois ex-nihilo par la simplement méthode Coué.

    Aussi, elle a de fait participé à l'excroissance de la City, au Too Big Too Fail de ses banques et de toutes leurs dérives (paradis fiscaux, Libor/Euribor, Lehmann Brothers, produits dérivés et hors-bilan...) et donc indubitablement à l'aléa morale et à la socialisation des pertes du secteur. Rien de libéral ici.

    À mon sens Tchatcher est malgré son caractère affiché, un mouton, une coquille vide qui a simplement suivit ou s'est faite manipulée par les théories de Milton Friedman qui étaient à l'époque dans l'air du temps ("Government is not the solution to our problem government IS the problem"), et qui d'ailleurs, n'avaient pas d'alternatives ("TINA").

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est comme ca que je le ressent aussi.
      ajouter a cela son petit "on vous doit tout" a pinochet (je suis sur que les chilliens adorent encore cette video ...) et on a un constat pas bien reluisant. pour le moins.

      Supprimer
  8. Le problème avec les dames (ou autres) de fer, c'est qu'elle finisse toujours par rouillé ...

    RépondreSupprimer
  9. "Rappelons que nous vivons une crise de l'Euro et du social-clientélisme, deux choses qu'elle combattait vigoureusement."

    NON ! Nous vivons bien plus que cela : une crise du dollar, du libre-échangisme, de la financiarisation, etc.

    La lime devrait faire un petit stage d'économie.

    RépondreSupprimer
  10. "Les ennemies de mes ennemis sont mes amies" ?

    RépondreSupprimer
  11. C'est pas compliqué, si Maggie était au pouvoir aujourd'hui, elle aurait bail-outé à tout va et les libéraux l'auraient traité de communiste.

    Qui peut croire qu'elle aurait laissé tomber les banques ?

    La vraie solution libérale auraient été de nationaliser les banques pour sauver les moyens de paiement.

    Aille, cruel dilemme !

    RépondreSupprimer
  12. "La vraie solution libérale auraient été de nationaliser"

    Tu es trop drôle... libéral et nationaliser...
    La seule solution libérale est de leur donner l'adresse du tribunal de commerce le plus proche.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.