vendredi 12 avril 2013

La Lime : Panne de la consommation ? Excellente nouvelle

Panne de la consommation ? Excellente nouvelle
La lime, Fboizard, 12/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les démagogues de tout poil et les économistes à équations fausses se lamentent d'une «panne de la consommation».

C'est absurde. Comme est absurde l'idée keynéso-socialiste (c'est-à-dire idiote) sous-jacente «la consommation tire la croissance». C'est une illusion statistique d'abrutis qui ont placé une foi de charbonnier dans les chiffres et les modèles mathématiques, qui les vénèrent comme des idoles et les interrogent comme des oracles.

La croyance absurde «l'épargne c'est mal, la consommation c'est bien» devrait entrainer la condamnation immédiate au supplice de l'entonnoir.

On ne voit vraiment pas en quoi la consommation à crédit de produits importés (électronique, automobile) ou improductifs (immobilier) peut avoir un quelconque intérêt économique. Cela sert juste à alimenter une folie court-termiste gageant et dilapidant le capital accumulé.

Le secret de l'économie durable et responsable n'est pas un secret : «les profits (et l'épargne) d'aujourd'hui font les investissements de demain qui font les emplois d'après-demain».

Alors, si la consommation baisse pour augmenter l'épargne et l'investissement, c'est bien. Ensuite, une fois la situation rétablie, pour ne pas tomber dans l'erreur mercantiliste, il faut savoir ré-investir et consommer, mais nous n'en sommes pas là.

Si la consommation baisse parce que les Français s'appauvrissent et sont accablés d'impôts, c'est autre chose ...

La dernière mouture du déficit commercial :


Ce genre d'articles de La Lime n'aurait aucun sens pour l'Allemagne ou la Chine.

Mais pour la France, on est pile poile dedans.

Le keynésiannisme est un impérialisme.

Ce modèle est impérialiste (pour reprendre les termes de Peyrelevade lui-même) car il ne s'intéresse qu'à la maximisation de la consommation et des bouches à consommer, et in fine, il finit toujours par consommer plus qu'il ne produit, et à devoir organiser des flux de tribut depuis l'étranger.

Maintenant, il y a deux solutions.

Soit on se remet à exporter des bidules, et dans ce cas, il faut absolument restaurer la compétitivité des entreprises, notamment en baissant les charges en foutant au chômage tous les fonctionnaires tamponne papier sert-à-rien et en leur disant d'aller se trouver un vrai travail et en restaurant la méritocratie élémentaire (comme le fait de gagner plus quand on bosse que quand on ne bosse pas par exemple).

Soit on importe moins et on s'appauvrit violemment (6 milliards de déficit commercial par mois, c'est 100€ de marchandise par français par mois).

(Y a aussi l'option guerre de l'opium et on force les pays excédentaires avec nous à nous importer des cochonneries... C'est une idée ça... On pourrait peut-être les forcer à nous acheter des fonctionnaires tamponne papier sur payés et des racailles...)

La France est un pays béni des dieux. Entre sa position stratégique en Europe, ses terres fertiles, son tourisme, ses ports, on devrait être le premier pays d'Europe. Hélas, ça fait 40 ans qu'on est dirigés par une élite de traitres à la nation... Et ça commence à se voir...

38 commentaires:

  1. Faut arrêter avec Keynes. On lui fait dire n'importe quoi. Keynes était pour relancer la croissance en cas de crise. 40 ans de relance de la consommation, ce n'est pas une politique de relance en cas de crise, c'est une politique à la noix.
    Quand Keynes disait qu'il fallait Euthanasier les rentiers, il ne parlait pas de créer de l'inflation qui est un problème pour tout le monde, mais d'éviter une trop grande inégalité des richesses en imposant plus les riches.

    C'est comme l'interprétation du Coran, chacun y voit se qu'il veut voir. C'est affligeant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bien d'accord !

      ce serait comme reprocher à un autre illustre Britannique, Alexander Fleming, d'être responsable des bactéries et autres germes devenus résistant à la pénicilline !

      Ce n'est pas parce que certains suiveurs zélés et irréfléchis ont sur-prescrit par réflexe mécanique de la pénicilline ou du déficit public qu'il faut les refuser et jeter l'opprobre sur leurs promoteurs et leurs créations.

      En revanche combattre ces zélateurs et autres dogmatiques du tout médicament issus des labos Keynes & Co. ou Friedman Corp. qui les stipendient me semble d'une nécessité vitale. Et tel était le sens du billet de la lime.

      --neuneu.

      Supprimer
    2. Depuis le début des années 70, sous le président Pompidou (ex PDG de la banque Rothschild), l’état français doit dorénavant emprunter sur les marchés (aux banques), au lieu de s’emprunter à lui même gratuitement …
      (C’est ainsi que « la France a déjà payé plus de 1 400 milliards d’euros d'intérêts à ses créanciers depuis quarante ans, et arrive en 2011 à une dette de plus de 1 800 milliards d’euros » )(http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_du_3_janvier_1973_sur_la_Banque_de_France)…

      C'est bien plutôt cette absurdité du système, et l'effet de levier des banques (96 pour la Bundesbank, 87 pour BNP...) qui mènent l'Europe à la ruine...
      Et pas, comme il est répété à satiété, les services et biens publics qui profitent à tous (avec son flot de "fonctionnaires")...
      Merkel, ni personne, n'ose révéler l'absurdité de ce système, qui nous mène pourtant tous à la ruine...!

      Supprimer
    3. Merci d'élever ainsi un peu le débat...

      Doit-on rappeler que depuis le début des années 70, sous le président Pompidou (ex PDG de la banque Rothschild), l’état français doit dorénavant emprunter sur les marchés (aux banques privées), au lieu de s’emprunter à lui même gratuitement …
      (C’est ainsi que « la France a déjà payé plus de 1 400 milliards d’euros d'intérêts à ses créanciers depuis quarante ans, et arrive en 2011 à une dette de plus de 1 800 milliards d’euros » *…)

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_du_3_janvier_1973_sur_la_Banque_de_France

      Depuis le traité de Maastricht, aucun pays européen ne peut d’ailleurs faire autrement …

      Et ce serait le bien public, les services publics, qui profitent à toute la population, qui seraient la cause de tous nos maux???

      Ne serait-ce pas plutôt ce système complètement absurde, et l'effet de levier des banques privées (96 pour la Bundesbank, 87 pour la BNP !) qui mènent l'Europe et nous tous tout droit à la ruine?

      Merkel et son austérité se gardent bien de soulever ce problème systémique fondamental, qui est en train d'ébranler toute l'Europe à laquelle on aurait pu rêver...

      NLP

      Supprimer
    4. Le keynésisme consiste à amplifier le principe de l'anticipation sur des richesses à venir (futures).Même en économies peu externalisées comme c'était le cas des USA des années trente, dès que l'amorçage de la pompe vertueuse de l'économie anticipative venait à s'arrêter comme à partir de 35, patatras, les résultats commençaient aussitôt à fléchir.Ce ne fut qu'avec la perspective de la guerre en Europe que le vrai redémarrage s'annonça en...39. Idem pour le III ième Reich qui sans le plan de réarmement massif et malgré une politique des infrastructures routières et de sa marine sans précédent,n'aurait pas permis de sortir du chômage des millions d'allemands dès 1934.
      En 68 quand les accords de Grenelle permirent aux salariés français de relancer les bons de commande, ces derniers étaient en grande majorité en main d'industriels et de services franco-français.Cela se traduisit par une croissance à deux chiffres jusqu'à la guerre du Kippour. En 81 notre tronche d'oeuf d'Attali enivré par l'odeur encore fraîche de l'encre de ses nombreux diplômes cru bon de suggérer au matricule 2022 des récipiendaires de la francisque une relance du même acabit. Mais les principaux bénéficiaires de l'augmentation du pouvoir d'achat induit par une réévaluation du SMIC,ne furent pas français, mais plutôt japonais ou allemands.
      Nous sommes dos au mur désormais !
      Ou nous acceptons de considérer :
      -- Que tout le monde ne peut pas avoir une balance excédentaire !
      -- Qu'au lieu d'anticiper sur des richesses à venir en chevauchant un système qui produit autant de coûts collatéraux en déchets, pollutions et autres nuisances à des biens non durables, et par conséquent bien plus précieux que tous les stocks d'or ou de platine du cosmos, il vaudrait mieux intégrer dans nos calculs de mauvais comptables des richesses DEJA EXISTANTES.
      Comment faire comprendre ce bon sens ?
      Merde !

      Supprimer
  2. "La France est un pays béni des dieux. Entre sa position stratégique en Europe, ses terres fertiles, son tourisme, ses ports, on devrait être le premier pays d'Europe. Hélas, ça fait 40 ans qu'on est dirigés par une élite de traitres à la nation... Et ça commence à se voir.."

    Dans le mille Tonio!

    Mais cela fait un baille que les dieux sont tombés sur la tête.

    Quand on voit le niveau économique des baltringues qui se succèdent aux manettes depuis 30 ans, franchement, ça me fait mal à la France.

    On a atteint le degré zéro de l'incompétence.

    Il faut dégager ces clowns au plus vite.

    La France a des atouts formidables. C'est le grenier de l'Europe, une situation géographique idéale, des infrastructures de grande qualité (certes en déclin parce que gérer par des nuls) mais l'ensemble est très bon.

    Virons les Shadoks par Toutatis!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bravo c'est le principe de PETHERS

      Supprimer
    2. Je préfère le principe de peters-pam!
      Pam!pam! Tous les traîtres,... au mur!

      Supprimer
  3. Si ToNio ce genre d'articles garde tout sons sens que ce soit ici en chine ou en Allemagne. le but d'une société commerciale est de faire du profit... Et bien le but d'un individu est aussi de dégager un profit (résultat net positif après consommation) et je vais t'étonner l'état aussi devrait avoir la même approche...

    Il n'y a pas 36 économies différentes : (une valable pour les particuliers, une pour les sociétés commerciales et une pour l'état) il n'y a qu'une seule économie... Ce qui est valable pour l'une est valable pour les deux autres... de même il n'y a aps un discours valable pour la france et inadapté à la chine, l'Allemagne...

    NB: le but de l'état est d'augmenter ses ressources en mettant à la disposition des citoyens les meilleurs conditions afin de générer de la richesse(infrastrucures communes, etc...). Pas de faire chier le monde en les écrasant d'impôt à redistribuer à de la clientèle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec votre NB.
      Mais pas d'accord avec votre analyse de la fonction de l'état: l'état est là pour prendre en charge des services indispensables (et seulement ceux-là) à la collectivité et qui ne peuvent pas être rendus par les entreprises privées qui, dans une économie libérale, a vocation à faire du profit pour financer sa pérennité et rémunérer le risque pris par les investisseurs. Ces services doivent être rendus à leur juste prix avec une gestion optimisée du coût de mise en œuvre. L'état n'a pas vocation à faire des profits; mais il n'a sûrement pas vocation à faire des pertes (mais c'est tellement facile de dépenser l'argent des autres). Quand l'état augmente les impôts au delà de la progression de la richesse nationale produite, c'est qu'il cache sa mauvaise gestion et ses pertes. Depuis des décennies, après les guerres, on (nos chers, de plus en plus chers politiques incompétents et poltrons) n'a trouvé comme solution au chômage que l'augmentation du secteur public et son cortège de fonctionnaires dont on achète les voix à coups de privilèges financé par du déficit gommé périodiquement par de l'inflation et de la dévaluation, supporté par tout le peuple et pas seulement par les fonctionnaires. Cette solution a atteint (dépassé)ses limites; mais nos mamamouchis camouflent leur incompétence derrière des gesticulations et des mots tels que "égalité", "justice sociale", "républicain" ... Le peuple finira bien par se réveiller, mais plus il dort longtemps, plus le réveil sera brutal et sanglant. Louis XIV avait vidé les caisses et alourdi les impôts plus que de raison; deux règnes plus tard, il y a eu un réveil brutal et sanglant. Aujourd'hui, les choses vont beaucoup plus vite... Mais, avec du recul, en 1789, les privilèges n'ont finalement fait que changer de mains ...
      En tout état de cause, ce n'est pas en dressant les français les uns contre les autres avec des décisions d'ordre secondaire (mariage gay, retraites, a bas les riches), en préservant les privilèges (régimes spéciaux, avantages financiers et matériels aux politiques et aux hauts fonctionnaires, électricité gratuite pour les agents EdF pendant qu'on veut moduler la facture d'énergie pour les autres) et en leur disant que la crise est terminée que nos mamamouchis vont sauver notre patrie.

      Supprimer
  4. C'est clair, spécialement, disco ne comprend RIEN à Keynes, et pas grand chose au keynésianisme. Il se contente d'ânonner les bêtises que raconte à son propos une partie de la blogosphère de droite. Et tout ce beau monde confond absolument tout : l'état providence, le socialisme, le keynésianisme, le monétarisme, etc.

    La seule chose à retenir de Keynes, c'est le principe selon lequel c'est l'enrichissement des ménages qui créent l'activité et l'emploi. Il ne dit pas quelle activité, ni quel emploi, ça, c'est le rôle du libre marché de le faire. Mais en tout état de cause, appauvrir les ménages par la dette ou par le dumping social nuit gravement à l'économie.

    Bref, il faut surtout y lire, à droite, la haine de classe envers une théorie qui justifie la redistribution des richesses.

    RépondreSupprimer
  5. Et la rengaine sur les fonctionnaires est repartie ...
    la preuve que zéro fonctionnaire rend le pays performant est claire et le zimbawé (ou autre du genre) qui n'a que très très peu de fonctionnaire le prouve tous les jours.
    Le Nain, arrête les caricatures, prouve que ton esprit est plus élevé que ton pseudo, la fonction publique est à réformer mais de là à vouloir éradiquer il y a une marge. Tu n'es pas le Robespierre de la fonction publique !
    Et parce que tu n'en connais (ne veut en connaitre) que la partie caricaturale tu juges à la serpe alors que c'est nettement plus subtil. Arrête l'excès et n'oublie par Talleyrand, "tout ce qui est excessif est insignifiant".
    En revanche, tu pourrais poser la question de pourquoi la France n'a rien à vendre, en tout cas rien qui n'intéresse les clients à l'export (et même en domestique). ça c'est une vraie question.
    ou pourrait parler de la volonté historique de casser l'industrie, la formation technique, la rigueur du travail.
    on pourrait parler de la politique de faire croire à tous que tout est facile et vous aurez tous le bac, la belle voiture, le super appart, etc etc, sans rien faire bien sur
    on pourrait parler des modèles proposés, imposés, je parle de la star ac, des footalleurs et autres vedettes
    on pourrait parler de la ruine de la presse en France alors qu'au même moment des empires se créent en Allemagne et en Angleterre
    On pourrait parler de la casse de la machine outil avec plus récemment la perte de leadership en robotique
    On pourrait parler etc etc...
    tu vois, on pourrait parler de beaucoup de choses, importantes, vitales et qui ne sont pas les fonctionnaires.
    alors, s'il te plait, calme un peu ta fixette. Je t'en remercie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais lire Zoé Shepard. Ce n'est visiblement pas qu'une caricature, si je peux me permettre...

      Supprimer
    2. c'est quoi la partie caricaturale de la fonction publique?10%,50% ou 80%?si c'est 80 on est très mal et c'est tout le débat.chez les profs ou a france télécom on doit friser 80.chez les flics les 20.autre chose,sur la ruine de la presse ils s'en foutent:chaque année des subventions et des sucreries en plus,vas voir le salaire des gars de marianne:15000 euros pour une faible diffusion,c'est pas la crise.il n'y a aucune volonté publique de casser l'économie,il n'y a que des blaireaux qui se prennent pour des cadors au gouvernement,et qui n'ont aucun contre pouvoir ni aucune responsabilité,leur intéret c'est que l'économie tourne pour qu'ils puissent se gaver,mais comme ils n'ont jamais bossé,ils ne savent pas faire

      Supprimer
    3. Quel tissus de poncifs, de réthorique à 2 francs, et plus largement, de bêtise crasse.

      5,5 millions de fonctionnaires... soit 1 million en trop si l'on rapporte à la population allemande... Alors ?

      Donc oui on peut parler de "serpe" voire de "hache".

      Si tu refuses de comprendre que un million de clowns, payés à rien à faire, représentent un poids CONSIDERABLE, un fardeau stupéfiant sur les épaules du privés (tes idées sur l'industrie, la robotique etc.) alors ton cas est difficilement récupérable.

      Réglons d'abord cette aberration, et ensuite on pourra faire le reste (école, immigration festive, délires pro euro, hystérie anti frontière, insécurité "sentiment de", syndicats mafieux, code du travail kafkaïen etc.)

      Supprimer
    4. 5.5 millions ? tu peux en rajouté 1.5 millions de plus et le plus grave la part des rentiers retraités sur-renté chez les ( j'ai travaillé toute ma vie je ne travail plus qu'a relancer l'économie mondial ailleurs dans le vaste monde )

      Supprimer
    5. " tout ce qui est exessif est insignifiant" et imposé comme cadre de toute action/pensée devient dangereux!. Le fonctionnariat exessivement plethorique est du communisme ou simili-communisme et son absence, dans un systeme/etat complexe correspond a de l'anarchie ou a une dictature ploutocratique de quelques oligarques.
      La bonne recette se trouve entre ces 2 extremes...
      Virer les "tamponnes papiers" c'est detruire le systeme fiscal? Si oui
      effectivement il n'y a plus de rentrées fiscales et donc in fine plus d'etat! plus de systeme de soins publics et de formations de medecins pour le public comme le privé. L'education est du seul ressort du privé, chouette on aura une société dichotomique: 80% d'illetrés et une élite de 20% d'éduqués, l'armée: plus besoins BLACKWATER sera notre fournisseur!; Les mairies: les plus pauvres se débrouilleront avec leurs pauvres et les mairies riches s'en sortiront par des collectes coquettes, on pourra etre fier de nos favelas et de nos cités de riches cloisonnées derriere des murailles et gardiennés par les meme Blackwater! etc.......
      Ne nous trompons pas de cibles!!!

      Supprimer
    6. Vous avez raison; "on" pourrait ...( Un prof de lycée me disait "qui est ce on?")
      Mais la fonction publique est hypertrophiée en France et les fonctionnaires trop nombreux et de plus, nantis de nombreux privilèges bien défendus par les syndicats. Quant aux privilèges des hauts fonctionnaires ...!! et des politiques ...! qui ne sont pourtant que les représentants du peuple!
      Une fonction publique plus efficace, moins omniprésente, demanderaient moins d'impôts, moins de charges sociales et laisserait des marges financières pour les entreprises pour investir dans la recherche développement et pas seulement dans les 35h payées 39.

      Supprimer
  6. Les % c'est bien, les chiffres c'est plus mieux.

    La balance des transactions courantes est négative dans l'ordre des -220 milliards d’euros depuis mars 2005… (JP Chevallier)

    Alors que l'Allemagne enregistre des excédents, amplifiant la dérive dans la zone €.

    Si le jeu est qui perd gagne, nous sommes les champions.

    Si le jeu est qui gagne perd, nous sommes encore les champions.

    Si le jeu est que le meilleur gagne, nous avons un sacré problème…

    Mais il y a toujours pire.

    Et le pire cette semaine, c'est la bérézina financière mondiale que personne ne prend au sérieux.

    Magistrale. Tellement énorme que le trop gros pour faire faillite a de beaux jours devant, sauf pour les Grecs et autres Chypriotes qui doivent être des €uropéens éprouvettes.

    Chaud devant et brûlant derrière… l'imprévu reste certain.

    Misère.


    RépondreSupprimer
  7. L'interprétation des idées de Keynes est effectivement un vrai problème. Même des gens bien renseignés comme François Leclerc se sont fait avoir par les fausses interprétations données par ceux qui souhaitent favoriser les plus riches au détriment de la classe moyenne.

    Voir cet article de Paul Jorion qui remet les pendules à l'heure :
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=51092

    "Le seul passage de La théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936) où Keynes parle de l’« euthanasie du rentier » (Notes finales sur la philosophie sociale à laquelle la théorie générale peut conduire) est un authentique manifeste politique où il n’est pas question de l’inflation. L’« euthanasie du rentier » se réalise en faisant disparaître la rareté du capital par une nouvelle forme de partage de la richesse créée qui élimine « une répartition de la fortune et du revenu [qui] est arbitraire et manque d’équité ». Le taux d’intérêt se réduira, dit Keynes, à la somme du coût de dépréciation et de la prime de risque. C’est « l’euthanasie du pouvoir oppressif cumulatif du capitaliste d’exploiter la valeur-rareté du capital », autrement dit, l’euthanasie de ce que j’ai pris l’habitude personnellement d’appeler la « machine à concentrer la richesse »."

    C'est comme la mauvaise interprétation de "La main invisible" des marchés qui se corrigeraient d'eux même. Olivier Berruyer explique bien dans son dernier livre "Les faits sont têtus" que cette interprétation n'a rien à voir avec ce que son auteur d'origine avait voulu dire.

    Nous sommes manipulés de partout. Faut vraiment creuser pour comprendre les choses et démêler le vrai du faux...

    RépondreSupprimer
  8. Il y a des consommateurs qui n'ont rien changé à leurs habitudes... Bien contraire.

    Les vieux vous emmerdent. Et vous le font savoir.

    **************************
    Le monde du tourisme peut remercier les séniors. Peu importe la crise, ils partent en vacances. Et sous tous les formats: en locations en France, dans des hôtels-clubs de Tunisie ou d'Espagne, en arpentant l'Asie, seuls ou en circuit organisé...

    Selon une étude d'Eurostat, les plus de 65 ans pèsent de plus en plus lourd dans l'économie du tourisme de l'Union européenne, ils représentaient 20% des dépenses en 2011 contre 15% en 2006.

    De plus en plus nombreux, ils constituent un réservoir considérable de développement pour un secteur qui subit depuis trois ans la baisse du pouvoir d'achat de nombreux actifs, crise oblige.

    En retraite depuis un an, Jean-Paul et Monique ont réservé cinq semaines en Polynésie, départ en septembre. "On avait fait le Vietnam en 2009", expliquent-ils à l'AFP au Salon des séniors, qui s'est ouvert jeudi à Paris. En février, ils ont passé quatre jours à Vienne. En mars, une semaine aux sports d'hiver. Ce couple aisé de 63 et 60 ans dit consacrer environ 15% de ses revenus aux voyages.

    En France, les plus de 50 ans représentent environ un tiers de la population, dont 5 millions de 65-75 ans et autant de plus de 75 ans.
    *********************

    Bossez bien, payez bien vos cotisations, vos impôts... les vieux vous remercient en sirotant un jus de papaye à la plage.

    RépondreSupprimer
  9. Article complet sur les vieux en voyage....

    http://tinyurl.com/css67hd

    RépondreSupprimer
  10. En tous cas il y en a (les seniors) qui arrivent à continuer à consommer pour leurs loisirs...

    http://www.boursorama.com/actualites/le-tourisme-des-seniors-un-marche-qui-resiste-a-la-crise-e50ba52d6b97bc7346f2e9844daf3faa

    "A mesure que le marché des séniors grossit, les offres visant la "silver économie" se multiplient.
    Et pour cause: les séniors voyagent souvent plus loin et plus longtemps. Quant aux baby-boomers en retraite, ils ont généralement plus de moyens que leurs parents autrefois. Ceux qui le peuvent optent volontiers pour des voyages sophistiqués, avec circuits et culture, donc coûteux. Ce qui fait d'eux une clientèle recherchée".

    RépondreSupprimer
  11. Mais la consommation, c'est plutôt cool ! Mais c'est comme tout : point trop n'en faut.

    Argent Produit par l'état chaque année = Argent rendu à l'état (Impots, taxes...) + Argent epargné.

    Si Argent épargné > 0, la masse d'argent disponible augmentera d'année en année -> inflation.

    La façon la plus couramment utilisée pour rendre des sous à l'état, c'est la TVA (et donc la consommation).

    Après :
    Si consommation < production : on doit faire du commerce avec l'étranger... Mais c'est un autre problème. Et il parait que si on laisse flotter les monnaies (Chose que personne ne fait, depuis la Chine, en passant par les USA et cette "superbe" invention qu'est l'euro) tout est sensé plutôt bien se passer.
    Si consommation > production ... euh... là, il y a un GROS PROBLEME :
    Les gens vont se battre pour avoir accès aux produits : les prix vont augmenter sans être suivis par les salaires, les gens vont donc devoir puiser dans leurs économies ou réduire leur consommation, et l'état, peut, s'il a envie détruire la monnaie : déflation !

    RépondreSupprimer
  12. Sur l'exploitation des côtes françaises, je te rejoins à 100 %, il n'exploite pas du tout ce potentiel. Les plus grand port de commerces d'europe devrait être sur le littoral français or il n'en est rien. C'est tout simplement incroyable mais vrai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la triste malédiction des syndicats nuisibles qui ont par exemple tués le port de Marseille.

      Supprimer
    2. L'explication est simple. Syndicat des dockers...., et nationalisation d'après guerre.

      Et voilà, pas besoin de Keynes!!!
      ...Et tout le reste est du même acabi.

      Les thèories ne servent qu'à enfumer les ...
      Le concret sera toujours bien plus simple et plus efficace pour comprendre les conséquences.

      Supprimer
    3. Tu t'adresses au syndicat des dockers. Ils t'expliqueront pourquoi les armateurs fuient les ports français.

      Supprimer
  13. Et après les fonctionnaires, voici les retraités !
    Bientôt les fonctionnaires retraités puis les fonctionnaires retraités du fisc (c'est pour coller à l'actualité)
    plus sérieusement, je vous propose d'ouvrir le lien ci dessous et d'aller directement à la page 92.
    http://www.observatoire-retraites.org/uploads/tx_orpublications/LORC5.pdf
    et vous verrez que la retraite moyenne oscille autour de 1000 € par mois.
    Alors avec 1000 € par mois on a du mal à se payer 5 semaines en Polynésie qui est une des destinations les plus chères.
    Encore une fois le Nain monte une singularité en épingle et en fait un cas général.
    Tiens encore un lien qui permet de comparer revenus des actifs et retraites (c'est pour la culture)
    http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/indicateur1-1_pqe_retraite.pdf
    d'une manière générale, la retraite médiane suit le revenu médian et ni l'un ni l'autre ne permettent d'aller en Polynésie.
    bien sur on trouve des retraites très confortables... pour des gens qui avaient déjà des revenus très confortables. alors on trouvera toujours le couple de retraités qui... et on oubliera bien sur l'immense majorité de retraités qui peinent tous les mois.
    Comme d'habitude les esprits étroits pourront s'en donner à coeur joie dans le populisme crasse.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dingue comment les gens ont du mal à se défaire de leurs œillères...

      La retraite médiane est à peine supérieure au revenu médian d'un actif.
      Mais souvent, (note le "mais souvent" car je ne doute pas qu'en frottant très fort ton coude dans des ronces tu arriveras à nous sortir quelques exemples qui iront dans ton sens.) Ce sont des gens qui ont un logement déjà payé, si ce n'est un ou plusieurs autres (soit vendus soit en location) car à 65 ans, leurs parents à eux leur ont laissé le leur.

      Vois-tu, il y a quelques années quand j'ai commencé à bosser à 1500€/mois tout en étant chez mo'man, tous les deux mois j'étais dans un avion soit pour un séjour dans une ville européenne, voir même en Asie, au Japon, etc. En plus de mes sorties habituelles sur Paris, sa région, les chateaux de la Loire, etc.

      Et il me restait encore de quoi mettre un peu de côté, et même d'acheter un électro, un meuble à mo'man par ci par la pour la remercier de me loger.


      Maintenant le véritable problème est qu'une catégorie de population c'est habitué à un niveau de vie totalement déraisonnable en rapport des impôts qu'elle paye et des dettes qu'elle laisse.


      Certainement, tu dois déjà te préparer à nous sortir l'exemple larmoyant d'accidents de parcours que certains ont connu. Dans ce cas gardons tout le monde à un niveau digne, mais moindre que les actifs qui les soutiennent fiscalement et qui sont d'année en année moins nombreux dans cette tâche.

      Et si jamais il te venait à l'idée de nous sortir l'excuse que certains ont travaillé plus que d'autres etc, on ne va pas égaliser tout le monde ou ratiboiser les plus hauts salaires, ça serait très méchant. Je serait tenté de te dire que c'est leur problème en interne. Si la dette/impôts était cloisonné par tranches d'ages beaucoup de problèmes seraient évités.

      Vs

      Supprimer
  14. Incroyable mais vrai?
    Dans ces domaines tout s'explique assez facilement.Il suffit d'essayer de comprendre ce que recherche un armateur en plus de l'emplacement géographique et de l'accessibilité (eau profonde). On recherche une immobilisation minimum du navire: c'est à dire peu d'attente, débarquement et embarquement rapide de la cargaison, cela assorti d'un coût acceptable.
    En contrepartie les grèves inopinées des personnels (dockers et grutiers)
    l'insécurité des marchandises associées à la rigidité administrative sont
    de véritables repoussoirs.
    Ca devrait pouvoir se résoudre, mais il faudra sûrement descendre encore un peu plus bas !

    RépondreSupprimer
  15. Depuis le début des années 70, sous le président Pompidou (ex PDG de la banque Rothschild), l’état français doit dorénavant emprunter sur les marchés, au lieu de s’emprunter à lui même gratuitement …
    (C’est ainsi que « la France a déjà payé plus de 1 400 milliards d’euros d'intérêts à ses créanciers depuis quarante ans, et arrive en 2011 à une dette de plus de 1 800 milliards d’euros » *…)

    alors ce sont les fonctionnaires qui coutent cher, ou un système complètement absurde qui conduit toute l'Europe à la ruine...Et que personne ne veut remettre en cause???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique solo de pipeau...
      je crois reconnaître l'oeuvre dont il est tiré :
      Concerto pour grosse caisse et pipeau en Méluche majeur.

      Supprimer
    2. rien n'oblige un état a dépenser plus que ses rentrées fiscales(sauf la corruption,le clientélisme et l'ignorance des dirigeants).sans la loi de 73 la gabegie aurait été encore doublée,t'aurais deux fois plus de fonctionnaires et de ronds points,bref le paradis

      Supprimer
    3. les sauveurs de la fausse épargne et ceux qui vivent à ses crochés.

      Supprimer
    4. c'est tellement facile de taper sur les fonctionnaires, qui nous soignent dans les hôpitaux, assurent l'enseignement à l'école et l'université, assurent la police et la justice, la recherche, etc, avec plutôt peu de moyens...
      Quant à réfléchir à comment sortir de cette crise austère et surréaliste, ce n'est sans doute pas avec ces non-résonnements simplistes et haineux qu'on y arrivera...!
      Allez encore un petit effort de réflexion, hors des simplifications partisanes stériles...!

      Supprimer
  16. Dans le mot consommation, les trois premières lettres qualifient le sujet et les neuf dernières l'avertissent des conséquences de son action.

    RépondreSupprimer
  17. "La France est un pays béni des dieux. Entre sa position stratégique en Europe, ses terres fertiles, son tourisme, ses ports, on devrait être le premier pays d'Europe."

    Vous avez tout à fait raison, et c'est souvent répété dans les médias, mais je n'ai jamais par contre lu/entendu à ce jour ce qui en est à mon sens la conclusion évidente: compte-tenu de la situation catastrophique de notre pays malgré ces atouts, celà veux dire que le mal fait à celui-ci par les profiteurs divers et variés du système depuis 40 ans est encore plus terrible ce que nous pouvons penser de premier abord.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.