mercredi 17 avril 2013

Les américains vont faire comprendre aux allemands qu'ils ont intérêt à suivre leurs injonctions

On se souvient de Schaüble qui avait envoyé chier le nouveau secrétaire au trésor US, Jacob Lew, lors de sa visite récente en Allemagne :

Les Etats-Unis veulent que l'Allemagne en fasse plus pour la croissance
L'Express, 17/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Jack Lew, secrétaire américain au Trésor, a souligné à Berlin qu'il ne pourrait y avoir de croissance en Europe sans une relance de la demande des consommateurs. Le ministre des finances allemand a répondu ne pas avoir besoin de conseils.

"Le moteur de la croissance économique sera la demande des consommateurs", a dit M. Lew lors d'une conférence de presse commune avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble. "Des politiques qui soutiennent la demande dans les pays qui en ont la capacité seront utiles", a ajouté le ministre, en poste depuis fin février et qui effectue sa première visite en Europe.

M. Schäuble a répondu, sans se départir de son affabilité, que les Européens étaient "suffisamment occupés à s'expliquer les choses" pour avoir le temps de donner des conseils ou en recevoir d'autrui.
Faire de la croâssance... Comme aux USA... Avec leur taux de chômage réel à 17%, leur gini à 40, leurs inégalités grotesques, leur gabegie généralisée, et 40 millions d'américains à la soupe populaire...


Et Merkel d'en remettre une couche :
Merkel: l’Allemagne n’a «pas la force» pour de gros programmes de relance
Libération, 15/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La chancelière allemande Angela Merkel a expliqué lundi que l’Allemagne n’avait «pas la force» de mettre sur pied de nouvelles mesures de relance sans risquer d’y «perdre la confiance» dont elle jouit sur la scène internationale.

«Nous n’avons pas la force d’élaborer une deuxième fois de gros programmes de conjoncture sans perdre la confiance internationale», a dit Mme Merkel lors d’une réception de la fédération des banques. En 2009 Berlin avait soutenu l’économie en crise notamment en subventionnant massivement le chômage partiel.



Et là du coup, paf ! La sanction ne se fait pas attendre... L'Allemagne refuse de jouer au petit jeu du giga ponzi, de l'instauration de la nouvelle URSS mondiale et de la production de wealth effect pour les kleptocrates ?

Latte dans la gueule !

Rumeur de dégradation imminente de la note souveraine de l'Allemagne
La Tribune, 17/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le DAX, principal indicateur boursier allemand, s'est effondré ce matin avec une baisse en fin de matinée de 1.27%. La baisse a emporté les autres indices européens, dont le CAC qui lâche 0.87%.

Cette dégringolade boursière soudaine de l'Europe s'explique par des rumeurs de marché non vérifiées pour le moment au sujet d'une dégradation imminente de la note de la dette de l'Allemagne par une agence de notation américaine.

Je rappelle que le Royaume Uni, l'Angleterre, ou la France, avec leurs chiffres macro économiques catastrophiques, sont toujours notés AAA par au moins deux des trois agences de notation (si ce n'est pas même les 3 pour l'Angleterre).   

16 commentaires:

  1. Oulalalalalala, la méchante sanction des méchants, méchants américains ^^

    Une eventuelle dégradation de la note Allemande, ne vous en faites pas, ils s'en cognent les teutons, car ils savent tres bien que ca ne changera rien.

    RépondreSupprimer
  2. De toute façon, on voit bien que les taux ne réagissent plus aux notes...

    Les investisseurs en obligataires n'ont pas besoin des notes pour savoir quelle dette est la plus saine, et quels pays sont sur le chemin du désendettement ou non...

    Julien A.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une évidence.

      Tout le monde se fout des "notes", elles n'ont plus aucun effet (depuis aout 2012 et le Draghi's put).

      Pour une raison très simple : tout l'obligataire souverain est MANIPULE.

      Donc on peut avoir du AAA, du triple Andouille ou du ZZZ, ça n'a aucune importance.

      Trop peu trop tard.

      Alors la punition US sur l'Allemagne, je n'y crois guère.

      Merckel est une fois de plus dans la posture.

      l'anti américanisme a toujours été vivace chez les veaux allemands... donc mémère a une élection en septembre, donc elle fait son show.

      Il est stupéfiant de voir les gens encore se faire avoir par cette agente, as de l'entrisme, formée en RDA par la Stasi.

      L'Allemagne au final, et comme d'habitude, fera là où on lui dit de faire. Comme la France.

      Supprimer
  3. Plutôt bon signe si les allemands s'embrouillent avec les US, l'Union transatlantique annoncée par Obama sera mise aux oubliettes.
    Les US sont vraiment mal.

    Martin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le point positif pour moi de l'histoire... pas d'alliance transaltantique...

      Supprimer
    2. @Anonyme 17/04 15:15;

      Je ne m'y fierai pas trop. Les allemands sont tributaires du parapluie atomique US, puisqu'ils nous ont décliné une offre française en 95, ensuite les ricains les tiennent par plus de 2000 tonnes d'or un peu évaporés dans la nature, dirions-nous. Ce genre de message pourrait être décrypté autrement : Où vous suivez nos directives, notamment sur la question d'un axe renforcé avec Moscou (Berlin-Moscou), où on vous soumet au même traitement que vos voisins latins !?
      Pour les ricains leur "Carthagène" est la Chine. Il faut donc s'assurer de la part des russes et de leurs immenses espaces jouxtant l'Asie, un appui en cas d'éventualités à ne surtout pas négliger. Surtout si l'on tente de décrypter les mises en scènes régulières de la Corée du Nord.... qui comme vous devriez l'avoir intégré, n'est qu'un "Txontxongilo" (==> marionnette) entre les mains de notre sainte Amérique !

      Supprimer
    3. @ Anonyme: je ne savais pas pour l'offre française de 1995.
      Cependant les russes fournissent le gaz pour une grosse partie de l'Europe de l'Est dont l'Allemagne.
      Peut-être que les allemands voudront se rapprocher des russes?

      Cela ne serait pas le pire des scenarii pour moi.

      Anonyme

      Supprimer
  4. Comme quoi l'histoire se répète !

    RépondreSupprimer
  5. C'est pas gagné, déjà pendnat le choc pétrolier, les Etats-Unis avaient essayé de faire plier l'Allemagne, sans succès.

    RépondreSupprimer
  6. Ils rendent quand les tonnes d or les usa aux tetons qu on rigole un bon. coup .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, les US rendent que dalle et ils vont faire quoi les allemands ? Une troisième guerre mondiale ?

      Lorsque l'Allemagne aura un commerce extérieur équilibré, il auront mon respect et les français ne pourront s'en prendre qu'à eux même. D'ici-là, si les US leurs bottent le cul, je me marre ...

      Supprimer
  7. De toute façon, on va avoir un grand marché commun USA-EU dans les 2 ans, puis rapidement un serpent monétaire USD-Euro-Sterling qui préparera à la monnaie commune trans-atlantique.
    C'est je pense le plan d'ensemble avant son extension vers le NAFTA puis le Japon-Corée par la suite.
    Le tout sous la pression de la crise.
    On peut bien appeler ça une course en avant, ou une fatalité.

    RépondreSupprimer
  8. bon , on aime ou on aime pas ...
    mais là elle est sévèrement couillu la dame
    http://www.frontnational.com/videos/marine-le-pen-interpelle-le-president-de-la-banque-centrale-europeenne/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles Charles, ce que l'on a surtout vu c'est qu'elle lisait un texte qu'elle ne comprenait même pas.
      Alors lire un texte dont on ne comprend pas un mot, moi je n'appelle pas cela couillu.

      Supprimer
    2. Elle n'attendait que vous pour lui expliquer. Allez, un peu d'altruisme !

      Supprimer
  9. http://www.latribune.fr/bourse/actualite/20130417trib000760009/l-allemagne-fait-chuter-la-bourse-de-paris-a-son-plus-bas-niveau-depuis-fin-2012.html

    Cela me fait penser, que MR. Bertez avait insisté il y a peu sur les dangers d'une dégradation de l'Allemagne.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.