dimanche 21 avril 2013

Le catéchisme de la religion d'Etat maçonnique, obligatoire à l'école dès 2015

Au programme, vivre ensemble, immigrationnisme obligatoire, théorie du genre, laïcité, haine de soi, ripoublique fraonçaise, zumanisme, enrichissement par la diversité la chance, bisous qui cognent, festivisme qui chatoye, États-Unis du Monde, compétition victimaire, multi culturalisme (sauf la notre de culture, qui-sent-le-rance, celà va sans dire), Homme Nouveau, dictature des minorités, racaillitude-la-chaônce, la-nation-quelle-horreur, et de vrais morceaux de modernité et de progrès dedans. Et les meilleurs élèves auront des images des plus grands maîtres de loges pour coller dans leur album Panini frère la truelle 2015...

Morale laïque: Vincent Peillon rend sa copie lundi
Nouvel Obs, 21/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Vincent Peillon présente lundi l'enseignement de "morale laïque" qu'il veut décliner de l'école au lycée pour "faire partager les valeurs de la République" à partir de la rentrée 2015, le temps de faire les programmes et élaborer les manuels.

"La laïcité introduit (...) une hiérarchisation des valeurs, puisqu'elle conduit à placer le bien commun, l'égalité des droits et le respect de la personne au-dessus des coutumes et des traditions de quelque nature qu'elles soient", écrit M. Peillon dans son livre.

L'enseignement de la morale laïque "doit veiller à ne blesser aucune conscience tout en transmettant des valeurs communes à tous les enfants, quelles que soient, par ailleurs, leurs croyances religieuses".


Donc voila. On s'en doutait très fort, mais désormais c'est officiel. Etre enseignant en France, c'est être très clairement un cureton de la maçonnerie.

Et j'en profite pour féliciter tous ces enseignants qui viennent d'être promus d'office évangélisateurs de la maçonnerie.

Voila qui ne va pas arranger la crise des vocations...

Tiens d'ailleurs, on parle de "vocations", pas de "recrutements". Comme quoi on est dans autre chose que le simple travail...

Et cette crise des vocations, est la preuve absolue que l'on est en URSS en 1987...

Leur religion maçonnique, plus personne n'y croit. Malgré un chômage officieux à 15%, un prolétariat cognitif qui s'entaisse à la caisse à Auchan, rien n'y fait, plus assez de monde ne veut faire enseignant. Et ce même en leur donnant des avantages en nature certains, voire pécuniers en fin de carrière et à la retraite.

La vérité, c'est que personne ne veut se cogner les enfants que l'idéologie de nos maîtres a produite, et se retrouver à gérer la diversité la chance dans une cité pourrie.


Profonde crise de vocation chez les enseignants
Le Figaro, Caroline Beyer, 12/07/2012 (en Français texte en français )
→ lien
La France manque de professeurs. Pourtant, 706 postes sont restés vacants, à l'issue du Capes 2012.


Et ils sont tellement désespérés, qu'on parle même désormais de payer les études :
Les jeunes appelés au secours de la crise des vocations dans l'enseignement
Le Point, 14/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien


Tout ça est le signe d'un effondrement complet.

31 commentaires:

  1. va falloir renforcer l'education parentale ...

    RépondreSupprimer
  2. Cette nouvelle forme de morale devient obligatoire. Pour faire cohabiter dans une même classe des enfants de parents frontistes et des enfants de parents islamistes, quel autre type de morale pourrait-on adopter ?
    Il faut une morale la plus neutre possible, avec beaucoup de relativisme culturel pour apaiser les esprits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La morale judéo-maçonnique, pas pour moi !
      L'apaisement des faux culs, pas pour moi !
      La lâcheté déguisée en "morale la plus neutre possible", pas pour moi !
      "...quel autre type de morale pourrait-on adopter ?" : ça fait plus de trente ans que le problème est dénoncé, ce n'est pas maintenant qu'il faut se poser la question.
      La rééducation à la bolchévique n'y changera rien !

      Supprimer
  3. Puisqu'on est dimanche, à la lecture de ce billet, j'ose ce lien :
    https://www.youtube.com/watch?v=XNkJShFTUcw
    Une chanson chrétienne, historique et identitaire que je trouve assez réussie et qui dénonce une certaine falsification de notre histoire ainsi que les valeurs dites révolutionnaires et/ou maçonniques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très beau chant. Merci pour le lien.

      Supprimer
    2. Outch, mais alors c'est nous alors le peuple élu !

      C'est sûr que ça donnait un sens à nos vies et qu'elles en étaient du coup plus absurdes que jamais.

      La bise au petit Jésus quand tu le verras.

      Supprimer
  4. D'un autre côté il vaut mieux une morale, même maçonnique, que pas de morale du tout comme on le vit au quotidien en société.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La grande escroquerie, c'est que la laïcité n'est pas vendue seule, il y a une religion cachée livrée avec. Pourtant, en regardant la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, tout est clair. A l'école, je me souviens qu'il y avait un poster avec cette déclaration. Logiquement, ca ne devrait pas figurer dans une école laïque puisque c'est un ange, donc un symbole religieux, qui indique les lois à suivre. Quelques années plus tard, remarque que l'ange a les ailes noires et tu comprends l'escroquerie.

      Supprimer
    2. "que pas de morale du tout"

      Tu m'étonnes quand on voit vers quoi se dirige la génération Y ...

      Encore que certains dans les générations précédentes n'ont rien à leur envier. La génération Y a Facebook, les mongolitos egocentriques des autres générations ont Twitter.

      Dis moi quel est ton activité sur ces deux reseaux, je te dirais quel est ton niveau de dégénérescence.

      Le blog est d'ailleurs l'anti thèse de ces deux machins.

      Supprimer
  5. Ah oui, et en parlant de crise des vocations. Dans certaines disciplines (maths et physique-chimie par exemple), il y a tellement peu de candidats qu'on offre le CAPES à des candidats qui n'atteignent même pas 8/20 aux écrits. Et le niveau du CAPES a déjà considérablement baissé en 15 ans. Et après on espère des enseignants de collège/lycée qui ont ne serait-ce une petite idée de quoi ils parlent hahaha...

    Alors restaurer l'autorité oui, mille fois oui, mais elle se mérite et là on est mal partis. L'autorité professorale n'est légitime que si elle est assise sur le savoir ainsi qu'une certaine humilité du corps professoral. Autant dire qu'on est pas prêts de retrouver des enseignants respectables.

    RépondreSupprimer
  6. Hey! Allé enseigner à des racailles des banlieues vous aimeriez ça vous? La France ressemble de plus en plus à l'Algérie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au Maghreb, que ce soit l'Algérie ou le Maroc ou la Tunisie, les comportements de type racaille ne sont absolument pas tolérés, encore moins pour les enfants d'immigrés. Il n'y a qu'en France et dans certains pays "progressistes" (Norvège, Suède, ...) qu'on tolère ça, mais de moins en moins.

      Supprimer
    2. Bizarre parce que en Algérie, il n'y a pas de problème dans les écoles ...

      Supprimer
  7. Les commentaires sont très intéressants : la plupart (des commentateurs)sont murs pour la morale maçonnique. D'ailleurs, l'audace de Peillon, Taubira ou Vallaud-Belkacem prouve à l'évidence que Hollande a été mis en place pour cela - a été mis en place pour les idiots utiles qui pensent que le système politique dit démocratique est autre chose que l'application par l'oligarchie de l'effet de gel lié au sentiment de liberté - le vote (Beauvois et Joule - petit traité de manipulation à l'égard des honnêtes gens - PUF de Grenoble ; Jean Cazeneuve - les religions politiques - Que sais-je ? Mais, la morale maçonnique elle même est fort diverse : c'est une fonction complexe des obédiences, des courants de pensée, des loges, et surtout des individus qui les composent et plus encore de ceux qui les dirigent - la aussi les idiots utiles sont légions. Je doute fort que celle qui se met en place soit celle fondée sur Platon, Kant et Rousseau...

    RépondreSupprimer
  8. Tiens, tiens! On ne trouve plus assez d'enseignants! Et quelle est la raison trouvée par Tonio pour expliquer la crise de vocation? "personne ne veut se cogner les enfants que l'idéologie de nos maîtres a produite"

    Mes couilles, oui. Tonio oublie bien vite la notion d'offre et de demande. Si on doublait/triplait le salaire des enseignants, pour les mettre au même niveau qu'un médecin ou un notaire, il y aurait foule aux concours du capes.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, mais allons jusqu'au bout... Si les parents veulent une éducation de qualité pour leurs enfants, qu'ils payent le vrai prix, pas l'école gratuite de la République ! Dans l'esprit de tous, si c'est gratuit, ça n'a aucune valeur. Aucune valeur, aucun respect : le matériel, la pédagogie, la discipline, et les profs avec.

      Dans l'enseignement privé, il y a beaucoup moins d'incivilités, et les profs (payés par l'EN) sont (beaucoup) moins absents, (beaucoup) moins en grève, (beaucoup) moins dépressifs ! Les établissements privés ont pourtant moins de moyens...

      Ce n'est pas une question de classes sociales, mais bien du sens de la valeur des choses. Restaurons cela rapidement, en débranchant les perfusions qui, au lieu de le sauver, vont finir par tuer le malade...

      Supprimer
    2. Oui, le sens de valeur.

      Si les marchés et le libéralisme partout ne fonctionnent pas 10 secondes, dans chaque système de solidarité, il faut introduire une part de responsabilité personnel, ce n'est ni du libéralisme, ni du communisme, c'est de la bonne gestion.

      Et oui, ce qui est gratuit n'a pas de valeur.

      Supprimer
  9. Va falloir savoir ce que tu veux, Tonio.

    Soit tu veux quelqu'un d'instruit pour enseigner. Dans ce cas, il n'y a que deux possibilités. Ou c'est une personne pragmatique, et elle se dit qu'avec son niveau de qualification, elle peut trouver un job mieux payé que dans l'éducation (malgré la retraite et les vacances). Ou c'est un idéaliste, et dans ce cas, c'est plus souvent un affreux gôcho (genre maçonnique qui s'ignore) qu'un catholique bon genre anti-homo.

    Soit ... bah, on voit ce qui se passe en Afghanistan.. L'école seulement pour les garçons, et la religion comme matière principale. Après tout, c'était comme ça en France il y a 200 ans. Ca ne devait donc pas être si mal que ça. Salauds de franc-maçons: ils ont sapé l'influence du clergé!

    RépondreSupprimer
  10. C'est à ne plus rien y comprendre, je croyais que les fonctionnaires étaient les rois en France ?

    Mais personne pour prendre la place ?

    RépondreSupprimer
  11. En Belgique j'ai eu des cours de morale laïque toute ma scolarité. Mais grâce à ce post je viens de comprendre beaucoup de choses. Tout s'explique, Mes anciennes valeurs s'effondrent et enfin la vie a de nouveau un sens pour moi. Je vais pouvoir recommencer sur de nouvelles bases et reconvertir ma famille avant que Le Grand Méchant Loup ne sorte de sa Loge. Bon vous me conseillez quoi? Je commence par la Bible ou par Soral?

    RépondreSupprimer
  12. John Smith, tu as tout faux.
    Aujourd'hui, un enseignant , fait partie de ce que Nietzsche appelait, les "gens en trop", c'est quelqu'un qui a fait des études longues à la fac sans perspectives de débouché autre que l'administration ou l'enseignement et qui ne trouverait en aucun cas sa place dans le privé.
    Bref, une majorité d'inadaptés au monde du travail et de la compétition à mort que nous vivons dans le privé (l'économie est en guerre totale !).

    Les enseignements scientifiques sont en effet difficiles à pourvoir en profs car ceux qui font des études en sciences peuvent généralement trouver du travail ailleurs. Et les rares qui deviennent profs sont dans leur majorité des "cas", en tout cas pour ceux que je connais : Dépressifs, bordéliques, nuls, incompétents, non motivés etc ....
    Encore ce WE, mon fils en 5iem dans un collège de ZEP, qui ramène un 10.5/20. Je regarde la copie et vois que la prof (qui a été en arrêt maladie pour dépression) avait "oublié" de noter un exo. Sa note est en fait de 10.5/15.... et c'est comme ça depuis la rentrée de Septembre.....

    Les profs de science sont profs par défaut, par obligation, car ils n'auraient pas d'autres jobs sinon....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Stumpjumper.
      Je te serais reconnaissant de faire marcher ton cerveau deux secondes. Comme ça t'évitera de dire que j'ai tout faux pour ensuite paraphraser ce que j'écris:

      "Ou c'est une personne pragmatique, et elle se dit qu'avec son niveau de qualification, elle peut trouver un job mieux payé que dans l'éducation (malgré la retraite et les vacances)".

      "Les enseignements scientifiques sont en effet difficiles à pourvoir en profs car ceux qui font des études en sciences peuvent généralement trouver du travail ailleurs."

      Supprimer
    2. Meilleur ?

      18 heures de travail posté par semaine.

      + les vacances scolaires

      + 2500€ en fin de carrière et une retraite de fou ...

      C'est de très loin meilleur que ce que le privé peut offrir...

      Supprimer
    3. Faux: 18 heures de travail posté mais tu oublies le temps de correction, le temps de préparation des cours.
      Il faut effectuer un distinguo: si tu es prof d'anglais, tu as des superbes méthodes toutes faites, donc le temps de préparation est faible. Si tu es prof d'histoire-géo tu te tapes deux matières voire une troisième si tu fais éducation civique.
      Ensuite, les 18 heures c'est si tu as le Capes voire l'agrégation: bizarrerie française , plus t'as des diplômes de haut niveau moins tu enseignes.
      Après 2500 euros en fin de carrière quand tu as passé 5 voire 8 ans d'études franchement c'est pas terrible. Dans l'informatique je vois des ingénieurs qui en milieu de carrière sont au-delà des 2500 euros, mais c'est à Paris.Donc dire que c'est meilleur que le privé est très exagéré.

      Supprimer
    4. Je m'insurge contre l'idée que les profs de sciences le sont "par défaut".

      Ma cousine est prof de maths. Elle est brillante, elle aurait pu faire ce qu'elle voulait. Mais voilà: en licence, elle s'est rendu compte que ce qu'elle voulait vraiment, c'est enseigner.

      Elle a obtenu l'agreg, a échappé aux lycées pourris, et est aujourd'hui parfaitement épanouie.

      Pour ma part, j'ai longuement hésité, et je regrette parfois encore. J'ai donné des cours pendant 5 années pour payer mes études, j'adorais ça. Mais voilà: je ne suis pas du genre à me laisser faire, et j'ai bien peur de perdre rapidement mon sang-froid face à des morveux et à leurs parents. Et en ce moment, les profs ont toujours tort...

      Supprimer
    5. De toute façon, Cette castre n'a t'elle pas toujours dit, que l'enseignement est un véritable sacerdoce...

      Par conséquent, les basses considérations monnétaires matérialistes non pas leur placent pour de cette trempe d'homme dévoués qu'ils sont!

      Supprimer
  13. Dans les années 70, le "corps décivilisationnel enseignant" sévissait à mort Dans la société.
    Alors, maintenant il faut payer!

    Maintenant, ils préfèrent se barrer!

    Bon et puis, il faudrait pas qu'il se plaignent les rigolos qui nous disaient que :
    - " L'enseignement est trop important pour laisser le pouvoir aux parents".
    - "L'enfant roi"
    - "Les méthodes globales sont l'avenir".
    - Les réformes merdiques à la sauce "liberté absolue fruit de la création"
    - "L'école est un santuaire où la force policiaire n'a pas cours "(suite mai68).
    - "L'autorité c'est du fachisme intellectuel".
    - Etc...
    - Et etc...
    - Et encore etc...
    - Et sourtout la revalorisation des salaires !!!!

    C'est sûr, il doit exister des enseignants de qualité avec des valeurs morales,.... du moins je l'espère!

    Mais personnellement, je n'ai cotoyé que des prétentieux imbus de leur petite personne. Persuadués de connaitre tout sur tout, mais qui jamais ne se confrontèrent à la vrai vie, hors bulle fonctiono-enseignante aséptisée.

    En somme, des pédants-puants donneurs de leçons .

    Ps : EXEPTION NOTABLE , les profs dans le technique qui enseignent les matières pratiques spécialisées. Qui eux, sont des mecs qui savent de quoi il en retourne et sont modestes compètents et ...utiles.


    Et tout le fric du monde n'y changera rien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas que des abrutis dans les profs...Ok, il y en a beaucoup (dont certains qui sont de vrais dangers pour les gosses). Ok, beaucoup sont imbuvables au quotidien.
      Mais c'est un cercle vicieux: l'enseignement peut être une vocation, et ceux qui l'ont (et ne font pas ça par défaut) sont dégoûtés par le milieu prof (qui en plus est celui qui a mis en place "l'enfant roi!").
      C'est la reproduction de la médiocrité. Les seuls bons qui restent sont ceux qui arrivent à se détacher complètement des collègues, évaluations et élèves insupportables qu'on ne peut toucher. Autant dire qu'ils sont peu...Mais il y en a!

      Supprimer
  14. Anonyme, tu étais élève dans l'enseignement technique!
    Tonio tu es bien dans l'informatique ? Tu confirmés les salaires de chef de projet? 2500 euros n'est pas un
    Salaire insurmontable .

    RépondreSupprimer
  15. Et dans le parisien, on a le choix de voter Oui ou OUI, amusant....

    Je fais uen copie d'écran au cas où ... un bug certainement...

    http://www.leparisien.fr/societe/etes-vous-favorable-aux-cours-de-morale-laique-22-04-2013-2749327.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, c'est vrai en plus, on se croirait dans une démocratie du début du XXI ème siècle. Ils auraient dû faire pareil pour le référendum en 2005...

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.