mardi 2 avril 2013

Les pays émergents se débarrassent de leurs réserves en euro mais ils ne les substituent pas par des réserves en dollars

Les pays émergents se débarrassent de leurs réserves en euro mais ils ne les substituent pas par des réserves en dollars
Express.be, Audrey Duperron, 02/04/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Selon des données du Fonds Monétaire International, les banques centrales des pays émergents se seraient débarrassées de 45 milliards d’euros en 2012, ce qui correspond à une baisse de 8%  de leurs réserves en monnaie unique. Les pays en développement leur ont substitué des montants en dollar australien, ou exprimées dans des devises de leurs comparses émergents. Désormais, les réserves en euros ne représentent plus que 24% de leurs réserves, alors qu’elles en représentaient encore 31% en 2009, et que le dollar en représente toujours près de 60%.

4 commentaires:

  1. Quoi, il y a encore des hurluberlus qui font semblant de croire que la démocratie existe ?!!!

    LE POUVOIR C'EST L'EXPRESSION D'UNE PUISSANCE PAR SES FORCES.

    La force prend différents visages suivant l'objectif à atteindre.

    Le vainqueur est le seul à écrire l'histoire.

    QUI ÉCRIT L'HISTOIRE AUJOURD'HUI ?


    Misère

    RépondreSupprimer
  2. Bon ben! ça sent le sapin quand même!

    Ils commencent à resserrer l'étau doucement, il est temps de sortir ses sousous des banques doucement aussi, voilà !

    RépondreSupprimer
  3. En attendant, ça fait un bon moment que l'on n'entend plus parler de conversion massive en francs suisses.
    Comme quoi la décision de la BNS d'adosser le franc suisse à l'euro n'était pas si farfelue que ça. C'est pas top, parce que ça pourrit le franc suisse au même titre que l'euro, mais ça évite une ruée sur le franc suisse qui aurait rendu le taux de change difficilement soutenable pour l'économie du pays.
    Du coup, on verra bien comment ça évolue du côté de l'Australie.

    RépondreSupprimer
  4. Mardi 2 avril 2013 :

    Slovénie : la banque centrale attend un recul de 1,9% du PIB 2013.

    La Slovénie, que de plus en plus d'investisseurs voient comme le prochain pays de la zone euro devant se tourner vers un plan d'aide international, va connaître une contraction de 1,9% de son produit intérieur brut (PIB) en 2013, après un déclin de 2,3% l'an dernier, a annoncé mardi la banque centrale du pays.

    L'annonce, qui prend en compte une chute de la demande intérieure et une faiblesse persistante des exportations, est bien plus pessimiste qu'une précédente prévision, datant d'octobre, qui n'attendait qu'une baisse de 0,7% du PIB.

    La Slovénie, qui a adopté l'euro en 2007, a été lourdement affectée par la crise mondiale en raison de sa dépendance aux exportations.

    La gestion par l'Union européenne du plan d'aide accordé la semaine dernière à Chypre pourrait en outre avoir de lourdes conséquences pour le pays, dont le secteur bancaire a subi une hausse des prêts douteux.

    http://bourse.lesechos.fr/forex/infos-et-analyses/slovenie-la-banque-centrale-attend-un-recul-de-1-9-du-pib-2013-867290.php

    PIB de la Slovénie : 35,719 milliards d'euros.

    Créances irrécouvrables des banques slovènes : 7 milliards d'euros, soit 20 % du PIB de la Slovénie.

    Parmi les anciens pays communistes, la Slovénie, ex-élève modèle de l'Union européenne et de la zone euro qu'elle a intégrée en 2007, est tombée en récession en 2012 et devrait y rester en 2013. Son système bancaire est confronté à une montagne de créances pourries (7 milliards d'euros, selon un rapport du FMI).

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.