jeudi 11 avril 2013

L'Espagne est ruinée, mais son immobilier n'a baissé que de 20% depuis 2008

On se fout vraiment de notre gueule...

Merci l'euro dont la seule raison d'être consiste aujourd'hui à empêcher les bulles immobilières d'exploser, et ce dernier de redevenir inabordable.

Faudrait quand même pas que les gens retrouvent leur liberté   

L'esclavage par la dette, ils ne vont pas lâcher ça comme ça... La dette publique, les 30 ans de crédit pour le T3 perrave, c'est un acquis social pour notre oligarchie...

Alors ZeroHedge peut bien signaler que l'immobilier espagnol tombe fort, perso, -20% en 5 ans, c'est du foutage de gueule intégral !

Spanish Home Prices Plunge Most On Record
ZeroHedge, 11/04/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


Les prêts "non performants" des banques espagnoles :


Et le chômage :


Naturellement, les escrocs keynésiens vont venir nous expliquer que le chômage, c'est parce que l'immobilier tombe, et qu'il faut absolument stimuler pour arrêter la chute. Moi ce que je dis, c'est que le chômage, c'est parce qu'ils empêchent la purge, tant de l'immobilier que des mauvais prêts, que des banques et des fausses créances.

En tous cas, ça recoupe parfaitement le post d'hier soir sur le patrimoine des allemands et des espagnols...

-20%   

Quelle bande d'enfoirés   

11 commentaires:

  1. http://fr.news.yahoo.com/la-bce-forc-e-sadapter-163039875.html

    le timing va vraiment être tendu, je flippe j'en et marre, d'un autre coté je prendrais les ruines.

    RépondreSupprimer
  2. les banques sont les propriétaires de l'immo pourri. Imagines un peu s'ils commencent à vendre et que l'immo chute grave je te raconte pas la tronche de leur bilan. L'immo n'est pas mis sur le marché pour éviter une faillite officielle des banques....elles sont déjà en faillite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon, ce n'est pas avec leur faible taux de natalité et le mouvement de migration via le nord de l'Europe les states ou l'amérique du sud que de pareilles montagnes de béton vont être justifiées pour au moins deux ou trois décennies !!

      Supprimer
  3. C'est l'effet pervers mais inéluctable de la monétisation.
    On installe un super-cycle immo-financier, et quand ça se retourne, ce qui a été pro-cyclique à la hausse devient pro-cyclique à la baisse (apu moyen de soutenir le marché, quoi).
    Donc soit on laisse corriger le marché et c'est le patatras général, les banques tombent et tout le monde (non expatrié) perd ses éconocroques, soit on retarde la chose pour que les plus malins s'échappent, et les autres perdent un peu moins vite.
    Ou alors on inflate à fond sur le dos des non-occidentaux non-alignés et on les force à gober un défaut mondial.

    Mais là non plus c'est pas gagné. Les BRICS le voient venir, le défaut...

    RépondreSupprimer
  4. oui mais...moins 40 dans les régions peuplées de locaux et stable dans les grandes villes balnéaires ? ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Là encore... ces tas de briques, ce n'est pas vraiment le patrimoine des espagnols.

    C'est l'"actif" des banques, via les dettes.

    Donc si on fait fait du -50 %, voire même davantage (il y a des villages entiers de tas de briques, vides, qui se s'abîment rapidement)... les banques espagnoles sautent. Ni plus ni moins.

    Et avec elles l'euro.

    Depuis 2008, les prix de l'immo en Espagne constituent une parfaite aberration...

    La baisse est trop faible et trop lente.

    Il y a une raison objective à cela : les banques qui en sont gorgées.

    D'où la manip, d'où le Potemkine Géant...

    Mais le temps joue contre cette démence... les briques vont tomber en ruine... et les "dettes" seront de moins en moins remboursables par le populo au chômage.

    La situation n'est donc pas figée. Il va être amusant de voir comment Draghi et ses complices vont négocier avec l'entropie.

    J'ai une petite idée. En approchant du point de rupture, ils seront capables de prendre une initiative politique... en "autorisant" des centaines de milliers d'espagnols à "occuper" ces maisons et appartements, moyennant un loyer/dette étalé sur des dizaines d"années.

    Ca permettra de poursuivre la fiction, en protégeant le bilan des banques.

    RépondreSupprimer
  6. Le pire, c'est que cette saloperie de rente espagnole vient alimenter une bulle naissante dans les pays jusque là plus vertueux et épargnés...(Allemagne)

    A Neukölnn beaucoup d' appart sont rachetés par des rentiers PIGS, pour les louer à une partie de leur jeunesse Erasmus expatriée en quête d'avenir. Les loyers flambent...

    On en revient aux fondamentaux, l' immobilier est vraiment le nerf de tous nos problèmes,-20% c' est vraiment pas cher payé pour l'instant, dans un pays à 25% de chômeurs et les jeunes qui fuient en masse.

    QUELLE VASTE ESCROQUERIE !

    RépondreSupprimer
  7. De 125 à 92, pour moi, c'est plus proche d'un -30% que d'un -20% !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. -35,86 % pour être exact.

      Et surtout ce n'est que le début... Toute la génération des - de 30 ans a été sacrifié et ne retrouvera peut être même pas la moitié du pouvoir d'achat immo de leurs parents sur les 20 prochaines années...

      Julien A.

      Supprimer
  8. J'ai un pote qui vient de s'acheter un 100 m2 climatisé et tout le toutime.
    Pour ................ 35 000 euros
    A Murcia :-)

    RépondreSupprimer
  9. Pour suivre l'immo en Espagne depuis longtemps:les banques ont vraiment baisser les prix, elles font souvent des propositions de 40 % de baisse , voir plus
    Par contre les particuliers (enfin ceux qui peuvent attendre ) eux baissent difficilement... ils ne veulent pas brader !
    Un exemple ,un couple de copains allemands ,ayant achetés leurs maison 40000 euros en 94 .Ils trouvent qu 'à 220000 euros c'est impensable de vendre!Ils n'ont fait aucun travaux , les salles de bains sont infectes, l'isolation est totalement inexistante etc...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.