lundi 15 avril 2013

L'étonnant consensus gôche droâte sur la destruction de la famille

Une simple réflexion...

Ils ont d'abord détruit la communauté de la religion (celle là à la rigueur, je ne la regrette pas). Puis les solidarités ancestrales communautaires, au sein des villages. Ils ont salarié tout le monde.

Maintenant, il faut faire sauter la famille. Précariser tout et tout le monde, partout. Au travail, à travers les âges, et jusque dans sa propre famille (terme à bannir d'ailleurs tellement il a des relans nauséabonds d'heures les plus sombres de notre histoire !)...

A chaque fois que les solidarités ont été détruites, la nature a horreur du vide, et l'État socialiste de l'Homme Nouveau a pris la place. Destruction de la famille, ça veut dire plus de place pour l'endoctrinement et la déséducation nationale, plus de place pour la redistribution, plus de place pour les transferts...

On comprend donc que la gôche adore...

A droâte, c'est génial aussi. Ça veut dire plus de croâssance, plus de PIB. Ça veut dire vendre deux studios là où on vendait avant une maison. Ça veut dire des portions individuelles, des individus ayant besoin de l'échange marchand pour tout, plus de célibataires qui se réfugient dans la consommation pour combler le vide de leurs vies. Sans culture et morale familiale, ça sera également remplacé par plus de place à l'endoctrinement des marques et de la publicité. Bref, du cash en barre, sur l'aliénation, la solitude et le malheur des hommes...

On comprend mieux le consensus général de nos élites de traitres, et qui sont désormais ouvertement en guerre contre leurs propres peuples.

6 commentaires:

  1. Justement, là où je t'arrete, la religion faisait partie des freins.

    Elle était au me^me titre que les autres (famille, travail, toussa) un des ciments de nos nations européennes.

    Au pire, on la considére comme la culture, notre passé historique, on peut ne pas y croire, ce n'est pas le soucis, mais on ne doit pas le dénigrer.

    Aprés la religion, le reste suit, logiquement.

    C'est semer la division le fait de ne pas le voir.

    RépondreSupprimer
  2. Au passage, on peut remercier l'UMP d'avoir finalement fait passer la loi Taubira au sénat :

    "Détail des votes loi "Mariage pour tous" : Pour 171 Contre 165. 3 UMP ont voté pour et 4 UMP se sont abstenus.

    Tableau des votes : https://twitter.com/droitenationale/status/323222495169769472/photo/1 "

    Aussi : "Et si le texte est adopté, la droite reviendra t-elle dessus ? « Si nous revenons au pouvoir, nous réécrirons ce texte sur la question de l’adoption, la PMA (procréation médicament assistée) et naturellement, nous rendrons totalement impossible la GPA (gestation pour autrui), a précisé François Fillon, sous-entendant qu’il ne reviendrait donc pas sur le mariage gay."

    Désolé pour la vulgarité qui va suivre mais la vaseline est à l'UMP ce que la moraline est au PS et les kilomètres de b*tes qu'ils se prennent dans le c*l ces électeurs UMP, j'aimerais pas les faire à pieds...

    RépondreSupprimer
  3. Socialisme et libéralisme ne sont que deux variances du productivisme.
    Productivisme, idéologie de classe aisée qui a eu le génie de se faire passer pour apolitique, et de se faire passer pour la meilleure amie de ceux qu'elle asservit : les con-sommateurs.

    Le clivage droite-gauche n'est plus là que pour amuser la galerie.

    On peut déjà se demander si nous sommes encore en démocratie, mais le post de Tonio m'amène à me poser une question plus générale : sommes-nous encore une civilisation ?

    RépondreSupprimer
  4. Sans religon pour la cohesion spirituelle, sans cellule de base pour l'education des enfants, sans metiers reels (informaticien n'est pas un metier apr exemple, et les salaries n'ont pas de metier, seulement des competences), sans vision commune (connue et soutenue par au moins 80% de la population), sans ennemi mortel (connu et reconnu comme tel par 80% de la population) alors il n'y a pas de civilisation.

    RépondreSupprimer
  5. Ca n'a rien d'étonnant dans la mesure où les "élites" ne sont pas réellement conscient de ces changements dans leurs propres existences. Désolé ça fait très Bourdieu comme analyse.

    Tu as dit l'essentiel sinon.

    La famille, le travail, les valeurs sont détruites pour pouvoir être agitée comme des carottes ensuite (consommer pour prendre modèle sur la famille de la pub, détruire le travail pour inciter à la compétition et stigmatiser l'inactif, détruire les valeurs pour en ériger de nouvelles).

    RépondreSupprimer
  6. Notre devise moderne :
    Pas de Travail, Pas de Famille, Pas de Patrie.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.